France: Les opposants à la loi immigration prêts à ferrailler sur tous les fronts

Plus de 400 collectifs appellent à manifester dimanche dans les grandes villes en France contre la loi immigration (Photo d'illustration, AFP).
Plus de 400 collectifs appellent à manifester dimanche dans les grandes villes en France contre la loi immigration (Photo d'illustration, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 12 janvier 2024

France: Les opposants à la loi immigration prêts à ferrailler sur tous les fronts

  • Au total, avec les diverses saisines des Sages, 47 des 86 articles de la loi sont contestés
  • Plus de 200 personnalités appellent à battre le pavé le 21 janvier contre la loi

PARIS: Maintenir la "pression". C'est le mot d'ordre des opposants à la loi immigration en France, qui fédère contre elle une coalition inédite d'organisations prêtes à ferrailler sur tous les fronts, de la rue jusqu'au Conseil constitutionnel, pour faire barrage à un texte inspiré "par l'extrême droite".

Après la sidération, provoquée par l'adoption le 19 décembre du compromis avec les voix du Rassemblement national (RN, extrême droite), place à la réaction.

D'abord dans la rue: plus de 400 collectifs, associations, syndicats et partis politiques, dont plusieurs organisations de sans-papiers, La France insoumise (LFI, gauche radicale) ou encore le syndicat Solidaires, appellent à manifester dimanche dans les grandes villes contre ce texte qui "reprend de nombreuses idées de l'extrême droite, comme la préférence nationale".

"Le retrait de la loi est possible mais la pression doit venir de la mobilisation", a défendu lors d'une conférence de presse Denis Godard, un responsable de la Marche des solidarités.

Autre rendez-vous: plus de 200 personnalités - acteurs, écrivains, journalistes ou encore les secrétaires générales des syndicats CFDT, Marylise Léon, et CGT, Sophie Binet, - appellent à battre le pavé le 21 janvier contre une loi "rédigée sous la dictée des marchands de haine".

«Horreurs constitutionnelles»

La mobilisation contre ce texte "dépasse le cadre habituel des associations qui se sentent concernées" par ce sujet, observe Delphine Rouilleault, directrice générale de l'ONG France terre d'asile, qui veut défendre le 21 janvier une "autre vision de la solidarité".

Un élargissement des oppositions bienvenu, d'autant que l'arrivée à Matignon de Gabriel Attal ne va "pas changer d'un iota la position du gouvernement", pense-t-elle.

Plusieurs centaines d'organisations ont toutefois écrit au nouveau Premier ministre dès sa nomination mardi, réclamant une "clarification" de sa politique migratoire. Dans l'attente, résume Pascal Brice, président de la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS), ses associations adhérentes ont "gelé les contacts politiques" et ne participent plus à aucune réunion de travail avec les autorités.

La précédente Première ministre Elisabeth Borne s'était engagée, dans le cadre des négociations avec la droite, à mener une réforme de l'Aide médicale d'Etat réservée aux sans-papiers, pour exclure cette discussion de la loi immigration.

"Le ministre de l'Intérieur n'a pas changé" et le gouvernement "attend toujours que le Conseil constitutionnel fasse le boulot qu'il n'a pas voulu faire en laissant adopter un texte rempli d'horreurs constitutionnelles", juge Delphine Rouilleault.

C'est sur ce front que se joue également la bataille. Une coalition de juristes, d'universitaires et de responsables associatifs a adressé une salve de "contributions extérieures" au Conseil constitutionnel, qui doit se prononcer le 25 janvier après avoir été saisi par le président Emmanuel Macron lui-même et par l'opposition de gauche.

Censure totale ou partielle ?

"C'est une loi extrêmement agressive sur le droit des étrangers, qui pose d'énormes problèmes de constitutionnalité", explique Serge Slama, professeur de droit public à l'université Grenoble-Alpes, qui a coordonné cette initiative.

Au total, avec les diverses saisines des Sages, 47 des 86 articles de la loi sont contestés.

"On défend la censure totale du texte, mais le plus probable, c'est que le Conseil constitutionnel censure des pans entiers qui ont été ajoutés par le Sénat (contrôlé par la droite) sans rapport avec la loi", anticipe Serge Slama.

Pour lui, il est "presque sûr" que les Sages "vont enterrer toutes les dispositions sur la nationalité, les étudiants et la protection sociale", qui font partie des ajouts les plus controversés du texte. Elles introduisent par exemple une durée de résidence de cinq ans pour les étrangers qui ne travaillent pas afin d'accéder à certaines aides sociales, ou encore la fin de l'automaticité de l'obtention de la nationalité française à la majorité pour les personnes nées en France de parents étrangers.

Reste que même constitutionnelles, d'autres mesures fidèles au canevas initial du gouvernement (réforme de l'asile, facilitation des expulsions...) "n'en sont pas moins problématiques", s'inquiète Delphine Rouilleault.

Sur ces points, a indiqué sous couvert d'anonymat un haut-fonctionnaire à l'AFP, l'administration avance déjà en "temps masqué". En langage administratif, cela signifie la mise en place des mesures, avant le feu vert officiel.


JO-2024: jour J pour Paris, qui accueille la flamme un 14 juillet

L'ancien champion olympique français de handball Cédric Paty tient la flamme olympique dans le cadre du relais de la flamme olympique à son arrivée au Château du Clos de Vougeot, à Vougeot, dans le centre-est de la France, le 12 juillet 2024, avant les Jeux olympiques de Paris 2024. (Photo ARNAUD FINISTRE / AFP)
L'ancien champion olympique français de handball Cédric Paty tient la flamme olympique dans le cadre du relais de la flamme olympique à son arrivée au Château du Clos de Vougeot, à Vougeot, dans le centre-est de la France, le 12 juillet 2024, avant les Jeux olympiques de Paris 2024. (Photo ARNAUD FINISTRE / AFP)
Short Url
  • Une fête olympique calée sur la Fête nationale: le relais de la flamme olympique dans Paris, dimanche à l'issue du défilé du 14 juillet, puis lundi, est le premier grand rendez-vous pour la ville-hôte des JO
  • La folle course de la flamme doit débuter vers 12H00 sur l'avenue Foch, en clôture d'une parade militaire au format réduit pour l'occasion

PARIS: Une fête olympique calée sur la Fête nationale: le relais de la flamme olympique dans Paris, dimanche à l'issue du défilé du 14 juillet, puis lundi, est le premier grand rendez-vous pour la ville-hôte des JO, 12 jours avant la cérémonie d'ouverture.

La folle course de la flamme doit débuter vers 12H00 sur l'avenue Foch, en clôture d'une parade militaire au format réduit pour l'occasion, pour s'achever place de la République lundi soir (20h45), avec un concert gratuit.

Entre les deux, elle doit parcourir environ 60 kilomètres, portée par quelque 540 relayeurs - 200 dimanche, 340 lundi - et encadrée par 1.600 policiers et gendarmes, parmi 18.000 forces de l'ordre mobilisées pour l'événement.

- Test grandeur nature -

Un test grandeur nature, à plus d'un titre, avant la cérémonie du 26 juillet qui présentera les mêmes défis: faire vibrer et rassurer sur l'aspect sécuritaire et logistique, dans un coeur de capitale qui s'agace déjà des perturbations de circulation.

Parmi les relayeurs, des inconnus et de nombreuses personnalités, dont la sprinteuse Marie-José Pérec, l'humoriste Jamel Debbouze, le journaliste Gilles Bouleau...

Tous les grands monuments parisiens auront droit à la flamme, à l'exception des sites de compétition (Concorde, Invalides, tour Eiffel), où les préparatifs empêchent son passage.

Si le feu d'artifice sera bien tiré de la tour Eiffel ce dimanche soir, la mairie insiste sur le fait qu'il ne sera visible que de loin ou à la télévision, mais pas du Champ-de-Mars ou du Trocadéro, inaccessibles.

Ce spectacle pyrotechnique, conçu comme une série "d'hommages à la capitale et aux valeurs de l'olympisme", selon la mairie de Paris, sera lancé une fois la flamme arrivée sur le parvis de l'Hôtel de Ville, aux alentours de 23H10, pour clôturer un concert et allumer le chaudron.

La flamme passera ensuite la nuit dans les salons dorés de l'Hôtel de Ville, où le public préalablement inscrit pourra venir la veiller toute la nuit, de 00H30 à 05H00.

Avant cela, elle doit déjà parcourir le coeur de la capitale pendant presque douze heures.

D'abord escortée, dans le tableau final du défilé militaire, par les écuyers du Cadre noir de Saumur et portée par leur chef Thibaut Vallette, médaillé d'or à Rio en 2016.

Puis lancée, à 13H00 à partir des Champs-Elysées, par le sélectionneur de l'équipe olympique de football Thierry Henry, icône des Bleus champions du monde 1998.

Traversant la Seine, où s'est baignée samedi la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra, elle éclairera ensuite les grands symboles de la rive gauche (Assemblée nationale, Sénat, Panthéon, Sorbonne, Notre-Dame) avant de revenir rive droite (place des Vosges, Bastille, canal Saint-Martin, Louvre, Centre Pompidou).

Un défilé annoncé comme grandiose et gai, avec bal populaire, concerts et animations en tous genres.

- Quartiers chic et populaires -

Lundi matin, le relais s'élancera dès 8H15 de la porte de la Chapelle, où s'élève désormais l'Arena, seul équipement construit pour les JO intra-muros, pour un nouveau tour de Paris, cette fois dans les arrondissements extérieurs.

A Montmartre, après le Sacré-Coeur, les danseuses du Moulin Rouge, qui a retrouvé ses ailes tombées en avril, la salueront d'un inévitable French Cancan (09H20).

De l'ouest chic - Arc de Triomphe, Trocadéro, île aux Cygnes - aux quartiers plus populaires de la Butte-aux-Cailles et de Belleville, avec un hommage en chorale à sa plus célèbre figure, Edith Piaf, les organisateurs promettent "deux jours de festivités inoubliables".

De quoi oublier la situation politique du pays, qui a plongé les JO dans une zone d'incertitudes ?

Lancé avec éclat le 8 mai à Marseille, le parcours olympique a rencontré un franc succès en France, rassemblant quelque 5 millions de spectateurs, selon les organisateurs.

Mais il a été éclipsé par les soubresauts politiques, déclenchés par la victoire du RN aux européennes et l'annonce surprise de la dissolution.

Les tractations ont commencé en vue de la formation d'un nouveau gouvernement, mais elles sont rendues difficiles par l'absence de majorité.

D'autres observateurs estiment au contraire que les JO peuvent servir d'échappatoire face à l'actualité politique pesante.


JO-2024: la ministre des Sports Oudéa-Castera s'est baignée dans la Seine

La ministre française des Sports et des Jeux olympiques, Amélie Oudea-Castera, quitte le Palais présidentiel de l'Élysée après la réunion hebdomadaire du cabinet, le 3 juillet 2024. (Photo Ludovic MARIN / AFP)
La ministre française des Sports et des Jeux olympiques, Amélie Oudea-Castera, quitte le Palais présidentiel de l'Élysée après la réunion hebdomadaire du cabinet, le 3 juillet 2024. (Photo Ludovic MARIN / AFP)
Short Url
  • La ministre française des Sports et des JO Amélie Oudéa-Castéra s'est baignée samedi matin dans la Seine, selon des images diffusées par BFMTV, quelques jours avant la baignade programmée de la maire socialiste de Paris Anne Hidalgo
  • Le débit du fleuve en revanche reste élevé, encore au-delà de 500 mètres cubes/seconde samedi matin, ce qui est problématique tant pour la cérémonie que pour les épreuves

PARIS: La ministre française des Sports et des JO Amélie Oudéa-Castéra s'est baignée samedi matin dans la Seine, selon des images diffusées par BFMTV, quelques jours avant la baignade programmée de la maire socialiste de Paris Anne Hidalgo.

Moins de deux semaines avant la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques, la ministre s'est baignée en combinaison de plongée en plein centre de Paris, vers le Pont des Invalides, pas très loin du lieu où doivent se dérouler les épreuves olympiques de triathlon et de natation en eau libre.

Elle n'a pas échappé à la glissade en entrant dans le fleuve, accompagnée par le tout nouveau porte-drapeau de l'équipe de France paralympique, le paratriathlète Alexis Hanquinquant, selon les images de la chaîne d'information en continu.

Elle devance donc de quelques jours Anne Hidalgo avec qui elle entretient notoirement de mauvaises relations et qui a prévu de se baigner le 17 juillet si la qualité de l'eau reste bonne, selon une organisation partenaire.

Les épreuves olympiques de triathlon et de nage en eau libre doivent se dérouler au niveau du Pont Alexandre III.

"Techniquement et artistiquement, il est difficile de qualifier le geste de plongeon, nous sommes plutôt dans le registre de la glissade, ce qui finalement résume assez bien les choses", a-t-on ironisé samedi matin à la mairie de Paris.

"Dans quelques heures, Amélie Oudéa-Castéra ne sera plus ministre. L’important, c’est la fête populaire et l’engouement collectif des Parisiennes et des Parisiens en ce week-end d'arrivée de la flamme olympique", a-t-on ajouté de même source auprès de l'AFP.

La flamme olympique va en effet parcourir une première fois Paris durant deux jours, dimanche et lundi.

Après plusieurs salves de mauvais résultats en raison d'une météo très pluvieuse, les autorités locales ont annoncé vendredi de bons résultats de l'analyse de l'eau, à deux semaines du début des JO.

Le débit du fleuve en revanche reste élevé, encore au-delà de 500 mètres cubes/seconde samedi matin, ce qui est problématique tant pour la cérémonie que pour les épreuves.

Les organisateurs des JO, l'Etat, la mairie, et la préfecture de région suivent avec attention la météo très pluvieuse depuis le printemps qui a obligé le report des répétitions de la cérémonie d'ouverture et d'un entraînement de l'équipe de France de nage en eau libre.

Une répétition de la cérémonie d'ouverture a été, elle, reprogrammée au 16 juillet, a indiqué vendredi le ministère des Sports et des JO à quelques journalistes, avant trois autres les 20, 22 et 24 juillet soit deux jours avant l'ouverture des JO.


Assemblée: Attal officiellement élu président du groupe des députés Renaissance

Le Premier ministre français Gabriel Attal prononce un discours après les premiers résultats du deuxième tour des élections législatives françaises à Matignon à Paris le 7 juillet 2024. (AFP)
Le Premier ministre français Gabriel Attal prononce un discours après les premiers résultats du deuxième tour des élections législatives françaises à Matignon à Paris le 7 juillet 2024. (AFP)
Short Url
  • M. Attal a obtenu 84 voix sur les 98 députés inscrits à ce scrutin interne. 7 ont voté blanc et 7 autres se sont abstenus.
  • M. Attal prendra réellement ses fonctions de président de groupe jeudi.

PARIS : Le Premier ministre Gabriel Attal, seul candidat en lice, a été officiellement élu samedi président des députés Renaissance, a annoncé le groupe parlementaire dans un communiqué.

M. Attal a obtenu 84 voix sur les 98 députés inscrits à ce scrutin interne. 7 ont voté blanc et 7 autres se sont abstenus.

Faute de concurrence, l'élection de M. Attal ne faisait aucun doute: le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin ou encore l'ancienne Première ministre Elisabeth Borne, à qui était prêtée l'ambition de se présenter, ne s'étant finalement pas portés candidats.

Une députée - Stella Dupont - s'étant rattachée trop tard, n'a pas pu prendre part à l'élection au sein de ce groupe qui compte à date 99 membres.

M. Attal prendra réellement ses fonctions de président de groupe jeudi, à l'ouverture de la 17e législature, marquée par l'élection à la présidence de l'Assemblée. D'ici là, au nom de la séparation entre pouvoirs exécutif et législatif, le gouvernement devra avoir été déclaré comme démissionnaire, ce qui pourrait intervenir mardi à l'issue d'un Conseil de ministres, selon une source gouvernementale.