La contagiosité d’Omicron menace de débordements dans les entreprises

Des traders à la Bourse de New York (NYSE) le 08 décembre 2021. Suite aux nouvelles de la société pharmaceutique Pfizer sur l'efficacité de son vaccin contre le variant Omicron, le Dow Jones Industrial Average a gagné près de 100 points dans les échanges matinaux mercredi. (Spencer Platt/Getty Images/AFP)
Des traders à la Bourse de New York (NYSE) le 08 décembre 2021. Suite aux nouvelles de la société pharmaceutique Pfizer sur l'efficacité de son vaccin contre le variant Omicron, le Dow Jones Industrial Average a gagné près de 100 points dans les échanges matinaux mercredi. (Spencer Platt/Getty Images/AFP)
Short Url
Publié le Samedi 25 décembre 2021

La contagiosité d’Omicron menace de débordements dans les entreprises

  • La liste est longue des secteurs risquant de subir les absences au travail liées aux «centaines de milliers» de cas par jour redoutés début 2022
  • Une flambée des cas a contraint à des annulations au Moulin Rouge, au Crazy Horse et au Théâtre Mogador à Paris

PARIS : Les arrêts de travail à cause d'Omicron, prochain cauchemar économique après celui de la première vague ? L'inquiétude grandit quant à une potentielle désorganisation généralisée face à la déferlante de contaminations attendue en janvier.

La liste est longue des secteurs risquant de subir les absences au travail liées aux «centaines de milliers» de cas par jour redoutés début 2022, selon Olivier Guérin, membre du Conseil scientifique français, citant «la distribution alimentaire, la sécurité, l'énergie, les transports, les communications, et la santé».

Le président de l'institution, Jean-François Delfraissy, a de son côté soulevé la «désorganisation possible d'un certain nombre de services essentiels».

Encore minoritaire dans l'Hexagone, le variant Omicron n'a pas causé d'isolements forcés massifs en raison de cas positifs ou de cas contacts. Mais quelques signaux d'alerte s'affichent et les projecteurs sont braqués sur la sixième vague en janvier.

- Annulations de vols -

Sur le rail, la SNCF constate des perturbations marginales dans les trains régionaux mais pas sur les grandes lignes. La RATP ne ressent «pas d'inquiétude pour l'instant», et la Poste affirme ne pas avoir rencontré de problème.

Côté aérien, Air France ne voit pas pour l'instant de pilotes ou de personnel naviguant malades au point de forcer à des annulations.

Mais la compagnie scandinave SAS a dû annuler des dizaines de vols mardi et mercredi en raison de l'absence de salariés malades, et Lufthansa a subi le même problème sur ses long-courriers sans confirmer que le variant est en cause.

Vendredi à 15H40 GMT, plus de 2.000 vols avaient été annulés dans le monde dont près d'un quart aux Etats-Unis, selon le site Flightware. De nombreuses compagnies invoquant la pandémie qui frappe les équipages.

Dans l'artisanat et les petites entreprises du bâtiment, un secteur déjà touché par des pénuries de personnel, «les cas contacts et les cas positifs font que l'on perd de la main-d'oeuvre en plus et il va devenir compliqué de fournir autant d'activité», s'est inquiété vendredi le président de leur Confédération (Capeb), Jean-Christophe Repon, sur France Info.

Le gouvernement tente d'être rassurant, le ministre de la Santé, Olivier Véran, affirmant qu'«il y a des cellules d'anticipation à tous les niveaux (...) de manière à permettre au pays de tourner», dans les domaines du sanitaire, de l'éducation, des transports, et de l'économie.

«Nous devons éviter tout phénomène de paralysie dans le pays», a-t-il encore affirmé.

Interrogé par l'AFP, le ministère des Finances se dit vigilant et suit de près la situation, au moment où de nombreux secteurs pourraient de nouveau appeler à l'aide.

- Spectacle -

Le télétravail est vivement conseillé par le gouvernement, mais 44% des actifs en emploi affirment ne pas pouvoir y avoir recours, selon un sondage réalisé mi-décembre par le cabinet Harris pour le ministère du Travail.

C'est par nature le cas du spectacle vivant, où une flambée des cas a contraint à des annulations au Moulin Rouge, au Crazy Horse et au Théâtre Mogador à Paris, dans le sillage de Broadway, ravivant le funeste souvenir du printemps 2020.

Au Royaume-Uni, l'opérateur postal Royal Mail a observé que les absences en cette période de l'année sont deux fois plus élevées qu'en 2018, tandis que les arrêts maladie se sont multipliés parmi les équipages dans les trains et ont un effet sur le réseau, rapportait dès la mi-décembre le Financial Times.

Touché très tôt par Omicron, le Royaume-Uni a enregistré jeudi 120.000 cas positifs, un nouveau record, pendant que la France en a déploré plus de 90.000.

«Il est fort probable que les activités d'un certain nombre d'entreprises seront considérablement affectées pour la simple raison qu'Omicron est beaucoup plus infectieux», souligne Roel Beetsma, professeur d'économie à l'université d'Amsterdam.

Cela a déjà été le cas en Belgique où l'usine Audi de Bruxelles, un des plus gros sites de fabrication automobile du pays, a fermé une semaine fin novembre en raison de cas de Covid.

Face au risque de déferlante, le gouvernement français réfléchit à revoir les modalités d'isolement, estimant selon Olivier Véran qu'il faut se «préparer à l'hypothèse (...) qu'une part non négligeable de la population active se retrouve cas contact ou positive même sans symptôme, au même moment».

Un conseil de défense sanitaire se tiendra justement lundi en France.


Macron «prépare la France» de Mélenchon, selon Zemmour

Eric Zemmour s'adresse à la presse après une réunion pour annoncer sa candidature aux élections législatives, à Cogolin, dans le sud-est de la France, le 12 mai 2022 (Photo, AFP).
Eric Zemmour s'adresse à la presse après une réunion pour annoncer sa candidature aux élections législatives, à Cogolin, dans le sud-est de la France, le 12 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Eric Zemmour, qui a réuni 7,07% des voix à la présidentielle, estime qu'Emmanuel Macron «prépare la France» de l'insoumis Jean-Luc Mélenchon
  • Pour lui, l'autre candidate d'extrême droite Marine Le Pen «a échoué à faire l'alliance de la droite patriote et de la gauche patriote»

PARIS: Eric Zemmour, qui a réuni 7,07% des voix à la présidentielle, estime qu'Emmanuel Macron "prépare la France" de l'insoumis Jean-Luc Mélenchon et critique à nouveau sa rivale Marine Le Pen qui incarne à ses yeux "le socialisme".

"Emmanuel Macron prépare la France de Jean-Luc Mélenchon. Ils sont tous les deux pour l'avènement de ce +nouveau peuple+ créolisé", affirme dans une interview au Figaro l'ancien prétendant d'extrême droite à l'Elysée, qui fut éditorialiste dans ce journal.

"Seulement, Jean-Luc Mélenchon veut en accoucher par la révolution. Quand Emmanuel Macron veut l'engendrer par attentisme et fatalisme démographique. Il y a une différence de chronologie, mais pas d'idéologie", estime M. Zemmour.

Pour lui, l'autre candidate d'extrême droite Marine Le Pen, qui a réuni au second tour 41,45% des voix derrière Emmanuel Macron (58,55%), "a échoué à faire l'alliance de la droite patriote et de la gauche patriote. Sinon elle aurait gagné".

La députée du Pas-de-Calais "s'aveugle en pensant qu'elle va pouvoir lui arracher des électeurs. À moins qu'elle ne renonce elle-même à défendre l'identité de la France" car "en mettant en priorité le social, elle s'inscrit dans une philosophie politique qui s'appelle le socialisme", selon Eric Zemmour.

"Qu'est-ce qui tient le haut de la hiérarchie? Pour moi, c'est la France, sa survie et son identité. Pour Marine Le Pen, c'est le socialisme", et son discours est "le même que celui de Jean-Luc Mélenchon" sur la retraite à 60 ans ou le retour de l'impôt sur la fortune, détaille-t-il.

Persuadé que "le clivage droite-gauche existe encore", il plaide pour "un rassemblement de toutes les droites" face à la nouvelle union des gauches (Nupes) de M. Mélenchon, par le biais d'"une alliance avec une partie de la bourgeoisie".

Il admet que la "bataille sera difficile" aux législatives mais que son parti Reconquête!, qui compte selon lui 125.000 adhérents, entre dans la phase "de l'implantation". 

Il dit avoir pâti à la présidentielle de la guerre en Ukraine, qui a favorisé un "vote légitimiste" en faveur de M. Macron, et d'un "vote utile" en faveur de Marine Le Pen.


Législatives: Bompard défend une soignante candidate condamnée pour des «violences»

Manuel Bompard, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon (Photo, AFP).
Manuel Bompard, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon (Photo, AFP).
Short Url
  • Manuel Bompard, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, a défendu vendredi la candidature aux législatives comme suppléante de Farida Chikh, une soignante violemment interpellée lors d'une manifestation en 2020
  • Mme Chikh se présente au scrutin des 12 et 19 juin dans la 10e circonscription du Val-de-Marne en tant que suppléante de la présidente du groupe LFI à l'Assemblée nationale Mathilde Panot

PARIS: Manuel Bompard, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, a défendu vendredi la candidature aux législatives comme suppléante de Farida Chikh, une soignante violemment interpellée lors d'une manifestation en 2020 et condamnée l'année suivante à une amende avec sursis pour des "violences".

Mme Chikh se présente au scrutin des 12 et 19 juin dans la 10e circonscription du Val-de-Marne en tant que suppléante de la présidente du groupe LFI à l'Assemblée nationale Mathilde Panot, sous les couleurs de l'alliance de la gauche (Nupes).

Traînée au sol par les forces de l'ordre lors de son interpellation en juin 2020 dans une manifestation de soignants, Mme Chikh, elle-même soignante, avait été condamnée en septembre 2021 à une amende de 1.000 euros avec sursis pour des "doigts d’honneur" et des "violences n'ayant pas entraîné d’incapacité temporaire de travail" contre des personnes dépositaires de l'autorité publique. Elle devait aussi verser 100 et 200 euros de dommages et intérêts à deux policiers pour le préjudice moral subi, et avait été relaxée des chefs de "résistance violente" et "outrages".

"Elle a été condamnée pour ça, très bien. C'est d'abord une femme, une soignante, une syndicaliste, qui se bat pour les conditions de travail dans le secteur de la santé qui sont encore aujourd'hui extrêmement difficiles", a défendu sur BFMTV et RMC M. Bompard, lui-même candidat Nupes dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône.

Se disant "fier" de ces combats, il a jugé qu'elle est par sa profession "bien placée pour porter ces sujets dans la campagne".

De plus, "si vous voulez que cette colère s'exprime d'une manière canalisée dans des canaux démocratiques, il faut que celles et ceux qui se battent pour leurs conditions de travail se présentent aux élections et qu'on fasse en sorte qu'ils les gagnent", pour "changer les choses" dans le secteur de la santé, a développé Manuel Bompard.

Interrogé sur la manifestation parisienne de juin 2020 lors de laquelle Farida Chikh avait été interpellée, il a fait valoir que c'était "la première de soignants après la première crise du Covid, avec beaucoup de colère, d'émotion", et qu'elle avait été "réprimée de manière extrêmement brutale par les forces de l'ordre".

Farida Chikh "a d'abord jeté les pavés puis a été interpellée", mais "cette manifestation a été réprimée avant qu'il y ait des jets de projectiles et de pavés", a assuré M. Bompard, dénonçant "une situation de gestion du maintien de l'ordre" qui avait "généré une montée des tensions".


Finistère: la famille emportée par une vague pêchait sur la digue

Trois membres d'une même famille, les parents et l'un des enfants qui se promenaient sur une digue jeudi en début de soirée à Plogoff (Finistère), ont été retrouvés morts après avoir été emportés par une vague (Photo, AFP).
Trois membres d'une même famille, les parents et l'un des enfants qui se promenaient sur une digue jeudi en début de soirée à Plogoff (Finistère), ont été retrouvés morts après avoir été emportés par une vague (Photo, AFP).
Short Url
  • Les deux adultes, âgés de 55 ans pour le père et de 33 ans pour la mère, ont été récupérés vers 19H30 en arrêt cardio-respiratoire
  • Le corps sans vie de l'enfant a été repêché peu après 22H00, entraînant la suspension des recherches

BREST: Les trois membres d'une même famille, les parents et l'un des enfants, qui ont péri après avoir été emportés par une vague jeudi sur une digue à Plogoff (Finistère) pratiquaient la pêche, a indiqué vendredi la préfecture maritime de l'Atlantique.

"Le jeudi 19 mai à 18h40, le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de Corsen reçoit une alerte du SAMU 29 lui signalant que trois membres d'une famille pratiquant la pêche ont été emportés par une lame depuis la cale de Pors Loubous à Plogoff", indique dans un communiqué la préfecture maritime.

"Sauf survenue d'éléments nouveaux, ce drame n'aura a priori pas de suites judiciaires, aucune infraction n'étant à ce stade relevée", a précisé à l'AFP la procureure de la République de Quimper Carine Halley.

Les deux adultes, âgés de 55 ans pour le père et de 33 ans pour la mère, ont été récupérés vers 19H30 en arrêt cardio-respiratoire mais les secouristes ne sont pas parvenus à les ranimer.

Le corps sans vie de l'enfant a été repêché peu après 22H00, entraînant la suspension des recherches. 

Trois autres enfants de la famille, âgés de 13 à 15 ans et qui pour leur part n'étaient pas montés sur la digue, sont sains et saufs mais choqués. Ils ont été pris en charge par les services médicaux et psychologiques.

Le drame s'est produit vers 18h40, soit un peu plus d'une heure avant la marée haute, à Pors-Loubous. La mer à cet endroit, situé à quelques kilomètres de la pointe du Raz, était agitée par une forte houle mais la météo n'était pas défavorable, a précisé une porte-parole de la préfecture maritime.

Une lame a soudain emporté les trois personnes sur la digue. "Ils ont été emportés vers le large", a expliqué le directeur de cabinet de la préfecture du Finistère David Fotlz.

Des témoins ont immédiatement prévenu les secours et d'importants moyens ont été déployés, notamment trois hélicoptères, ainsi que des moyens de la SNSM (secours en mer) et des pompiers. 

Des marins-pêcheurs sont également venus prêter main forte, notamment pour rechercher le corps du jeune garçon, a relevé M. Foltz.

Il n'y a "pas d'explication" à un tel drame pour le moment, pas de raison météo majeure, a commenté M. Foltz. 

La famille vivait à Audierne, non loin de là, depuis plusieurs années, a-t-il ajouté.

Dans son communiqué, la préfecture maritime a détaillé les très importants moyens mis en oeuvre pour rechercher les trois personnes: trois hélicoptères (ceux de la Marine nationale, de la Sécurité civile et du Samu), deux vedettes de la SNSM (Société nationale de sauvetage en mer) d'Audierne et de l'île de Sein, une équipe de plongeurs, une équipe de drône et une équipe canine des pompiers également présents en nombre par ailleurs.

Parmi les autres moyens ayant participé aux recherches, on relève un patrouilleur des affaires maritimes, la brigade nautique de la gendarmerie maritime et au moins un bateau de pêche.