La Chine ouvre un sommet inédit avec les dirigeants d'Asie centrale

Le président chinois Xi Jinping et le président kirghize Sadyr Japarov assistent à une cérémonie de signature, avant le sommet Chine-Asie centrale à Xian, province du Shaanxi, Chine le 18 mai 2023 (Photo, Reuters).
Le président chinois Xi Jinping et le président kirghize Sadyr Japarov assistent à une cérémonie de signature, avant le sommet Chine-Asie centrale à Xian, province du Shaanxi, Chine le 18 mai 2023 (Photo, Reuters).
Short Url
Publié le Jeudi 18 mai 2023

La Chine ouvre un sommet inédit avec les dirigeants d'Asie centrale

  • Choix symbolique: l'événement qualifié «d'extrêmement important» par Pékin se tient dans la grande ville historique de Xi'an (nord), extrémité orientale de l'ancienne Route de la soie qui reliait l'Europe et la Chine via l'Asie centrale
  • Il s'agit de la toute première édition de ce «sommet Chine-Asie centrale» depuis l'établissement des relations diplomatiques entre le géant asiatique et ces pays en 1992

XIAN, Chine: Le président chinois Xi Jinping a ouvert jeudi un sommet historique avec ses homologues des cinq républiques d'Asie centrale, destiné à resserrer les liens régionaux, au moment où Joe Biden rencontre au Japon les dirigeants du G7.

Choix symbolique: l'événement qualifié "d'extrêmement important" par Pékin se tient dans la ville historique de Xi'an (nord), extrémité orientale de l'ancienne Route de la soie qui reliait l'Europe et la Chine via l'Asie centrale.

C'est la toute première édition de ce "sommet Chine-Asie centrale" depuis l'établissement des relations diplomatiques entre Pékin et ces républiques en 1992 après la chute de l'URSS - ces dernières étant traditionnellement plus proches de Moscou.

Accompagné par son épouse, Xi Jinping a accueilli les cinq présidents dans la soirée, tous posant pour une photo de groupe devant un grandiose bâtiment chinois de style ancien, éclairé par des lampions rouges dans la nuit.

Avant un banquet de bienvenue, des dizaines de danseurs ont ensuite interprété un coloré spectacle musical inspiré de la dynastie Tang (618-907), autre symbole car les relations entre Chine et Asie centrale étaient particulièrement fortes à cette époque.

Anciennement membres de l'Empire russe puis de l'Union soviétique, ces nations (Kazakhstan, Kirghizistan, Tadjikistan, Turkménistan et Ouzbékistan) conservent des liens économiques, linguistiques et diplomatiques privilégiés avec Moscou.

Mais avec la guerre en Ukraine, l'influence russe s'est émoussée. Un vide relatif que le président chinois se montre d'autant plus disposé à combler qu'il souhaite développer sa stature internationale, selon des experts.

Face au G7 

"Xi Jinping va se présenter comme un dirigeant capable de promouvoir le développement et la paix dans le monde", déclare à l'AFP Zhiqun Zhu, professeur de relations internationales à l'université Bucknell, aux Etats-Unis.

Hasard (ou pas) du calendrier: un sommet des dirigeants du G7 (Canada, France, Etats-Unis, Allemagne, Italie, Japon, Royaume-Uni) s'ouvre vendredi à Hiroshima, en présence notamment du président américain Joe Biden - dont le pays dépeint régulièrement Pékin comme une menace.

L'événement japonais sera probablement axé sur l'établissement d'une stratégie pour "contrer l'influence croissante de la Chine dans le monde", selon Zhiqun Zhu.

En face, "l'importance diplomatique et stratégique" de l'inédite réunion organisée à Xi'an jeudi et vendredi "ne doit pas être sous-estimée", souligne-t-il.

"Le sommet Chine-Asie centrale montre que le renouveau de la Chine ne peut être entravé et qu'il bénéficie d'un fort soutien en Asie centrale et ailleurs dans les pays en développement."

La Chine estime que son commerce avec Kazakhstan, Kirghizistan, Tadjikistan, Turkménistan et Ouzbékistan a atteint l'an passé les 70 milliards de dollars (64 milliards d'euros) et grimpé sur un an de 22% lors du premier trimestre 2023.

Les républiques d'Asie centrale occupent une place majeure dans l'initiative chinoise des "Nouvelles routes de la soie", également connue sous le nom "La Ceinture et la Route".

Le Kazakhstan dément aider la Russie à contourner les sanctions occidentales

Le Kazakhstan, plus grande économie d'Asie centrale, s'est défendu jeudi d'aider son allié russe à contourner les sanctions occidentales, malgré la forte hausse de réexportations en Russie, via des pays tiers, de biens utilisables par Moscou pour son complexe militaro-industriel.

"Nous ne permettrons pas que le territoire de notre pays et nos entreprises soient utilisés pour contourner les sanctions" imposées à la Russie après son invasion de l'Ukraine, a affirmé Maoulen Achimbaïev, le représentant du Sénat kazakh, deuxième personnage de l'Etat, à l'agence de presse officielle Kazinform.

"Nous ne violons pas les sanctions occidentales", a-t-il assuré.

Ces déclarations interviennent après que le Kazakhstan a été accusé par des représentants européens et américains d'importer puis d'exporter vers la Russie du matériel sous embargo.

Parmi les produits ciblés figurent les réfrigérateurs, les imprimantes ou encore des calculatrices, dont les composants électroniques peuvent être réutilisés pour fabriquer de l'armement.

«Avenir commun»

Incarné par Xi Jinping qui l'a lancé fin 2013, ce programme pharaonique entend notamment développer, grâce à des fonds chinois, des routes, ports, chemins de fer et infrastructures à l'étranger.

Le géant asiatique a déjà investi des milliards d'euros pour exploiter des réserves de gaz naturel en Asie centrale et construire des liaisons ferroviaires reliant la Chine à l'Europe via la région.

Le sommet est l'occasion de faire avancer certains projets, comme la ligne ferroviaire Chine-Kirghizistan-Ouzbékistan, d'un coût de six milliards de dollars, ou encore l'extension de l'oléoduc entre l'Asie centrale et la Chine.

Xi Jinping a déclaré jeudi à son homologue kirghize, Sadyr Japarov, que la Chine était "disposée à travailler avec le Kirghizstan pour construire une communauté de bon voisinage, d'amitié, de prospérité partagée et d'avenir commun".

Le président chinois a tenu des propos similaires à ses homologues ouzbek Chavkat Mirzioïev, tadjik Emomali Rakhmon et turkmène Serdar Berdymoukhamedov, appelant notamment à promouvoir les relations économiques et culturelles.

Lors d'une rencontre mercredi avec Xi Jinping, le président du Kazakhstan, Kassym-Jomart Tokaïev, avait lui salué "les résultats significatifs" des projets bilatéraux des "Nouvelles routes de la soie", notamment dans le transport et la logistique.

Les principales annonces du sommet devraient avoir lieu vendredi matin, avec notamment une rencontre entre les six présidents et la presse.


Zelensky qualifie la gaffe de Biden d'"erreur" qu'il peut "oublier"

Short Url
  • "C'est une erreur. Je pense que les États-Unis ont beaucoup soutenu les Ukrainiens. Nous pouvons oublier certaines erreurs, je pense que c'est le cas", a déclaré le chef d'Etat ukrainien.
  • Simon Harris a indiqué qu'il se rendrait en Ukraine "dans les semaines à venir" et a invité M. Zelensky à revenir en Irlande pour une visite officielle.

DUBLIN : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a qualifié la gaffe de Joe Biden, qui l'a présenté jeudi comme le "président Poutine" lors du sommet de l'Otan à Washington, d'"erreur" qu'il peut "oublier".

"C'est une erreur. Je pense que les États-Unis ont beaucoup soutenu les Ukrainiens. Nous pouvons oublier certaines erreurs, je pense que c'est le cas", a déclaré le chef d'Etat ukrainien, lors d'une conférence de presse à l'aéroport de Shannon, dans l'ouest de l'Irlande.

Volodymyr Zelensky est de passage en Irlande avant de retourner en Ukraine après le sommet de l'Otan à Washington.

Jeudi, Joe Biden a annoncé le "président Poutine" alors qu'il accueillait sur scène Volodymyr Zelensky.

"Et maintenant je veux passer la parole au président de l'Ukraine, qui a autant de courage qu'il a de détermination. Mesdames et messieurs, le président Poutine", a déclaré le président américain.

Joe Biden, qui a orchestré la réponse occidentale à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, s'est aussitôt repris.

Il s'est écarté du micro avant de réaliser son erreur et d'y revenir pour dire: "Il va battre le président Poutine. Le président Zelensky. Je suis tellement concentré sur le fait de battre Poutine".

Volodymyr Zelensky s'est entretenu avec le Premier ministre irlandais Simon Harris à l'aéroport de Shannon.

"Merci beaucoup pour votre soutien, merci à l'Irlande d'avoir accueilli de nombreux réfugiés ukrainiens, vous étiez avec nous dès le début de l'invasion russe", a salué le président ukrainien.

Simon Harris a indiqué qu'il se rendrait en Ukraine "dans les semaines à venir" et a invité M. Zelensky à revenir en Irlande pour une visite officielle.

Lors de leur entretien bilatéral, les deux dirigeants ont discuté d'un possible accord sur le déminage, l'énergie, l'aide humanitaire et la sécurité alimentaire, a indiqué Simon Harris.


Iran: le président élu se dit prêt à un "dialogue constructif" avec l'UE

Le président iranien nouvellement élu Masoud Pezeshkian fait un geste lors d'une visite au sanctuaire du fondateur de la République islamique, l'ayatollah Rouhollah Khomeini, à Téhéran, le 6 juillet 2024. M. Pezeshkian, qui prône l'amélioration des relations avec l'Occident, a remporté le 6 juillet le second tour de l'élection présidentielle face à l'ultraconservateur Saeed Jalili, selon le ministère de l'intérieur. (Photo ATTA KENARE / AFP)
Le président iranien nouvellement élu Masoud Pezeshkian fait un geste lors d'une visite au sanctuaire du fondateur de la République islamique, l'ayatollah Rouhollah Khomeini, à Téhéran, le 6 juillet 2024. M. Pezeshkian, qui prône l'amélioration des relations avec l'Occident, a remporté le 6 juillet le second tour de l'élection présidentielle face à l'ultraconservateur Saeed Jalili, selon le ministère de l'intérieur. (Photo ATTA KENARE / AFP)
Short Url
  • Lors de la campagne électorale, M. Pezeshkian avait promis de "sortir l'Iran de son isolement" en établissant des "relations constructives" avec le monde notamment les pays européens
  • Le réformateur a indiqué qu'après le retrait des Américains, les Européens s'étaient engagés à essayer de sauver l'accord et d'atténuer l'impact des sanctions

TEHERAN: Le président élu iranien Massoud Pezeshkia s'est déclaré prêt à entamer "un dialogue constructif" avec les pays européens, tout en leur reprochant d'être revenus sur leurs engagements dans le dossier nucléaire, dans une tribune parue samedi.

Elu au second tour de la présidentielle le 5 juillet, ce réformateur de 69 ans doit prêter serment fin juillet pour débuter un mandat de quatre ans.

L'élection était suivie avec attention à l'étranger alors que l'Iran est au coeur de plusieurs crises géopolitiques, de la guerre à Gaza au dossier nucléaire, dans lesquelles il s'oppose aux Occidentaux.

Lors de la campagne électorale, M. Pezeshkian avait promis de "sortir l'Iran de son isolement" en établissant des "relations constructives" avec le monde notamment les pays européens.

Dans un article publié samedi par le quotidien anglophone Tehran Times, il a critiqué le retrait en 2018 des Etats-Unis de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu trois ans auparavant et qui visait à restreindre l'activité nucléaire de l'Iran en échange d'un allègement des sanctions. Washington avait dans la foulée rétabli de lourdes sanctions sur la République islamique.

Le réformateur a indiqué qu'après le retrait des Américains, les Européens s'étaient engagés à essayer de sauver l'accord et d'atténuer l'impact des sanctions.

Mais "les pays européens ont renié tous ces engagements", a-t-il déploré.

"Malgré ces faux pas, j'ai hâte d’engager un dialogue constructif avec les pays européens pour mettre nos relations sur la bonne voie", a-t-il dit.

Il a déclaré que les deux parties pourraient explorer "de nombreux domaines de coopération" si les Européens "mettaient de côté la suprématie morale qu'ils s'attribuent et les crises créées de toute pièce qui ont miné nos relations pendant si longtemps".

La porte-parole de la commission européenne Nabila Massrali avait auparavant félicité M. Pezeshkian pour son élection, déclarant que les 27 membres de l'UE étaient "prêts à s'engager avec le nouveau gouvernement conformément à la politique d'engagement critique de l'UE".

M. Pezeshkian s'en est pris par ailleurs aux Etats-Unis dont les sanctions affectent durement l'économie iranienne.

"Les Etats-Unis doivent reconnaître la réalité et comprendre, une fois pour toutes, que l'Iran ne répond pas – et ne répondra pas – aux pressions", a-t-il dit.

Durant la campagne, M. Pezeshkian avait promis de négocier avec le gouvernement américain pour relancer les pourparlers sur le nucléaire iranien et lever les sanctions.

Lundi, les Etats-Unis ont affirmé ne s'attendre à aucun changement dans leurs relations avec l'Iran après l'élection de Massoud Pezeshkian, minimisant également les chances de reprise du dialogue.

M. Pezeshkian a en outre qualifié la Russie d'"allié stratégique précieux" et s'est dit prêt à "collaborer davantage" avec la Chine.

Concernant les pays voisins, il a appelé la Turquie, l'Arabie saoudite, Oman, l'Irak, Bahreïn, le Qatar, le Koweït et les Emirats arabes unis à "renforcer les relations commerciales" avec l'Iran et "relever les défis communs" dans la région.

M. Pezeshkian va succéder à Ebrahim Raïssi, mort dans un accident d'hélicoptère en mai.

"Le peuple iranien m’a confié un mandat fort pour poursuivre vigoureusement un engagement constructif sur la scène internationale (...) tout en insistant sur nos droits et notre rôle mérité dans la région et dans le monde", a-t-il dit dans la tribune.

Ses pouvoirs seront cependant limités: en Iran, le président est chargé d'appliquer, à la tête du gouvernement, les grandes lignes politiques fixées par le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, qui est chef de l'Etat et ultime décideur sur les dossiers stratégiques.

Le président doit aussi tenir compte de la forte influence des grandes institutions comme les Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique du pouvoir.


Territoires palestiniens occupés: la CIJ rendra un avis le 19 juillet

Des manifestants pro-palestiniens tiennent des pancartes alors qu’ils manifestent devant la Cour internationale de justice (CIJ) lors d’une audience sur la demande de cessez-le-feu de l’Afrique du Sud à Gaza, à La Haye, le 24 mai 2024 (AFP)
Des manifestants pro-palestiniens tiennent des pancartes alors qu’ils manifestent devant la Cour internationale de justice (CIJ) lors d’une audience sur la demande de cessez-le-feu de l’Afrique du Sud à Gaza, à La Haye, le 24 mai 2024 (AFP)
Short Url
  • La Cour internationale de justice (CIJ), qui siège à La Haye, prononcera son "avis consultatif" 19 juillet à 15H00 (13H00 GMT), a-t-elle précisé dans un communiqué.
  • La plupart des intervenants ont appelé, lors d'audiences en février, à ce qu'Israël mette fin à l'occupation qui a suivi la guerre des Six Jours.

La HAYE : La plus haute juridiction de l'ONU a annoncé vendredi qu'elle rendrait dans une semaine un avis sur les conséquences légales de l'occupation de territoires palestiniens depuis 1967, une affaire sans précédent dans laquelle 52 pays ont été appelés à témoigner.

La Cour internationale de justice (CIJ), qui siège à La Haye, prononcera son "avis consultatif" 19 juillet à 15H00 (13H00 GMT), a-t-elle précisé dans un communiqué. S'il n'est pas contraignant, il pourrait accroître la pression juridique internationale croissante sur Israël au regard de la guerre à Gaza.

Le conflit a commencé par une attaque du mouvement islamistes palestinien Hamas contre le sud d'Israël le 7 octobre dernier, qui a fait 1.195 morts, essentiellement civils, selon un bilan de l'AFP basé sur des chiffres israéliens.

En riposte à l'attaque du 7 octobre, Israël a promis de détruire le Hamas et lancé une offensive qui a fait jusqu'à présent 38.345 morts, en majorité des civils, selon le dernier bilan du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza dirigé par le Hamas.

Le 31 décembre 2022, l'Assemblée générale des Nations unies avait adopté une résolution demandant à la CIJ un "avis consultatif" sur les "conséquences juridiques découlant des politiques et pratiques d'Israël dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est".

La plupart des intervenants ont appelé, lors d'audiences en février, à ce qu'Israël mette fin à l'occupation qui a suivi la guerre des Six Jours.

Israël ne participe pas aux audiences mais a soumis une contribution écrite qualifiant les questions posées au tribunal de "préjudiciables" et "tendancieuses".

Ces audiences sont distinctes d'une affaire portée auprès de la CIJ par l'Afrique du Sud, qui accuse Israël de commettre des actes génocidaires à Gaza. En janvier, la cour a appelé Israël à prévenir tout éventuel acte de génocide dans ce petit territoire palestinien. En mai, elle a ordonné à Israël de stopper son offensive militaire à Rafah.