Dans le Bordelais, l'irrigation au secours des jeunes vignes

Un employé irrigue des ceps de vigne dans le vignoble de Pessac-Léognan du Château Picque Caillou le 2 août 2022, à Mérignac, près de Bordeaux, dans le sud-ouest de la France. (AFP).
Un employé irrigue des ceps de vigne dans le vignoble de Pessac-Léognan du Château Picque Caillou le 2 août 2022, à Mérignac, près de Bordeaux, dans le sud-ouest de la France. (AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 03 août 2022

Dans le Bordelais, l'irrigation au secours des jeunes vignes

  • Dans les allées de ce vignoble de Mérignac (Gironde), cultivé sous l'AOC Pessac-Léognan, deux ouvriers viticoles à la peau roussie par le soleil s'affairent, un tuyau d'arrosage à la main.
  • En début de matinée, dans des nuages de fumée dégagés par une terre sèche et sablonneuse, le thermomètre frôle déjà les 30 degrés au Château Picque Caillou

BORDEAUX: "Dès que vous voyez du jaunissement : clac !", les tuyaux d'eau s'enfoncent au pied des ceps. Au Château Picque Caillou, près de Bordeaux, les jeunes vignes mal en point sont arrosées depuis juillet, une pratique proscrite en viticulture sauf, sur dérogation, en cas d'intense sécheresse.

Dans les allées de ce vignoble de Mérignac (Gironde), cultivé sous l'AOC Pessac-Léognan, deux ouvriers viticoles à la peau roussie par le soleil s'affairent, un tuyau d'arrosage à la main.

Ils ferment la marche d'un tracteur vert, généralement destiné à l'épandage de traitements mais qui, depuis mi-juillet, occupe une toute autre fonction : celle de transporter de l'eau.

En début de matinée, dans des nuages de fumée dégagés par une terre sèche et sablonneuse, le thermomètre frôle déjà les 30 degrés au Château Picque Caillou.

"Nous irriguons chaque matin, de 6h30 à midi", indique Paulin Calvet, propriétaire du domaine et président de la commission technique de l'appellation. Chaque pied de vigne reçoit un volume de cinq litres d'eau, via un tuyau relié à la citerne et enfoncé au plus près des racines.

La dérogation exige que l'eau ne provienne pas du réseau, mais par chance, un puits en activité est situé à quelques centaines de mètres des parcelles.

Sur les 25 hectares de vignoble, près de 10% seront irrigués cet été pour limiter les effets de la sécheresse actuelle : les jeunes vignes "âgées de trois à huit ans", précise Paulin Calvet, fragiles de par leurs racines trop courtes pour absorber l'humidité en profondeur.

Selon Météo France, l'Hexagone n'avait pas connu un mois de juillet aussi sec depuis 1959.

"Zéro millimètre de précipitations, ça fait peur", déplore le viticulteur. D'autant que la Gironde a cruellement manqué d'eau les saisons passées, laissant à l'été des sols desséchés en profondeur.

Feuilles flétries, jaunies, brunies voire brûlées... bien que la vigne se plaise en climat aride, sur sol graveleux et pauvre en eau, elle ne peut supporter une trop forte déshydratation.

 

- "Chacun se débrouille" -

 

"Autour du 10 juillet, on a vu apparaître les premiers signes de sécheresse", explique M. Calvet. "On commençait vraiment à s'inquiéter, alors on a fait venir un agent de l'INAO".

En viticulture, l'irrigation est proscrite chaque année, du 1er mai jusqu'aux vendanges.

Une dizaine d'appellations girondines peuvent toutefois demander une dérogation auprès de l'Institut national de l'origine et de la qualité (INAO), dès lors qu'un stress hydrique est "susceptible de remettre en cause la qualité de la production viticole", selon le code rural.

Cet été, alors que s'enchaînent les périodes de canicule en Gironde, ravagée en juillet par des feux de forêt monstres, trois ont obtenu l'autorisation d'irriguer pour tenter de préserver les vignes menacées : celles de Pessac-Léognan, Pomerol et Saint-Emilion.

Mais l'irrigation doit se faire avec parcimonie, uniquement sur les ceps dont la survie en dépend.

"Arrêtez l'eau !", lance M. Calvet à ses ouvriers. "Ici, les pieds sont vigoureux, cela n'a aucun intérêt". Sur les autres ceps, il a fallu "éclaircir les grappes pour leur permettre de mieux supporter la récolte".

Du côté de Saint-Emilion, "chacun se débrouille", confie le président du Conseil des vins de l'AOC Jean-François Galhaud, car "personne n'est encore vraiment équipé pour l'irrigation".

Peu de dérogations ont pour l'heure été demandées mais à terme, si la sécheresse perdure, "c'est sûr qu'il faudra compenser", "encore faudra-t-il que les réserves d'eau soient suffisantes", ajoute M. Galhaud.

La profession, qui a subi ces derniers mois du gel et de la grêle, et maintenant la sécheresse, espère maintenant "deux ou trois orages ces prochaines semaines" qui promettront, assure l'interprofession des vins bordelais (CIVB), "un joli millésime".


Isère: 90 hectares brûlés, feu «toujours pas fixé»

Le feu qui s'est déclenché vendredi sur les contreforts de la Chartreuse en Isère n'était «toujours pas fixé» lundi en fin après-midi (Photo, AFP).
Le feu qui s'est déclenché vendredi sur les contreforts de la Chartreuse en Isère n'était «toujours pas fixé» lundi en fin après-midi (Photo, AFP).
Short Url
  • Provoqué par la foudre vendredi en fin d'après-midi, le feu avait ravagé une vingtaine d'hectares à ses débuts
  • Le préfet de l'Isère appelle à la plus grande vigilance «du fait de la sécheresse et de la température»

LYON: Le feu qui s'est déclenché vendredi sur les contreforts de la Chartreuse en Isère n'était "toujours pas fixé" lundi en fin après-midi, avec désormais 90 hectares de forêt et de végétation détruits depuis ses débuts, a indiqué la préfecture.

"Il progresse lentement, poussé par un vent de nord-ouest de 30 km/h, forcissant jusqu’à 22H00, avec une température de 32 degrés. Il concerne une partie non habitée des communes de Voreppe et La Sure-en-Chartreuse, à flanc de montagne (620 mètres d’altitude) et boisée", a précisé le préfet de l'Isère dans un dernier communiqué.

"On ne déplore aucun blessé à ce stade parmi la population. Trois sapeurs-pompiers ont été légèrement blessés en intervention. Aucune habitation ni entreprise n’est affectée", a-t-il ajouté.

Au total, 140 personnes ont été évacuées préventivement, résidents des hameaux Malossane, des Balmes et du Bourget sur la commune de Voreppe, ainsi que celui des Barniers-Les Côtes de La Sure-en-Chartreuse. Les habitants ont été relogés principalement chez leurs familles, selon la même source.

Une trentaine de maisons supplémentaires ont été évacuées à titre préventif dans le secteur des Balmes "en raison de chutes de débris végétaux enflammés qui rendent nécessaires des opérations de protection des habitations".

308 sapeurs-pompiers et 80 engins, dont des renforts extra-départementaux et moyens aériens (deux hélicoptères bombardiers d'eau), sont actuellement mobilisés, a indiqué le Sdis Isère lundi matin. Les appareils ont effectué "44 largages représentant 131 200 litres d’eau".

Les routes départementales 1075 et 520A sont toujours coupées à la circulation par mesure de sécurité et afin de permettre l'intervention des pompiers. Ces derniers ont d'ailleurs employé lundi après-midi une nouvelle méthode de lutte contre la propagation de l'incendie: le brûlage dirigé, le long de la RD 520, pour créer une barrière d’arrêt au feu.

Provoqué par la foudre vendredi en fin d'après-midi, le feu avait ravagé une vingtaine d'hectares à ses débuts.

Le préfet de l'Isère appelle à la plus grande vigilance "du fait de la sécheresse et de la température".

Selon les scientifiques, la multiplication des phénomènes météorologiques extrêmes (canicule, sécheresse, incendies, etc.) est une conséquence directe du réchauffement climatique, les émissions de gaz à effet de serre augmentant à la fois leur intensité, leur durée et leur fréquence.


La France envisage d'extraire de la Seine un béluga pour le sauver

Étant donné la complexité de mouvoir un animal de cette dimension, pesant environ 800 kg, malade et décharné, la sous-préfète n'a pas été en mesure d'indiquer "quand, où et comment" cette délicate opération pourrait intervenir (AFP)
Étant donné la complexité de mouvoir un animal de cette dimension, pesant environ 800 kg, malade et décharné, la sous-préfète n'a pas été en mesure d'indiquer "quand, où et comment" cette délicate opération pourrait intervenir (AFP)
Short Url
  • La préfecture de l'Eure (ouest de Paris) a précisé à l'AFP que le transport pouvait se faire par péniche, voie terrestre ou hélicoptère
  • Un séjour prolongé dans l'eau de l'écluse, chaude et stagnante par rapport à son milieu aquatique habituel, est préjudiciable pour son état de santé

RENNES: La France envisage d'extraire un béluga de la Seine et le transporter vers la mer pour tenter de le sauver, ont annoncé lundi les autorités.

"Il nous a semblé possible de réfléchir peut-être à un transport vers la mer. Dans l'intérêt de ce béluga ça peut se tenter, nous y travaillons ardemment", a déclaré la sous-préfète Isabelle Dorliat-Pouzet.

"On est tous très contents de travailler sur cette option", a ajouté la représentante de l'Etat, tout en reconnaissant que "personne ne peut promettre qu'elle va réussir".

Étant donné la complexité de mouvoir un animal de cette dimension, pesant environ 800 kg, malade et décharné, la sous-préfète n'a pas été en mesure d'indiquer "quand, où et comment" cette délicate opération pourrait intervenir.

En outre, la Manche n'est pas toute proche: l'écluse de Saint-Pierre-La-Garenne, où le cétacé est entré de lui-même vendredi à 70 km au nord-ouest de Paris, se trouve à environ à 130 km de l'embouchure de la mer.

La préfecture de l'Eure (ouest de Paris) a précisé à l'AFP que le transport pouvait se faire par péniche, voie terrestre ou hélicoptère.

Le béluga repéré mardi dans la Seine, un fleuve du nord de la France, était dans un état stationnaire lundi, a-t-on appris auprès de l'ONG de défense des océans Sea Sheperd.

"Le béluga ne s'alimente (a priori) toujours pas mais il continue de se montrer curieux. Vers 4 h du matin il s'est frotté pendant 30 minutes sur les parois de l'écluse et s'est débarrassé des tâches qui étaient apparues sur son dos. Les antibiotiques ont également pu aider", a indiqué Sea Shepherd sur Twitter.

Le Marineland d'Antibes (sud), plus grand zoo marin d'Europe, a dépêché sur place une équipe où figure "un vétérinaire spécialiste des mammifères marins" et qui était attendue en début de soirée.

Le cétacé de quatre mètres de long, habitué des eaux froides et dont la présence dans ce fleuve est exceptionnelle, se trouve toujours dans une écluse à 70 kilomètres au nord-ouest de Paris.

Plusieurs tentatives pour nourrir l'animal, "très amaigri" selon la préfecture locale, ont été faites ces derniers jours mais sans succès pour le moment, amenuisant de jour en jour ses chances de survie.

De plus, un séjour prolongé dans l'eau de l'écluse, chaude et stagnante par rapport à son milieu aquatique habituel, est préjudiciable pour son état de santé.

En mai, c'est une orque qui s'était retrouvée en difficulté dans la Seine. Les opérations pour tenter de sauver le cétacé ont échoué et l'animal est finalement mort de faim.

Selon l'observatoire Pelagis, spécialiste des mammifères marins, le béluga a une distribution arctique et subarctique.

Bien que la population la plus connue se trouve dans l'estuaire du Saint-Laurent (Québec), "la plus proche de nos côtes se trouve au Svalbard", un archipel situé au nord de la Norvège, à 3.000 kilomètres de la Seine.

Selon la même source, il s’agit du second béluga connu en France après qu'un pêcheur de l'estuaire de la Loire en avait remonté un dans ses filets en 1948.

En 1966, un autre individu avait remonté le Rhin, dans l'est, jusqu'en Allemagne et en 2018, un béluga avait été observé dans l'estuaire de la Tamise en Angleterre.


Lupin: Les habitants d’Étretat déplorent l’afflux de fans de la série

Longtemps destination touristique estivale, la Normandie a connu une recrudescence de fréquentation ces deux dernières années (Photo, AFP).
Longtemps destination touristique estivale, la Normandie a connu une recrudescence de fréquentation ces deux dernières années (Photo, AFP).
Short Url
  • Des voisins exaspérés ont bricolé une barrière constituée d'une poubelle et d'une chaîne en plastique pour obstruer l'entrée de leur propriété
  • La cité normande est inondée de touristes qui parlent allemand, anglais, néerlandais, espagnol ou italien, et les locaux ne cachent pas leur mécontentement

PARIS: Longtemps destination touristique estivale, la Normandie a connu une recrudescence de fréquentation ces deux dernières années, et la série Netflix Lupin semble y être pour quelque chose.

La série Lupin, créée par Netflix, est entré dans l'histoire comme un énorme triomphe pour une production française. La série a atteint 70 millions de vues en moins d'un mois en 2021, selon la société de streaming. Lupin transporte Omar Sy et sa famille en Normandie, et plus précisément dans la commune d’Étretat, après le tournage des premiers épisodes à Paris, notamment au Musée du Louvre, sur le Pont des arts ou encore au Jardin du Luxembourg... Ce dernier se rend chaque année à Étretat avec sa femme et son enfant pour commémorer la «fête d'Arsène Lupin».

Alors que de nombreux touristes visitent la ville depuis des décennies, la cité normande a connu une hausse de fréquentation l'an dernier, avec un million de visiteurs, et ce grâce à la popularité de la série Netflix. Selon Le Parisien, cela ne plaît pas aux habitants.

Des voisins exaspérés ont bricolé une barrière constituée d'une poubelle et d'une chaîne en plastique pour obstruer l'entrée de leur propriété où les visiteurs tentent de se garer faute de place dans le parking, confirme un habitant, dans un témoignage repris par Le Point. L'artère principale, bordée de boutiques de souvenirs, est envahie par les touristes, provoquant des embouteillages, lit-on sur le site du journal. La cité normande est inondée de touristes qui parlent allemand, anglais, néerlandais, espagnol ou italien, et les locaux ne cachent pas leur mécontentement. 

«La mairie ne veut plus d'articles sur Étretat, il y en a trop, maintenant, elle veut faire du démarketing», explique le directeur du Clos Lupin. «On souhaiterait un tourisme raisonné, mais on n'arrive pas à réglementer, on n'a jamais connu ça!», regrette le maire de la ville, André Baillard.

«Sur la départementale qui mène au Havre, on a parfois des véhicules garés des deux côtés sur 3 km, jusqu’au village voisin», déplore un habitant de la région. «Les prix de l’immobilier, de la vie courante, tout a augmenté. Aucun jeune ne veut venir s’installer ici. Et s’il n’y a plus de jeunes, il n’y a plus de vie», regrette un second habitant interrogé par Le Parisien.