Enquête policière après la mort d'une diplomate suisse à Téhéran

Une photo prise le 18 mai 2017 montre l'horizon du nord de Téhéran depuis le pont « Nature » dans la capitale Téhéran / AFP
Short Url
Publié le Mardi 04 mai 2021

Enquête policière après la mort d'une diplomate suisse à Téhéran

  • M. Khalédi a précisé que la diplomate était tombée du 17e étage de l'immeuble où elle habitait
  • On ignorait tout en début d'après-midi des circonstances du drame

TEHERAN : La police iranienne a annoncé mardi l'ouverture d'une enquête sur les circonstances de la mort d'une diplomate suisse dont le corps a été retrouvé dans la matinée au pied d'un immeuble du nord de Téhéran après une "chute".

"Les unités spécialisées de la police sont en train d'examiner l'affaire" de la mort de cette "Suissesse de 52 ans employée par l'ambassade de Suisse" à Téhéran, écrit la police nationale dans un bref message publié sur son site internet.

Dans des déclarations transmises à la presse, Mojtaba Khalédi, porte-parole du service national des secours, le corps de cette "fonctionnaire de l'ambassade" a été retrouvé dans la matinée "après être tombée d'une tour (d'habitation) de Kamranieh", quartier du nord de la capitale.

M. Khalédi a précisé que la diplomate était tombée du 17e étage de l'immeuble où elle habitait.

On ignorait tout en début d'après-midi des circonstances du drame.

Dans un message adressé au bureau de l'AFP à Genève, le ministère suisse des Affaires étrangères a confirmé "qu'une personne employée par l'ambassade de Suisse à Téhéran (était) morte accidentellement mardi" et que l'ambassade était en contact à ce sujet "avec les autorités locales".

"Pour des raisons de protection de la vie privée et des données", le ministère indique qu'il "ne peut fournir davantage d'information".

Depuis la rupture des relations diplomatiques entre la République islamique et les Etats-Unis en 1980, la Suisse représente les intérêts américains en Iran.


L'envoyé de l'ONU sonne l’alerte d’une «guerre à grande échelle» en Palestine

Des flammes et des colonnes de fumée s’élèvent d'une tour détruite par les frappes aériennes israéliennes au milieu d’une flambée de violences dans la ville de Gaza, le 12 mai 2021. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Tor Wennesland: «Cessez le feu immédiatement. Nous nous dirigeons vers une guerre à grande échelle. Les dirigeants de toutes les parties doivent prendre en charge la désescalade»
  • «Le coût de la guerre à Gaza est dévastateur et les gens ordinaires sont ceux qui en subissent les conséquences»

GAZA: L’envoyé de l’ONU pour la paix au Moyen-Orient a mis en garde mercredi contre une «guerre à grande échelle», à moins d’un cessez-le-feu immédiat, alors que les frappes israéliennes sur la bande de Gaza multiplient radicalement le nombre de morts palestiniens.

De fortes explosions ont secoué la bande toute la journée. Alors qu’Israël pilonnait des cibles du Hamas, les forces à Gaza ont riposté en lançant des centaines de roquettes profondément à l’intérieur du territoire israélien.

Le ministère palestinien de la Santé a déclaré qu'au moins 56 individus ont été tués à ce jour, dont 14 enfants, cinq femmes et un homme âgé, et que plus de 335 ont été blessés.

Dans un communiqué, Tor Wennesland, Coordinateur spécial de l'ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, ne mâche pas ses mots: «Cessez le feu immédiatement. Nous nous dirigeons vers une guerre à grande échelle. Les dirigeants de toutes les parties doivent prendre en charge la désescalade. Le coût de la guerre à Gaza est accablant, et les gens ordinaires sont ceux qui en subissent les conséquences. L'ONU travaille avec toutes les parties pour rétablir le calme. Arrêtez la violence maintenant».

Des rapports palestiniens et israéliens indiquent que des efforts sont déployés par l'Égypte, l'ONU et un grand nombre de pays afin de rétablir le calme et revenir à l'accord de cessez-le-feu.

Le carnage a été déclenché par les agitations du week-end dans l'enceinte de la mosquée d’Al-Aqsa de Jérusalem, lieu sacré tant pour les musulmans que pour les juifs.

Les opérations militaires se sont intensifiées ces derniers jours, suscitant des appels internationaux à la fin de la violence.

Mercredi, Israël a pris pour cible un certain nombre de bâtiments et de maisons du gouvernement du Hamas, des voitures privées et même des parcelles agricoles. Des sites d'entraînement militaire appartenant au mouvement et au Jihad islamique ont également été touchés.

Les bombardements se sont intensifiés après la destruction de deux tours résidentielles dans la ville de Gaza, et les Brigades d’Al-Qassam, la branche militaire du Hamas, ont riposté en tirant un barrage de roquettes sur Tel Aviv et Beer Sheva. Le commandant de la brigade de Gaza, Basem Issa, ainsi que d'autres auraient été tués au cours des frappes.

Le Jihad islamique a annoncé que plusieurs de ses commandants de son unité de missiles, notamment Muhammad Abu Al-Ata, sont morts lorsqu'un appartement du centre de Gaza a été touché.

Les Brigades d’Al-Qassam et les Brigades d’Al-Quds ont tiré des centaines de roquettes vers Tel Aviv et Beer Sheva, des villes éloignées de Gaza qui n'avaient pas été ciblées auparavant.

Sherine Awad, 38 ans, mère de trois enfants, confie à Arab News que la «terreur et la peur n’ont pas cessé. Après que les bâtiments aient été touchés, j'ai déménagé de mon appartement car il se trouve dans un gratte-ciel. J'ai déménagé dans la maison de mon ami avec mes enfants, mais la nuit dernière, une maison a été bombardée près de l'endroit où je me suis réfugiée.

«Cela n'est du tout une vie. Nous ne pouvons pas supporter tout cela. Les bombardements ne cessent pas et les bruits terrifiants ne cessent pas. Mes enfants sont dans un état de peur et de choc. Notre vie a entièrement basculé au moment où nous nous préparions pour la réception de l'Aïd».

Mercredi, les rues de la ville de Gaza étaient pour la plupart vides, à l'exception de certains piétons et voitures, tandis que la plupart des magasins sont restés fermés à l'exception de certaines épiceries.

Ahmed Al-Kahlout, un épicier de la rue Nasr, raconte à Arab News que le dernier jour de ramadan, les gens ont toujours besoin de provisions et que «la peur ne les empêche certainement pas d'acheter de la nourriture.

«Certes, il y a des morts, mais les gens chez eux ont besoin de se nourrir. Ce n'est pas la première fois que Gaza fait face à une telle escalade, mais cet épisode est le plus grave depuis la guerre de 2014», a-t-il affirmé.

Bien que les deux parties du conflit aient menacé de lancer de nouveaux bombardements, les Palestiniens de Gaza espèrent que la dernière série de carnages et de destruction se terminera bientôt.

«Nous souhaiterons que tout ça prenne fin. Et ça prendra sans aucun doute fin, mais quand? Personne ne le sait. Espérons que ce soit bientôt», soupire Awad.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Les défenses saoudiennes interceptent 8 drones et 3 missiles balistiques lancés par les Houthis

  Les défenses aériennes de l’Arabie saoudite ont abattu jeudi trois missiles balistiques lancés depuis le Yémen. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Les combats pour la ville yéménite stratégique de Marib font rage
  • Les Houthis ignore les appels de l'ONU à un couvre feux

RIYAD: Les défenses aériennes saoudiennes ont intercepté et détruit huit drones et trois missiles balistiques ciblant l'Arabie saoudite, a déclaré jeudi la coalition arabe soutenant le gouvernement légitime du Yémen.

Dans un communiqué annoncé sur Twitter, la Coalition a déclaré que les drones et les missiles avaient été lancés par la milice houthie soutenue par l'Iran au Yémen.

Les nouvelles attaques sont survenues alors que les combats pour la ville stratégique du Yémen de Marib se poursuivaient et malgré les appels de l’ONU aux Houthis pour qu’ils cessent la violence.


Des mines terrestres syriennes prises dans la crue dérivent vers le Liban

Les tentes de réfugiés syriens sont inondées d'eaux de crue à Bar Elias, dans la vallée de la Bekaa, au Liban, le 7 janvier 2019. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Plusieurs incidents se sont produits cette année le long de la frontière nord, révèle une source militaire libanaise à Arab News
  • Les autorités exhortent les citoyens à éviter les zones à risque, à rester sur les routes goudronnées, et à ne pas s'approcher ou manipuler des objets suspects

BEYROUTH: Au moment où les autorités libanaises continuent de trouver et d’extraire les mines terrestres laissées par la guerre civile libanaise, une nouvelle vague d’explosifs a traversé la frontière du pays en raison d’une catastrophe naturelle.

Mercredi, les forces armées libanaises ont annoncé que des mines terrestres placées le long de la frontière libano-syrienne ont dérivé vers le territoire libanais en raison des crues printanières.

«Les mines terrestres placées le long de la frontière libano-syrienne sont le résultat du conflit syrien», confie une source militaire libanaise à Arab News.

«Au fur et à mesure que ces mines dérivent vers les territoires libanais, il devient difficile pour l'armée libanaise de les ôter. De nombreux incidents ont été enregistrés cette année, faisant de nombreux blessés qui ignoraient complétement la nature des objets qu'ils ont trouvés».

La même source révèle aussi que la majorité des incidents ont eu lieu dans la région frontalière du nord, à la suite des inondations et de l'érosion subséquente des sols. Tous les blessés se trouvaient sur le sol libanais.

Le commandement de l’armée a diffusé un communiqué qui explique que les «mines sont de formes et tailles différentes, et peuvent être dissimulées de différentes manières et dispersées au hasard».

Les zones potentiellement bourrées de mines terrestres ne sont pas encore marquées de panneaux ou de barbelés pour avertir les gens. Le commandement de l'armée exhorte donc les citoyens à éviter les zones à risque, à rester sur les routes goudronnées et à ne pas s'approcher ou manipuler des objets ou des matériels militaires non explosés.

Le Centre libanais d’action antimines (CLAA), qui fait partie de l’armée libanaise, a mis en œuvre le Programme national d’action antimines libanais, avec le soutien du Programme des Nations Unies pour le développement, afin de combler les pénuries en personnel qualifié et en financement.

L’objectif de CLAA est d’assurer un environnement sécuritaire d'ici 2025, pour que les civils puissent prendre des marches et se déplacer librement sans la menace des mines terrestres. La mission du centre se concentre sur les régions du sud du Liban, qui sont les zones les plus touchées par des mines terrestres et des objets suspects.

«Plus nous nous rapprochons d'un champ de mines dans les régions reculées du sud du Liban, plus nous voyons de pierres peintes en rouge», a indiqué le capitaine chinois Yang Dong, officier de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL).

«Les pierres rouges nous rappellent de distinguer entre les zones sûres et dangereuses. Elles nous rappellent aussi de ne pas nous approcher. S'il y a des pierres rouges à proximité, c'est que le secteur est dangereux et peut contenir des mines».

En janvier 2020, les compétences de la FINUL se sont élargies avec la signature d’un nouvel accord avec le CLAA. Le pays a marqué le 4 avril la Journée internationale pour la sensibilisation au problème des mines et l'assistance à la lutte antimines.

Au cours des cinq dernières années, la FINUL a mené les efforts qui ont déminé près de 5 millions de mètres carrés de terrains dans le sud du Liban. Elle a également détruit plus de 43 500 mines terrestres, bombes et obus non explosés.

La menace des mines terrestres est réelle et la sensibilisation peuple libanais reste vitale.

Depuis 1975, les mines terrestres et les objets non explosés laissés par la guerre civile libanaise ont fait 3847 morts et blessés. Le plus grand nombre de victimes a été enregistré en 2006 lorsque 209 personnes ont été tuées ou blessées, dont 40 enfants de moins de 12 ans.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com