Covid-19: aux bras de jeunes bénévoles, des «aînées» rompent avec le mutisme

Pour Geneviève, comme pour les autres personnes âgées, le confinement et les restrictions sanitaires, «c'est vraiment très triste». «La vie c'est de sortir, de s'amuser... On ne peut plus maintenant» (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 23 février 2021

Covid-19: aux bras de jeunes bénévoles, des «aînées» rompent avec le mutisme

  • Les visites de bénévoles «ça (me) réconforte», confesse-t-elle, «j'ai le moral quand je les vois; d'abord je parle, et c'est important de parler» pour ne pas perdre la tête
  • Selon un récent sondage Odoxa, 56% des Français craignent «un conflit des générations dans les mois qui viennent»

PARIS: «C'est pas les uns contre les autres»: Dilara, 25 ans, tend son bras à Geneviève, 91 ans. Ensemble, elles arpentent, tant bien que mal, les rues de la capitale pour sortir du mutisme et de la solitude infligés par les mesures liées à la Covid-19.

Sous un soleil éclatant de février et malgré des températures encore fraîches, la nonagénaire qui vit seule depuis de nombreuses années, se réjouit de la visite de Dilara Ekici, étudiante de 25 ans et bénévole de l'association «Paris en Compagnie», dispositif de solidarité lancé en 2018 par la mairie de Paris à destination des plus de 65 ans, et soutenu par 3 associations (autonomie Saint-Jacques, les Petits frères des Pauvres et Lulu dans ma rue). 

«J'ai un bras pour m'appuyer, je peux marcher un peu mieux que toute seule, et puis la compagnie c'est si agréable», s'enthousiasme Geneviève Dupaquier, une dame coquette aux yeux bleus perçants, qui laisse deviner un large sourire derrière son masque.

photo
«La solitude est un sujet qui touche les personnes âgées mais qui touche aussi et en  grand nombre de jeunes notamment, étudiants ou jeunes actifs» (Photo, AFP).

Les visites de bénévoles «ça (me) réconforte», confesse-t-elle, «j'ai le moral quand je les vois; d'abord je parle, et c'est important de parler» pour ne pas perdre la tête. 

Pour Geneviève, comme pour les autres personnes âgées, le confinement et les restrictions sanitaires, «c'est vraiment très triste». «La vie c'est de sortir, de s'amuser... On ne peut plus maintenant. On est obligé de rester chez soi, on ne peut pas recevoir ses amis parce qu'il ne faut pas», ajoute ce brin de femme, plusieurs fois arrière grand-mère d'enfants qu'elle ne connait pas. 

Elle regrette ces petites habitudes «à la résidence, où tous les samedis soirs on se faisait un petit apéro, tantôt chez l'une, tantôt chez l'autre». De vieilles routines qui rythmaient sa vie, avant, et dont le retour semble encore lointain. 

photo
«J'ai un bras pour m'appuyer, je peux marcher un peu mieux que toute seule, et puis la compagnie c'est si agréable», s'enthousiasme Geneviève Dupaquier (Photo, AFP).

Plus de défense ?

La semaine dernière, quelques voix au sein du Conseil scientifique (qui guide le gouvernement) ont estimé qu'il ne fallait plus enchaîner les confinements mais opter pour un «contrat social» entre générations, où les plus âgés et fragiles accepteraient de s'auto-isoler. Une idée à la «faisabilité très discutable», pour le ministre de la Santé.

«Pourquoi ? parce que les jeunes ne risquent pas d'attraper la maladie ? Parce qu'ils ont plus de défense que nous ?», s'agace Geneviève.

«La solitude est un sujet qui touche les personnes âgées mais qui touche aussi et en  grand nombre de jeunes notamment, étudiants ou jeunes actifs», avertit l'adjointe chargée des Solidarités entre les générations à la mairie de Paris, Véronique Levieux. Deux groupes entre lesquels «il y a beaucoup plus de liens positifs et d'envie d'aller les uns vers les autres que de source de conflit», assure l'élue.

«Il n'y a pas de génération sacrifiée, personne n'a décidé d'envoyer le virus contre les jeunes», tempère de son côté Serge Guérin, sociologue spécialiste du vieillissement. Pour ce spécialiste, force est plutôt de constater «qu'il y a un truc qui fonctionne bien en France c'est l'inter-génération».

Selon un récent sondage Odoxa, 56% des Français craignent pourtant «un conflit des générations dans les mois qui viennent», «des désaccords importants entre les Français les plus jeunes et les plus âgés».

Assise sur un banc à deux pas du Sénat, Dilara Ekici, étudiante en quête d'un stage à Paris, balaye tout conflit avec les séniors: «C'est pas les uns contre les autres».

Pour Salma Eddourhri, 25 ans, autre bénévole, les jeunes ont «envie de vivre, envie de voir beaucoup de choses... Mais je suis contre ce confinement par génération». Ca reviendrait à sacrifier «une autre génération, (celle) des séniors et des aînés», opine-t-elle.

A Sèvres, commune à l'ouest de Paris, dans l'appartement exigu et empli de souvenirs d'Odette Tremon, 84 ans, parfois c'est la bénévole qui se laisse aller et raconte «(ses) problèmes». 

«Je suis jeune diplômée et trouver un travail aujourd'hui c'est assez compliqué»... Bref, «des problèmes qui (la) chagrinent personnellement», avoue-t-elle.

«A 25 ans, je rentre chez moi à 18H, j'habite toute seule, je suis vraiment dans une situation d'isolement aussi», explique-t-elle. «Je suis privée de mes parents parce qu'ils vivent à l'étranger; avec la fermeture des frontières, je n'ai pas le droit d'aller les voir.»

A d'autres moments, c'est Odette qui fond en larmes en évoquant le souvenir de son amoureux de 40 ans, parti brutalement fin août. A Noël, c'est ensemble que les deux femmes ont choisi de réveillonner.


Nouveaux troubles urbains près de Lyon: cinq interpellations

Des voitures incendiées à la suite d'émeutes dans le quartier de Parilly à Bron, près de la ville de Lyon, dans le centre-est de la France, le 6 mars 2021 (Photo, AFP).
Short Url
  • Dans le quartier de Parilly, vers 18H00, des individus ont incendié trois véhicules et s'en sont pris à un fourgon de police stationné
  • La police a pu arrêter cinq personnes et contrôler rapidement la situation dans cette municipalité limitrophe de l'est lyonnais

LYON: Pour la troisième soirée de suite dans la métropole lyonnaise, les  forces de l'ordre ont dû intervenir pour rétablir l'ordre, cette fois à Bron où un fourgon de police a été dégradé et cinq personnes interpellées, a-t-on appris de sources concordantes.

Les faits se sont déroulés samedi vers 18H00 dans le quartier de Parilly, lorsque des individus ont incendié trois véhicules et s'en sont pris à un fourgon de police stationné alors que des agents se trouvaient en intervention non loin de là, a rapporté la préfecture.

La police a pu arrêter cinq personnes et contrôler rapidement la situation dans cette municipalité limitrophe de l'est lyonnais, a-t-elle ajouté. En milieu de soirée, le calme régnait dans le quartier de Parilly, placé sous étroite surveillance.

Jusque tard dans la nuit, la police devait quadriller la zone, mais aussi la ville de Rillieux-la-Pape et le quartier lyonnais de la Duchère où ont éclaté des violences similaires jeudi et vendredi soir, se soldant par une quinzaine d'arrestations, a encore précisé la préfecture.

Quatre mineurs interpellés vendredi à Rillieux se trouvaient encore en garde à vue samedi, et trois jeunes, dont un majeur, arrêtés à La Duchère attendaient d'être présentés à la justice, selon le parquet.

«Encore une fois c'est une extrême minorité d'individus que l'on gène car on veut mettre fin à leurs petits trafics et qui ont décidé qu'il fallait des représailles», a fustigé le maire LR de Bron Jérémie Bréaud.

Dans un tweet, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a dénoncé des «violences inacceptables».

La préfecture a confirmé que ces renforts étaient arrivés dans la métropole lyonnaise samedi après-midi.

En poste depuis l'année dernière, le maire de Bron bénéficie depuis peu de la protection du service des personnalités accordé par le ministre de l'Intérieur après avoir déjà plusieurs fois été visé par des menaces dues selon lui à sa volonté de s'en prendre aux trafiquants.


Sarkozy condamné: Hollande «n'accepte pas les attaques répétées contre la justice»

L'ancien président français François Hollande lors d'une visite à « Les petites cantines », un réseau à but non lucratif de cantines de quartier, à Lyon, dans le sud-est de la France, le 2 mars 2021 (Photo, AFP)
Short Url
  • «Je n'accepte pas les attaques répétées contre la justice et son indépendance, avec des magistrats qui sont nommément pointés du doigt», ajoute François Hollande
  • «Enfin les magistrats du PNF n'ont pas été choisis par moi, pas plus que par mon successeur», insiste François Hollande

PARIS: François Hollande dit samedi dans un entretien au Parisien ne pas accepter « les attaques répétées contre la justice » après la condamnation à de la prison ferme de Nicolas Sarkozy, même s'il « mesure ce que représente » cette décision pour son prédécesseur à l'Elysée.  

« Je mesure ce que représente pour Nicolas Sarkozy cette condamnation à la fois sur le plan humain et sur le plan politique. C'est aussi une question d'honneur compte tenu des fonctions qu'il a exercées », affirme l'ancien chef de l'Etat.  

« En revanche ce que je n'accepte pas, ce sont les attaques répétées contre la justice et son indépendance, avec des magistrats qui sont nommément pointés du doigt », ajoute François Hollande, déplorant que le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti n'ait pas défendu « immédiatement l'institution judiciaire ».  

Alors que la droite a concentré ses attaques sur le Parquet national financier (PNF), qu'elle accuse d'avoir joué un rôle politique dans le procès, l'ancien dirigeant socialiste rappelle que le jugement a été rendu « par un tribunal indépendant après une enquête menée par le PNF, puis une instruction confiée à d'autres magistrats ». 

« Enfin les magistrats du PNF n'ont pas été choisis par moi, pas plus que par mon successeur. Ils l'ont été sur proposition du Garde des Sceaux après avis conforme du Conseil supérieur de la magistrature », insiste François Hollande, qui a créé le PNF en 2013 après l'affaire Cahuzac. 

« Prétendre que le PNF agirait à des fins partisanes, c'est porter atteinte à l'impartialité de 18 magistrats qui travaillent en toute indépendance pour l’intérêt général », poursuit l'ex-chef de l'Etat. 

« À ceux qui comme Mme Le Pen ou M. Mélenchon se plaignent qu'il y aurait un gouvernement des juges, je dis que le temps où les politiques étaient intouchables est révolu », ajoute-t-il encore. 

A propos du « soutien personnel » apporté par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin à Nicolas Sarkozy, François Hollande considère qu'« en ces circonstances », cela « ne (le) heurte pas ». 

Il estime par ailleurs que la « meilleure façon de combattre » le Rassemblement national, « ce n'est pas de se présenter juste comme une solution contre l'extrême droite, mais comme une solution pour le pays ». Et juge à propos de la gauche que « ce n'est pas la division qui est la plus inquiétante » mais « le fait qu'il n'y ait pas une ligne politique qui puisse s'affirmer et être capable de rassembler » en vue de 2022. 


Covid: les quais de Seine bondés à Paris, la police les fait évacuer

Des policiers s’adressent à un groupe de personnes qui profitent d’une journée ensoleillée le long des rives de la Seine à Paris, le 20 février 2021. Bertrand GUAY / AFP
Short Url
  • La police a fait évacuer en milieu d'après-midi samedi les quais de Seine où le soleil et la température douce avaient attiré des Parisiens en nombre qui ne respectaient pas les gestes barrière en cette période de forte circulation du Covid-19
  • La semaine dernière, il en avait été de même, mais la police était intervenue peu avant le couvre-feu de 18H00

PARIS: La police a fait évacuer en milieu d'après-midi samedi les quais de Seine où le soleil et la température douce avaient attiré des Parisiens en nombre qui ne respectaient pas les gestes barrière en cette période de forte circulation du Covid-19.

La préfecture de police de Paris a posté plusieurs tweets appelant au respect des gestes barrière sur les quais (port du masque et distanciation physique), avant de décider de disperser les petits groupes et d'évacuer les quais.

La semaine dernière, il en avait été de même, mais la police était intervenue peu avant le couvre-feu de 18H00.

Pour ce week-end, la préfecture de police a interdit la consommation d'alcool sur les quais de Seine et les rives du Canal Saint-Martin de 11H00 à 18H00, ainsi que dans plusieurs autres lieux de la capitale.

En début de matinée, lors de la présentation de l'opération de vaccination massive durant le week-end, le préfet de police, Didier Lallement, avait prévenu que s'il constatait dans des manifestations ou des rassemblements un non respect des gestes barrière, il interviendrait pour y mettre fin.

Paris et l'Ile-de-France, qui ont échappé au confinement le week-end, font partie des régions où le virus circule particulièrement rapidement.