Liban: Les banques en grève face aux pressions politiques

Des activistes libanais affrontent des soldats gardant l'entrée du parlement du pays lors d'une manifestation au centre de Beyrouth, jeudi (Photo, AFP).
Des activistes libanais affrontent des soldats gardant l'entrée du parlement du pays lors d'une manifestation au centre de Beyrouth, jeudi (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 06 août 2022

Liban: Les banques en grève face aux pressions politiques

  • Selon les critiques, l'Association tente de se soustraire à sa responsabilité dans la crise économique actuelle du pays
  • Le ministre des Finances exhorte les ministères et les administrations à accélérer le processus de transfert des salaires

BEYROUTH: L'association bancaire libanaise (ABL) a annoncé vendredi que les banques se mettraient en grève à partir de lundi en raison d'une accumulation de «positions populistes et néfastes» prises à l'encontre du secteur, selon le communiqué de l’association.

Environ 49 banques prévoient de faire grève, ajoute le communiqué.

L’association prend des mesures suite au traitement récent du secteur, notamment l'arrestation du président de Creditbank, Tarek Khalife, cette semaine.

Khalife a été détenu avec sa famille à leur arrivée à l'aéroport international Rafic Hariri de Beyrouth récemment, suite à une plainte pénale déposée contre lui au bureau du procureur général au Mont-Liban.

Bien que Khalife soit maintenant en liberté sous caution, l'ABL a souligné que «ces situations anormales, auxquelles les banques ont essayé de faire face avec flexibilité, même à leurs propres frais, ont atteint une ampleur qui n'est plus acceptable».

Les experts économiques s'attendent à ce que la grève exerce une pression sur le marché financier et sur le taux de change du dollar sur le marché parallèle.

Ils ont affirmé que la grève pourrait conduire les banques à cesser de pomper des dollars sur le marché conformément aux circulaires de la Banque du Liban, les gens se tournant alors vers le marché parallèle pour obtenir des dollars.

L’ABL a signalé que les banques «ne peuvent plus supporter des situations néfastes et populistes à leurs dépens et aux dépens de l'économie et elles se voient obligées de lancer un avertissement général qui est une invitation à tout le monde à faire face de manière sérieuse et responsable à la situation actuelle dans le but d'aller vers une véritable reprise».

L'association a accusé les personnes chargées d'instruire les procès d'ignorer les lois bancaires et comptables de base, ajoutant qu'elle était surprise par la négligence de certains commissaires à respecter la loi et ses dispositions, «comme si l'application de la loi était devenue facultative et non obligatoire».

Elle a ajouté: «Ce qui est encore plus surprenant, c'est que ces autorités prennent des mesures drastiques qui portent atteinte à la liberté et à la dignité des personnes, les diffament et mettent en péril la relation des banques locales avec les banques correspondantes, ce qui cause des dommages extrêmes, non seulement pour les banques mais aussi pour les déposants.»

Selon les critiques, la décision de l'ABL aura un impact négatif sur le secteur bancaire et se répercutera sur les secteurs vitaux dans un pays qui souffre de crises financières qui s'aggravent chaque jour.

Les employés du secteur public n'ont pas reçu les salaires du mois dernier à cause de leur grève illimitée, exigeant l'ajustement de leurs salaires et avantages sociaux.

Le ministre des Finances, Youssef Khalil, a toutefois assuré que les salaires seraient versés dans les «dix prochains jours au plus tard».

Il a exhorté les ministères et les administrations à accélérer le processus afin d'éviter tout nouveau retard.

Les opposants aux politiques des banques, qui ont conduit à l'effondrement économique du pays, estiment que les banques libanaises tentent de se soustraire à leur responsabilité dans la situation du pays et rejettent plutôt la responsabilité de la crise financière sur l'État.

Les critiques constatent que les partenaires de plusieurs banques sont eux-mêmes des politiciens.

L'expert économique Bassem Ajjaka a déclaré à Arab News que la démarche de l'ABL «est un message adressé à la classe politique libanaise et non au système judiciaire ou au peuple».

Il a souligné que l’ABL a porté des accusations directes contre ces politiciens dans sa déclaration.

La déclaration est un avertissement pour le gouvernement, alors qu'il élabore et met en œuvre des politiques basées sur la constitution, a ajouté Ajjaka.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Gaza: ouverture des points de passage après une trêve entre Israël et le Jihad islamique

Short Url
  • Un journaliste de l'AFP a vu entrer des camions de carburant par le point de passage des marchandises de Kerem Shalom
  • Les points de passage entre l'Etat hébreu et la bande de Gaza, fermés mardi par Israël, ont été rouverts "pour des besoins humanitaires lundi"

GAZA: Des camions de carburant sont entrés dans la bande de Gaza lundi matin, après l'entrée en vigueur d'une trêve entre le Jihad islamique et Israël au terme de trois jours d'hostilités qui ont coûté la vie à 44 Palestiniens dans des frappes israéliennes sur l'enclave.

Un journaliste de l'AFP a vu entrer des camions de carburant par le point de passage des marchandises de Kerem Shalom, dans le sud de la bande de Gaza. Samedi, la seule centrale électrique de Gaza a été mise à l'arrêt en raison d'une pénurie de carburant.

Les points de passage entre l'Etat hébreu et la bande de Gaza, fermés mardi par Israël, ont été rouverts "pour des besoins humanitaires lundi", a annoncé dans un communiqué le Cogat, l'organe du ministère israélien de la Défense qui supervise les activités civiles dans les Territoires palestiniens.

"Le retour à la routine se fera en fonction des développements de la situation et si la sécurité est respectée", ajoute le communiqué.

Après cette trêve négociée par l'Egypte, intermédiaire historique entre Israël et les Palestiniens, l'Etat hébreu a aussi annoncé la reprise de la circulation ferroviaire dans la zone proche de la bande de Gaza et autorisé ses citoyens vivant dans les villages limitrophes de l'enclave palestinienne de quitter les abris.

Médicaments, électricité

Dimanche, le bureau du Premier ministre israélien Yaïr Lapid a affirmé que la trêve entrerait en vigueur à 23H30 locales, tout en soulignant que son pays "se réservait le droit de répondre fermement à toute violation".

A Gaza où il est implanté, le Jihad islamique a lui confirmé qu'il "cesserait les hostilités" à partir de cette heure-là, mais a aussi averti qu'il se réservait "le droit de répondre à toute (nouvelle) agression" israélienne.

Joe Biden a salué le cessez-le-feu et remercié le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi pour le rôle joué par son pays dans sa négociation. Le président américain a également demandé que des enquêtes soient menées sur les victimes civiles, qu'il a qualifiées de "tragédie".

L'émissaire de l'ONU pour le Proche-Orient Tor Wennesland a salué sur Twitter l'accord de trêve mais affirmé "que la situation rest(ait)e très fragile".

L'accord de trêve prévoit entre autres "l'engagement de l'Egypte à oeuvrer en faveur de la libération de deux prisonniers" du Jihad islamique aux mains d'Israël, a affirmé le groupe palestinien.

Dimanche, dix-sept Palestiniens dont neuf enfants ont été tués dans les raids israéliens notamment sur Jabaliya, la ville de Gaza et Rafah, a indiqué le ministère de la Santé du mouvement armé palestinien Hamas, au pouvoir dans l'enclave sous blocus israélien depuis plus de quinze ans.

Depuis le début vendredi de l'opération israélienne, "44 Palestiniens sont tombés en martyrs dont 15 enfants" et "360 ont été blessés", selon le ministère, qui a fait en outre état d'immeubles entiers détruits dans les frappes.

Trois personnes ont été blessées en Israël par les tirs de roquettes depuis vendredi, selon des secouristes. D'après l'armée, des centaines de roquettes ont été tirées à partir de Gaza depuis vendredi, la grande majorité ayant été interceptées.

Les autorités israéliennes ont par ailleurs affirmé que certains Palestiniens tués auraient péri à cause de tirs de roquettes ratés du Jihad islamique vers Israël, tombées dans l'enclave palestinienne.

A Gaza, le directeur de l'hôpital al-Chifa a affirmé que son établissement avait besoin en urgence de médicaments et d'électricité.

« Attaque préventive »

L'armée israélienne a présenté son opération lancée vendredi comme une "attaque préventive" contre le Jihad islamique, au cours de laquelle ses principaux chefs militaires à Gaza, Tayssir Al-Jabari et Khaled Mansour, ont été tués de même que plusieurs combattants du groupe.

La mort des chefs militaires a été confirmée par le Jihad islamique, considéré comme "terroriste" par Israël, les Etats-Unis et l'Union européenne.

Les autorités israéliennes ont justifié leur opération par leurs craintes de représailles du Jihad islamique après l'arrestation de Bassem al-Saadi le 1er août en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël.

Ces derniers jours, quelque 40 membres du Jihad islamique ont été arrêtés par les forces israéliennes en Cisjordanie.

La confrontation entre Israël et le Jihad islamique est la pire depuis celle entre Israël et le Hamas en mai 2021. Cette dernière avait fait en onze jours 260 morts côté palestinien dont des combattants et 14 morts en Israël, dont un soldat, d'après les autorités locales.


Cryptomonnaies: volte-face salutaire du Maroc

Une photo d'illustration prise à Londres le 8 mai 2022 montre une pièce de monnaie Tether de crypto-monnaie souvenir plaquée or (USDT) disposée à côté d'un écran affichant un graphique boursier. Justin TALLIS / AFP.
Une photo d'illustration prise à Londres le 8 mai 2022 montre une pièce de monnaie Tether de crypto-monnaie souvenir plaquée or (USDT) disposée à côté d'un écran affichant un graphique boursier. Justin TALLIS / AFP.
Short Url
  • Le Maroc est classé vingt-quatrième mondial avec près de neuf cent mille utilisateurs de monnaies virtuelles, en particulier le Bitcoin
  • Le projet de loi en cours d’élaboration prévoit un système d’agréments et de licences des plates-formes d’échanges des cryptomonnaies, à l’instar de celui adopté en France

CASABLANCA: Face à la profusion de l’usage des cryptomonnaies au Maroc, le royaume chérifien change de stratégie. Alors que la Banque centrale avait adopté dans le passé une posture très conservatrice allant jusqu’à l’interdiction de l’usage des monnaies virtuelles, elle vient d’effectuer un véritable virage stratégique sur cette question. Les équipes de Bank al-Maghrib, la Banque centrale marocaine, travaillent actuellement, avec la participation du Fonds monétaire international (FMI), sur un projet de loi réglementant l’usage des cryptomonnaies au Maroc. Une première pour ce pays qui est classé vingt-quatrième mondial avec près de neuf cent mille utilisateurs de monnaies virtuelles, en particulier le Bitcoin.

Mi-juillet, les équipes de la Banque centrale ont rencontré Changpeng Zhao, le fameux fondateur de Binance.

Le projet de loi en cours d’élaboration prévoit un système d’agréments et de licences des plates-formes d’échanges des cryptomonnaies, à l’instar de celui adopté en France. Les préparatifs de ce projet de loi vont bon train et des rencontres ont déjà commencé avec des experts en la matière. Mi-juillet, les équipes de la Banque centrale ont rencontré Changpeng Zhao, le fameux fondateur de Binance, l’une des plus grandes plates-formes d’échanges de monnaies virtuelles au monde, proposant de plus de six cents cryptomonnaies.

«L’annonce par la Banque centrale de ce projet de loi est une très bonne nouvelle. J’ai accueilli l’annonce avec beaucoup d’intérêt, car elle va donner un caractère légal à la cryptomonnaie et ça permettra de protéger les utilisateurs marocains», indique à Arab News en français Badr Bellaj, expert en blockchain et cofondateur de l'entreprise Mchain. Toutefois, la difficulté principale se situerait, selon notre interlocuteur, dans le choix du consultant pour ce projet de loi. «S’adosser au FMI pour l’élaboration du cadre réglementaire de la cryptomonnaie au Maroc donne un mauvais signal. Nous savons que le FMI a une idée très conservatrice sur ce secteur. J’espère que la Banque centrale ne va pas adopter les consignes du FMI à la lettre. Il nous faut une loi qui réglemente la cryptomonnaie, mais qui autorise aussi son utilisation sous des conditions bien précises», avertit M. Bellaj.

Une fois la loi réglementant l’usage des cryptomonnaies appliquée, le Maroc pourrait se positionner dans ce secteur très lucratif.

Il reconnaît, par ailleurs, que l’apport du FMI sur le volet technique sera salutaire, car l’institution internationale dispose d’une grande expertise dans ce domaine surtout au niveau du renforcement de l’arsenal juridique dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Une fois la loi réglementant l’usage des cryptomonnaies appliquée, le Maroc pourrait se positionner dans ce secteur très lucratif. «Il pourrait devenir un véritable hub africain des cryptomonnaies. Le Maroc est déjà bien avancé dans plusieurs domaines liés à la finance. Il dispose d’un capital humain hautement qualifié. Il ne manquait que le cadre légal. Grâce à ce projet de loi, le Maroc pourrait faire son entrée dans le club fermé des hubs régionaux des cryptomonnaies, une industrie très lucrative qui permettra la création d’énormément d’emplois», conclut Badr Bellaj.


Yémen: De fortes inondations touchent des milliers de déplacés par la guerre

Des crues soudaines déclenchées par des pluies fortes et des vents violents ont frappé des dizaines de camps (Photo, AFP).
Des crues soudaines déclenchées par des pluies fortes et des vents violents ont frappé des dizaines de camps (Photo, AFP).
Short Url
  • Des crues soudaines déclenchées par de fortes pluies ont frappé des dizaines de camps, de maisons en torchis et de huttes qui abritent des milliers de personnes
  • «Des pluies abondantes risquent de menacer les régions déjà meurtries du Yémen et de provoquer de nouveaux déplacements», avertit la FAO

AL-MOUKALLA: Dimanche, le gouvernement yéménite a sollicité une aide humanitaire d'urgence pour secourir des milliers de personnes déplacées affectées par les pluies torrentielles et les inondations soudaines qui ont touché la ville centrale de Marib.

Selon l'Unité exécutive pour la gestion des camps de personnes déplacées au Yémen, les pluies, les inondations et les vents ont complètement détruit les abris et les maisons de 5 287 familles et partiellement ruiné les biens de 11 448 autres. Les organisations de secours et les donateurs locaux et internationaux à envoyer de toute urgence des abris, de la nourriture et des médicaments aux personnes sinistrées.

«Nous demandons à tous nos partenaires humanitaires de venir urgemment en aide aux familles touchées, notamment en leur fournissant des abris et de la nourriture», a déclaré l'agence gouvernementale, appelant à la construction de bâtiments permanents qui résistent aux catastrophes pour remplacer les tentes et les maisons en torchis.

La ville de Marib était devenue un refuge pour plus de deux millions de Yéménites qui, depuis le début de la guerre, fuient les combats et l'oppression politique, religieuse et sociale exercée par les Houthis – milice soutenue par l'Iran.

Selon les travailleurs humanitaires locaux, les personnes touchées par la catastrophe naturelle ont été transférées dans des écoles, des hôtels et autres établissements publics. Par ailleurs, de nombreuses autres personnes sont allées vivre chez leurs proches, à Marib.

Interrogé par Arab News, l’un d’eux a indiqué que les pluies et les vents avaient «déraciné» les camps et les huttes des personnes déplacées, et qu'une personne était morte en essayant de sauver des femmes et des enfants piégés.

«Les gens ont besoin de s'abriter et de se nourrir. Les tentes qui ne peuvent pas les protéger contre les intempéries doivent être remplacées», a dit Al-Soaidi.

La semaine dernière, des tempêtes de pluie, des inondations et des éboulements ont tué au moins 16 personnes et en ont déplacé de nombreuses autres à travers le pays, principalement dans la province septentrionale de Hajjah.

Les médias locaux ont annoncé dimanche que des centaines de personnes étaient toujours bloquées dans les villages montagneux de Hajjah et qu'elles avaient urgemment besoin d'aide humanitaire, après que les inondations et les éboulements ont bloqué ou balayé plusieurs routes.

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a également prédit dimanche dans son bulletin agrométéorologique d'alerte précoce que de fortes pluies et inondations continueraient à frapper de nombreuses régions du Yémen et qu'elles pourraient toucher près de 20 000 personnes à Mahwit, Taïz, Saada, Hodeïda, Raymah, Lahj, Hadramout et Shabwah.

«Selon les prévisions établies pour la période allant du 1er au 20 août, des pluies abondantes et soutenues risquent de menacer les régions déjà meurtries du Yémen et de provoquer de nouveaux déplacements ainsi que la perte de moyens de subsistance», avertit la FAO.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com