L'Espagne a commencé à acheminer du gaz vers le Maroc

Cette photo prise le 29 mars 2022 montre un conteneur de stockage de gaz à l'usine de regazéification Enagas de Barcelone, la plus ancienne d'Europe continentale, située à la Muelle de la Energia dans le port de Barcelone. (Photo, AFP)
Cette photo prise le 29 mars 2022 montre un conteneur de stockage de gaz à l'usine de regazéification Enagas de Barcelone, la plus ancienne d'Europe continentale, située à la Muelle de la Energia dans le port de Barcelone. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 29 juin 2022

L'Espagne a commencé à acheminer du gaz vers le Maroc

  • Alger avait menacé en avril de rompre son contrat de fourniture de gaz à l'Espagne si Madrid venait à acheminer du gaz algérien « vers une destination tierce», une référence implicite au Maroc
  • La réaction d'Alger sera guettée avec attention à Madrid

MADRID : L'Espagne a commencé, pour la toute première fois, à acheminer du gaz vers le Maroc à travers le Gazoduc Maghreb Europe (GME), assurant qu'il ne s'agissait pas de gaz algérien, alors que l'Algérie n'alimente plus le GME à destination de l'Espagne depuis fin octobre sur fond de crise diplomatique.

"Sur la base des relations commerciales et du bon voisinage, hier (mardi) a eu lieu le premier envoi par le gazoduc du Maghreb de GNL (gaz naturel liquéfié) préalablement acquis par le Maroc sur les marchés internationaux et débarqué dans une usine de regazéification espagnole", ont indiqué à l'AFP des sources du ministère espagnol de la Transition écologique.

L'Espagne avait annoncé en février qu'elle allait réexporter du gaz vers le Maroc via le GME, que l'Algérie n'alimente plus vers l'Espagne à travers le territoire marocain depuis fin octobre en raison d'une crise diplomatique autour du Sahara occidental.

"Un procédé de certification garantit que ce gaz (acheminé d'Espagne vers le Maroc) n'est pas d'origine algérienne", a-t-on précisé de même source à l'AFP.

Alger avait menacé en avril de rompre son contrat de fourniture de gaz à l'Espagne si Madrid venait à acheminer du gaz algérien "vers une destination tierce", une référence implicite au Maroc.

Enagás, gestionnaire du réseau gazier espagnol, a pour tâche de "vérifier l'origine du méthanier transportant le gaz" acheté par le Maroc et, après le déchargement de celui-ci, émet un certificat avec "les données pertinentes, "évitant ainsi que soit exporté du gaz qui n'a pas été déchargé à cette fin", précisaient les sources du ministère de la Transition écologique.

Mais le fait pour l'Espagne d'acheminer du gaz à travers ce gazoduc est tout sauf anodin dans le contexte des relations très compliquées avec l'Algérie et le Maroc. La réaction d'Alger sera donc guettée avec attention à Madrid.

Le gouvernement algérien est très remonté contre l'Espagne depuis que l'exécutif du socialiste Pedro Sánchez a décidé, en mars, de soutenir le plan d'autonomie marocain pour le Sahara occidental, une ex-colonie espagnole, afin de mettre fin à près d'un an de crise diplomatique entre Madrid et Rabat.

En réaction à cette volte-face, Alger avait rappelé son ambassadeur en Espagne et Sonatrach, le géant algérien des hydrocarbures, n'avait pas exclu d'augmenter les prix du gaz livré à l'Espagne.

Les autorités algériennes ont également suspendu début juin un traité de coopération avec l'Espagne, tandis qu'un organisme bancaire clé en Algérie a annoncé des restrictions sur les transactions commerciales avec Madrid.

La dépendance de l'Espagne vis-à-vis du gaz algérien a été nettement réduite depuis l'arrêt du GME, mais près d'un quart du gaz importé par l'Espagne provenait toujours d'Algérie au premier trimestre, contre plus de 40% en 2021, selon le gestionnaire du réseau gazier espagnol.

Ce gaz est livré à l'Espagne par le géant algérien des hydrocarbures Sonatrach à travers le gazoduc sous-marin Medgaz qui relie directement les deux pays.


Un câble sous-marin pour alimenter l’Italie en électricité

Selon la direction de la compagnie, les capacités actuelles de production de la Sonelgaz sont évaluées à 24 000 mégawatts et elles atteindront 30 000 mégawatts à l’horizon 2031-2032. Photo fournie.
Selon la direction de la compagnie, les capacités actuelles de production de la Sonelgaz sont évaluées à 24 000 mégawatts et elles atteindront 30 000 mégawatts à l’horizon 2031-2032. Photo fournie.
Short Url
  • «La phase des études est en cours de réalisation», précise le PDG de Sonelgaz, ajoutant que la seconde étape concernera la phase de financement du projet
  • Selon la direction de la compagnie, les capacités actuelles de production de la Sonelgaz sont évaluées à 24 000 mégawatts et elles atteindront 30 000 mégawatts à l’horizon 2031-2032

PARIS: En avril dernier, l’Algérie et l’Italie ont signé un accord qui porte sur le développement des énergies renouvelables, des technologies innovantes bas carbone, des projets de transport des réseaux électriques ainsi que sur le raccordement électrique entre les deux pays.

Lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue italien, Sergio Mattarella, organisée en marge de sa visite à Rome, en avril dernier, le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, avait affirmé que l’Algérie souhaitait réaliser un câble sous-marin entre l’Algérie et l’Italie qui permettrait d’approvisionner l’Italie et une partie de l’Europe en énergie électrique. De leur côté, les autorités italiennes désirent accentuer la production d’électricité à base de gaz, mais aussi d’autres ressources énergétiques renouvelables.

Mourad Adjal, le PDG de la compagnie nationale de distribution de l’électricité et du gaz Sonelgaz, a révélé lors d’un point de presse à Bouira, en juillet dernier, que la première phase du projet de réalisation d’un câble sous-marin de 250 km destiné à l’exportation de l’électricité vers l’Italie était entamée. Cette initiative, qui reliera les côtes de la ville d’Annaba, à l’Est de l’Algérie, à la Sardaigne, disposera dans un premier temps d’une capacité d’approvisionnement de 1 000 à 2 000 mégawatts (MW) et sera le fruit d’une collaboration entre la société algérienne Sonelgaz et la compagnie italienne Terna.

«La phase des études est en cours de réalisation», précise-t-il, ajoutant que la seconde étape concernera la phase de financement du projet. «L’Italie sera une porte d’exportation de l’énergie pour l’Algérie. Ce projet est d’une grande importance pour le pays.»

Exportateur d’électricité
Selon la direction de la compagnie, les capacités actuelles de production de la Sonelgaz sont évaluées à 24 000 mégawatts et elles atteindront 30 000 MW à l’horizon 2031-2032. Avec une consommation domestique estimée à près de 14 000 MW par an, l’Algérie souhaite accroître ses exportations de l’électricité sur le marché international. «Notre capacité de production est intéressante, mais nous allons l’augmenter grâce aux investissements en cours, dont la capacité de production est estimée à 6 000 MW», affirme le PDG de Sonelgaz. Ce dernier précise que le groupe exporte depuis des décennies de l’électricité vers la Tunisie, avec un volume qui a atteint de 500 MW.

En 2021, le groupe énergétique algérien a conclu un accord avec la Compagnie générale libyenne d’électricité pour assurer l’approvisionnement du pays en électricité via le réseau tunisien. «Nous exportons notre savoir-faire en Afrique. Nous intervenons en Libye pour assurer la maintenance d’une centrale électrique. Nous l’exportons également via nos écoles dans le cadre des accords qui portent sur la prise en charge des agences d’autres compagnies dans dix pays africains», précise Mourad Adjal.

Le projet de réalisation du câble sous-marin a été élaboré par la direction exécutive de la stratégie et de la prospective de la société nationale Sonelgaz. Il sera réalisé en même temps que le gazoduc Transmed-Enrico Mattei, qui relie les deux pays via la Tunisie.

Pour assurer le développement des activités d’exportation de l’électricité, les autorités algériennes ont lancé, au début de l’année 2022, un appel d’offres pour la production de 1 000 MW d’électricité grâce à cinq centrales solaires photovoltaïques dans le sud du pays.


RDC: Sommet sur l'industrialisation de l'Afrique australe

Le président rwandais Paul Kagame, le président angolais Joao Lourenco et le président de la République démocratique du Congo Felix Tshisekedi (Photo, AFP).
Le président rwandais Paul Kagame, le président angolais Joao Lourenco et le président de la République démocratique du Congo Felix Tshisekedi (Photo, AFP).
Short Url
  • Le thème choisi était: Promouvoir l'industrialisation au moyen de l'agro-transformation
  • Dans un récent rapport, des experts de l'ONU ont affirmé que des troupes rwandaises étaient intervenues militairement à l'intérieur de la RDC

KINSHASA: Une dizaine de chefs d’État de la Communauté économique des États d'Afrique australe (SADC) ont tenu mercredi à Kinshasa un sommet sur l'industrialisation des seize pays membres de la sous-région, appelés à développer leurs propres "chaînes de valeur", a constaté une équipe de l'AFP.

Le thème choisi était: "Promouvoir l'industrialisation au moyen de l'agro-transformation, la valorisation des minéraux et du développement des chaînes de valeur régionales en vue d'atteindre la croissance économique inclusive".

"Il n'y a personne en dehors de l'Afrique qui viendra construire l'Afrique comme nous voulons qu'elle soit construite", a déclaré d'entrée de jeu le président sortant de la SADC, le Malawite Lazarus Chakwera, notant qu'Américains, Européens et Asiatiques ne consacrent que "quelques millions de dollars" à la construction d'infrastructures sur le continent.

"Pour cette raison, nous devons créer nos propres pools de ressources de développement. Nous avons déjà les ressources naturelles et minérales, qui devraient être plus que suffisantes pour financer tout projet dont nous avons besoin à travers l'Afrique", a-t-il ajouté.

"Le pillage que nous avons permis à l'Occident de mener en République démocratique du Congo est un péché dont nous devons nous repentir", a-t-il déclaré. L'heure est venue de montrer et de dire "au monde d'une seule voix que l'Afrique est ouverte aux affaires mais que l'Afrique n'est pas à vendre".

Lui succédant à la présidence tournante de la SADC, le président congolais Félix Tshisekedi a pris dans son discours l'engagement de s'investir, avec tous les États membres de la SADC, dans la construction d'infrastructures en vue de d'une industrialisation rapide de la sous-région.

Les États membres doivent "accélérer la mise en œuvre des projets pertinents et connexes" en vue d'atteindre cet objectif, en mettant à contribution les nouvelles technologies de l'information et de la communication considérées comme "instruments et catalyseurs de l'industrialisation", a-t-il dit.

Tout cela n'est possible que dans un environnement de paix, a plaidé M. Tshisekedi qui, prenant ses pairs à témoin, a de nouveau accusé le Rwanda de soutenir activement une rébellion (le "M23") dans l'est de son pays.

"Ce sommet se tient au moment où notre pays est victime d'une agression lâche et barbare de la part de son voisin le Rwanda", a-t-il déclaré.

Dans un récent rapport, des experts de l'ONU ont affirmé que des troupes rwandaises étaient intervenues militairement à l'intérieur de la RDC depuis novembre 2021. Mais Kigali continue de nier tout soutien aux rebelles du M23.

Dans sa déclaration finale du sommet de Kinshasa lue dans la soirée en direct à la télévision congolaise, la SADC a "manifesté son inquiétude et sa solidarité au sujet des événements récents liés à la sécurité dans la partie est de la RDC" et décidé "d'en faire part au secrétaire général de l'ONU en septembre prochain en marge de l'assemblée générale des Nations unies".


TikTok plus vigilant sur les contenus politiques avant les élections législatives américaines

Logo du réseau social chinois TikTok sur un écran de smartphone (Photo, AFP).
Logo du réseau social chinois TikTok sur un écran de smartphone (Photo, AFP).
Short Url
  • Les publicités à caractère politique sont proscrites sur la plateforme depuis octobre 2019
  • TikTok a créé, sur son application, une plateforme dédiée aux élections américaines, qui propose du contenu relatif aux modalités du scrutin

NEW YORK: TikTok entend se montrer plus vigilant sur la nature des contenus politiques postés sur le réseau social avant le scrutin législatif américain du 8 novembre.

Les publicités à caractère politique sont proscrites sur la plateforme depuis octobre 2019, mais certains annonceurs étaient parvenus à contourner cette interdiction en passant par des influenceurs rémunérés lors du scrutin de 2020.

Pour y remédier, TikTok va sensibiliser les créateurs directement et via le réseau social, et s'engage à retirer tout contenu mis en ligne par un créateur et payé par un annonceur politique, a indiqué, dans un message posté sur le site officiel, Eric Han, en charge de la sécurité des contenus pour les Etats-Unis.

Quant aux contenus postés spontanément par les utilisateurs non rémunérés, des algorithmes et des employés de TikTok s'assurent qu'ils ne promeuvent pas la désinformation, le harcèlement, les messages haineux et l'extrémisme violent.

Le groupe collabore également avec des organisations externes qui vérifient la fiabilité des contenus et l'alertent sur des vidéos contenant des assertions fausses ou erronées.

La filiale du groupe chinois ByteDance entend également faire acte de pédagogie et diriger les utilisateurs en quête d'informations sur le scrutin vers des sources externes qu'elle considère fiables.

TikTok a créé, sur son application, une plateforme dédiée aux élections américaines, qui propose du contenu relatif aux modalités du scrutin, à l'inscription sur les listes électorales, ainsi qu'aux candidats, et postera des estimations le soir des résultats.

Mardi, Meta avait également annoncé ses mesures prises pour faciliter l'accès à des informations pratiques vérifiées sur l'élection ainsi que pour lutter contre la désinformation et la manipulation.

Elles sont similaires à celles mises en place lors des élections de 2020, avec une équipe dédiée.

Facebook écartera notamment toute tentative de désinformation quant aux modalités du scrutin et refusera toute publicité encourageant à ne pas se rendre aux urnes ou contestant les résultats du scrutin.