Nice: des caméras de vidéosurveillance retirées par l'Université après des plaintes à la Cnil

Une photo prise le 29 janvier 2013 montre la CNIL (Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés) à Paris. (Photo, AFP)
Une photo prise le 29 janvier 2013 montre la CNIL (Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés) à Paris. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 25 novembre 2021

Nice: des caméras de vidéosurveillance retirées par l'Université après des plaintes à la Cnil

  • Deux caméras de vidéosurveillance avaient été installées début novembre dans deux salles de classes de l'Institut national supérieur du professorat et de l'éducation (Inspé) de l'académie de Nice
  • Selon l'Université, ces caméras avaient pour objectif de « surveiller les issues principales du site afin de sécuriser les intrusions potentielles, conformément aux recommandations du plan Vigipirate »

NICE : L'Université Côte d'Azur a annoncé jeudi que des caméras de vidéosurveillance installées dans des salles de classe d'un institut de formation des enseignants allaient être retirées après des plaintes déposées auprès de la Cnil.

Deux caméras de vidéosurveillance avaient été installées début novembre dans deux salles de classes de l'Institut national supérieur du professorat et de l'éducation (Inspé) de l'académie de Nice. Ces salles n'accueillent pas d'écoliers, de collégiens ou de lycéens mais seulement de futurs enseignants durant leur formation.

Selon l'Université, ces caméras avaient pour objectif de "surveiller les issues principales du site afin de sécuriser les intrusions potentielles, conformément aux recommandations du plan Vigipirate".

Les enseignants, tout comme la directrice de l'Inspé, n'avaient pas été avertis de l'installation de ces caméras, selon Gilles Jean, secrétaire départemental du SNUipp. Des plaintes ont été déposées auprès de la Commission nationale informatique et libertés (Cnil), a-t-il ajouté à l'AFP, confirmant une information révélée mercredi par le quotidien Libération.

La Cnil a confirmé à l'AFP avoir reçu "plusieurs plaintes" dénonçant "l'absence d'information des personnes concernées et l'installation de deux caméras dans des salles de classe".

Face à la mobilisation des enseignants, l'Université Côte d'Azur a annoncé jeudi avoir décidé de "retirer ces deux caméras", précisant que cette décision aurait été prise "de la même manière et avec la même célérité si la demande (lui) était arrivée par des remontées internes traditionnelles".

Dans son communiqué, l'Université a précisé que ces caméras "n'ont, pour le moment, jamais été mises en service" et qu'elle n'avait "jamais eu ni le souhait ni l'intérêt de filmer autre chose que les issues de l'établissement".

A plusieurs reprises, la Cnil, gardienne de la vie privée des Français, a épinglé des établissements scolaires pour un usage abusif de la vidéosurveillance.

"Sauf circonstances exceptionnelles", un système de vidéosurveillance ne peut placer des élèves ou des salariés "sous une surveillance systématique et continue", a ainsi rappelé la Cnil en décembre 2019, mettant en demeure les établissements concernés de "ne filmer que les accès et les espaces de circulation".

 


La CGT mobilise sur les salaires et les retraites jeudi, une «première étape»

Des manifestants portant des vestes du syndicat Confédération Générale du Travail (CGT) se rassemblent devant l'hôtel de ville de Saint-Etienne pour demander la démission du maire, le 26 septembre 2022. (AFP).
Des manifestants portant des vestes du syndicat Confédération Générale du Travail (CGT) se rassemblent devant l'hôtel de ville de Saint-Etienne pour demander la démission du maire, le 26 septembre 2022. (AFP).
Short Url
  • Au moins 200 lieux de rassemblement sont prévus partout en France pour cette première journée de mobilisation interprofessionnelle depuis la rentrée, affirme Céline Verzeletti, secrétaire confédérale de la CGT
  • A Paris, le cortège partira à 14H00 de la place Denfert-Rochereau, en direction de Bastille

PARIS : "Augmenter les salaires, pas l'âge de la retraite": la CGT, FSU, Solidaires et les organisations de jeunesse appellent jeudi à une journée de grève et de manifestation, une "première étape" en attendant d'autres mobilisations.

Au moins 200 lieux de rassemblement sont prévus partout en France pour cette première journée de mobilisation interprofessionnelle depuis la rentrée, affirme Céline Verzeletti, secrétaire confédérale de la CGT.

A Paris, le cortège partira à 14H00 de la place Denfert-Rochereau, en direction de Bastille. Une source policière attend 3 à 6 000 personnes dans la capitale. Elles étaient en comparaison 3 200 le 17 mars et 8.800 le 27 janvier, selon l'Intérieur.

La CGT et Solidaires avaient annoncé cette date de mobilisation avant les vacances, bientôt rejoints par la FSU et un aréopage de partis de gauche et d'associations.

Au mot d'ordre initial réclamant une hausse des salaires, des pensions, des bourses et des minima sociaux face à une inflation inédite (+5,9% en août), s'est ajouté le dossier des retraites, que l'exécutif est déterminé à faire avancer tambour battant.

"La question des salaires est posée dans ce pays depuis plusieurs mois (...) L'actualité fait que le sujet des retraites revient sur le haut de la pile", a déclaré vendredi à des journalistes le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez. "C'est une première étape pour nous. Il faudra qu’il y en ait d’autres".

La CFDT avait rapidement fait savoir début septembre qu'elle ne participerait pas à cette journée de mobilisation. "C'est entreprise par entreprise, branche par branche qu'il faut agir", déclarait son secrétaire général, Laurent Berger.

FO, qui s'était associée à la plupart des manifestations organisées par la CGT ces derniers mois, a cette fois-ci décidé de se tenir à l'écart. Son secrétaire général Frédéric Souillot a mis en avant la nécessaire "liberté et indépendance" des syndicats vis-à-vis des organisations politiques.

M. Souillot a pris la tête du troisième syndicat français en juin, avec une ligne plus "réformiste" que celle de son prédécesseur Yves Veyrier, analysent des sources syndicales sous couvert d'anonymat. Les élections professionnelles amènent peut-être aussi chaque organisation à vouloir marquer sa différence, soulignent ces sources.

La suite le 3 octobre

"Tout ce que le monde du travail a pu conquérir, cela s'est toujours fait dans l'unité des organisations syndicales. Donc, il faut qu'on travaille sur cette question d'unité, c'est essentiel pour gagner des choses", a commenté vendredi M. Martinez.

Le leader de la CGT ne doute pas cependant que tous les syndicats se retrouvent, une fois que l'exécutif aura mis concrètement sur la table son projet de recul de l'âge de la retraite, et comme ils ont réussi à le faire sur l'assurance chômage.

"Tous les syndicats en France sont contre l’idée d’allonger l’âge de départ à la retraite. Cela fait une bonne base de départ pour qu’on puisse concrétiser des journées de mobilisation à huit organisations syndicales", a-t-il dit.

L'idée, agitée depuis quelques semaines, de faire passer la réforme à la va-vite via un amendement au projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS), crispe tout particulièrement les leaders syndicaux.

"Que le gouvernement passe en force dans le PLFSS et vous verrez ce qu'il se passera, il y aura une opposition frontale de la part des organisations syndicales et notamment de la CFDT. On risque de casser le corps social", a de nouveau tonné Laurent Berger lundi sur Europe 1.

L'exécutif a prévu de faire connaître sa méthode "d'ici la fin de la semaine", a affirmé lundi la Première ministre Elisabeth Borne. Mais vraisemblablement "plutôt après" jeudi, a glissé un ministre à l'AFP.

L'ensemble des organisations syndicales nationales (CFDT, CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires et Unsa) doivent se retrouver au siège de l'Unsa le 3 octobre. "Il pourrait y avoir une annonce de manifestation le 3", selon Mme Verzeletti.

Les partis de gauche prévoient de leur côté d'organiser le 16 octobre une "grande marche contre la vie chère et l'inaction climatique", sans le soutien, un temps envisagé, de la CGT.

Une "concurrence" qui "contribue à fragiliser" les organisations syndicales, analyse le même ministre.


Budget «Sécu»: Les internes en médecine annoncent une mobilisation en octobre

L'objectif affiché est «d'améliorer la formation des jeunes médecins et faciliter leur installation ultérieure», a expliqué le ministre de la Santé, François Braun (Photo, AFP).
L'objectif affiché est «d'améliorer la formation des jeunes médecins et faciliter leur installation ultérieure», a expliqué le ministre de la Santé, François Braun (Photo, AFP).
Short Url
  • La quatrième année d'internat ne passe pas chez les carabins
  • Le budget de la Sécurité sociale pour 2023 prévoit en effet d'ajouter une «année de consolidation» au cursus des futurs généralistes

PARIS: Le principal syndicat d'internes en médecine a annoncé lundi "une grande mobilisation" au mois d'octobre "allant jusqu'à la grève", pour protester contre l'allongement d'un an de leurs études, que le gouvernement souhaite orienter "en priorité" vers les déserts médicaux.

La quatrième année d'internat ne passe pas chez les carabins. Le budget de la Sécurité sociale pour 2023 prévoit en effet d'ajouter une "année de consolidation" au cursus des futurs généralistes, qui serait effectuée hors de l'hôpital et "en priorité dans des zones sous-dotées".

L'objectif affiché est "d'améliorer la formation des jeunes médecins et faciliter leur installation ultérieure", a expliqué le ministre de la Santé, François Braun, lundi soir lors d'une audition sur ce projet de loi devant la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale.

Cette prolongation est même "demandée par les professionnels de santé", qui estiment "qu'en trois ans ils n'ont pas un niveau de formation satisfaisant", notamment en matière de pédiatrie, de gynécologie et de gestion d'un cabinet médical, raison pour laquelle "les jeunes s'installent extrêmement peu et préfèrent faire une deux années de remplacement" en début de carrière, a-t il ajouté.

M. Braun a aussi rappelé que "le président de la République s'y était engagé". En campagne pour sa réélection, Emmanuel Macron avait en effet promis de "déployer la quatrième année d'internat pour les médecins généralistes dans les zones rurales", présentée comme un moyen parmi d'autres d'envoyer "un renfort massif dans les déserts médicaux".

Mais l'Intersyndicale nationale des internes (Isni) y voit une "injustice" et "s'oppose formellement" à cette mesure "coercitive", dont elle n'attend "aucune solution aux problèmes d'accès aux soins", selon un communiqué diffusé lundi matin.

Accusant l'exécutif "d'instrumentaliser les médecins en formation pour (y) répondre à moindre frais", l'Isni déplore une réforme "menée sans concertation" et prédit qu'elle "court au désastre".

Sa présidente, Olivia Fraigneau, annonce qu'elle "lancera une grande mobilisation à partir du mois d'octobre, allant jusqu'à la grève de tous les internes".

Le gouvernement vise néanmoins une entrée en vigueur de sa réforme à la rentrée universitaire 2023 et a missionné à cette fin "quatre professionnels de terrain reconnus" pour mener "la concertation qui requiert un tel engagement", a indiqué M. Braun, qui "ne doute pas que les débats seront riches sur ce sujet"


France: Indemnisation des Harkis, «une insulte» selon leurs descendants

Des harkis et leurs enfants manifestent à côté du camp de Saint-Maurice l'Ardoise, pour dénoncer les conditions de vie de leur communauté, le 2 juin 1975 (Photo, AFP).
Des harkis et leurs enfants manifestent à côté du camp de Saint-Maurice l'Ardoise, pour dénoncer les conditions de vie de leur communauté, le 2 juin 1975 (Photo, AFP).
Short Url
  • «C'est une insulte, pas à la hauteur du préjudice subi»
  • La présidence française promet que plus de 27 millions d'euros supplémentaires vont être versés

ALGER: À l’occasion de la célébration annuelle de la Journée nationale d’hommage aux harkis et aux personnels des diverses formations supplétives et assimilés, le gouvernement français a annoncé avoir versé plus de 22 millions d’euros à ceux qui leur ont servi d’auxiliaires durant la guerre d’Algérie, somme loin de convenir aux enfants de harkis. 

Depuis sa création, en 2003, cette commémoration donne lieu chaque année à l’organisation d’une cérémonie à Paris. Ce dimanche 25 septembre, la France a donc célébré la Journée nationale en l'honneur des harkis.

V
Des vétérans harkis en ligne lors d'une cérémonie aux Invalides le 25 septembre (Photo, AFP).

Dans ce communiqué publié dimanche, l'Élysée a annoncé que l'État français avait déjà versé 22 millions d'euros en guise de compensation pour environ 3 000 Harkis et leur descendance.

Lors de cet événement, la présidence française a indiqué qu’au lendemain de la publication de cette loi, plus de 11 500 demandes ont été reçues. Le nombre de dossiers s’élève actuellement à 22 000 requêtes, selon le même communiqué.

La présidence française promet que plus de 27 millions d'euros supplémentaires vont être versés.

L’an dernier, le président français Emmanuel Macron avait promis, devant un public de Harkis, de « faire plus pour la communauté » reconnaissant que la France « a manqué à son devoir envers les Harkis, leurs femmes et leurs enfants ».

Le chef d’État français s’était engagé à rédiger une loi reconnaissant la responsabilité de l'État dans l’histoire Harkie et de prendre des dispositions prévoyant des "réparations" pour leur traitement au fil des décennies.

Cependant, les Harkis disent n'avoir reçu pour l’instant que « des platitudes », interpellant de nouveau Macron « Nous espérons que vous serez celui qui mettra fin à 60 ans d'une certaine hypocrisie par laquelle l'abandon des Harkis est reconnu dans les discours, mais pas dans la loi ».

«Pas à la hauteur» 

Le Parlement français a finalement  adopté, quelques mois plus tard, une loi de « reconnaissance et de réparation » était signée le 23 février 2022, prévoyant un dispositif d'indemnisation pour les Harkis et leur famille.

Cette loi prévoit  de déverser 3 000 euros par année passée dans un camp. Néanmoins, la somme totale ne devra pas dépasser les 16 000 euros.

De ce fait, les enfants des Harkis ne sont  toujours pas convaincus que les montants proposés par la France soient à la hauteur des conditions précaires dans lesquelles ils ont été reçus à leur arrivée en France. 

Ces derniers ont évoqué la dureté de la vie dans des camps de fortune assignés, isolés de tout et livres à eux même dans les six camps dits de transit où ils ont été affectés. 

Les familles des harkis ont dénoncé le caractère discriminatoire de ces réparations. Selon  ces derniers, parmi les 90 000 Harkis et leurs familles arrivés en France, seulement 40 000 à 50 000 ont eu droit à cette indemnisation.

« C'est une insulte, pas à la hauteur du préjudice subi » confie André Azni, fils de harki à France Info. 

Le président de l'association « Les harkis et leurs amis » qui demande 50 000 euros d’indemnités, considère qu’Emmanuel Macron « n'a pas la volonté de réparer les harkis, ce n'est pas sincère ». 

Ces membres de la communauté jugent ces gestes très insuffisants et réclament, depuis leur arrivée en France, une réparation bien plus conséquente.

"Ces annonces ne nous conviennent pas du tout", a indiqué mardi à l'AFP Mohamed Badi, du Comité national de liaison des harkis. "Avec les autres présidents d'associations, nous voulons désormais aller devant la Cour européenne des droits de l'homme pour une loi de reconnaissance et une réparation (financière) correcte. (…) Cette journée est de l'enfumage pour faire oublier les raisons de notre mécontentement total".

Sur les quelque 150.000 Algériens recrutés par l'armée française comme auxiliaires durant la guerre d'Algérie, environ 60.000 sont parvenus à partir pour la métropole avec les "pieds-noirs". Mais leur accueil s'est fait dans des conditions précaires (camps, hameaux de forestage et cités urbaines), sans réelles perspectives d'intégration pour eux-mêmes ni leurs enfants.

(Avec AFP)