Libye: au moins 6 morts et 50 blessés dans l'explosion d'un camion-citerne

Les forces fidèles à l'homme fort libyen Khalifa Haftar patrouillent dans la ville de Sabha, dans le sud de la Libye, le 9 février 2019. Photo d'illustration AFP
Les forces fidèles à l'homme fort libyen Khalifa Haftar patrouillent dans la ville de Sabha, dans le sud de la Libye, le 9 février 2019. Photo d'illustration AFP
Short Url
Publié le Lundi 01 août 2022

Libye: au moins 6 morts et 50 blessés dans l'explosion d'un camion-citerne

  • Le drame s'est produit à Bent Bayyah, une petite localité du sud-ouest libyen, lorsque des dizaines d'habitants se sont précipités vers un camion-citerne en route vers une station d'essence pour remplir des bidons d'essence, provoquant une bousculade
  • L'incident a fait au moins six morts, a indiqué un responsable à l'hôpital central de Sebha, à une centaine de kilomètres plus au nord, où sont hospitalisés les blessés

SABHA: Au moins six personnes ont été tuées et une cinquantaine blessées dans l'explosion accidentelle d'un camion-citerne lundi dans le sud de la Libye, a-t-on appris de sources officielles concordantes.

Le drame s'est produit à Bent Bayyah, une petite localité du sud-ouest libyen, lorsque des dizaines d'habitants se sont précipités vers un camion-citerne en route vers une station d'essence pour remplir des bidons d'essence, provoquant une bousculade, alors que le camion avait pris feu.

L'incident a fait au moins six morts, a indiqué à l'AFP un responsable à l'hôpital central de Sebha, à une centaine de kilomètres plus au nord, où sont hospitalisés les blessés.

"Plus d'une cinquantaines de blessés ont été admis à l'hôpital de Sebha", a indiqué la direction de l'hôpital, qui n'a pas communiqué sur le nombre de décès.

De nombreux blessés se trouvent dans un état grave, a par ailleurs fait savoir à l'AFP un responsable sécuritaire à Sebha, ville désertique située à 750 km au sud de Tripoli.

Les causes précises de l'incendie et de l'explosion ne sont pas claires, mais plusieurs voitures en stationnement ont pris feu, selon des images diffusées par des internautes. Cette région du sud libyen fait face à de graves pénuries de carburant.

"Nous suivons de près le drame qui s'est produit à Bent Bayyah (...), nous avons chargé une cellule de crise de transférer les blessés vers les grands hôpitaux en urgence", a assuré sur Twitter le chef du gouvernement de Tripoli, Abdelhamid Dbeibah.

La Libye est plongée dans le chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, minée par les divisions et les luttes de pouvoir.

L'insécurité et la crise économique rendent difficile l'accès des Libyens aux services les plus basiques, notamment pour les habitants du sud qui se sentent marginalisés.


L’Arabie saoudite participe à une conférence culturelle de l’Unesco

Le ministre saoudien de la Culture, le prince Badr ben Abdallah ben Farhane, dirige la délégation du Royaume à la conférence Mondiacult 2022. (SPA)
Le ministre saoudien de la Culture, le prince Badr ben Abdallah ben Farhane, dirige la délégation du Royaume à la conférence Mondiacult 2022. (SPA)
(SPA)
(SPA)
Short Url
  • Des représentants de quelque cent soixante États membres de l’Unesco participent à la conférence de trois jours, qui vise à réaffirmer l’engagement mondial face aux défis contemporains auxquels sont confrontées les sociétés multiculturelles
  • L’un des objectifs de la rencontre est de trouver des moyens de garantir que les artistes aient accès aux technologies pour partager leur travail

MEXIQUE: L’inégalité d’accès aux nouvelles technologies, le trafic et les menaces qui pèsent sur le patrimoine culturel faisaient partie des questions à l’ordre du jour des ministres internationaux de la Culture, réunis mercredi à Mexico pour la Conférence mondiale sur les politiques culturelles et le développement durable (Mondiacult).

Des représentants de quelque cent soixante États membres de l’Organisation des nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) participent à la conférence de trois jours, qui vise à réaffirmer l’engagement mondial face aux défis contemporains auxquels sont confrontées les sociétés multiculturelles et à formuler une vision prospective des politiques culturelles.

Le ministre saoudien de la Culture, le prince Badr ben Abdallah ben Farhane, dirige la délégation du Royaume à la conférence Mondiacult 2022.

Représentant l’Arabie saoudite, le ministre saoudien dirige également les consultations pour la région arabe.

Les consultations se sont concentrées sur quatre objectifs principaux: cerner les tendances nationales et régionales des politiques culturelles dans les pays, identifier et analyser les défis et les possibilités concernant les politiques culturelles dans toute la région, soutenir l’inscription de la culture dans l’agenda des tendances régionales et mettre en lumière les priorités qui peuvent contribuer au communiqué final de Mondiacult 2022.

Les objectifs de la déclaration finale qui sera adoptée aujourd’hui incluent la garantie des droits des artistes et la régulation des plates-formes de distribution, affirme la directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay.

Un autre objectif est d’inclure la culture dans les discussions internationales sur le changement climatique, notamment au moyen des systèmes de connaissances traditionnels et autochtones.

«Le réchauffement climatique menace très directement notre patrimoine culturel», ajoute-t-elle.

La pandémie de Covid-19 a montré que la culture était vitale pour la santé publique, selon le coordinateur de la conférence, Pablo Raphael.
«Personne n’aurait pu survivre au confinement et au stress... sans les livres, la musique et le cinéma», soutient-il.

La crise sanitaire a également révélé au grand jour les inégalités technologiques entre les différentes communautés, précise la ministre mexicaine de la Culture, Alejandra Frausto.
L’un des objectifs de la rencontre est de trouver des moyens de garantir que les artistes aient accès aux technologies pour partager leur travail.

Le communiqué final devrait inclure un appel à reconnaître la culture comme un «bien public mondial» dont tous les citoyens du monde pourraient tirer profit.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Iran: un ex-footballeur arrêté pour avoir soutenu les manifestations

Des manifestants brandissent des banderoles avec le portrait de l'Iranienne Mahsa Amini alors qu'ils participent à un rassemblement devant le consulat iranien à Istanbul le 29 septembre 2022. (AFP)
Des manifestants brandissent des banderoles avec le portrait de l'Iranienne Mahsa Amini alors qu'ils participent à un rassemblement devant le consulat iranien à Istanbul le 29 septembre 2022. (AFP)
Short Url
  • L'ancien joueur du Persepolis FC, Hossein Maahini, a été arrêté pour avoir soutenu et encouragé des émeutes sur les réseaux sociaux
  • Jeudi, le gouverneur de la province de Téhéran, Mohsen Mansouri, a mis en garde les célébrités apportant leur soutien aux manifestations

TEHERAN: Un ancien footballeur iranien a été arrêté vendredi pour avoir soutenu les manifestations dans le pays contre la mort de la jeune femme kurde Mahsa Amini arrêtée par la police des moeurs, a rapporté l'agence officielle Irna.

"L'ancien joueur du Persepolis FC, Hossein Maahini, a été arrêté sur ordre des autorités judiciaires pour avoir soutenu et encouragé des émeutes sur les réseaux sociaux", a précisé l'agence.

Le mouvement de contestation, le plus important depuis 2019, a été déclenché par le décès le 16 septembre de Mahsa Amini, trois jours après son arrestation pour infraction au code vestimentaire strict de l'Iran qui oblige notamment les femmes à porter le voile islamique.

La violence répression des manifestations a provoqué la mort de dizaines de personnes, pour l'essentiel des manifestants mais aussi des membres des forces de sécurité. Plus d'un millier de personnes ont depuis été arrêtées à travers le pays.

Jeudi, le gouverneur de la province de Téhéran, Mohsen Mansouri, a mis en garde les célébrités apportant leur soutien aux manifestations: "nous prendrons des mesures contre les célébrités qui ont soufflé sur les braises" des "émeutes", a-t-il déclaré selon l'agence de presse Isna.

Mercredi, l'agence de presse iranienne Mehr a déclaré que l'ancien animateur de la télévision d'Etat, Mahmoud Shahriari, avait été arrêté pour avoir prétendument "encouragé les émeutes et la solidarité avec l'ennemi".

De nombreux sportifs iraniens ainsi que des acteurs et cinéastes ont apporté leur soutien au mouvement, demandant aux autorités d'écouter les revendications du peuple.

Le réalisateur iranien Asghar Farhadi, deux fois oscarisé, a ainsi exhorté dimanche les gens du monde entier à "être solidaires" avec les manifestants.

Lors d'un match amical de football contre le Sénégal à Vienne mardi, toute l'équipe iranienne est restée vêtue de noir pendant les hymnes plutôt que d'exposer le maillot national.

Il y a quelques jours, le chef de la justice iranienne, Gholamhossein Mohseni Ejei, avait critiqué des célébrités: "ceux qui sont devenus célèbres grâce au soutien du système ont rejoint l'ennemi lorsque les temps étaient difficiles", avait-il dit.


Koweït: l'opposition remporte les législatives, deux femmes élues

La candidate koweïtienne Alia al-Khaled (à gauche) célèbre avec ses partisans après l'annonce de sa victoire aux élections législatives, à Koweït, le 30 septembre 2022. (AFP)
La candidate koweïtienne Alia al-Khaled (à gauche) célèbre avec ses partisans après l'annonce de sa victoire aux élections législatives, à Koweït, le 30 septembre 2022. (AFP)
Short Url
  • Les candidats de l'opposition, dont plusieurs sont issus de formations islamistes, ont remporté 28 des 50 sièges du Parlement
  • Parmi les 22 candidates qui étaient en lice, deux femmes, l'ancienne ministre Jinane Bouchehri et Alia Al-Khaled, ont fait leur entrée dans l'hémicycle

KOWEIT: L'opposition qui avait boycotté les élections législatives ces dix dernières années au Koweït a raflé la majorité des sièges au scrutin de jeudi, à l'issue duquel deux femmes ont fait leur entrée au Parlement, selon les résultats officiels publiés vendredi.

Les candidats de l'opposition, dont plusieurs sont issus de formations islamistes, ont remporté 28 des 50 sièges du Parlement, battant 20 anciens députés parmi lesquels trois ex-ministres, lors de ces législatives, les sixièmes en dix ans.

Le ténor de l'opposition, Ahmad al-Saadoun, qui a présidé trois fois l'assemblée, figure parmi les vainqueurs avec 12 000 voix.

Parmi les 22 candidates qui étaient en lice, deux femmes -- l'ancienne ministre Jinane Bouchehri et Alia Al-Khaled -- ont fait leur entrée dans l'hémicycle. Les Koweïtiennes, pourtant très actives au sein de la société civile, avaient perdu leur seule représentante aux dernières élections, en décembre 2020.

Par ailleurs, deux candidats qui purgent des peines en prison ont également remporté des sièges, une première au Koweït. Hamid Mehri al-Badhali et Marzouk al-Khalifa sont notamment accusés d'avoir participé illégalement à des élections partielles.

Contrairement aux autres Etats de la région, le Koweït est doté d'une vie politique dynamique, avec un Parlement -- élu pour quatre ans -- doté de larges pouvoirs législatifs et où les débats sont souvent vifs.

Ce riche pays pétrolier est toutefois secoué depuis des années par des crises politiques à répétition qui ont entravé ses velléités de réformes économiques.

Parmi les principaux exportateurs de pétrole brut au monde, le Koweït est dirigé par la famille régnante des Al-Sabah qui garde les clés du pouvoir même si les élus ont d'importantes prérogatives, n'hésitant pas à demander des comptes à des ministres appartenant à la famille royale accusés de mauvaise gestion, voire de corruption.

Les partis politiques ne sont ni interdits ni reconnus, mais de nombreux groupes, parmi lesquels les islamistes, agissent de facto comme des formations politiques.

Les personnalités de l'opposition avaient boycotté les élections ces dix dernières années, déplorant les ingérences de l'exécutif dans le pouvoir législatif.