A San Francisco, Singapour ou Paris, l'envie de travailler davantage chez soi à l'avenir

Un homme participe à une vidéoconférence alors qu'il travaille à domicile, le 14 mai 2020 à Vertou (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 04 mai 2021

A San Francisco, Singapour ou Paris, l'envie de travailler davantage chez soi à l'avenir

  • Pour 85% des personnes interrogées, le travail à domicile fera demain de plus en plus partie intégrante de la vie professionnelle
  • La plupart des personnes interrogées admettent avoir du mal à maintenir un équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle

PARIS: La crise de la Covid-19 a révolutionné les modes de travail et à San Francisco comme à Amsterdam, Londres, Singapour ou Paris, nombre de travailleurs se projettent dans un avenir où ils travailleront davantage de chez eux, mais sans perdre le contact avec l'entreprise, selon une enquête internationale présentée mardi. 

1
Une femme travaille à domicile, le 14 mai 2020 à Vertou (Photo, AFP)

Cette enquête a été réalisée pour Actineo, observatoire de la qualité de vie au travail créé en 2005 par l'Ameublement français dans ces cinq grandes métropoles ou groupes d'agglomérations: Grand Paris (12 millions de personnes), Grand Londres (9,3 millions de personnes), Amsterdam-Rotterdam-La Haye (7,5 millions de personnes), San Francisco-Seattle (11,2 millions de personnes) et Singapour (5,7 millions de personnes) auprès d'environ 3 000 salariés et indépendants en janvier et février, représentatifs des différents secteurs d'activité, classes d'âge et tailles des entreprises. 

Pour 85% des personnes interrogées, le travail à domicile fera demain de plus en plus partie intégrante de la vie professionnelle, qu'elles aient ou non une expérience préalable, et l'idéal serait « deux ou trois jours par semaine ». 

Environ 24% d'entre elles souhaitent même travailler à temps complet de leur domicile, un mode de travail qu'elles estiment « bien perçu et encouragé » par leur employeur à 67% (Paris 59%), et même « très encouragé » selon 24% des répondants (San Francisco/Seattle 32%). 

Les principaux freins au télétravail, outre des tâches qui ne s'y prêtent pas (26%), sont un employeur qui y serait peu favorable pour 29% des répondants (Paris 36%, Singapour 36%).  

D'autres ne souhaitent pas recourir au télétravail pour mettre fin à la porosité vie privée/vie professionnelle et à l'ingérence de leur vie professionnelle dans leur sphère privée (22%, 27% parmi les 19-29 ans). 

La plupart des personnes interrogées admettent avoir du mal à maintenir un équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle ou ne possèdent pas d'équipement adéquat ou d'espace suffisant à domicile.  

Alors que 83% des répondants ont travaillé à domicile au moins un jour par semaine pendant la crise sanitaire du Covid-19 contre 21% avant, beaucoup souhaitent néanmoins continuer de venir au bureau pour les échanges informels avec les collègues et la convivialité (41%) ou pour bénéficier d'un espace réservé au travail qui sépare clairement de la vie privée (39% en moyenne, San Francisco/Seattle 47%, Singapour 45%).  

En moyenne, les répondants travaillent depuis leur domicile une journée de plus qu'avant la crise sanitaire. À noter le cas de Londres qui est passé de 2,1 à 3,6 jours de télétravail par semaine. Désormais, 42% des Londoniens travaillent depuis chez eux cinq jours entiers, selon l'enquête. 

Plus de la moitié des travailleurs interrogés (56%) estiment que demain, la manière de travailler et l'espace de travail « seront un peu différents ». Environ 18% pensent qu'ils redeviendront exactement « ce qu'ils étaient avant » la crise sanitaire (en particulier à San Francisco/Seattle), et 20% que le monde du travail « sera radicalement différent » (notamment à Londres).  


L'économie US a encore «un long chemin à parcourir», avertit Biden

Joe Biden relève que le pays comptait toujours «8 millions d'emplois de moins qu'avant la pandémie». (Photo, AFP)
Short Url
  • Seulement 266 000 emplois ont été créés en avril, très loin du million attendu
  • «Nous sommes encore en train de sortir d'un effondrement économique», a souligné Joe Biden

WASHINGTON: Joe Biden a de nouveau plaidé vendredi en faveur de ses gigantesques plans d'investissements pour relancer l'emploi aux Etats-Unis, l'euphorie attendue n'ayant pas eu lieu en avril, malgré la reprise de l'économie.

Seulement 266 000 emplois ont été créés en avril, très loin du million attendu. Le taux de chômage est même remonté pour la première fois en près d'un an, à 6,1% (+0,1 point), a annoncé le département du Travail.

«Nous sommes encore en train de sortir d'un effondrement économique», a souligné Joe Biden depuis la Maison Blanche, en relevant que le pays comptait toujours «8 millions d'emplois de moins qu'avant la pandémie».

Cela conforte le président américain dans l'idée qu'il faut absolument investir au cours de la prochaine décennie près de 4 000 milliards de dollars --dont plus de 2 000 milliards dans les infrastructures-- pour créer des emplois, notamment pour les travailleurs les moins qualifiés.

«Les actions que nous prenons sont vitales (...) Nos efforts commencent à porter. Mais la pente est raide», a-t-il averti.

L'opposition républicaine a, elle, immédiatement vu dans ces chiffres de l'emploi «un message clair pour dire que les mesures politiques de Joe Biden ne fonctionnent pas», selon le compte Twitter du groupe des sénateurs républicains.

Pour eux, la raison est à chercher du côté des allocations chômage, dont la durée a été étendue jusqu'à fin août et le montant relevé de 300 dollars par semaine, ce qui «pousse plus les gens à rester chez eux qu'à travailler», ont-ils vilipendé.

Cela «montre clairement que payer les gens pour qu'ils ne travaillent pas freine ce qui devrait être un marché de l'emploi plus solide», a également vilipendé la puissante Chambre de commerce américaine.

Répit inhabituel

Faux, rétorque l'administration Biden. «Je ne pense pas que les allocations chômage soient vraiment le facteur», a ainsi souligné la secrétaire au Trésor Janet Yellen.

Cependant, «les entreprises nous disent qu'elles ont de la difficulté à embaucher», et «il est évident qu'il y a des gens qui ne sont pas prêts ou pas en mesure de retourner travailler», a-t-elle reconnu.

Beaucoup de chômeurs utilisent en effet le répit inhabituel offert par ces allocations pour prendre leur temps et trouver un emploi plus satisfaisant, comme un poste permettant le télétravail, selon des économistes.

Janet Yellen a elle pointé du doigt les «obstacles à la participation au marché du travail», notamment le problème de garde d'enfants, avec des écoles pas entièrement rouvertes, ou de garde de membres de la famille plus âgés. Et la peur de contracter la Covid reste présente.

Les employeurs tentent d'attirer des recrues avec des salaires plus élevés. La hausse, dans le secteur privé, a été de 3% au premier trimestre sur un an, selon le département du Travail.

L'Etat du Montana (nord-ouest) offre lui 1 200 dollars aux chômeurs qui acceptent un emploi.

Les allocations chômage étendues «devraient expirer en septembre, mais peut-être que les gens pensent que les emplois seront tout aussi faciles à trouver que maintenant, alors pourquoi prendre un emploi aujourd'hui?», note Ian Shepherdson, économiste pour Pantheon Macroeconomics.

«Je pense que nous pourrons atteindre le plein emploi l'année prochaine», a répété Janet Yellen.

Les loisirs reprennent vie

L'activité économique américaine reprend en effet de la vigueur à mesure que la population est vaccinée.

Près d'un Américain sur trois l'est désormais entièrement, et les portes-monnaie de nombreux ménages sont bien remplis grâce aux aides versées par le gouvernement et après une année sans abonnement en salle de sport, ni voyages à l'étranger.

Les entreprises des secteurs de l'hôtellerie, des loisirs, des services, qui avaient été terrassées par la pandémie, reprennent vie, créant 375 000 emplois à elles seules en avril.

Mais ces gains ont été partiellement effacés par les pertes enregistrées dans les services aux entreprises, alors que le retour au bureau n'est pas encore d'actualité pour de nombreux cols blancs, ainsi que dans l'automobile, qui souffre de la pénurie mondiale de puces électroniques

Cela faisait également chuter le dollar, qui perdait 0,80% face à l'euro à 1,2162 dollar vers 18H50 GMT.

En mars et avril 2020, plus de 22 millions d'emplois avaient été détruits, sous l'effet des premières mesures de confinement.

Le taux de chômage était, lui, passé en deux mois de son plus bas niveau en 50 ans (3,5% en février) à un plus haut depuis la Grande dépression des années 30 (14,8% en avril).


WhatsApp retarde encore l'application stricte de nouvelles règles de confidentialité

Des journaux avec des publicités en première page de l'application WhatsApp de Facebook sont vus dans un étal de journaux à Mumbai le 13 janvier 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Personne ne verra ses comptes supprimés ou ne perdra la capacité d'utiliser WhatsApp le 15 mai en raison de cette mise à jour»
  • Les utilisateurs recevront des rappels «persistants» sur la nouvelle politique et risquent de perdre peu à peu certaines fonctionnalités

WASHINGTON: WhatsApp, le service de messagerie de Facebook, a fait part vendredi du nouveau report de l'application stricte de nouvelles règles sur la confidentialité, accusées par ses détracteurs d'élargir la collecte des données de ses deux milliards d'utilisateurs.

L'entreprise californienne avait déjà décalé de trois mois, au 15 mai, la mise en œuvre pour tous les usagers des nouvelles conditions d'utilisation de WhatsApp face au tollé de certains utilisateurs, inquiets à l'idée que la messagerie ne partage davantage de données avec sa maison mère Facebook. 

WhatsApp a indiqué vendredi sur son site qu'il ne couperait pas directement l'accès aux usagers refusant les nouveaux termes mais continueraient à leur envoyer des rappels. 

Selon la plateforme, les nouvelles règles modifient la façon dont les annonceurs utilisant WhatsApp pour communiquer avec leurs clients peuvent partager des données avec Facebook.

Mais pour ses critiques, un tel changement ouvre la porte à un partage plus large de données avec Facebook.

«Personne ne verra ses comptes supprimés ou ne perdra la capacité d'utiliser WhatsApp le 15 mai en raison de cette mise à jour», a assuré la plateforme vendredi. 

Mais les utilisateurs recevront des rappels «persistants» sur la nouvelle politique et risquent de perdre peu à peu certaines fonctionnalités s'ils n'acceptent pas les nouvelles conditions.

Ils pourront ainsi continuer pendant un temps à recevoir des appels audio et vidéo sans pouvoir accéder à leur liste de messages. Après plusieurs semaines, ils ne pourront plus recevoir de messages et d'appels. 

Cet accroc sur la politique de confidentialité de WhatsApp a été décrit par Facebook comme un malentendu sur les efforts visant à amener les entreprises sur la plateforme. Mais il illustre les préoccupations constantes entourant les politiques de confidentialité et de protection des données du géant de la technologie.


Dieselgate: première condamnation de Volkswagen en France

Le logo VW est exposé au siège du constructeur automobile allemand Volkswagen à Wolfsburg, dans le nord de l'Allemagne, le 26 mars 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'affaire du Dieselgate avait éclaté en septembre 2015, révélant le trucage de millions de moteurs diesel des marques VW et Audi
  • Sollicité, Volkswagen group France a estimé que le jugement de la cour d'appel de Pau était «une décision isolée et unique et dont la motivation est contestable»

BORDEAUX: La Cour d'appel de Pau, dans le sud de la France, vient de condamner la filiale française de Volkswagen à indemniser le propriétaire d'une voiture de la marque allemande, dans l'affaire du Dieselgate, une première en France, a affirmé vendredi l'avocat du plaignant.

Selon Me Charles Constantin-Vallet, «cette première victime ayant décidé dès 2016 de saisir la justice civile a obtenu, en fonction de sa situation personnelle (notamment l’âge et le kilométrage du véhicule), en plus du remboursement de ses frais d’avocats, 4 000 euros d’indemnisation, correspondant environ à 15% du prix d’achat de son Tiguan TDI 140».

Cet arrêt du 27 avril représente «l’unique condamnation française à ce jour ainsi que la première juridiction d’appel à statuer sur la responsabilité de Volkswagen», a ajouté l'avocat dans un communiqué, estimant que cela devrait «faire jurisprudence et permettre à l’ensemble des victimes concernées de faire valoir leurs droits».

L'affaire du Dieselgate avait éclaté en septembre 2015, révélant le trucage de millions de moteurs diesel des marques VW et Audi notamment, pour les faire apparaître moins polluants qu'ils ne l'étaient en réalité.

Sollicité par l'AFP, Volkswagen group France a estimé que le jugement de la cour d'appel de Pau était «une décision isolée et unique et dont la motivation est contestable».

L'entreprise a en conséquence indiqué examiner «l’opportunité de former un pourvoi à l’encontre de cet arrêt qui n’est, selon elle, à ce jour aucunement définitif».

«Les tribunaux français ont d’ailleurs régulièrement rejeté depuis 5 ans les actions en justice formées contre Volkswagen», fait-elle valoir.

Me Charles Constantin-Vallet envisage, pour sa part, de «mettre prochainement en place une action judiciaire conjointe permettant à tous les consommateurs qui le souhaitent d'agir en vue de leur indemnisation». Selon lui, «plus de 950 00 véhicules sont concernés par cette fraude» en France.