La police technique et scientifique recrute

La police technique et scientifique, partenaire indispensable des enquêteurs, ouvre à partir de lundi son guichet d'inscription à son nouveau concours de recrutement. Photo d'illustration LUDOVIC MARIN / AFP
La police technique et scientifique, partenaire indispensable des enquêteurs, ouvre à partir de lundi son guichet d'inscription à son nouveau concours de recrutement. Photo d'illustration LUDOVIC MARIN / AFP
Short Url
Publié le Lundi 02 août 2021

La police technique et scientifique recrute

  • La police technique et scientifique, partenaire indispensable des enquêteurs, ouvre à partir de lundi son guichet d'inscription à son nouveau concours de recrutement
  • Les candidats ont jusqu'au 10 septembre pour s'inscrire via le site www.devenirpolicier.fr et tenter de décrocher un des 94 postes ouverts

PARIS : La police technique et scientifique, partenaire indispensable des enquêteurs, ouvre à partir de lundi son guichet d'inscription à son nouveau concours de recrutement.

Si ces "experts" sont connus du grand public au travers de films et de séries, ils le sont nettement moins dans la réalité. "Si on nous voit , cela signifie que ça va mal, qu'il y a un problème", s'amuse Jessica Gadaleta, technicienne principale de Police technique et scientifique (PTS), en poste en Martinique depuis mars 2020.

Les candidats ont jusqu'au 10 septembre pour s'inscrire via le site www.devenirpolicier.fr et tenter de décrocher un des 94 postes ouverts (55 postes ouverts en externe, et 39 postes en interne).

Cette année, les modalités d'accès ont changé. Pour pouvoir présenter sa candidature, il faut avoir le bac. "Les épreuves sont celles du bac, en mathématique, chimie et SVT (sciences de la vie et de la terre)", explique Jessica Gadaleta.

Elle relève qu'il s'agit d'un concours déconcentré. C'est-à-dire qu'un postulant posant sa candidature dans le Grand Est ira, s'il est sélectionné, en poste dans cette région. "Il ne pourra pas aller à Bordeaux".

Le nombre et la spécialité des postes ouverts ne sont pas les mêmes selon les régions.

L'éventail des spécialités de la PTS est vaste: il va de la criminalistique conventionnelle (recherche de traces papillaires, prélèvements sur les scènes de crimes et délits, photographies, biologie, balistique etc...) à la criminalistique numérique, en plein essor.

Au sein de la PTS, certains spécialistes sont rares, comme ceux qui pratiquent la morphoanalyse (analyse des projections de sang). Ils ne sont qu'une dizaine actuellement.

Quant aux analyses et identification de traces d'ADN qui sont également pratiquées par la PTS, Mme Gadaleta explique que des juges, des procureurs décident parfois de les confier à des laboratoires privés, comme cela a été le cas avec un matelas retrouvé dans la maison de la sœur de Michel Fourniret.

"En cas d'urgence, ils font ce choix, car un laboratoire privé peut traiter plus vite la demande que la PTS, en charge d'analyses aussi nombreuses que variées", poursuit la technicienne.

Pour elle, la Police technique et scientifique, en dépit de ses performances, n'est pas pour autant l'alpha et l’oméga de la résolution d'une enquête. "C'est une aide à l'enquête. On apporte des éléments concrets. Mais parfois, cela ne donne rien. On n'a pas d'éléments, de traces". 

"L'enquête est primordiale", ajoute-t-elle, en citant le cas d'une enquêtrice qui au terme d'un "travail de fourmi" a réussi à découvrir, trois ans après les faits, les auteurs d'un cambriolage avec tentative d'homicide pour lequel aucun indice n'avait été découvert.


Google va financer une quarantaine de médias européens, dont 8 français

Une photo prise le 3 septembre 2019 montre le logo de la multinationale américaine de technologie et de services liés à Internet Google, affiché sur l'écran d'une tablette, à Lille, dans le nord de la France. (AFP).
Une photo prise le 3 septembre 2019 montre le logo de la multinationale américaine de technologie et de services liés à Internet Google, affiché sur l'écran d'une tablette, à Lille, dans le nord de la France. (AFP).
Short Url
  • Le géant du web, qui a lancé en 2018 des «challenges de l'innovation», a ouvert en avril cet appel à projets, déjà testé dans d'autres régions du monde, aux médias du Vieux continent comptant 50 journalistes maximum
  • Sur plus de 600 candidatures issues de 38 pays, 47 lauréats ont été retenus dans 21 pays, la France regroupant le plus grand nombre d'entre eux

PARIS : Google va financer les projets d'une quarantaine de médias européens jugés innovants, dont 8 français, parmi lesquels L'Humanité, Konbini ou Les jours, à hauteur de 150 000 euros chacun maximum, a annoncé la firme américaine jeudi.

Le géant du web, qui a lancé en 2018 des "challenges de l'innovation", a ouvert en avril cet appel à projets, déjà testé dans d'autres régions du monde, aux médias du Vieux continent comptant 50 journalistes maximum.

Sur plus de 600 candidatures issues de 38 pays, 47 lauréats ont été retenus dans 21 pays, la France regroupant le plus grand nombre d'entre eux.

Le site Les Jours a notamment séduit en se demandant "comment enrichir l'investigation" avec des visualisations et cartographie des groupes d'influences, a expliqué Ludovic Blecher, directeur innovation de Google News Initiative.

Le quotidien L'Humanité est lui récompensé pour son projet ayant trait au web3 (blockchain, NFT...) et passant par la création d'une DAO (organisation autonome décentralisée), structure aux règles établies par sa communauté.

Le site Konbini se distingue lui par son recours à la "gamification", des techniques du jeu vidéo, pour attirer des audiences plus jeunes, selon Google.

L'agence Wedodata, les sites Futura (ex-Futura Sciences), Africa Business+, la newsletter Voxe et l'éditeur So Press figurent également parmi les lauréats tricolores.

Dans le reste de l'Europe, la guerre en Ukraine a influencé certains projets, comme celui de Novaïa Gazeta Europe, créé en Lettonie cette année après l'interdiction du média en Russie, qui entend mieux s'adresser à la diaspora russophone. Et un consortium de journaux régionaux polonais va créer une application mettant en lien réfugiés ukrainiens et journalistes parlant leur langue.

Dans un tout autre domaine, le quotidien espagnol Público va lui créer une application d'actualité à destination des personnes âgées.

"Il y a beaucoup de projets centrés sur la nécessité de reconstruire du lien, de la confiance", là où les médias avaient jusqu'à présent tendance à privilégier la lutte contre les fausses informations, constate Ludovic Blecher.

Régulièrement accusé de siphonner les revenus publicitaires des médias, Google multiplie les soutiens à la presse depuis quelques années.

La firme a ainsi lancé un fonds pour l'innovation numérique de la presse en 2013 en France, puis, à l'échelle européenne, la "Digital News initiative" (DNI ou Initiative pour le journalisme numérique) en 2015, finançant de nombreux projets de plus grande envergure.

La firme américaine a en outre signé des accords sur la rémunération des droits dits "voisins" avec divers médias.

L'AFP a ainsi signé avec Google fin 2021 un accord sur les "droits voisins" qui rémunère l'agence pendant cinq ans pour ses contenus présentés par le géant américain, ainsi que deux contrats commerciaux, également signés pour cinq ans.

Le premier porte sur la formation des journalistes et étudiants en journalisme du monde entier aux techniques d'investigation numérique; le second sur la production de "mobile stories", des formats visuels verticaux pour smartphones. Le montant de ces accords est confidentiel.


Electricité: des remises pour récompenser la sobriété des clients cet hiver

Cette photo d'archive prise le 28 mai 2021 montre le nouveau logo de TotalEnergies lors de sa cérémonie de dévoilement, dans une station de recharge à La Défense, en banlieue de Paris. (AFP).
Cette photo d'archive prise le 28 mai 2021 montre le nouveau logo de TotalEnergies lors de sa cérémonie de dévoilement, dans une station de recharge à La Défense, en banlieue de Paris. (AFP).
Short Url
  • Le géant des hydrocarbures TotalEnergies a ainsi annoncé mercredi une remise sur facture allant de 30 à 120 euros pour ses clients qui réduiront leur consommation d'électricité cet hiver, dans le cadre des appels à la sobriété énergétique
  • «Cette récompense, appelée Bonus Conso, est une prime allant de 30 euros à 120 euros selon la baisse de consommation qui sera réalisée par le client», a indiqué l'entreprise

PARIS : Deux des principaux fournisseurs français d'électricité, TotalEnergies et Engie, entendent récompenser la sobriété de leurs clients cet hiver, une démarche qui se rapproche de certains contrats proposés par EDF depuis plusieurs années.

Ces initiatives sont amplifiées par les craintes de tensions sur le réseau, compte tenu des problèmes d'approvisionnement en gaz et des difficultés rencontrées par le parc nucléaire français.

Le géant des hydrocarbures TotalEnergies a ainsi annoncé mercredi une remise sur facture allant de 30 à 120 euros pour ses clients qui réduiront leur consommation d'électricité cet hiver, dans le cadre des appels à la sobriété énergétique.

"Cette récompense, appelée Bonus Conso, est une prime allant de 30 euros à 120 euros selon la baisse de consommation qui sera réalisée par le client", a indiqué l'entreprise dans un communiqué.

Pour en bénéficier, les clients devront être détenteurs d'un contrat électricité avec TotalEnergies depuis novembre 2021, être équipés d'un compteur Linky et ne pas avoir changé de logement depuis l'hiver dernier. Selon l'entreprise, cela concernerait "plus de trois millions de foyers".

Concrètement, TotalEnergies comparera les données de consommation du foyer entre novembre 2022 et mars 2023 avec celles de la même période de l'année précédente, sans prendre en compte "l'effet météo", c'est-à-dire les variations de températures d'une année par rapport à l'autre.

"Le montant du bonus sera proportionnel à la baisse de consommation réalisée par le client" à la fin de l'hiver, de 30 euros pour 5% de réduction de la consommation jusqu'à 120 euros pour 20% de réduction.

Ce montant sera ensuite déduit à partir d'avril sur les factures des clients concernés.

"Cette prime vient s'ajouter aux économies réalisées par le client grâce à sa baisse de la consommation", a tenu à souligner TotalEnergies dans son communiqué.

Défi

Une démarche voisine de celle annoncée chez Engie, avec la première campagne "Mon Bonus Engie" lancée mi-octobre auprès des clients particuliers qui auront donné leur accord "pour accéder à leurs données de consommation d'électricité quotidienne et se seront déclarés intéressés pour participer à des défis journaliers les jours de tension sur le réseau électrique".

"Le défi journalier consiste à réduire de x% sa consommation d'électricité par rapport à sa consommation prévisionnelle, basée sur la consommation du client le même jour des trois dernières semaines précédentes (J-7, J-14 et J-21)", a indiqué l'opérateur.

"Entre un et trois jours avant le jour dit, on lance un défi +Mon Bonus Engie+", qui fixe un objectif de réduction de consommation compris entre 10 et 20% selon la météo et les besoins du réseau, a expliqué à l'AFP Marion Deridder-Blondel, directrice marketing particuliers chez Engie France.

La remise pourrait atteindre entre 5 et 10 euros par défi, selon elle.

Chez EDF, l'approche est un peu différente, avec l'existence depuis de nombreuses années de contrats permettant de faire des économies sur son électricité en déportant ses consommations sur certains jours (bleus ou blancs) plutôt que d'autres (rouges).

Tempo, qui a remplacé une offre effacement jour de pointe, est une option du tarif réglementé de vente, définie par les pouvoirs publics et la Commission de régulation de l'énergie (CRE) et commercialisée par EDF, en plus de l'option heures pleines/heures creuses.


Création de 200 brigades de gendarmerie: Darmanin lance la consultation jeudi

Le ministre de l'Intérieur a expliqué que "chaque préfet, avec le patron de groupement de gendarmerie de son département réunira les élus locaux pour leur présenter l'état des forces et faiblesses de la sécurité sur le territoire concerné". (AFP).
Le ministre de l'Intérieur a expliqué que "chaque préfet, avec le patron de groupement de gendarmerie de son département réunira les élus locaux pour leur présenter l'état des forces et faiblesses de la sécurité sur le territoire concerné". (AFP).
Short Url
  • Gérald Darmanin précise qu'il s'agit de récréer 2 à 3 brigades de gendarmerie «par département en se concentrant sur les secteurs qui ont gagné de la population et sur ceux où les services publics ont déserté»
  • La phase de concertation s'étalera «jusque début janvier» puis l'Etat analysera les propositions en vue d'annoncer les implantations «d'ici mars-avril 2023» afin que les «premières brigades soient prêtes dès l'été prochain»

PARIS : Gérald Darmanin se rend jeudi dans le Cher pour lancer "la consultation pour l'ensemble du pays, département par département", qui doit décider de l'implantation des 200 brigades de gendarmerie supplémentaires prévue dans la loi d'orientation de la sécurité.

Dans un entretien au groupe de presse Centre France, le ministre de l'Intérieur a expliqué que "chaque préfet, avec le patron de groupement de gendarmerie de son département réunira les élus locaux pour leur présenter l'état des forces et faiblesses de la sécurité sur le territoire concerné".

"L'idée", poursuit-il, "est que les élus et notamment les maires, qui connaissent le terrain mieux que les fonctionnaires de la République, puissent réagir en exprimant leur accord ou leur désaccord sur le constat".

Gérald Darmanin précise qu'il s'agit de récréer 2 à 3 brigades de gendarmerie "par département en se concentrant sur les secteurs qui ont gagné de la population et sur ceux où les services publics ont déserté".

La phase de concertation s'étalera "jusque début janvier" puis l'Etat analysera les propositions en vue d'annoncer les implantations "d'ici mars-avril 2023" afin que les "premières brigades soient prêtes dès l'été prochain".

Quant aux locaux, le ministre explique que la création de ces brigades se fera "à moindre coût" en réinvestissant des bâtiments publics non utilisés. Il ajoute que "les élus qui le souhaitent pourront disposer de brigades itinérantes".

La création de ces 200 brigades est prévue dans le projet d'orientation et de programmation du ministère de l'Intérieur (LOPMI) qui doit être débattue en première lecture début octobre au Sénat.