L'UE valide la candidature de l'Ukraine: un moment «historique» selon Zelensky

Volodymyr Zelensky s'exprime lors d'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre luxembourgeois à la suite des pourparlers à Kiev, le 21 juin 2022 (Photo, AFP).
Volodymyr Zelensky s'exprime lors d'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre luxembourgeois à la suite des pourparlers à Kiev, le 21 juin 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 24 juin 2022

L'UE valide la candidature de l'Ukraine: un moment «historique» selon Zelensky

  • «C'est un moment unique et historique dans les relations Ukraine-UE», s'est félicité M. Zelensky sur Twitter
  • L'Ukraine, la Moldavie et la Géorgie avaient déposé leur candidature peu après le début, fin février, de l'invasion de l'Ukraine par la Russie

BRUXELLES: L'Union européenne, réunie en sommet à Bruxelles, a entériné jeudi la candidature de l'Ukraine, une étape hautement symbolique près de quatre mois après l'invasion lancée par l'armée russe, qui continue de progresser dans l'est de ce pays à coups de bombardements destructeurs.

La journée d'"aujourd'hui marque une étape cruciale sur votre chemin vers l'UE", et "nous avons un avenir ensemble" a déclaré le président du Conseil européen Charles Michel sur Twitter, en félicitant le président ukrainien Volodymyr Zelensky et la présidente moldave Maïa Sandu, dont le pays s'est également vu reconnaître le statut de candidat.

"C'est un moment unique et historique dans les relations Ukraine-UE", a réagi très rapidement sur Twitter M. Zelensky, avant de saluer dans une allocution en visioconférence devant les représentants des Vingt-Sept "le plus grand pas vers le renforcement (politique) de l'Europe".

"C'est notre victoire (...) Nous avons attendu (cette décision) pendant 120 jours et même pendant 30 ans", depuis l'indépendance de l'Ukraine en 1991, a encore déclaré M. Zelensky dans une courte vidéo publié sur Instagram à l'attention de ses compatriotes avant de prédire la victoire "à coup sûr" face à l'armée russe.

L'Ukraine, la Moldavie et la Géorgie avaient déposé leur candidature peu après le début, fin février, de l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Jamais l'UE n'a été aussi prompte à accorder ce statut, nouvelle illustration de sa solidarité envers Kiev et Chisinau. Mais la Géorgie, elle, devra encore attendre, sa candidature n'ayant pas été entérinée.

L'exécutif européen avait rendu il y a quelques jours un avis favorable sur la candidature de l'Ukraine, et mardi, la France, qui assure la présidence tournante du Conseil de l'UE, avait indiqué qu'un "consensus total" entre les Vingt-Sept avait émergé sur cette question.

Ce scénario, inimaginable encore récemment, s'est imposé aux Vingt-Sept avec la guerre menée par la Russie depuis près de quatre mois contre l'Ukraine.

Statut de candidat de l'UE: la présidente moldave salue une «journée historique»

La présidente moldave Maia Sandu a salué jeudi une "journée historique", après la décision des Vingt-Sept d'accorder le statut de candidat à l'Union européenne à la Moldavie.

"C'est une journée historique pour la Moldavie!", a écrit Mme Sandu sur Facebook. "Nous commençons le chemin vers l'UE qui apportera aux Moldaves la prospérité, donnera davantage de possibilités et assurera un meilleur ordre dans le pays", a-t-elle affirmé.

Cette décision, qui marque le début d'un processus long et complexe en vue d'une adhésion, a été prise jeudi lors d'un sommet des chefs d'Etat et de gouvernement des pays de l'UE.

Pas de géant

L'octroi du statut de candidat à l'UE à l'Ukraine et la Moldavie est un "signal très fort vis-à-vis de la Russie", a estimé le président français Emmanuel Macron, y voyant "un geste politique" de "l'Europe forte et unie". "Nous avons avancé à pas de géant", et "tout cela, nous le devons au peuple ukrainien qui se bat pour défendre nos valeurs, leur souveraineté, leur intégrité territoriale".

Plus tôt, le président russe Vladimir Poutine avait profité d'un sommet virtuel des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) organisé le même jour que celui de Bruxelles, pour dénoncer les "actions égoïstes" des pays occidentaux et appeler à un leadership des Brics pour "créer un système réellement multipolaire", un leitmotiv de la rhétorique du Kremlin.

Bloqués depuis des années dans l'antichambre de l'UE, les pays des Balkans occidentaux déjà candidats à l'adhésion n'ont de leur côté pas caché leur amertume face à la longueur des procédures.

"C'est une bonne chose de donner le statut" de candidat à Kiev, a dit le Premier ministre albanais Edi Rama avant une réunion à Bruxelles avec les dirigeants européens. Mais il a conseillé aux Ukrainiens de ne "pas se faire d'illusions" sur une adhésion rapide par la suite.

Plusieurs représentants des Etats membres ont averti que les Ukrainiens ne devaient "pas se faire d'illusions" sur une adhésion rapide. M. Macron avait ainsi estimé en mai qu'une adhésion de Kiev prendrait "des décennies".

Sur le terrain, mises à mal par la puissance de feu de l'artillerie et de l'aviation russes, les forces ukrainiennes fondent désormais leurs espoirs sur l'arrivée d'armements lourds réclamés sans relâche aux alliés occidentaux, comme les lance-roquettes multiples américains Himars.

Nouvelle aide américaine

Le ministre de la Défense ukrainien, Oleksiï Reznikov, a annoncé jeudi, photo à l'appui, l'arrivée des premiers exemplaires de ces armements puissants et précis, quelques heures avant que la Maison Blanche n'annonce un nouveau volet d'aide militaire à Kiev, d'un montant de 450 millions de dollars.

"L'été sera chaud pour les occupants russes. Et le dernier pour certains d'entre eux", a-t-il menacé, sans préciser combien de ces batteries mobiles d'une portée de 80 km avaient été livrées à ce stade par les Américains.

Car pour l'heure, les forces ukrainiennes continuent de céder du terrain dans l'est, notamment autour des villes jumelles stratégiques de Lyssytchansk et Severodonetsk, la dernière poche de résistance dans la région de Lougansk.

Bombardée par les Russes depuis des semaines, Severodonetsk est une étape clé dans leur plan de conquête de l'intégralité du Donbass, bassin industriel de l'est de l'Ukraine déjà en partie tenu par des séparatistes prorusses depuis 2014.

Les Russes "multiplient les offensives pour encercler nos troupes", a indiqué jeudi matin sur Telegram Serguiï Gaïdaï, le gouverneur régional, admettant que l'ennemi avait conquis Loskutivka et Rai-Oleksandrivka, deux localités situées à quelques kilomètres de Lyssytchansk, et attaqué Syrotyne, aux portes de Severodonetsk.

La résistance ukrainienne à Lyssytchansk et Severodonetsk est "futile", a affirmé jeudi un représentant des séparatistes prorusses.

"Au rythme où vont nos soldats, très bientôt tout le territoire de la république populaire de Lougansk sera libéré", a dit à l'AFP le lieutenant-colonel Andreï Marotchko, joint par appel vidéo.

Signe des difficultés de l'Ukraine sur le théâtre des opérations, le gouverneur de la réhion de Donetsk, plus au sud, Pavlo Kyrylenko a affirmé jeudi à l'AFP que plus "aucune ville" de la zone placée sous son administration  n'était "sûre" pour ses habitants, les combats y étant trop violents

Plus au nord, à Kharkiv, la deuxième ville d'Ukraine, bombardée quotidiennement, les rues semblaient vidées de leurs habitants mercredi, selon une équipe de l'AFP.

L'armée russe continue par ailleurs de bombarder la région de Mykolaïv (sud), où elle a annoncé jeudi avoir notamment détruit 49 réserves de carburant et trois centres de réparation de blindés.

Selon l'Institut américain pour l'étude de la guerre (ISW), les forces russes ont vraisemblablement repris la rive orientale de la rivière Inhoulets, située entre Mykolaïv, toujours tenue par les Ukrainiens, et Kherson, plus à l'est, occupée par les Russes.

Crise urgente

Les ports de Mykolaïv et d'Odessa sont bloqués depuis le début du conflit, ce qui paralyse le transport maritime des matières premières agricoles, principale voie d'exportation pour l'Ukraine jusque-là.

Or un blocage prolongé pourrait avoir des conséquences gravissimes sur l'alimentation dans de nombreux pays qui dépendent du grenier à céréales ukrainien et des engrais russes.

"Cette crise est urgente et doit être réglée d'ici un mois, faute de quoi les conséquences pourraient être dévastatrices", a déclaré jeudi la cheffe de la diplomatie britannique Liz Truss lors d'une visite à Ankara, accusant Vladimir Poutine d'"utiliser la faim comme une arme" dans ce conflit.

La crise alimentaire mondiale déclenchée par la guerre en Ukraine va faire des millions de victimes en rendant de larges populations plus vulnérables aux maladies infectieuses, au risque de déclencher une nouvelle crise sanitaire, a averti jeudi le responsable du Fonds mondial, organisation qui lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose.

Le sommet européen de jeudi à Bruxelles doit être suivi d'un autre du G7 et d'un troisième de l'Otan, auxquels participera le président américain Joe Biden. La question de l'aide financière à Kiev devrait être au coeur des discussions de ces deux prochaines rencontres.


Le Texas exécute son deuxième détenu de 2022

Allan B. Polunsky, où se trouve le couloir de la mort au Texas, à Livingston (Photo, AFP).
Allan B. Polunsky, où se trouve le couloir de la mort au Texas, à Livingston (Photo, AFP).
Short Url
  • Kosoul Chanthakoummane, 41 ans, a été reconnu coupable du meurtre de Sarah Walker, 40 ans, battue et poignardée dans une maison témoin
  • Le Texas, grand Etat du Sud conservateur qui exécute le plus de détenus aux Etats-Unis, a mis à mort trois prisonniers en 2021

WASHINGTON: Un détenu, condamné à la peine capitale pour le meurtre d'une agente immobilière, a été exécuté mercredi au Texas, ont annoncé les autorités, ce qui constitue la deuxième exécution de l'Etat cette année.

Kosoul Chanthakoummane, 41 ans, a été reconnu coupable du meurtre de Sarah Walker, 40 ans, battue et poignardée dans une maison témoin en 2006.

Malgré le fait que son ADN avait été retrouvé sous les ongles de la victime et des témoignages le liant à la scène du crime, M. Chanthakoummane a toujours clamé son innocence.

"A la famille de Mme Walker, j'espère que ma mort vous apportera la paix", a-t-il dit lors de ses dernières paroles, selon les autorités texanes.

Kosoul Chanthakoummane avait tenté plusieurs fois de faire appel de sa condamnation, arguant que les preuves le liant aux crimes n'étaient pas scientifiques, mais une cour d'appel a statué que celles-ci étaient suffisantes pour que l'exécution ait lieu.

Le Texas, grand Etat du Sud conservateur qui exécute le plus de détenus aux Etats-Unis, a mis à mort trois prisonniers en 2021 et trois autres exécutions sont prévues pour 2022, selon le site du ministère de la Justice pénale du Texas.


Le Mali demande une réunion d'urgence du Conseil de sécurité sur les «actes d'agression» français

Le drapeau malien est hissé lors de la cérémonie de passation de la base militaire de Barkhane des Français à l'armée malienne à Tombouctou (Photo, AFP).
Le drapeau malien est hissé lors de la cérémonie de passation de la base militaire de Barkhane des Français à l'armée malienne à Tombouctou (Photo, AFP).
Short Url
  • Le gouvernement dominé par les militaires fait franchir un nouveau degré à l'escalade verbale de ses incriminations contre la France
  • L'armée française, poussée vers la sortie, a quitté successivement et transféré aux autorités maliennes ses différentes bases au Mali

BAMAKO: Le Mali a demandé au Conseil de sécurité de l'ONU une réunion d'urgence pour faire cesser ce qu'il présente comme "les actes d'agression" de la France sous forme de violations de sa souveraineté, de soutien apporté selon lui aux groupes jihadistes et d'espionnage.

Avec ces accusations, le gouvernement dominé par les militaires fait franchir un nouveau degré à l'escalade verbale de ses incriminations contre la France. Le nouveau commandant de la force antijihadiste française au Sahel a jugé le propos "insultant" pour la mémoire des soldats français et maliens et des Casques bleus tués au Mali, pays pris dans la tourmente jihadiste et sécuritaire depuis 2012.

Ces dernières manifestations de la détérioration des relation coïncident strictement avec le départ du dernier soldat français au Mali après neuf ans d'engagement contre les jihadistes. La junte au pouvoir au Mali depuis le putsch d'août 2020 s'est détournée de la France et de ses alliés pour se tourner vers la Russie.

L'armée française, poussée vers la sortie, a quitté successivement et transféré aux autorités maliennes ses différentes bases au Mali, la dernière lundi à Gao. Les Russes semblent n'avoir pas traîné. Le gouvernement allemand a indiqué mercredi disposer d'informations selon lesquelles environ 20 à 30 personnes, probablement des Russes en uniforme, ont été repérées en train de décharger un avion sur l'aéroport de Gao le jour du départ français.

L'aéroport jouxte immédiatement le périmètre qui incluait la base française, et comprend aussi le camp de la mission de l'ONU (Minusma), avec un fort contingent allemand.

Mise en garde

Du même jour date une lettre adressée par le chef de la diplomatie malienne, Abdoulaye Diop, à la présidence en exercice chinoise du Conseil de sécurité de l'ONU. La lettre, transmise mercredi à des journalistes par ses services et abondamment reproduite sur les réseaux sociaux, dénonce les "violations répétitives et fréquentes" de l'espace aérien national par les forces françaises au cours des derniers mois, et les vols d'appareils français se livrant à "des activités considérées comme de l'espionnage" et des tentatives "d'intimidation".

Les autorités maliennes disposent "de plusieurs éléments de preuve que ces violations flagrantes de l'espace aérien malien ont servi à la France pour collecter des renseignements au profit des groupes terroristes opérant dans le Sahel et pour leur larguer des armes et des munitions", ajoute M. Diop. Il laisse entendre que les Français pourraient avoir transporté par hélicoptère deux membres d'un groupe jihadiste début août dans la région de Tombouctou.

Le Mali "invite" le Conseil de sécurité à oeuvrer pour que la France "cesse immédiatement ses actes d'agression" et demande à la présidence chinoise de communiquer ces éléments aux membres du Conseil de sécurité en vue d'une réunion d'urgence, indique M. Diop.

Le Mali "se réserve le droit de faire usage de la légitime défense" si les agissements français persistent, conformémement à la Charte des Nations unies, affirme le ministre.

Le général Bruno Baratz, commandant de la force française Barkhane, a trouvé "étonnant" que les Français soient accusés de soutenir les jihadistes.

Reconnaissance

"C'est un peu insultant pour la mémoire de nos 59 camarades (français) qui sont tombés en se battant pour le Mali, et également pour la mémoire de tous les Maliens qui se sont battus à nos côtés, mais aussi les personnels de la Minusma, des forces africaines de la Minusma qui sont tombés en luttant contre le terrorisme", a-t-il dit à Radio France Internationale au Niger, pays voisin du Mali et allié de la France qui a accepté le maintien d'une base aérienne française à Niamey.

Interrogé sur les accusations portées par le Mali contre la France, le porte-parole adjoint du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a déclaré que les Nations unies étaient "extrêmement  reconnaissantes à la France et aux forces françaises de leur engagement" pour stabiliser le Mali. Farhan Haq a espéré devant la presse sans nommer personne que tout autre pays coopérant avec les autorités maliennes essaierait "pareillement de jouer un rôle stabilisateur".

Quant à une réunion d’urgence du Conseil, il a déclaré que la décision appartenait à ses membres.

Le Mali n’est pas membre du Conseil de sécurité et sa demande doit être relayée par un Etat membre. Un diplomate a jugé sous couvert de l'anonymat à New York "improbable" qu’une telle réunion ait lieu.


Variole du singe: Etudes en cours sur ses mutations génétiques

Un médecin examine un patient souffrant de plaies causées par une infection de variole du singe (Photo, AFP).
Un médecin examine un patient souffrant de plaies causées par une infection de variole du singe (Photo, AFP).
Short Url
  • Plus de 35 000 cas dans 92 pays, et 12 décès, ont été signalés à l'OMS. La quasi-totalité des nouveaux cas sont signalés en Europe
  • L'OMS a déclaré la situation d'urgence de santé publique internationale le 23 juillet

GENEVE: Des études sont en cours pour déterminer si des mutations génétiques du virus de la variole du singe sont à l'origine de la propagation rapide de la maladie, a indiqué mercredi à l'AFP l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les deux clades ou variants distincts du virus étaient appelées clades du Bassin du Congo (Afrique centrale) et de l'Afrique de l'Ouest, du nom des deux régions où elles sont endémiques. Vendredi, l'OMS a rebaptisé ces groupes respectivement Clade I et Clade II, afin d'éviter tout risque de stigmatisation géographique.

Elle a également annoncé que le clade II comportait deux sous-clades, IIa et IIb, les virus de ce dernier étant identifiés comme étant à l'origine de l'épidémie mondiale actuelle.

Mercredi, l'OMS a précisé que les clades IIa et IIb sont apparentés et partagent un ancêtre commun récent - par conséquent, IIb n'est pas une ramification de IIa.

"En examinant le génome, effectivement il y a quelques différences génétiques entre les virus de l'épidémie actuelle et les virus plus anciens du clade IIb", a déclaré l'OMS à l'AFP. "Cependant, on ne sait rien de l'importance de ces changements génétiques, et des recherches sont en cours pour établir les effets (s'il y en a) de ces mutations sur la transmission et la gravité de la maladie".

"Il est encore tôt, tant dans l'épidémie que dans les études en laboratoire, pour dire si l'augmentation des infections pourrait être due aux changements de génome observés dans le virus, ou si elle est due à des facteurs liés à l'hôte (humain)", selon l'OMS.

Une recrudescence des infections par le virus de la variole du singe a été signalée depuis début mai en dehors des pays africains endémiques. L'OMS a déclaré la situation d'urgence de santé publique internationale le 23 juillet.

Plus de 35.000 cas dans 92 pays, et 12 décès, ont été signalés à l'OMS. La quasi-totalité des nouveaux cas sont signalés en Europe et aux Amériques.

L'OMS a prévenu que sa campagne visant à renommer la variole du singe pourrait prendre "plusieurs mois". Depuis des semaines, l'organisation s'inquiète de ce nom, les experts estimant qu'il est trompeur.

La variole du singe a été ainsi baptisée parce que le virus a été identifié à l'origine chez des singes élevés pour la recherche au Danemark en 1958.

Toutefois, la maladie se manifeste le plus souvent chez les rongeurs, et l'épidémie actuelle se propage par contact entre humains.

L'OMS a demandé l'aide du public pour trouver un nouveau nom et a monté un site Web afin de collecter les suggestions.