La recette anti-crise du FMI: taxer les riches

Le sceau du Fond monétaire international, Washington D.C. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 08 avril 2021

La recette anti-crise du FMI: taxer les riches

  • La Covid-19 a laminé des pans entiers de l'économie mondiale et a affecté durement les personnes les moins qualifiées
  • Cependant, certaines entreprises, comme les géants de la tech, ont largement tiré leur épingle du jeu l'an passé, augmentant leurs bénéfices

WASHINGTON : Face à des caisses d'Etat qui se vident, le FMI a livré mercredi sa recette anti-crise : augmenter les impôts des plus riches et des entreprises qui ont fait de substantiels bénéfices pendant la pandémie afin de continuer à soutenir les plus vulnérables.

La Covid-19 a laminé des pans entiers de l'économie mondiale et a affecté durement les personnes les moins qualifiées mais certaines entreprises, comme les géants de la tech, ont largement tiré leur épingle du jeu l'an passé, augmentant leurs bénéfices, alors que le monde basculait dans le tout numérique en raison des mesures de confinement.

Aux Etats-Unis notamment, certains ménages, déjà aisés, ont continué de s’enrichir : ils ont pu conserver leur emploi en télétravail, faire bonifier leurs actions en Bourse et épargner en dépensant moins dans les loisirs et les voyages.  

Les cours des actions dans le monde, en particulier parmi les entreprises de haute technologie, ont bondi tout au long de la pandémie, accélérant ces dernières semaines pour établir de nouveaux records successifs alors que l'économie mondiale montre des signes de forte reprise après la récession. 

« La pandémie a accru les inégalités », a déclaré Paolo Mauro, un des responsables des affaires budgétaires au Fonds monétaire international lors d'une conférence de presse dans le cadre des réunions de printemps. 

Si la reprise est là, des millions de personnes sont toujours sans emploi ni ressources.

Et les gouvernements doivent poursuivre leur soutien financier. Il est donc « nécessaire de mobiliser des recettes fiscales supplémentaires » pour les redéployer à travers les soins de santé, l'éducation, les filets de sécurité sociale, a ajouté M. Mauro.

Pour ce faire, le FMI recommande, comme il l'avait fait en octobre, la mise en place d'une fiscalité provisoire sur les revenus les plus élevés pour aider les gouvernements à répondre à ces besoins de financement.

« Inverser la tendance »

Prenant acte que dans les économies avancées, il y a eu ces dernières années une érosion des revenus provenant de l'impôt sur les sociétés, M. Mauro a salué l'initiative internationale « pour parvenir à un accord » sur l'imposition d'une fiscalité minimale mondiale. 

La secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen a mis en exergue cette initiative cette semaine, rapidement soutenue par des pays comme la France et l'Allemagne.

« Nous avons également constaté une érosion de l'imposition des revenus personnels pour les personnes se situant tout en haut de l'échelle des revenus », a expliqué Paolo Mauro. 

« Ainsi, dans les économies avancées, il y a une opportunité d'inverser »" cette tendance en augmentant à la fois l'impôt sur le revenu des sociétés et des particuliers les plus riches, en éliminant les niches fiscales, en augmentant les impôts fonciers ou les droits de succession, a-t-il détaillé.

« Il y a ainsi tout un éventail d'options disponibles », a-t-il poursuivi.

Une taxe provisoire pour se remettre de la Covid, qui passerait par une surtaxe des entreprises, aurait du sens en particulier pour les entreprises ayant fait davantage de bénéfices pendant la crise, a-t-il dit, en référence à des géants comme Amazon.

Mardi, le patron d'Amazon, Jeff Bezos, avait assuré qu'il soutenait l'idée d'une hausse des impôts sur les sociétés aux Etats-Unis alors que le président Joe Biden avait dénoncé la semaine dernière le fait que le groupe ne paie pas de taxe fédérale sur ses bénéfices.

Le chef des affaires budgétaires du FMI Vitor Gaspar a de son côté défendu la vaccination tous azimuts pour sortir les pays de la crise.

Plus de 1 000 milliards de dollars de recettes fiscales supplémentaires pourraient être générées d'ici 2025 à l'échelle mondiale si tous les pays parvenaient à maîtriser la pandémie plus tôt que prévu.

Cela permettrait aussi « d'économiser des milliards supplémentaires dans les mesures d'aide » aux économies, observe le FMI dans son rapport sur la surveillance budgétaire publié mercredi dans le cadre des réunions de printemps. 

« La vaccination est donc plus que rentable, car elle offre un excellent rapport qualité-prix aux fonds publics investis pour accélérer la production et la distribution mondiales de vaccins », commentent les auteurs.


Les leaders de l’investissement durable se réuniront lors du sommet de Riyad

Le Future Investment Initiative Institute examinera les investissements durables dans la reprise postpandémique, ainsi que le rôle des marchés émergents comme l’Arabie saoudite (Photo: Shutterstock)
Short Url
  • L’investissement durable a récemment pris son essor dans le contexte de la pandémie
  • Des signes montrent que les principes ESG commencent à se répandre parmi les investisseurs régionaux, en particulier chez la jeune génération

DUBAÏ: Les experts dans la réflexion sur l’investissement durable se réuniront virtuellement jeudi à Riyad pour étudier l’un des sujets les plus brûlants du monde de la finance: le passage aux références environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) des grands investisseurs mondiaux. 

L’événement, sous les auspices du Future Investment Initiative (FII) Institute, concentrera l’attention sur les investissements durables dans la reprise postpandémique et le rôle des marchés émergents comme l’Arabie saoudite, dans la nouvelle philosophie de l’investissement. 

L’investissement ESG a récemment pris de l’essor, attirant des centaines de milliards de dollars dans des fonds qui s’engagent à prendre en compte des considérations plus larges au moment de décider où placer l’argent, plutôt que de simples retours en espèces. 

Richard Attias, directeur général du FII Institute, a déclaré: «Bien que l’ESG ait fait ses preuves, il reste encore beaucoup à faire pour s’assurer que nous l’utilisons dans son plein potentiel. Le faible niveau d’intégration et de participation des marchés émergents à l’élaboration des cadres de l’investissement ESG est contre-productif pour la durabilité mondiale.» 

«Peut-être que la tâche la plus difficile – celle que nous aborderons lors de cet événement –, est de savoir comment nous nous efforçons de penser au-delà de l’investissement ESG en tant qu’outil de gestion des risques, et de le déployer pour créer un avenir vraiment durable», a-t-il ajouté. 

Bien que l’investissement durable soit préconisé en tant que concept depuis de nombreuses années, il a récemment pris son essor dans le contexte de la pandémie de Covid-19, qui a persuadé de nombreux grands investisseurs traditionnels de revoir leurs critères de base. 

Le plus récemment converti à ce nouveau concept a été Larry Fink, patron du géant de la gestion d’actifs BlackRock, qui a promis de diriger les fonds vers les secteurs ESG et de les éloigner des domaines d’investissement traditionnels, en particulier pour ce qui impacte le changement climatique. 

«Les risques que représente le changement climatique pour le monde de la finance ne peuvent plus être ignorés», a écrit Fink dans sa lettre annuelle aux directeurs généraux mondiaux. 

De nombreux gestionnaires de placements semblent être d’accord avec le patron de BlackRock. Les chiffres de Refinitiv, le fournisseur de données, montrent que les flux vers les fonds ESG ont totalisé environ 562,6 milliards de SR, soit 150 milliards de dollars (1 dollar = 0,84 euro), pour le seul dernier trimestre de 2020, soit le double de la même période en 2019, avant la pandémie. 

Mais, selon de récentes recherches, les flux d’investissement mondiaux ne sont pas égaux. Les plus gros actifs des fonds d’investissement ESG, et de loin, se trouvent en Europe, avec un total de 1 340 milliards de dollars, selon les analystes du secteur financier. Cela en comparaison de seulement 236 milliards de dollars aux États-Unis, et d’un maigre total de 65 milliards de dollars dans le reste du monde, dont le Moyen-Orient. 

«L’événement donnera des informations sur la manière de stimuler la participation des marchés émergents aux investissements ESG, et approfondira également le rôle des ESG dans les entreprises, l’investissement de détail et la politique monétaire, dans la poursuite de l’objectif d’un monde durable», a précisé le FII Institute. 

Yasir al-Rumayyan, gouverneur du Fonds d’investissement public d’Arabie saoudite, qui a intégré les principes ESG dans ses 400 milliards de dollars d’investissements mondiaux, s’adressera notamment aux délégués.  

Ces derniers écouteront également Bandar Hajjar, président de la Banque islamique de développement, et Noel Quinn, directeur général de HSBC, qui a récemment décidé de cesser d’investir dans les actifs houillers, ainsi que des cadres supérieurs d’institutions financières de premier plan en Asie et en Afrique. 

Malgré la tendance des investissements à croissance rapide dans certaines régions du monde, il existe des points de désaccord au niveau mondial sur ce qui constitue des normes ESG équitables. 

Khalid Abdallah al-Hussan, PDG de la Bourse saoudienne (Tadawul), a récemment déclaré: «Il existe plusieurs normes appliquées dans le monde, et une méthode appliquée dans un pays ne convient pas nécessairement à un autre. Les agences doivent tenir compte des critères locaux lors de l’évaluation des ESG dans les marchés émergents.» 

Cette question est particulièrement pertinente dans le golfe Arabique, où la majeure partie des investissements est comprise dans des actifs liés au pétrole et au gaz, qui ont été attaqués par des activistes des ESG avec des appels à se désengager des investissements qualifiés ade «combustibles fossiles». 

Il y a toutefois des signes que les nouveaux principes d’investissements commencent à se répandre parmi les investisseurs régionaux, en particulier ceux de la jeune génération. 

Une enquête récente de la Barclays Private Bank a révélé que près de 60% des investisseurs des family offices (sociétés de gestion de biens familiaux) arabes se dirigeaient vers des directions d’investissement plus durables, souvent en raison des préoccupations des plus jeunes membres de la famille. 

«Les conclusions du rapport montrent que 76% des personnes du Moyen-Orient qui ont participé au sondage affirment que l’investissement responsable est important pour leur famille», a précisé Rahim Daya, responsable de la banque privée pour le Moyen-Orient. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com 


Mort de Bernie Madoff, auteur de la plus grande escroquerie financière de l'histoire

Bernie Madoff, auteur de la plus grande escroquerie financière de l'histoire, quitte la Cour fédérale le 10 mars 2009 à New York City (Photo, AFP/ Archives)
Short Url
  • La fraude pyramidale « à la Ponzi », consistait à piocher dans les dépôts de ses nouveaux clients pour rétribuer ou rembourser des investisseurs plus anciens
  • Bernie Madoff, incarnait une nouvelle génération de financiers, plus modernes, qui capitalisaient sur le développement de l'informatique

NEW YORK: Bernie Madoff, auteur de la plus grande escroquerie financière de l'histoire, à hauteur de plusieurs dizaines de milliards de dollars, est mort à 82 ans dans le pénitencier de Caroline du Nord où il purgeait une peine de 150 ans de prison, a indiqué mercredi un porte-parole de la prison. 

La fraude pyramidale -- « à la Ponzi » -- de cette figure de la finance new-yorkaise, mise au jour en décembre 2008, consistait à piocher dans les dépôts de ses nouveaux clients pour rétribuer ou rembourser des investisseurs plus anciens. 

Le porte-parole de la prison de Butner, situé dans le nord de la Caroline du Nord, s'est refusé à communiquer la cause du décès. 

En 2020, Bernie Madoff avait demandé sa libération anticipée pour raisons médicales, laquelle lui avait été refusée en juin. Il disait être en phase terminale d'une maladie rénale et n'avoir plus que 18 mois à vivre. 

Issu d'une famille juive modeste du quartier new-yorkais du Queens, Bernard Madoff a fondé une société de courtage alors qu'il était encore à l'université, à la fin des années 1950. 

Il incarnait une nouvelle génération de financiers, plus modernes, qui capitalisaient sur le développement de l'informatique. 

Devenu une figure de Wall Street, il a offert, en plus des services de courtage (vente et achat de titres pour le compte de clients), un véhicule d'investissement, devenu rapidement un succès. 

Un nombre croissant d'investisseurs institutionnels mais aussi de particuliers fortunés, lui ont confié des milliards de dollars en gestion, séduits par la promesse d'un rendement élevé et surtout stable, dans un univers de la finance par définition imprévisible. 

Les sommes réclamées par les investisseurs qui ont saisi la justice après l'éclatement du scandale atteignaient plus de 17 milliards de dollars. En incluant les profits vantés par Bernie Madoff, qui se sont révélés virtuels, les pertes se montent à 65 milliards de dollars. 

Le fonds de recouvrement destiné à l'indemnisation des victimes de cet escroquerie sans précédent a reversé, jusqu'ici, environ 2,7 milliards de dollars. 


Les employés d'Alitalia dans la rue pour réclamer le sauvetage de la compagnie

Des salariés de la compagnie aérienne nationale Alitalia participent à une manifestation au Largo Santa Susanna près du ministère italien du Développement économique le 14 avril 2021 à Rome (Photo, AFP)
Short Url
  • Environ un millier de salariés d'Alitalia ont manifesté mercredi à Rome pour demander au gouvernement de renflouer la compagnie aérienne en grande difficulté financière
  • Les conditions que Bruxelles «dicte» pour faire redécoller la compagnie italienne sont «inacceptables, vexatoires et discriminatoires», ont dénoncé les salariés

ROME: Environ un millier de salariés d'Alitalia ont manifesté mercredi à Rome pour demander au gouvernement de renflouer la compagnie aérienne en grande difficulté financière et protester contre le « diktat » de Bruxelles, qui retarde selon eux son sauvetage. 

« Ne touchez pas à Alitalia! », « Tentez de dire aux Français de renoncer au logo Air France! » et « Un vrai pays fait voler son fleuron national au lieu de le piétiner », pouvait-on lire sur les banderoles agitées par les manifestants. 

« Les ressources financières d'Alitalia sont épuisées et il existe un risque réel que la compagnie soit clouée au sol d'ici quelques semaines », ont prévenu les syndicats Filt Cgil, Fit Cisl, Uiltrasporti et Ugl dans un communiqué. 

Les conditions que Bruxelles « dicte » pour faire redécoller la compagnie italienne sont « inacceptables, vexatoires et discriminatoires », ont-ils dénoncé. 

Parmi ces conditions figurent l'abandon de la marque « Alitalia » pour la nouvelle société publique qui doit naître de ses cendres, la vente séparée de la maintenance et des services au sol ainsi que la cession de créneaux aéroportuaires (« slots »).

1
Les salariés d'Alitalia protestent contre le «diktat» de Bruxelles, qui retarde selon eux son sauvetage (Photo, AFP)

 Les négociations entre Rome et la Commission européenne sur le plan de sauvetage d'Alitalia entamées début mars sont « dans l'impasse », a reconnu il y a deux semaines le gouvernement italien. 

Sous la pression de Bruxelles, les ambitions du plan de relance d'Alitalia ont été revues à la baisse. Il est désormais question d'une flotte réduite de moitié, à 45 appareils, et d'effectifs ramenés à 4 500 salariés, voire moins, pour le secteur de l'aviation. Au total, la compagnie compte plus de 11 000 employés. 

« Des plans alternatifs sont à l'étude, il faudra tout reconsidérer » si les négociations avec Bruxelles « échouent », a indiqué mercredi le ministre du Développement économique Giancarlo Giorgetti lors d'une rencontre avec les syndicats. 

« Nous n'accepterons pas des discriminations arbitraires » de la part de Bruxelles, avait prévenu jeudi devant la presse le chef du gouvernement Mario Draghi, interrogé sur d'éventuelles inégalités de traitement par rapport à Air France. 

Bruxelles avait validé début avril un plan d'aide de 4 milliards d'euros pour Air France-KLM, durement frappée par la crise de la Covid-19.