La star du tennis Ons Jabeur «dynamise le sport dans les pays arabes et africains»

La superstar tunisienne du tennis Ons Jabeur «est sous pression, mais joue à merveille, et son style convient à une surface comme le gazon», selon un analyste sportif. (AFP)
La superstar tunisienne du tennis Ons Jabeur «est sous pression, mais joue à merveille, et son style convient à une surface comme le gazon», selon un analyste sportif. (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 29 juin 2022

La star du tennis Ons Jabeur «dynamise le sport dans les pays arabes et africains»

  • Beaucoup de talent mais une évolution nécessaire, selon le spécialiste émirati du tennis Khalid al-Ali
  • Un commentateur expérimenté partage ses réflexions sur les prétendants au titre de Wimbledon cette année

DUBAÏ: Quelques heures seulement avant que la superstar du tennis tunisien Ons Jabeur ne commence son tournoi de Wimbledon 2022 contre la Suédoise Mirjam Bjorklund, elle a été classée numéro deux mondiale, le plus haut classement de sa carrière.
C'était aussi le plus haut classement jamais enregistré pour des joueurs de tennis africains ou arabes, hommes ou femmes.
Pour le spécialiste du tennis émirati Khalid al-Ali, Jabeur et d'autres joueuses d'Afrique du Nord contribuent à rehausser l’image et la popularité du tennis comme jamais auparavant.
«Vous pouvez diviser le monde arabe en deux, sachant que les pays du Maghreb, comme la Tunisie, le Maroc et l'Algérie, en sus de l'Égypte, sont à un stade avancé dans le tennis», a-t-il affirmé. «À part Ons, il y a le joueur égyptien Mayar Sherif, qui a fait partie du classement dans les années soixante. C'est aussi la preuve que le tennis féminin est plus développé à l'heure actuelle que le tennis masculin, où personne n'a atteint ces niveaux.»
En tant que passionné de tennis, Al-Ali apprécie, en particulier à cette période de l'année, les traditions établies qui sont chères à Wimbledon, et l'intense rivalité sur le court pour les titres masculins et féminins, qui semble cette année se teinter d’un éventuel changement politique.
«Le tournoi de Wimbledon, qui a commencé en 1877, possède un héritage extrêmement riche, a-t-il affirmé. Les traditions telles que les vêtements blancs et l'absence de panneaux publicitaires autour des courts ont été maintenues jusqu'à présent. Des changements auront cependant lieu cette année. Les joueurs avaient l'habitude d'entrer sur le terrain par le côté, mais cette année, il y a une nouvelle tradition, et ceux-ci feront leur entrée par le milieu du terrain.»
«De plus, c'est la première fois que le court central de Wimbledon sera ouvert à l'entraînement avant le début du tournoi. Traditionnellement, personne n'était autorisé à marcher sur le terrain central avant le premier match officiel. Ce sont donc deux nouveautés.»
Mais le plus grand changement cette année a lieu au niveau des joueurs.
«Pour la première fois en vingt-quatre ans, Roger Federer ne participera pas au tournoi», a indiqué Al-Ali. Cela fait donc la différence dans cette édition, tout comme l'interdiction de la participation aux joueurs russes. Pour cette raison, l'ATP a retiré tous les points qui auraient été attribués, considérant que la politique interfère avec le sport.»
En l'absence de Federer, les yeux se tourneront inévitablement, une fois de plus, vers le champion en titre, Novak Djokovic, et Rafael Nadal, désormais classés troisième et quatrième mondiaux.
«Djokovic a remporté les trois derniers tournois et, logiquement, sur gazon, il figure en tête», a confié Al-Ali. «Après comme toujours, Nadal, même quand on ne le considère pas comme favori, s'impose sur un tournoi comme on l'a vu à Roland Garros. Avant Roland Garros, il avait perdu à Rome face au Canadien Denis Shapovalov.»
«Il y avait des doutes sur le fait que ce serait son dernier tournoi, car son corps ne peut plus supporter plus de blessures. Mais il l’a gagné, et maintenant il est très confiant, espérant réaliser un exploit que Novak a presque réussi mais n'a pas pu concrétiser. C'est le Golden Grand Slam, le fait de remporter les quatre tournois majeurs la même année. Il a déjà gagné en Australie et à Roland Garros. Il entre à Wimbledon habité par son rêve.»
«L'année dernière, Djokovic a remporté l'Open d'Australie, puis Roland Garros et Wimbledon, et a participé à l'US Open avec l’espoir de réaliser un exploit que seul Rod Laver, le joueur australien, avait accompli. Il l'a fait à deux reprises, une fois avant d’être un jouer professionnel, ce qui ne lui a pas permis d’entrer dans le livre des records, mais il est revenu accomplir cet exploit après la Seconde Guerre mondiale.»
Djokovic a perdu la finale de l'US Open en deux sets face à Daniil Medvedev. Ce revers et l'épisode déplaisant de l'Open d'Australie – lorsqu'il a été détenu parce qu'il n'avait pas été vacciné contre la Covid-19 – ont porté un coup dur à son moral.
«Il a toutefois de grandes chances de contre-attaquer à Wimbledon», a affirmé Al-Ali. «Parmi les favoris figureront également Stefanos Tsitsipas, Matteo Berrettini, qui a remporté deux tournois sur gazon cette année, et qui a été le finaliste perdant de Wimbledon l'an dernier contre Djokovic. Vous pouvez limiter le carré gagnant à ces joueurs.»
«Andy Murray est de retour avec une “wild card” car son classement n’est pas assez élevé», a ajouté Al-Ali. Physiquement, il n'est peut-être pas prêt, mais jouer devant son public pourrait le voir se surpasser.»
Chez les femmes, Wimbledon accueille de nouveau la grande Serena Williams qui, avec 23 titres du Grand Chelem, espère toujours égaler le record féminin de 24 titres détenu par Margaret Court.
«Serena Williams revient aussi avec une “wild card” après une longue absence, a précisé Al-Ali. Elle a joué en double avec Ons Jabeur à Eastbourne, où elles ont atteint la demi-finale, mais Ons a dû se retirer à cause d’une blessure. C'était une blessure légère, mais elle ne voulait pas l'aggraver avant Wimbledon.»
«Williams avait l'air plus lente et n'était pas la Serena à laquelle nous sommes habitués. Mais elle a encore des coups qui conviennent au gazon et pourrait éventuellement se classer parmi les favorites.
«Bien sûr, la numéro un mondiale, Iga Swiatek, fait partie des favorites, tout comme la joueuse suisse Belinda Bencic. Et puis il y a le retour de Petra Kvitova qui a gagné à Eastbourne et a été deux fois championne de Wimbledon.»
«Dans le tennis féminin, il y a toujours des surprises», selon Al-Ali.
Jabeur, bien qu’actuelle numéro deux mondiale, est classée troisième à Wimbledon. Le commentateur émirati a de grands espoirs pour elle malgré le haut niveau des attentes.
«Elle a atteint les quarts de finale l'année dernière, ce qui était sa meilleure performance dans un Grand Chelem», a affirmé Al-Ali. «Elle subit beaucoup de pression, mais elle joue à merveille et son style convient au jeu sur gazon. Nous pourrions bien la voir en finale.»
Sa qualification pour les matchs du tableau, et sa multitude de fans dans le monde arabe – sans parler de son statut d’héroïne – continuera de la pousser en avant. Pour Al-Ali, on espère que ses accomplissements, et ceux d'autres joueurs et joueuses arabes africains, s'étendront un jour au reste du Moyen-Orient.
«La situation géographique joue toujours un rôle, que ce soit dans le sport ou dans tout autre domaine», a-t-il indiqué. «Proximité, coûts, mentalité, être au cœur de ce sport. C'est un sport qui a commencé en France et qui a ensuite été organisé par les Anglais. Il y réside un certain art de vivre et beaucoup de sacrifices pour les joueurs, surtout les joueuses. Les Marocains, les Algériens, les Tunisiens et les Égyptiens excellent toutefois dans ce sport. Et bien sûr, l’importance de la population est un facteur non négligeable. Ils ont eu accès à ce sport plus tôt que dans cette région.»
Aux Émirats arabes Unis et dans le Conseil de coopération du Golfe, la popularité du tennis augmente continuellement, grâce au nombre croissant d'événements qui s’y déroulent, a-t-il précisé.
«Fort heureusement, les choses s'améliorent ici. Tous les meilleurs joueurs du monde viennent à Dubaï, de sorte que la popularité de ce sport a augmenté», selon Al-Ali. «Ce que fait Ons est similaire à ce qui s'est passé en Chine. La Chine est un vaste et important pays, mais le tennis n'est devenu populaire qu'après que Li Na a remporté deux tournois du Grand Chelem, Roland Garros et l'Open d'Australie. Après cela, le pays a commencé à s’y intéresser.»
«Nous espérons donc qu'avec Ons Jabeur, et après la progression des trois Marocains Karim Alami, Hicham Arazi et Younes el-Aynaoui, d'autres viendront encore», a-t-il ajouté. «Il y a le Jordanien Abdullah Shelbayh qui joue au niveau junior à Wimbledon, et qui y a remporté le tournoi en double. Il s'entraîne à l'académie de Rafael Nadal et j'ai beaucoup d'espoir pour lui.»
Avec le soutien et le financement appropriés, Al-Ali est certain que l'avenir verra davantage de joueurs de tennis arabes suivre les traces de Jabeur.
«Nous sommes toujours optimistes», a-t-il confié. «Nous avons une belle académie à Fujairah, créée par cheikh Mohammed ben Rashid al-Maktoum, où je siège au conseil d'administration. Quand Ons Jabeur était junior, elle y a joué dans un tournoi après son entrée dans les rangs de l'ITF, et Alexander Zverev a également gagné à Fujairah.»
«Nous ne sommes pas étrangers à l'organisation des meilleurs tournois de cette région. Nous devons maintenant introduire des programmes de développement, mais nous n'avons pas de programmes clairs pour l’instant. Il y a aussi un manque d'égalité dans le financement entre les sports. Nous devons nous assurer que les sports individuels comme le tennis bénéficient d’un soutien, tout comme le football.»
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Les députés libanais convoqués jeudi pour élire le président de la République

Des déposants libanais font la queue devant une succursale de la banque BLC dans la ville portuaire libanaise de Saïda (Sidon) le 26 septembre 2022 alors que les banques ont partiellement rouvert après une semaine de fermeture pour des raisons de sécurité. (AFP).
Des déposants libanais font la queue devant une succursale de la banque BLC dans la ville portuaire libanaise de Saïda (Sidon) le 26 septembre 2022 alors que les banques ont partiellement rouvert après une semaine de fermeture pour des raisons de sécurité. (AFP).
Short Url
  • L'annonce de la séance de jeudi survient au lendemain de l'adoption par les députés d'un budget pour l'année 2022, l'une des principales conditions du Fonds monétaire international (FMI) pour débloquer une aide financière
  • En octobre 2016, M. Aoun avait été élu président au bout de 46 séances parlementaires, la classe politique n'étant pas parvenue à s'entendre sur un nom pendant plus de deux ans

BEYROUTH: Le chef du Parlement libanais Nabih Berri a convoqué pour jeudi une séance du Parlement destinée à l'élection du nouveau président de la République, dans un pays politiquement divisé et qui s'enfonce dans une profonde crise économique et financière.

Le mandat de six ans de l'actuel président Michel Aoun, âgé de 88 ans, s'achève fin octobre.

"M. Berri a appelé à la tenue d'une séance jeudi à 11h00 (08h00 GMT) (...) pour élire un président", selon un communiqué de son bureau publié mardi.

Cette séance pourrait déboucher sur un report en l'absence de consensus sur un candidat, la classe politique étant profondément divisée.

C'est en raison de ces mêmes divisions qu'un gouvernement n'a toujours pas été nommé, quatre mois après les élections législatives.

En octobre 2016, M. Aoun avait été élu président au bout de 46 séances parlementaires, la classe politique n'étant pas parvenue à s'entendre sur un nom pendant plus de deux ans.

L'annonce de la séance de jeudi survient au lendemain de l'adoption par les députés d'un budget pour l'année 2022, l'une des principales conditions du Fonds monétaire international (FMI) pour débloquer une aide financière au Liban.

Le Liban connaît l'une des pires crises économiques du monde depuis 1850 selon la Banque mondiale, marquée par une flambée vertigineuse des prix, une dégringolade historique de la monnaie nationale, une paupérisation inédite de la population et de graves pénuries.


Les langues européennes font parler d'elles à Riyad

La délégation de l'Union européenne au Royaume organise une Nuit européenne des langues au Hyatt Regency Riyadh, mercredi. (Fourni)
La délégation de l'Union européenne au Royaume organise une Nuit européenne des langues au Hyatt Regency Riyadh, mercredi. (Fourni)
Short Url
  • La délégation de l'Union européenne en Arabie saoudite s'est associée au groupe Riyadh Language Exchange pour organiser la Nuit européenne des langues qui se déroulera mercredi
  • Cet événement offrira aux participants l’occasion de tester leurs compétences linguistiques avec le personnel de plusieurs ambassades européennes, d'apprendre des mots et des phrases simples dans d’autres langues

RIYAD: Des Saoudiens et des Européens se sont réunis pour célébrer la Journée européenne des langues et promouvoir une meilleure communication et une meilleure compréhension des cultures.
La délégation de l'Union européenne (UE) en Arabie saoudite s'est associée lundi au groupe Riyadh Language Exchange pour marquer cette journée. Ensemble ils se préparent à organiser la Nuit européenne des langues qui se déroulera mercredi.
Cet événement, qui se tiendra au Hyatt Regency Riyadh, offrira aux participants l’occasion de tester leurs compétences linguistiques avec le personnel de plusieurs ambassades européennes, d'apprendre des mots et des phrases simples dans des langues moins parlées et de participer à des quiz.
L'ambassadeur de l'UE en Arabie saoudite, Patrick Simonnet, déclare: «L'Europe a la réputation de posséder une grande diversité culturelle et linguistique. Près de deux tiers des Européens maîtrisent une ou plusieurs langues étrangères. Ce qui nous unit, c'est la langue; elle nous permet de communiquer et de mieux nous comprendre.»

«Je me réjouis de constater que de plus en plus de Saoudiens s'intéressent aux langues. En apprenant une nouvelle langue, on profite des avantages socio-économiques offerts par le multilinguisme; on peut ainsi élargir l'accès au savoir et à l'éducation, améliorer les perspectives d'emploi et mieux comprendre les cultures des autres.»
Le cofondateur du groupe Riyadh Language Exchange (une organisation non gouvernementale saoudienne), Mohammed Matham, se dit heureux de s'associer à l'UE pour cet événement.
«Nous travaillons depuis quatre ans à favoriser l'apprentissage des langues et les échanges culturels; nos efforts portent enfin leurs fruits», déclare-t-il.
«J'ai l'honneur de m'associer à la délégation de l'UE dans le cadre de cet événement exceptionnel.»
L'école internationale SEK et l'école internationale allemande, toutes deux établies à Riyad, ont elles aussi participé à la Journée européenne des langues en proposant aux élèves des activités axées sur l'apprentissage des langues.
L'Alliance française et le Goethe-Institut ont de leur côté proposé des cours gratuits de français et d'allemand pour débutants.
Cette journée est organisée chaque année par la Commission européenne et le Conseil de l'Europe. L'objectif est de promouvoir la diversité linguistique et la préservation du patrimoine culturel, de renforcer la compréhension entre les cultures et d'encourager les personnes de tous âges à apprendre de nouvelles langues.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


A Dubaï, des distributeurs de pain gratuit pour les plus pauvres

Un homme récupère des articles dans un distributeur automatique qui distribue du pain gratuit, à Dubaï, le 22 septembre 2022. (AFP).
Un homme récupère des articles dans un distributeur automatique qui distribue du pain gratuit, à Dubaï, le 22 septembre 2022. (AFP).
Short Url
  • Selon le centre des statistiques de Dubaï, l'indice des prix des produits alimentaires a augmenté de 8,75% en juillet, en rythme annuel, tandis que le coût du transport a bondi de plus de 38%
  • A l'origine de l'initiative sur les distributeurs de pain, la fondation du dirigeant de Dubaï, Mohammed ben Rachid al-Maktoum. «L'idée est d'aller vers les familles défavorisées et les travailleurs, avant qu'ils ne viennent à nous»

DUBAÏ : Face à l'inflation galopante, des distributeurs de pain gratuits destinés aux plus démunis ont fait leur apparition à Dubaï, riche émirat du Golfe où se côtoient millionnaires, influenceurs et travailleurs migrants pauvres.

La ville, qui importe la quasi-totalité de ses denrées alimentaires, n'échappe pas à l'envolée des prix, tendance mondiale exacerbée par la guerre en Ukraine.

Devant l'un des dix distributeurs installés cette semaine dans des supermarchés, Bigandar observe attentivement l'écran tactile lui permettant de choisir entre du pain arabe, du pain pour sandwich ou des chapatis (galettes indiennes). Le lecteur de cartes de crédit, lui, ne sert pas à payer mais à verser des dons.

"Un ami m'a dit qu'il y avait du pain gratuit, alors je suis venu", raconte à l'AFP ce jeune Népalais n'ayant pas souhaité donner son nom complet. Comme des millions d'immigrés asiatiques, il est venu tenter sa chance dans la ville de la démesure, située aux Emirats arabes unis.

Selon le centre des statistiques de Dubaï, l'indice des prix des produits alimentaires a augmenté de 8,75% en juillet, en rythme annuel, tandis que le coût du transport a bondi de plus de 38%.

A l'origine de l'initiative sur les distributeurs de pain, la fondation du dirigeant de Dubaï, Mohammed ben Rachid al-Maktoum. "L'idée est d'aller vers les familles défavorisées et les travailleurs, avant qu'ils ne viennent à nous", explique à l'AFP sa directrice Zeïnab Joumaa al-Tamimi.

Toute personne dans le besoin peut désormais obtenir un paquet de quatre petits pains réchauffés, en moins de deux minutes, juste "en pressant sur une touche", se félicite-t-elle.

Les Emirats arabes unis, riche Etat pétrolier, comptent une population de près de 10 millions d'habitants, dont environ 90% d'étrangers, des expatriés de la classe moyenne et surtout des travailleurs pauvres venus d'Asie et d'Afrique.

Aides réservées aux Emiratis

Moins riche en hydrocarbures que la capitale Abou Dhabi, Dubaï compte sur cette armée de travailleurs pour construire des grattes-ciels ou encore soutenir le secteur des services, de l'immobilier au tourisme de luxe qui font sa réputation.

Employé en tant que laveur de voiture depuis trois ans, Bigandar dit être payé trois dirhams (0,84 centimes d'euros) par véhicule, et compter sur les pourboires des clients pour générer 700 à 1 000 dirhams par mois (entre 195 et 280 euros).

"Mon employeur couvre le logement et le transport, mais pas la nourriture", affirme-t-il.

Signe des difficultés croissantes de la main d'oeuvre étrangère, une rare grève a été menée en mai par des livreurs réclamant de meilleurs salaires face à la hausse des prix de l'essence.

En juillet, les autorités ont annoncé le doublement des aides sociales mais uniquement pour la poignée de familles émiraties aux revenus inférieurs à 25 000 dirhams par mois (environ 7 000 euros), considérés comme des ménages défavorisés. Ces aides n'incluent pas les étrangers.

"Nous vivons une situation économique particulière, à cause de l'inflation et de la hausse des taux d'intérêts", dit à l'AFP Fadi Alrasheed, un cadre jordanien expatrié à Dubaï depuis 20 ans.

"Il y a beaucoup de personnes dont les salaires sont bas et qui, avec la hausse du coût de la vie, n'arrivent plus à subvenir à tous leurs besoins", constate-t-il, saluant l'initiative des pains gratuits.

Selon le dernier rapport sur l'Etat de la migration dans le monde de l'ONU, les Emirats arabes uni abritent près de 8,72 millions de migrants, essentiellement venus d'Inde, du Bangladesh et du Pakistan.

Le cabinet Hentley and Partners, lui, dénombre plus de 68 000 millionnaires et quelque 13 milliardaires à Dubaï, classée 23e ville la plus riche du monde.