Menaces contre une mosquée de Lille: le suspect jugé le 27 juillet

On entend la personne qui filme dire en marchant "c'est une petite mosquée, mais le vendredi il y a du monde, il y a moyen de tuer une bonne vingtaine de personnes". (Photo d'illustration, AFP)
On entend la personne qui filme dire en marchant "c'est une petite mosquée, mais le vendredi il y a du monde, il y a moyen de tuer une bonne vingtaine de personnes". (Photo d'illustration, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 24 juin 2022

Menaces contre une mosquée de Lille: le suspect jugé le 27 juillet

  • Cette arrestation faisait suite au signalement via la plateforme en ligne Pharos d'une vidéo publiée sur l'application Telegram
  • Cet homme avait été interpellé jeudi à son domicile de Faches-Thumesnil et placé en garde à vue dans le cadre d'une enquête «pour menaces de mort sur un groupe de personnes appartenant à une religion et apologie du terrorisme»

LILLE: Un homme de 23 ans, soupçonné d'avoir proféré des menaces contre les fidèles d'une des principales mosquées de Lille, a été placé en détention provisoire dans l'attente de son jugement en correctionnelle le 27 juillet, a indiqué vendredi le parquet à l'AFP.

Cet homme avait été interpellé jeudi à son domicile de Faches-Thumesnil et placé en garde à vue dans le cadre d'une enquête "pour menaces de mort sur un groupe de personnes appartenant à une religion et apologie du terrorisme", rappelle le parquet de Lille dans son communiqué.

Cette arrestation faisait suite au signalement via la plateforme en ligne Pharos d'une vidéo publiée sur l'application Telegram, "dans laquelle un individu" fait part "de son intention de commettre une attaque contre la mosquée de Lille Sud", selon le parquet.

"Une seconde séquence portant sur la tuerie de Christchurch commise en 2019 en Nouvelle-Zélande" a également été signalée.

Rapidement identifié, le suspect a reconnu lors des auditions "être l'auteur des menaces contre la mosquée de Lille-Sud" et expliqué "son geste par une consommation habituelle et excessive d’alcool".

"Sans réelle conviction politique ou religieuse, le mis en cause ne se revendique pas d’extrême droite mais semble tout le moins intéressé par les groupes de discussion en lien avec ces mouvances", souligne le parquet.

La vidéo en question a été tournée sur une place entre la mosquée Al-Imane et une association musulmane, Human Appeal, qui avait été la cible de tags islamophobes il y a quelques mois, avait indiqué jeudi le secrétaire général de la mosquée, Makhlouf Mameche.

On entend la personne qui filme dire en marchant "c'est une petite mosquée, mais le vendredi il y a du monde, il y a moyen de tuer une bonne vingtaine de personnes", insistant "je vais les tuer ces fils de pute".

"Des menaces graves ont visé une mosquée à Lille", avait tweeté jeudi le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, précisant que le lieu était sécurisé par la police nationale "pour le temps nécessaire".


Orages d'été: Inondations dans le Lyonnais, nouvelles pluies dans le Sud-Est

Un orage au-dessus de l'étang de Pérols, dans le sud de la France (Photo, AFP).
Un orage au-dessus de l'étang de Pérols, dans le sud de la France (Photo, AFP).
Short Url
  • Le sud de Lyon a subi des inondations, notamment dans les communes de Feyzin, où se trouve la vallée de la chimie
  • Les pompiers du Gers ont dû intervenir plus de 150 fois, quatre patients d'une maison de retraite de Condom ont dû être évacués

MARSEILLE: Les violents orages d'été qui ont traversé une partie de la France mercredi sans faire de gros dégâts ont été spectaculaires à Lyon et Saint-Étienne, et ont touché en soirée de nouveau l'arc méditerranéen.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, seul un département restait en vigilance orange orage, les Pyrénées Atlantiques, selon Météo France.

Le Vaucluse, le Gard, les Bouches-du-Rhône et le Var ne sont plus en vigilance orange.

Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, placée en vigilance orange plus tôt dans la journée, la pluie et les grêlons ont frappé le nord de Saint-Étienne mercredi après-midi, provoquant des difficultés de circulation pour les voitures et les trains, avec plusieurs dizaines de centimètres d'eau ou de grêle accumulés dans certains secteurs.

Sur les images d'internautes, on peut voir des pluies abondantes inonder les routes, des arbres renversés par les rafales de vent ou encore un manteau de grêle recouvrir des jardins.

Des rafales de vent de plus de 130 km/h ont été enregistrées par Météo-France et plusieurs bâtiments ont vu une partie de leur toiture s'envoler, a indiqué à l'AFP la lieutenant-colonelle Florence Rabat, du SDIS 42.

Le sud de Lyon a subi des inondations, notamment dans les communes de Feyzin, où se trouve la vallée de la chimie, et de Saint-Germain Laval.

Dans l'arc méditerranéen, déjà touché par des orages d'été dans la nuit de mardi à mercredi, l'Hérault a de nouveau connu des orages en début de soirée, selon des journalistes de l'AFP.

Un cumul de pluie de 123 millimètres a été enregistré à Lauroux, un village à une soixantaine de kilomètres de Montpellier, a indiqué Météo-France.

La ligne orageuse s'est ensuite décalée vers Nîmes puis Arles (Bouches-du-Rhône), plus à l'est, mais sans causer de perturbations marquantes.

Vers 21H30, les pompiers du Gard ont assuré à l'AFP que l'orage était "passé" et qu'aucun dégât notable n'avait été signalé. Les pompiers du Vaucluse, quant à eux, recevaient en soirée beaucoup d'appels du secteur de Cavaillon, "pour des chutes d'arbres et des infiltrations d'eau dans les maisons".

A Marseille, des éclairs ont zébré le ciel et la pluie est tombée de manière soutenue vers 21H30, avec 35mm de pluie en moins de 45 minutes, ainsi que dans d'autres parties du département, "mais pas d'interventions particulière ou notable", ont indiqué les sapeurs-pompiers à l'AFP.

Dans la soirée, des torrents d'eau ont été notés dans certains quartiers, ainsi qu'à Cassis, selon le journal La Provence, mais sans faire de dégâts importants.

Dans le sud-est, Météo France prévoit que "des orages se produisent encore en seconde partie de nuit, en particulier vers les zones littorales du Var", mais "moins forts que les précédents".

Perte de récolte

Les orages ont fait des dégâts dans le nord du Gers où les récoltes, déjà touchées par de fortes grêles en juin, ont de nouveau été endommagées dans la nuit de mardi à mercredi.

"J'éprouve de la colère, de la frustration, parce qu'on est à 15 jours des récoltes", déplore Philippe Larrey, agriculteur à Montréal-du-Gers.

"Sur des parcelles de vignes, j'ai perdu 100% de la récolte. On ne les vendangera pas, et le bois est tellement meurtri que la prochaine récolte est déjà compromise", poursuit-il.

Les pompiers du Gers ont dû intervenir plus de 150 fois, quatre patients d'une maison de retraite de Condom ont dû être évacués, le bâtiment ayant été endommagé.

Sur les côtes normandes et le Pas-de-Calais, après de fortes pluies qui se sont tassées en fin d'après-midi, une quarantaine de maisons ont été inondées, notamment dans les communes voisines de Montreuil-sur-Mer et Boulogne-sur-Mer dans le Pas-de-Calais.

Un supermarché a été évacué à La Gorgue (Nord). Il n'y a pas eu de blessés ni de dégâts exceptionnels, selon les pompiers.

Météo-France attend sur le pays basque des averses qui "se renforçent en tout début de journée de jeudi, en prenant un caractère orageux".

"Une accalmie relative se dessine en milieu de journée, avant une tendance à un nouveau renforcement des averses, notamment sur le domaine côtier", estime l'organisme météorologique.


Allocation de rentrée scolaire: Véran et des élus de gauche dénoncent une proposition LR

Le porte-parole du gouvernement français Olivier Veran (Photo, AFP).
Le porte-parole du gouvernement français Olivier Veran (Photo, AFP).
Short Url
  • Chaque année les parents sont accusés d'acheter avec l'allocation de rentrée scolaire, des écrans plasmas
  • La droite avait déjà déposé des propositions de loi à visée similaire, notamment en 2020

PARIS: "Marronnier" et "stigmatisation": le porte-parole du gouvernement Olivier Véran et des responsables de gauche ont dénoncé mercredi une proposition de loi d'élus Les Républicains (LR) pour "encadrer l'utilisation de l'allocation de rentrée scolaire" et "lutter contre la fraude".

"L'allocation de rentrée scolaire est utile et juste ! C'est une aide précieuse pour trois millions de familles pour financer les fournitures des enfants et faire face aux dépenses de rentrée. Arrêtons les stigmatisations", a tweeté Olivier Véran.

Selon l'exposé des motifs de cette proposition de loi, cosignée notamment par la présidente intérimaire de LR Annie Genevard, les députés Virginie Duby-Muller, Marie-Christine Dalloz et Pierre-Henri Dumont, "l'absence de contrôle sur les dépenses effectuées" avec cette allocation "permet de facto aux bénéficiaires d'utiliser cette aide à d'autres fins que celle des besoins de leurs enfants pour leur scolarité".

Ce texte prône la mise à la disposition des familles, "pour chaque enfant", d'un "trousseau de fournitures et une allocation de rentrée scolaire sous forme de bons d'achats afin que les familles puissent habiller leurs enfants ou leur acheter les livres et outils nécessaires à leur scolarité".

Le texte vise également à "exiger, en tant que pré-requis, la production d'un justificatif de scolarité pour éviter la fraude."

"Le marronnier de la rentrée. Chaque année les parents sont accusés d'acheter avec l'allocation de rentrée scolaire, des écrans plasmas... des jantes neuves... des smartphones... Le vieux fantasme des pauvres qui boivent l'argent des allocs", a raillé la vice-présidente PS du Sénat et ancienne ministre de la Famille Laurence Rossignol.

"Derrière cette proposition, il y a une remise en cause de la capacité des parents les plus pauvres à s'occuper de leurs enfants. Et c'est grave", a de son côté estimé la députée écologiste de Paris Sandrine Rousseau.

La droite avait déjà déposé des propositions de loi à visée similaire, notamment en 2020.

L'allocation de rentrée scolaire (ARS) est versée fin août, sous conditions de ressources, aux familles ayant au moins un enfant scolarisé âgé de six à 18 ans. Pour la rentrée 2022, son montant est de 376,98 euros par enfant âgé de six à 10 ans; 397,78 euros par enfant âgé de 11 à 14 ans et 411,56 euros par enfant âgé de 15 à 18 ans.


Le meurtre d'un réfugié afghan incite à l’envoi de renforts de police à Colmar

Des bougies et des fleurs déposées mercredi devant un immeuble à la suite du meurtre d'un jeune Afghan de 27 ans le 14 août (Photo, AFP).
Des bougies et des fleurs déposées mercredi devant un immeuble à la suite du meurtre d'un jeune Afghan de 27 ans le 14 août (Photo, AFP).
Short Url
  • Quayyem Abdel Ahmadzai a été abattu après une altercation avec des jeunes de la ville, à la suite d’une plainte relative au bruit
  • 60 policiers ont été envoyés en renfort à Colmar

LONDRES: La mort d'un réfugié afghan à Colmar, en Alsace, a incité la police à envoyer des renforts dans la région, a rapporté mercredi le Times.

Quayyem Abdal Ahmadzai, âgé de 27 ans, a reçu une balle dans la poitrine à la suite d’une altercation avec un groupe de jeunes locaux.

L’incident a commencé lorsqu’il a demandé à un adolescent de faire moins de bruit avec son scooter. Ce dernier l’a insulté lui et ses amis, avant de revenir accompagné d’autres jeunes.

La bagarre a alors éclaté et Ahmadzai a été abattu, a expliqué Catherine Sorita-Minard, procureure de la République.

Le ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé au lendemain du meurtre que 60 policiers seraient détachés auprès des effectifs permanents de la ville composés d'environ 150 agents, pour «renforcer la sécurité» et «rassurer les habitants» de Colmar. Deux adolescents, âgés de 17 et 18 ans, liés à la fusillade, sont recherchés par la police.

Ahmadzai, qui a fui en France en 2017 et a obtenu le statut de réfugié, vivait dans la ville voisine de Mulhouse et travaillait pour le constructeur automobile Peugeot.

Un autre Afghan vivant à Colmar a confié au Times qu'Ahmadzai avait été contraint de laisser sa femme et ses enfants en Afghanistan lorsqu'il avait fui, et qu'il «se trouvait tout seul ici».

Sa mort a fait l'objet d'une large couverture médiatique dans toute la France du fait qu’elle est survenue au lendemain de sévères mesures gouvernementales contre le comportement antisocial de jeunes utilisant des motos, qui a atteint son paroxysme après que quatre enfants ont été gravement blessés et qu'une fille de 10 ans à Paris s’est retrouvée avec de graves dommages neurologiques, ainsi qu’à la suite d’un grand nombre d'accidents dus à des courses illégales et des cascades.

Darmanin a déclaré que jusqu'à présent, 338 arrestations avaient été effectuées dans tout le pays dans le cadre de ces mesures répressives, 203 personnes ayant été placées en détention provisoire, 157 motos confisquées et 5 712 amendes infligées.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com