Fairouz reçoit Macron: portrait de « l’ambassadrice du Liban auprès des étoiles »

Macron décorant Fairouz. (Photo Fournie)
Macron décorant Fairouz. (Photo Fournie)
Short Url
Publié le Mardi 01 septembre 2020

Fairouz reçoit Macron: portrait de « l’ambassadrice du Liban auprès des étoiles »

  • La diva libanaise reste un symbole national, qui transcende les clivages politiques et générationnels
  • Avec les frères Rahbani, elle a révolutionné la chanson libanaise folklorique et populaire

BEYROUTH: Qui ne connait pas Fairouz, « l’ambassadrice du Liban auprès des étoiles » ? Qui, au Liban, n’a jamais fredonné une chanson de Fairouz ? Elle est une légende dans le monde arabe. Avec les frères Rahbani, Mansour et Assi (son mari), Fairouz, est entrée dans chaque foyer. Pour chanter l’amour, la liberté ou la paix. Des générations se sont aimées sur ses chansons. Les Libanais ont vécu la guerre avec ses airs patriotiques qui n’étaient jamais très loin.

De son vrai nom Nouhad Haddad, la diva libanaise est née en 1934. Sa famille s’est installée dans le quartier de Zoukak el Blat à Beyrouth.

Elle a fait ses premiers pas en 1947 avec la chorale de Radio-Beyrouth. Séduit par sa voix, le directeur de la radio, Halim El-Roumi, lui donne son surnom Fairouz (émeraude) et l’embauche. C’est là qu’elle rencontre les frères Rahbani, Mansour et Assi qu’elle épousera. C’est avec lui qu’elle aura quatre enfants (Ziad, Rima, Layal et Haali).

Ensemble, ils vont révolutionner la chanson libanaise folklorique et populaire, devenant avec l’Egyptienne Oum Kalthoum, la plus célèbre voix du monde arabe.

Son foisonnant répertoire compte près de 3000 chansons, trois films et une vingtaine de pièces musicales. Sa carrière s’est en particulier envolée après ses premiers concerts au Festival international de Baalbeck où « elle fait trembler les colonnes des temples romains » selon l’ancien ministre français de la Culture, Jack Lang.

Malgré sa renommée internationale, Fairouz est peu connue du grand public. Elle entretient volontiers le mystère, donnant rarement des interviews à la presse. « Catherine Deneuve disait que pour être star, il faut toujours garder un brin de mystère. Et le fait qu’elle ne soit pas toujours accessible, donne plus de poids et d’éclats à sa présence », affirme Georges Béchara, un proche et un passionné de Fairouz et de son art. « Elle n’envahit pas les écrans de télé et les pages des magazines. Le public l’adule précisément pour sa discrétion et sa simplicité ».

Froide, joviale, farceuse, espiègle

Fairouz, l’artiste, est tout aussi complexe que Nouhad la personne. Lors de ses concerts, elle adopte toujours une posture immobile, froide. Mais il existe aussi d’autres Fairouz: la joviale, la farceuse, l’espiègle. « Les Rahbani ont souvent créé dans leurs opérettes, des personnages à l’image de Fairouz, comme Loulou, Zayoun ou Qronfol. Assi a su jouer à merveille du vrai caractère de son épouse afin de lui créer des rôles qui lui ressemblaient. Fairouz était sa muse. Et l’humour de son fils Ziad vient de sa mère, et non de son père », précise Georges Béchara, qui estime que Fairouz s’exprime à travers ses chansons sans avoir à s’exposer médiatiquement. « Elle a chanté l’amour, la vie, la mort, la patrie, la prière, Dieu… Le côté mondain ne l’intéresse pas ».

Depuis le début de sa carrière, surtout durant la guerre au Liban, Fairouz a voulu rester discrète concernant ses opinions politiques, contrairement à beaucoup d’artistes qui s’engagent politiquement. « Fairouz chante le Liban. Elle n’a jamais voulu être avec un parti contre un autre, soutenir un politicien contre un autre », précise Béchara. A travers ses chansons, la diva libanaise incarne la paix et l’amour. Que l’on soit chrétien ou musulman, sunnite ou chiite, Marocain ou Irakien, sa voix pénètre au plus profond de l’être, transcendant les conflits et les identités. En 2008, elle avait créé une polémique en se produisant à Damas, alors que le pays du Cèdre était plongé dans une profonde polarisation entre deux camps politiques, celui du « 8 mars »  et du « 14 mars » (pro et anti-régime syrien). Elle reste tout de même un symbole national, qui transcende les clivages politiques et générationnels.

« Le personnage intime ressemble beaucoup à nos mamans, précise ce proche de la diva. Quand elle reçoit de la visite, c’est elle qui sert le café. Elle offre bonbons et chocolats. Elle insiste comme le font nos mères. Elle se comporte comme n’importe quelle femme au foyer, avec les mêmes habitudes libanaises de générosité et d’accueil ».Toutefois en public, Fairouz une femme renfermée et très timide. Elle a toujours le trac avant de monter sur scène. C’est aussi une des raisons pour lesquelles elle évite le contact avec le public et la presse.

Une vie privée remplie de chagrin

Son retrait est également dû au fait que la chanteuse tient énormément à sa vie privée, qui a été remplie de chagrins et de tourments. « Il y a une séparation entre Fairouz et Nouhad ». En tant que mère, la chanteuse a enduré beaucoup de difficultés. Rares sont les personnes qui savent les blessures profondes qu’elle combat quotidiennement. « Fairouz prend soin personnellement de son fils Haali, handicapé dès la naissance. C’est une situation qui n’a jamais été facile pour elle. Sans oublier la mort de sa fille Layal en 1987 d’une hémorragie cérébrale ». Sa vie de couple a également été tumultueuse. L’année 1978 a marqué la fin de sa vie commune avec son mari Assi, ainsi que de leur collaboration artistique. A partir de 1979, c’est son fils Ziad qui lui composera ses chansons. Un nouveau style pour la diva auquel le public n’était pas habitué. Un débat naîtra entre les nostalgiques des chansons romantiques et populaires des frères Rahbani et celles de Ziad imprégnées de jazz et plus éclectiques.

ghf

Le lien entre Fairouz et les frères Rahbani a d’ailleurs toujours été au centre de beaucoup de spéculations. On se demande toujours qui a créé qui ? Est-ce Fairouz qui a permis aux Rahbani de devenir célèbres ? Ou sont-ce les frères Rahbani qui ont propulsé Fairouz au-devant de la scène ?  « Elle a permis aux dons des frères Rahbani de pouvoir s’exprimer. C’est ce qu’on appelle le génie de la voix. Il est évident que les paroles et la musique de Mansour et Assi sont exceptionnelles. Mais il faut admettre aussi que la sensibilité et la voix de Fairouz ont permis de consacrer l’art des Rahbani. D’ailleurs son fils Ziad l’a expliqué. Sa mère ajoutait souvent sa touche personnelle. Sa voix créait la musique. C’est ça la force de Fairouz », précise Georges Béchara.

Un théâtre en son nom

Fairouz a des relations généralement agitées avec les dirigeants politiques. Elle a toujours refusé de faire un concert privé pour un chef d’Etat, quel qu’il soit. Béchara se rappelle ainsi que « du temps du mandat de Charles Helou, le président tunisien Habib Bourguiba a visité Beyrouth en 1965. Les autorités libanaises avaient alors demandé à Fairouz si elle pouvait se produire en concert public au Casino du Liban en l’honneur de Bourguiba, grand fan de la diva libanaise. En pleine répétition pour le concert, les autorités libanaises ont demandé à la chanteuse si elle pouvait se déplacer au palais présidentiel pour un récital privé en présence des deux présidents, pour des raisons de sécurité. Fairouz ayant catégoriquement refusé de chanter au palais, le concert avait été annulé. A cette époque, les chansons de la diva avaient été bannies de la radio publique libanaise pour la sanctionner. Fairouz se produisit finalement en 1968 à Tunis, où Bourguiba a pu finalement assister à son concert ».

d
Son foisonnant répertoire compte près de 3000 chansons, trois films et une vingtaine de pièces musicales. (Joseph EID/AFP)

Lors du sommet arabe au Caire en 1976, alors que Fairouz préparait un concert au théâtre du « jardin de l’Andalousie » (Hadikat al Andalos) au Caire, « la délégation libanaise, présidée à cette époque par Elias Sarkis, avait exhorté la chanteuse libanaise de donner un concert pour les chefs d’Etat arabes au palais présidentiel d’Anouar al-Sadate. Celle-ci a catégoriquement refusé », ajoute-t-il.

Lors de sa visite à Beyrouth pour le centenaire de la naissance du Grand-Liban, Emmanuel Macron devrait rendre visite à Fairouz. Celle-ci a déjà reçu plusieurs distinctions françaises, notamment l’insigne de commandeur de l’ordre des Arts et des Lettres sous le président François Mitterrand en 1988 et le titre de chevalier de la Légion d'honneur avec le président Jacques Chirac en 1998. « Fairouz a répété à plusieurs reprises que le meilleur hommage qu’elle aimerait recevoir dans sa vie, est d’avoir un théâtre en son nom. Le président élu Bachir Gemayel le lui avait promis, mais il a été assassiné », conclut Georges Béchara.


Fashion Trust Arabia rend hommage aux gagnants lors d’un dîner à Londres en présence de Salma Hayek

L’actrice américano-mexicaine Salma Hayek a assisté à l’événement avec les lauréats de 2023. (Images Getty)
L’actrice américano-mexicaine Salma Hayek a assisté à l’événement avec les lauréats de 2023. (Images Getty)
Short Url
  • La 6e édition de la cérémonie de remise des prix Fashion Trust Arabia se tiendra à Marrakech, au Maroc, dans le cadre de l’Année de la culture Qatar-Maroc 2024
  • L’événement aura lieu au mois d’octobre, ont annoncé les organisateurs sur Instagram au mois d’avril

DUBAÏ: Le Fashion Trust Arabia du Qatar a organisé une fête à l’hôtel Claridge’s de Londres, lundi, pour rendre hommage à ses lauréats pour l’année 2023. 

Le mannequin somalien d’origine suédoise Ikram Abdi a assisté à l’événement aux côtés de l’actrice américano-mexicaine Salma Hayek et des créateurs primés. 

photo
Ikram Abdi a assisté à l’événement à Londres. (Images Getty) 

L’organisation a annoncé les sept lauréats du prix Fashion Trust Arabia en décembre. 

La cérémonie de remise des prix, à laquelle assistent habituellement nombre de stars, a été annulée en raison de la «crise humanitaire profondément affligeante en Palestine», mais une session de délibération virtuelle de deux jours a été organisée pour désigner les lauréats l’année dernière. 

Le créateur de vêtements pour femmes Amir al-Kasm et la fondatrice de Renaissance Renaissance, Cynthia Merhej, ont remporté conjointement la catégorie tenue de soirée. 

Les finalistes ont été sélectionnés par un jury composé notamment de cheikha al-Mayassa bent Hamad ben Khalifa al-Thani et de la rédactrice de mode Tania Fares, fondatrice du fonds en 2018. 

Parmi les autres lauréats, on compte le créateur basé au Liban Ahmed Amer dans la catégorie prêt-à-porter, la créatrice anglo-libanaise Katarina Tarazi dans la catégorie bijoux et le duo de créateurs de la marque de lunettes «A Better Feeling» Omar Taha et Lily Max pour les accessoires. 

Le créateur de vêtements pour hommes Adam Elyasse a remporté le prix Franca Sozzani Debut Talent et le créateur nigérian Adeju Thompson, fondateur du Lagos Space Programme, a reçu le prix Guest Country. 

La 6e édition de la cérémonie de remise des prix Fashion Trust Arabia se tiendra à Marrakech, au Maroc, dans le cadre de l’Année de la culture Qatar-Maroc 2024. 

L’événement aura lieu au mois d’octobre, ont annoncé les organisateurs sur Instagram au mois d’avril. 

«Conformément à notre engagement continu en faveur de la diversité et de l’inclusion, nous avons choisi la ville animée de Marrakech comme lieu d’accueil», peut-on lire sur le communiqué. «Le prix FTA 2024 rassemblera des talents en provenance du monde entier, au moment où nous explorons et mettons en valeur le patrimoine culturel diversifié du Maroc.» 

«Au cœur de notre mission, nous avons toujours défendu les communautés créatives du monde arabe et cette année ne fait pas exception», ajoute le communiqué. 

Fashion Trust Arabia est une organisation à but non lucratif qui fournit un soutien financier, des conseils et un mentorat aux créateurs émergents de toute la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. 

L’événement est connu pour attirer les grands noms du secteur à travers le monde, la cérémonie de 2022 ayant accueilli des personnalités telles que Bella Hadid, Naomi Campbell, Karolina Kourkova, Pierpaolo Picciolini (le directeur artistique de Valentino), les mannequins britanniques Jourdan Dunn et Poppy Delevingne, l’ancienne Miss Univers Olivia Culpo, l’actrice britannique Jodie Turner-Smith, le mannequin américain Jasmine Tookes et le mannequin somali-américain Halima Aden. 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Tony Awards: Nicole Scherzinger opte pour une robe conçue par un styliste libanais

Nicole Scherzinger défile dans une robe Nicolas Jebran aux teintes roses sur le tapis rouge, avant de monter sur scène pour se produire dans le cadre de la section «In Memoriam» du spectacle. (Images Getty)
Nicole Scherzinger défile dans une robe Nicolas Jebran aux teintes roses sur le tapis rouge, avant de monter sur scène pour se produire dans le cadre de la section «In Memoriam» du spectacle. (Images Getty)
Short Url
  • La robe aux teintes roses comprend une jupe transparente plissée sur les hanches
  • La styliste Emily Evans a complété le look avec des bijoux Cicada et Maison H

DUBAÏ: La chanteuse américaine Nicole Scherzinger a assisté, dimanche, aux Tony Awards 2024, à New York, vêtue d’une robe du créateur libanais Nicolas Jebran.

La robe aux teintes roses comprend une jupe transparente plissée sur les hanches. La styliste Emily Evans a complété le look avec des bijoux Cicada et Maison H.

nicole schlezinger
Nicole Scherzinger a défilé dans une robe aux teintes roses, signée Nicolas Jebran, sur le tapis rouge. (Images Getty)

Mme Scherzinger, qui devrait jouer dans une reprise de Sunset Boulevard à Broadway, a chanté dans le cadre de la section «In Memoriam», rapporte l’Associated Press.

Elle a chanté What I Did for Love, alors que les noms des grandes vedettes de Broadway défilaient, notamment le dramaturge Christopher Durang et les acteurs Alan Arkin, Glenda Jackson, Louis Gossett Jr. et Treat Williams.

The Outsiders, une adaptation très dure du roman classique pour jeunes adultes, a remporté le Tony Award de la meilleure nouvelle comédie musicale. Cette victoire signifie qu’Angelina Jolie, productrice, a également décroché son premier Tony.

angelina jolie
Angelina Jolie, productrice de The Outsiders, a décroché son premier Tony. (Images Getty)

Stereophonic, qui raconte l'histoire d'un groupe semblable à Fleetwood Mac Fleetwood Mac qui enregistre un album au cours d’une année marquée par de grands bouleversements, a remporté le prix de la meilleure nouvelle pièce, totalisant le plus grand nombre de prix de la soirée, soit cinq. Elle a été écrite par David Adjmi, avec des chansons de Will Butler, ancien membre d’Arcade Fire.

Deux invités spéciaux ont électrisé la foule: Jay-Z et Hillary Rodham Clinton. Cette dernière, productrice d’une comédie musicale sur les suffragettes, a présenté Suffs.

«Je suis montée sur de nombreuses scènes, mais celle-ci est très spéciale», soutient Mme Clinton. «Je sais à quel point il est difficile de changer les choses.»

Lors de la première représentation musicale, Alicia Keys est apparue au piano, tandis que les acteurs de sa comédie musicale, Hell’s Kitchen, entamaient un medley de chansons. Elle a chanté avec Jay-Z son tube de 2009, Empire State of Mind, rejoignant le rappeur sous des applaudissements nourris, selon l’Associated Press.

Plus tard dans la soirée, la nouvelle venue Maleah Joi Moon a remporté le prix de la meilleure actrice principale pour Hell’s Kitchen. La jeune femme de 21 ans, qui joue un rôle vaguement inspiré de la vie de Mme Keys, a dédié son prix à ses parents.

Jeremy Strong a remporté le premier grand prix de la soirée. La star de Succession a décroché son premier Tony pour son travail dans la reprise de la pièce politique de 1882 d’Henrik Ibsen, Un ennemi du peuple.

La star de Harry Potter, Daniel Radcliffe, a remporté le prix d’acteur principal dans une comédie musicale, son premier trophée en cinq spectacles à Broadway. Il a remporté le prix pour la reprise de Merrily We Roll Along, la comédie musicale de Stephen Sondheim et George Furth qui remonte le temps.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Anouk Aimée, fin d'une longue histoire d'amour avec le cinéma

L'actrice française Anouk Aimee (à gauche) et le réalisateur français Claude Lelouch posent lors d'un photocall pour le film "Les Plus Belles Annees D'Une Vie" lors de la 72e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 19 mai 2019. (Photo Christophe Simon AFP)
L'actrice française Anouk Aimee (à gauche) et le réalisateur français Claude Lelouch posent lors d'un photocall pour le film "Les Plus Belles Annees D'Une Vie" lors de la 72e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 19 mai 2019. (Photo Christophe Simon AFP)
Short Url
  • Anouk Aimée , qui disait vivre le cinéma «comme une rencontre amoureuse», est décédée mardi matin chez elle, à son domicile parisien, à l'âge de 92 ans, a annoncé son agent
  • Anouk Aimée s'éteint quasiment deux ans jour pour jour après Jean-Louis Trintignant, avec lequel elle partageait l'écran dans «Un homme et une femme»

PARIS : Une page d'histoire du cinéma français et italien se tourne avec la mort d'Anouk Aimée, star élégante et mystérieuse qui aura illuminé les chefs d'oeuvre de Claude Lelouch («Un homme et une femme») et Federico Fellini.

Anouk Aimée , qui disait vivre le cinéma «comme une rencontre amoureuse», est décédée mardi matin chez elle, à son domicile parisien, à l'âge de 92 ans, a annoncé son agent, Sébastien Perrolat de l'agence Time Art, à l'AFP.

Elle est partie entourée des siens, a précisé sa fille, Manuela Papatakis. «Avec ma fille, Galaad, et ma petite fille, Mila, nous avons l'immense tristesse de vous annoncer le départ de ma maman Anouk Aimée. J'étais tout auprès d'elle lorsqu'elle s'est éteinte ce (mardi) matin, chez elle, à Paris», a-t-elle écrit sur son compte Instagram.

Anouk Aimée s'éteint quasiment deux ans jour pour jour après Jean-Louis Trintignant, avec lequel elle partageait l'écran dans «Un homme et une femme».

Les retrouvailles des deux amants sur une plage de Deauville dans ce film culte de Claude Lelouch, sur une musique de Francis Lai, font partie des scènes les plus romantiques du cinéma.

Palme d'Or à Cannes en 1966, le film vaudra à Anouk Aimée une reconnaissance internationale, le Golden Globe de la meilleure actrice et une nomination à l'Oscar.

- «Sa classe» -

«Anouk, ma Nounouk, nous a quittés (...) Elle a été ma compagne de route, mon amie de toujours. Elle m'a donné toutes mes chances et m'a dit oui quand, jeune cinéaste, les autres m'ont dit non...», a salué Claude Lelouch, 86 ans, sur Instagram. «Sa silhouette et sa grâce resteront à jamais gravées sur une plage de Normandie».

Au-delà de ce rôle resté dans les mémoires, Anouk Aimée aura prêté son sourire mélancolique et sa chevelure noire aux plus grands du cinéma franco-italien du XXe siècle: Jacques Demy («Lola»), Federico Fellini («La Dolce vita» et «Huit et demi»), Marco Bellocchio, Jacques Becker ou André Cayatte, qui la lance en 1949 dans «Les amants de Vérone».

«Elle a été +la+ comédienne de l'après-guerre, la belle mystérieuse et talentueuse actrice des années lumières du cinéma», a réagi auprès de l'AFP l'icône du cinéma Brigitte Bardot, engagée elle aussi dans la cause animale. «Nous perdons une femme, une actrice, une amie des animaux, un talentueux symbole inoubliable qui me laisse orpheline d'elle».

«J'ai commencé avec Carné, Becker, Duvivier, Bertolucci, Lumet, Altman... (Claude) Lelouch est quelqu'un d'important pour moi et Fellini c'était le Mont Blanc. C'est comme ma famille. Il y en a un du côté de ma mère et l'autre du côté de mon père», disait-elle il y a vingt ans à l'AFP à l'occasion de la remise d'un Ours d'or d'honneur à la Berlinale.

L'actrice, qui a été mariée au cinéaste Nico Papatakis, au compositeur Pierre Barouh (celui qui écrira les paroles de «dabadabada») et à l'acteur britannique Albert Finney, s'était fait plus discrète ces dernières années, mais avait tout même fait un retour émouvant en 2019 à Cannes, pour reformer au côté de Trintignant le couple mythique d'«Un homme et une femme», dans une suite tournée par Claude Lelouch.

«Ses grands beaux yeux, son long visage de madone, la mèche qu'elle repoussait toujours, sa voix musicale, ce sourire teinté d'ironie et de tristesse. En un mot, sa classe. Anouk aimait qu'on l'aime: on ne s'en est pas privé», a salué l'ancien président du Festival de Cannes, Gilles Jacob, auprès de l'AFP.

«Quelle peine d'apprendre la disparition de l'incomparable Anouk Aimée. Ses yeux noirs, son élégance, ses interprétations sensibles ont accompagné le cinéma pendant plus de 75 ans. Dans l'histoire du Festival, elle demeurera toujours l'inoubliable Anne Gauthier, éternelle amoureuse de Jean-Louis Trintignant dans +Un homme et une femme+», a souligné de son côté le Festival de Cannes.

«Anouk si bien nommée: nous vous avons tant aimée !», a écrit la ministre de la Culture, Rachida Dati, sur X.