Immigration : Marine Le Pen défend à la frontière franco-espagnole une politique « dissuasive »

Le parti d'extrême droite français Rassemblement National (RN) candidate à l'élection présidentielle de 2022 Marine Le Pen s'adresse à la presse alors qu'elle visite la gare desservant la ville frontalière française de Cerbère, la dernière ville avant l'Espagne, le 9 janvier 2022. ( AFP)
Le parti d'extrême droite français Rassemblement National (RN) candidate à l'élection présidentielle de 2022 Marine Le Pen s'adresse à la presse alors qu'elle visite la gare desservant la ville frontalière française de Cerbère, la dernière ville avant l'Espagne, le 9 janvier 2022. ( AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 09 janvier 2022

Immigration : Marine Le Pen défend à la frontière franco-espagnole une politique « dissuasive »

  • Elle a critiqué l'Union européenne qui est « dans une démarche de laisser-faire, laisser-aller, laisser-passer »
  • Le délit de séjour irrégulier a été aboli par le gouvernement de François Hollande en décembre 2012

CERBÈRE : Marine Le Pen a défendu dimanche à la frontière franco-espagnole une politique "dissuasive" d'immigration, fil rouge de sa campagne, en suggérant notamment de rétablir le délit de séjour irrégulier, pour que les fonctionnaires puissent "dénoncer" la présence de clandestins.

"On pourra renforcer les moyens (contre l'immigration) à l’infini. Si on continue à mettre en place une politique attractive d’immigration, on ne réglera pas le problème. Il faut mettre en place une politique dissuasive d’immigration", a déclaré la candidate du Rassemblement national à la présidentielle, en sortant des bureaux de la police des frontières à Cerbère (Pyréenées orientales), tout près de l'Espagne.

La candidate d'extrême droite propose pour ce faire de couper "la totalité des pompes aspirantes" à l'immigration, de "rendre les procédures (d'expulsion) plus faciles", et de "rétablir la pénalisation de la présence et de l’entrée illégale sur le territoire, ce qui permet de remettre en place l’article 40 (du code de procédure pénale), qui oblige les fonctionnaires à dénoncer les situations de présence clandestine, ce qui permet également de poursuivre les associations qui font de l’incitation à l’immigration".

Le délit de séjour irrégulier a été aboli par le gouvernement de François Hollande en décembre 2012.

"Quand on vous explique que ce n’est pas possible de régler le problème de l’immigration clandestine et que, dans le même temps, on dépénalise le fait de se maintenir ou d’entrer illégalement sur le territoire, on met en place une hormone de croissance de l’immigration clandestine", a-t-elle dit aussi à la frontière du Perthus, où elle a plaidé pour "rétablir les frontières" et renforcer les effectifs des policiers et des gendarmes à celles-ci. 

Elle a critiqué au passage l'Union européenne qui est "dans une démarche de laisser-faire, laisser-aller, laisser-passer". "Je crains que ça ne s'aggrave en 2022 avec la coalition allemande" de centre gauche au pouvoir à Berlin, a-t-elle ajouté.

Mme Le Pen avait déjà présenté fin septembre son projet de référendum sur l'immigration, qui réformerait en profondeur la Constitution, où elle veut y inscrire la "maîtrise" des flux migratoires, la "priorité nationale" par exemple au logement et à certaines aides, et le principe d'une supériorité du droit français sur le droit international pour refondre "l'ensemble du droit applicable aux étrangers".


Mélenchon «accepte les critiques» sur l'affaire Quatennens

Jean-Luc Mélenchon (Photo, AFP).
Jean-Luc Mélenchon (Photo, AFP).
Short Url
  • «La gifle était il y a un an, il n'y en a pas eu depuis un an, et on doit tenir compte du fait qu'il s'excuse»
  • «J’accepte votre jugement, j'accepte les critiques»

PARIS: "Tout le monde peut faire mieux, moi aussi": Jean-Luc Mélenchon a dit samedi sur France 2 "accepter les critiques" sur sa réaction décriée à l'affaire Quatennens, expliquant ne pas "avoir voulu se mêler" du divorce de ses amis.

Interrogé dans l'émission "Quelle époque!" sur son tweet du 18 septembre, qui a outré des féministes et contribué à mettre La France insoumise en difficulté, M. Mélenchon a répondu: "Tout le monde peut faire mieux, moi aussi".

Dans ce tweet, le chef insoumis dénonçait "la malveillance policière, le voyeurisme médiatique, les réseaux sociaux" et saluait la "dignité" et le "courage" d'Adrien Quatennens, qui venait d'avouer des violences conjugales et d'annoncer son retrait de la coordination de LFI.

"J'accepte votre jugement, j'accepte les critiques", a déclaré Jean-Luc Mélenchon samedi.

Mais il a justifié sa réaction: "Je m'interdis de commenter" le divorce d'amis et une main courante que l'épouse d'Adrien Quatennens souhaitait confidentielle.

Car "si j'avais dit un mot de trop, c'est elle qui aurait pu me dire De quoi tu te mêles?", a-t-il ajouté.

"Je comprends qu'on dise +Non, tu dois intervenir pour le montrer du doigt+, mais je pense que c'est une erreur: il n'y avait même pas d'enquête, elle dit +Je ne veux pas qu'on parle de moi+, tout le monde s'en fout de ce qu'elle dit, pas moi", a développé l'ancien candidat à la présidentielle (22% en avril).

"Tous ceux qui sont féministes - et je me compte dedans - on a le droit de ne pas être d'accord, je ne suis pas d'accord pour que les mains courantes passent dans le public", a déclaré Jean-Luc Mélenchon.

"La gifle était il y a un an, il n'y en a pas eu depuis un an, et on doit tenir compte du fait qu'il s'excuse", a-t-il défendu.

Adrien Quatennens doit-il démissionner de son mandat de député, après s'être retiré de la coordination de LFI? "Ma réponse est non: que ce divorce se termine, que le juge se prononce. Et je souhaite qu'il revienne dans le combat politique", a dit M. Mélenchon, louant un "jeune homme extraordinairement brillant" que "vous ne pouvez pas m'interdire d'aimer".


La lente marche des îles bretonnes vers le 100% renouvelable

L'optique du phare d'Ar Men sur l'Ile-de-Sein, dans l'ouest de la France (Photo, AFP).
L'optique du phare d'Ar Men sur l'Ile-de-Sein, dans l'ouest de la France (Photo, AFP).
Short Url
  • M. Palluel a engagé dès 2012 sa commune dans un objectif ambitieux: atteindre 100% d'énergies renouvelables en 2030
  • Pourtant, une partie des économies réalisées ont été grignotées par le fameux «effet rebond»

ÎLE-DE-SEIN:  Volonté politique et efforts de sobriété de la population ne suffisent pas toujours: les îles bretonnes de Sein, Molène et Ouessant peinent à atteindre leur objectif de 100% d'énergies renouvelables, freinées par des contraintes administratives et les oppositions à l'éolien.

"Tout le monde est pour la transition énergétique mais dès qu'il y a une action concrète à mettre en place, c'est jamais le bon endroit ni le bon moment", s'agace Denis Palluel, maire de l'île d'Ouessant (833 habitants), au large du Finistère.

Comme ses collègues de Molène et de Sein, M. Palluel a engagé dès 2012 sa commune dans un objectif ambitieux: atteindre 100% d'énergies renouvelables en 2030.

Car ces trois îles de la mer d'Iroise partagent la même particularité: elles ne sont pas connectées au réseau électrique national et doivent donc produire leur propre électricité, avec des groupes électrogènes alimentés au fioul. Le tout à un coût financier et environnemental prohibitif.

Dix ans après le lancement de la démarche, force est de constater que le chemin vers l'autonomie énergétique est encore long. En 2022, Ouessant n'était ainsi qu'à 4% d'énergie "verte", contre 12% à Sein et seulement 1% à Molène.

Les îliens n'ont pourtant pas ménagé leurs efforts, notamment en termes d'économies d'énergie: distribution d'ampoules basse consommation à la population, rénovation de l'habitat, éclairage public à LED, etc...

"A Sein, on a toujours été habitué à faire attention avec l'eau et l'électricité et on continue", sourit Marie-Thérèse Spinec, une ilienne de 81 ans qui assure ne pas supporter une maison "chauffée à 24°C".

Pourtant, une partie des économies réalisées ont été grignotées par le fameux "effet rebond". "Certains habitants qui ne se chauffaient pas ont découvert le confort après la rénovation de leur habitation" et n'ont donc pas diminué leur consommation, explique Émilie Gauter, chargée de mission énergie et développement durable à l'Association des îles du Ponant (AIP).

Pour compléter leurs efforts de sobriété, les trois îles ont également installé une série de panneaux solaires sur les toitures des bâtiments publics. Par beau temps, quand les cellules photovoltaïques produisent à plein régime, l'île de Sein (260 habitants) peut ainsi arrêter ses groupes électrogènes pendant plusieurs heures. Des batteries, elles-mêmes rechargées à l'énergie solaire, font l'appoint en électricité.

Selon l'AIP, des installations permettent d'éviter la combustion de 177 m3 de fioul par an sur les trois îles et d'y réduire nettement les émissions de CO2.

Le «combat» de l'éolienne

La construction d'une éolienne à Sein, prévue pour entrer en service en 2024, devrait encore améliorer le bilan carbone de l'île. "Ça a été un sacré combat", souligne l'ancien maire Dominique Salvert. "On avait le veto de l'architecte des Bâtiments de France qui ne voulait pas entendre parler d'une éolienne. Ça aurait dû être fait depuis cinq ans", déplore l'ancien élu.

A Ouessant, le projet d'éolienne est d'ailleurs au point mort. "C'est une aberration de ne pas en avoir, vu le vent qu'il y a sur les îles", se désole le maire Denis Palluel qui a dû faire face à l'opposition d'une partie de ses administrés ainsi qu'aux services de l’État sur cette île ultra-protégée.

"On se heurte au millefeuille administratif", abonde Didier Delhalle, maire de Molène (160 habitants). Faute de place pour installer une éolienne, M. Delhalle préfère d'ailleurs miser sur une ferme photovoltaïque qui devrait permettre à l'île d'atteindre 67% d'énergie renouvelable à terme. "Ça sera déjà bien", estime-t-il.

Et à Ouessant, l'hydrolienne immergée par 55 mètres de fond pourrait fournir jusqu'à 20% des besoins de l'île, si les tests commencés en 2015 s'avéraient enfin concluants.

Malgré ces progrès, l'objectif du 100% renouvelable semble désormais difficile à atteindre. "Peu importe si c'est en 2031 ou en 2035. C'est comme pour tous les grands projets, on ne tient jamais les délais", balaie M. Palluel. "Il faut avoir la modestie de reconnaître qu'on ne maîtrise pas tout."


L'aéroport de Montpellier fermé après la sortie de piste d'un avion de fret

Cette photo montre un Boeing 737 de l'Aéropostale après qu'il soit sorti de la piste lors de sa phase d'atterrissage de nuit à l'aéroport de Montpellier, le 24 septembre 2022. (AFP).
Cette photo montre un Boeing 737 de l'Aéropostale après qu'il soit sorti de la piste lors de sa phase d'atterrissage de nuit à l'aéroport de Montpellier, le 24 septembre 2022. (AFP).
Short Url
  • «Par mesure de sécurité et dans l’attente qu’une entreprise spécialisée vienne déplacer l’appareil, les vols commerciaux et de fret» ne peuvent plus atterrir à Montpellier pour une durée indéterminée
  • «Les trois personnes présentes dans l’appareil sont indemnes. Elles ont pu être désincarcérées et mises en sécurité grâce à l’intervention rapide des secours»

MONTPELLIER : L’aéroport de Montpellier a été fermé pour une durée indéterminée, un avion de fret ayant fait une sortie de piste dans le courant de la nuit lors de son atterrissage sans faire de blessés, a annoncé samedi la préfecture de l’Hérault.

"Par mesure de sécurité et dans l’attente qu’une entreprise spécialisée vienne déplacer l’appareil, les vols commerciaux et de fret" ne peuvent plus atterrir à Montpellier pour une durée indéterminée, a indiqué la préfecture dans un communiqué.

"Les trois personnes présentes dans l’appareil sont indemnes. Elles ont pu être désincarcérées et mises en sécurité grâce à l’intervention rapide des secours", a-t-on précisé de même source.

Il était 02H50 lorsqu'un avion de l'aéropostale, un Boeing 737 chargé de fret, a raté son atterrissage à l'aéroport de Montpellier et fini sa route dans l'étang de Mauguio situé en bout de piste. Le nez de l'avion est actuellement immergé.

"Tant que cet aéronef est sur la piste, et que l’enquête n’est pas terminée, nous ne rouvrirons pas l’aéroport. Après l’enlèvement de l’appareil, la piste sera elle aussi attentivement diagnostiquée", ont indiqué à l'AFP les services de l'aéroport.

42 mouvements d’avions étaient prévus ce samedi, soit 21 vols commerciaux. En moyenne, cet aéroport situé sur le littoral voit transiter jusqu'à 197 000 passagers par mois en pleine saison estivale.

Les annulations des vols ou leurs déplacements vers les aéroports les plus proches relèvent des compagnies aériennes, à précisé l'aéroport de Montpellier sans plus de précisions sur les décisions prises.

Soixante sapeurs-pompiers du service départemental d'incendie et de secours de l'Hérault, dont des spécialistes du secours aquatique, ont été dépêchés sur place avec une équipe du SAMU, de la brigade de gendarmerie des transports aériens et des équipes de l'aéroport.

Une enquête a été confiée au BEA, Bureau d’enquêtes et d’analyses pour la sécurité de l’aviation civile, qui devra s'atteler à comprendre les causes de cet accident survenu sur cet avion affrété par La Poste. Chaque nuit, ce vol atterrissait à 02H45, transportant du courrier.

"Quatre enquêteurs du BEA ont été dépêchés sur place" avec "l'ouverture d'une enquête de sécurité", a twitté samedi le BEA en précisant que l'appareil était exploité par la compagnie "West Atlantic".

Situé en bord de littoral, l'aéroport de Montpellier n'est pas connu pour sa dangerosité et cet accident revêt un caractère très exceptionnel.