Le gazoduc Force de Sibérie 2 vers la Chine «remplacera» Nord Stream 2, annonce Moscou

Interrogé dans un entretien à la chaîne de télévision Rossiya-1 sur un remplacement dans la stratégie énergétique russe de l'européen Nord Stream 2 par l'asiatique Force de Sibérie 2, le ministre russe de l'Énergie, Alexandre Novak a répondu : «Oui» (Photo, AFP).
Interrogé dans un entretien à la chaîne de télévision Rossiya-1 sur un remplacement dans la stratégie énergétique russe de l'européen Nord Stream 2 par l'asiatique Force de Sibérie 2, le ministre russe de l'Énergie, Alexandre Novak a répondu : «Oui» (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 16 septembre 2022

Le gazoduc Force de Sibérie 2 vers la Chine «remplacera» Nord Stream 2, annonce Moscou

  • C'est par ce gazoduc stratégique, qui relie la Russie à l'Allemagne, que transitait jusqu'alors un tiers des livraisons de gaz russe à l'Union européenne
  • Force de Sibérie 2 alimentera, lui, l'énergivore économie chinoise en partie via la Mongolie

SAMARCANDE: Le gazoduc Force de Sibérie 2, en discussion depuis plusieurs années entre Moscou et Pékin, "remplacera" Nord Stream 2, qui devait relier la Russie à l'Europe mais dont la mise en service a été abandonnée depuis le conflit en Ukraine, a déclaré jeudi le ministre russe de l'Énergie, Alexandre Novak.

Interrogé dans un entretien à la chaîne de télévision Rossiya-1 sur un remplacement dans la stratégie énergétique russe de l'européen Nord Stream 2 par l'asiatique Force de Sibérie 2, M. Novak a répondu : "Oui".

Plus tôt dans la journée, le ministre, en marge d'un déplacement en Ouzbékistan, avait affirmé que la Russie et la Chine allaient prochainement signer des accords portant sur la livraison de "50 milliards de mètres cubes de gaz" par an via le futur gazoduc Force de Sibérie 2.

Ce volume représentera quasiment la capacité maximale de Nord Stream 1 – 55 milliards de m³ au total –, à l'arrêt depuis le 2 septembre.

C'est par ce gazoduc stratégique, qui relie la Russie à l'Allemagne, que transitait jusqu'alors un tiers des livraisons de gaz russe à l'Union européenne.

Force de Sibérie 2 alimentera, lui, l'énergivore économie chinoise en partie via la Mongolie. La date de début de construction est fixée à 2024.

Dans la stratégie énergétique de la Russie, il remplacera donc le projet de Nord Stream 2, longtemps soutenu par l'Allemagne mais que les États-Unis regardait d'un très mauvais œil et que les Occidentaux ont enterré depuis l'offensive russe en Ukraine fin février.

En Europe, les exportations de gaz russe vers l'UE "vont baisser d'environ 50 milliards de m³" en 2022, a ajouté jeudi M. Novak.

Dans le même temps, le ministre russe a indiqué que Gazprom, l'opérateur du gazoduc Force de Sibérie 1 qui relie depuis fin 2019 le champ de Tchaïandina (Yakoutie) au nord-est de la Chine, allait "augmenter ses livraisons" pour atteindre "20 milliards de m³ de gaz" chaque année.

Le raccordement début 2023 du champ de Kovytka, proche du lac Baïkal, au gazoduc contribuera notamment à faciliter cette hausse importante.

En 2025, quand il aura atteint sa capacité maximale, cet important gazoduc produira 61 milliards de mètres cubes par an, soit plus que Nord Stream 1, dont 38 milliards de m³ seront destinés à la Chine selon un important contrat signé en 2014 entre Gazprom et son homologue chinois CNPC.

Des accords ont par ailleurs été signés avec Pékin pour la construction d'une nouvelle route de transit partant de Vladivostok (Extrême-Orient russe) vers le nord de la Chine, soit "10 milliards de m³ de gaz supplémentaires", a annoncé jeudi le ministre de l'Énergie.


Le ministre saoudien des Médias annonce sa nouvelle stratégie

La troisième édition du Forum saoudien des médias a pour thème «Les médias dans un monde qui prend forme» (Photo, X).
La troisième édition du Forum saoudien des médias a pour thème «Les médias dans un monde qui prend forme» (Photo, X).
Short Url
  • La nouvelle vision renforcera l'efficacité du secteur, l'attrait des investissements et les compétences de la main-d'œuvre
  • En 2023, le secteur des médias a contribué à hauteur de 3,9 milliards de dollars à l'économie saoudienne et a créé 56 000 emplois

LONDRES: Le ministre saoudien des Médias, Salmane al-Dosari, a présenté la nouvelle stratégie médiatique de l’Arabie saoudite, qui fait de 2024 l'«Année de la transformation des médias».

S'adressant à la session inaugurale du Forum saoudien des médias à Riyad, mardi, Al-Dosari a exposé la vision pour l'année prochaine, célébrant l'impact profond du secteur sur l'économie du pays.

Il a indiqué que pour la seule année 2023, l'industrie des médias a apporté une contribution substantielle de 14,5 milliards de riyals (1 dollar américain = 0,93 euro) au produit intérieur brut du pays, et a facilité la création de 56 000 opportunités d'emploi.

Pour l'avenir, Al-Dosari a souligné l'engagement du gouvernement à poursuivre la croissance et le développement, dans le but de porter la contribution du secteur à 4,3 milliards de dollars en 2024.

Cette aspiration s'aligne sur les plans d'expansion de la main-d'œuvre pour atteindre 67 000 emplois, reconnaissant ainsi le rôle essentiel des médias dans le progrès économique et sociétal.

Saison du Hajj

Al-Dosari a détaillé les initiatives stratégiques visant à améliorer l'efficacité du secteur, à stimuler l'attrait des investissements et à renforcer les capacités de la main-d'œuvre nationale, ouvrant ainsi la voie à l'avenir des médias.

Ces initiatives comprennent une stratégie globale pour le secteur des médias, une stratégie de l'Autorité saoudienne de radiodiffusion pour favoriser la croissance et la compétitivité, et des efforts pour développer les talents dans le secteur des médias afin de produire un contenu qui améliore l'image de l'Arabie saoudite à l’échelle mondiale.

En outre, Al-Dosari a annoncé le lancement de l'initiative Hajj MediaHub, qui facilite la couverture médiatique de la saison du Hajj grâce à une communauté de médias dynamique et à une exposition interactive, dont bénéficieront plus de 2 000 professionnels des médias internationaux et visiteurs.

La troisième édition du Forum saoudien des médias, qui a pour thème «Les médias dans un monde qui prend forme», a débuté mardi, à l'invitation de la Société de radiodiffusion saoudienne et de l'Association saoudienne des journalistes.

Avec la participation de 2 000 professionnels des médias, universitaires, experts et spécialistes des scènes locales et internationales, l'événement de deux jours sert de plate-forme pour un discours et une collaboration solides au sein de l'industrie, en s'engageant auprès de 80 médias.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le dollar recule après un indicateur décevant aux Etats-Unis

Des pièces et des billets en livres sterling, en dollars américains affichés sur une table, à Londres (Photo, AFP).
Des pièces et des billets en livres sterling, en dollars américains affichés sur une table, à Londres (Photo, AFP).
Short Url
  • Vers 20H10 GMT, le billet vert baissait face à l'euro, qui prenait 0,26% à 1,0807 dollar, et la devise américaine reculait également face à la livre, qui montait de 0,21% à 1,2620 dollar
  • Le dollar américain évoluait à la baisse par rapport aux principales devises en ce retour de jour férié pour les investisseurs américains

NEW YORK: Le dollar se replie mardi face aux principales monnaies, à la suite d'un indicateur décevant aux Etats-Unis, tandis que l'euro se renforce après une croissance des salaires européens qui fait douter d'une baisse dès juin des taux de la zone euro.

Vers 20H10 GMT, le billet vert baissait face à l'euro, qui prenait 0,26% à 1,0807 dollar, et la devise américaine reculait également face à la livre, qui montait de 0,21% à 1,2620 dollar.

Le dollar américain évoluait à la baisse par rapport aux principales devises en ce retour de jour férié pour les investisseurs américains, qui attendent des "développements macroéconomiques cruciaux" cette semaine, a noté Pierre Veyret, analyste d'ActivTrades.

L'indice des indicateurs avancés publié par le Conference Board mardi sur l'économie américaine a accéléré son recul à -0,4% à 102.7 points en janvier après déjà -0,2% en décembre.

Sans que cela ne présage de récession aux Etats-Unis, a estimé l'économiste du Conference Board, Justyna Zabinska-La Monica, cela signale néanmoins "que la croissance du Produit intérieur brut va ralentir à près de zéro aux deuxième et troisième trimestres".

Les cambistes attendaient aussi la publication mercredi du compte-rendu de la dernière réunion monétaire de la banque centrale américaine (Fed), tenue en janvier, et des commentaires de membres de la Fed.

Côté européen, l'euro était soutenu par un indice de la BCE sur les salaires négociés de la zone euro qui a montré une croissance de 4,5% au quatrième trimestre.

C'est moins fort qu'au troisième trimestre (+4,7%) mais suffisamment persistant pour jeter des doutes sur l'idée d'une baisse des taux dès juin en zone euro.

Par ailleurs, le ringgit malaisien a atteint mardi son plus bas niveau depuis 26 ans, sur fond de faiblesse des devises des pays asiatiques émergents.

Le ringgit a terminé mardi à environ 4,78 ringgits pour un dollar.

Plus tôt dans la séance, il avait touché 4,80 ringgits, un plus bas face au dollar depuis janvier 1998 lors de la crise financière asiatique, en partie à cause de la mauvaise performance des exportations de la Malaisie et des taux d'intérêt américains élevés qui rendent le billet vert plus attractif.


Pollution de l'air: Accord dans l'UE sur des normes plus strictes

Une vue générale de la ville de Skopje, vue à travers l'air pollué le 30 janvier 2019, l'une des villes les plus polluées d'Europe (Photo, AFP).
Une vue générale de la ville de Skopje, vue à travers l'air pollué le 30 janvier 2019, l'une des villes les plus polluées d'Europe (Photo, AFP).
Short Url
  • L'accord conclu dans la soirée entre eurodéputés et négociateurs des Etats membres prévoit des limites plus strictes qu'actuellement pour 2030, pour plusieurs polluants
  • Les Etats seront tenus d'élaborer d'ici 2028 des feuilles de routes détaillées pour y parvenir

BRUXELLES: L'Union européenne s'est accordée mardi pour renforcer ses normes sur la qualité de l'air d'ici 2030 en vue d'atteindre l'objectif "zéro pollution" en 2050, sans toutefois les aligner sur les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

L'accord conclu dans la soirée entre eurodéputés et négociateurs des Etats membres prévoit des limites plus strictes qu'actuellement pour 2030, pour plusieurs polluants: particules fines (PM2,5, PM10), dioxyde d'azote, dioxyde de soufre...

Les Etats seront tenus d'élaborer d'ici 2028 des feuilles de routes détaillées pour y parvenir.

Alors que quelque 300 000 décès prématurés sont imputables chaque année à la pollution atmosphérique dans l'UE, "c'est une étape majeure pour garantir un avenir plus sain" en révisant "des normes obsolètes dont certaines dataient de 15 à 20 ans", a commenté l'eurodéputé social-démocrate Javi López, rapporteur du texte.

Pour le dioxyde d'azote comme pour les particules fines inférieures à 2,5 micromètres (PM2.5) - les plus nocives car elles peuvent pénétrer profondément dans les poumons et dans le sang -, les valeurs limites annuelles autorisées seront abaissées de plus de moitié en 2030 par rapport à aujourd'hui, précise un communiqué du Parlement européen.

"Les normes seront à nouveau révisées d'ici le 31 décembre 2030, puis au moins tous les cinq ans, et plus souvent si de nouvelles découvertes scientifiques le permettent, telles que des lignes directrices révisées de l'OMS", ajoute-t-il.

Mais les nouveaux objectifs fixés pour 2030 restent bien en-deçà des recommandations de l'organisation internationale, mises à jour en 2021.

Dans leur mandat initial mi-septembre, les eurodéputés avaient réclamé l'alignement strict et contraignant d'ici 2035 avec les lignes directrices de l'OMS, les Etats membres soutenant les valeurs à échéance 2030 proposées par la Commission européenne, moins drastiques.

S'inscrivant dans le cadre du Pacte vert, cette législation a fait l'objet d'âpres pourparlers, nombre d'Etats - à l'instar des eurodéputés PPE (droite) - plaidant pour des normes moins contraignantes et de larges dérogations.

Selon l'accord final, les Etats pourront demander que l'échéance 2030 soit reportée jusqu'à dix ans, en cas de conditions spécifiques, par exemple, lorsque les réductions nécessaires de polluants ne peuvent être obtenues qu'en remplaçant une partie considérable des systèmes de chauffage domestique existants.

Le texte prévoit par ailleurs l'augmentation des points de mesures de la qualité de l'air et une harmonisation des indices dans l'UE pour qu'ils soient "comparables, clairs et accessibles au public", en informant sur les pics de pollution.

La législation comprend un droit d'indemnisation renforcé, notamment dans le cadre d'actions collectives, pour les citoyens à la santé atteinte par des violations des normes de qualité de l'air.