En Ukraine, le combat d'un député géorgien contre l'«ennemi commun»

Le député géorgien Aleko Elisachvili assiste à une session parlementaire à Tbilissi le 27 mai 2022 (Photo, AFP).
Le député géorgien Aleko Elisachvili assiste à une session parlementaire à Tbilissi le 27 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 16 juin 2022

En Ukraine, le combat d'un député géorgien contre l'«ennemi commun»

  • Comme le député, des centaines d'habitants de cette ex-république soviétique du Caucase ont rejoint l'Ukraine comme volontaires pour combattre au sein de la Légion étrangère ukrainienne et de la Légion géorgienne
  • Leur motivation s'explique en grande partie par l'histoire compliquée des relations entre la Russie et la Géorgie

TBILISSI: Lorsque Moscou a lancé son offensive contre l'Ukraine, le député géorgien Aleko Elisachvili n'a pas hésité: il est monté dans un avion et quelques jours plus tard, il affrontait les forces russes près de Kiev.

"Nous nous battons aux côtés des Ukrainiens contre notre ennemi commun: l'impérialisme (du président russe Vladimir) Poutine", déclare à l'AFP M. Elisachvili dans son bureau du parlement géorgien, où il a accroché un drapeau ukrainien.

Après une première guerre entre Moscou et Tbilissi en 2008, "la probabilité que la Russie attaque à nouveau la Géorgie est très élevée", estime l'élu de 44 ans.

"Il est donc encore plus important pour nous que la Russie soit battue en Ukraine. C'est pour cela que de nombreux Géorgiens y combattent actuellement", dit-il.

Comme le député, des centaines d'habitants de cette ex-république soviétique du Caucase ont rejoint l'Ukraine comme volontaires pour combattre au sein de la Légion étrangère ukrainienne et de la Légion géorgienne, des unités intégrées à l'armée régulière de Kiev.

Leur motivation s'explique en grande partie par l'histoire compliquée des relations entre la Russie et la Géorgie, et des aspirations pro-occidentales de Kiev comme de Tbilissi.

Annexée à deux reprises par la Russie, en 1801 et en 1921, la Géorgie a aussi été envahie en 2008 par les troupes russes lors d'une brève guerre de cinq jours qui a fait environ 700 morts. La Russie soutient aussi en Géorgie deux territoires séparatistes.

«Le sort de la Géorgie»

Selon Mamouka Mamoulachvili, commandant de la Légion géorgienne des forces armées ukrainiennes, jusqu'à un millier de Géorgiens se sont rendus en Ukraine et au moins 13 d'entre eux ont été tués.

"Le sort de la Géorgie est en train de se jouer en Ukraine. Si l'Ukraine tombe, (...) c'est l'existence même de la Géorgie qui sera sérieusement menacée", déclare-t-il à l'AFP lors d'un entretien téléphonique.

M. Elisachvili s'est battu en Ukraine pendant une quarantaine de jours au sein d'une unité de reconnaissance de la Légion étrangère ukrainienne, qui réunit des centaines de membres de nationalités différentes.

Il a notamment connu le feu à Irpine, dans la banlieue ouest de Kiev, où il a passé quatre jours dans un immeuble endommagé sur la ligne de front et dit avoir été témoin de "crimes de guerre" commis selon lui par les forces russes.

"Les troupes russes étaient déployées de l'autre côté de la rue. Un sniper russe tuait les passants, des civils. J'ai vu plusieurs civils tués dans une voiture, toute une famille", témoigne-t-il.

La bataille a débuté le 27 février, trois jours après le début de l'invasion et alors que les Russes menaient une offensive d'envergure sur Kiev. Les forces de Moscou se sont emparées d'une partie d'Irpine, avant d'être repoussés par les Ukrainiens, qui ont repris le contrôle total de cette ville le 28 mars.

"Je n'ai jamais vu des gens plus motivés que les Ukrainiens, parce qu'ils savent très bien pourquoi ils se battent: pour protéger leur patrie, leur famille", dit M. Elisachvili.

«Erreur stratégique»

A son retour à Tbilissi, M. Elisachvili a repris son siège au Parlement, où il dirige un petit parti centriste d'opposition.

Bien qu'accusé de tendances pro-russes par certains opposants, le gouvernement géorgien se dit pro-occidental et a dénoncé l'invasion de l'Ukraine. Mais il a évité de s'en prendre trop durement au Kremlin.

Pour M. Elisachvili, il faut désormais que les Etats-Unis et les pays européens augmentent les livraisons d'armes à Kiev.

Il estime que l'Occident a commis une "erreur stratégique" en ne faisant pas entrer la Géorgie et l'Ukraine dans l'Otan, de peur de fâcher Moscou.

"Cette guerre ne serait pas arrivée si l'Ukraine avait été membre de l'Otan. Poutine n'aurait jamais osé attaquer un membre de l'Otan", affirme-t-il.

Il pense que "Poutine ne s'arrêtera pas, de même qu'Hitler ne s'est pas arrêté avant d'être défait", jugeant que la Pologne et les pays baltes pourraient être ciblés.

Pour  lui, si la Russie "n'est pas défaite en Ukraine, (...) elle restera une menace permanente pour la paix mondiale".


Alpinisme en Equateur : Trois morts, douze blessés dans une chute

Vue du volcan Carihuairazo, dans les Andes centrales de l'Équateur, le 18 février 2019. (AFP)
Vue du volcan Carihuairazo, dans les Andes centrales de l'Équateur, le 18 février 2019. (AFP)
Short Url
  • «Une femme de 47 ans et deux hommes de 45 et 50 ans sont décédés dans cette urgence», selon le communiqué
  • Les douze blessés, âgés de 39 à 58 ans, ont été transférés dans des hôpitaux des villes de Riobamba et Ambato

QUITO: Trois alpinistes sont morts et douze ont été blessés après avoir fait une chute lors de l'ascension du volcan Carihuairazo en Équateur, ont indiqué samedi les services de secours.

"Une femme de 47 ans et deux hommes de 45 et 50 ans sont décédés dans cette urgence", ont indiqué les services de secours ECU911 dans un communiqué.

"En raison des conditions météorologiques et de la tombée de la nuit, il n'a pas été possible d'évacuer les corps".

Les douze blessés, âgés de 39 à 58 ans, ont été transférés dans des hôpitaux des villes de Riobamba et Ambato.

Les alpinistes tentaient d'atteindre le sommet du volcan des Andes centrales lorsqu'ils ont fait une chute de 60 mètres.

Le Carihuairazo, un sommet de 5.018 mètres situé dans la province de Tungurahua, est voisin du volcan Chimborazo, le plus haut sommet du pays, qui culmine à plus de 6 200 mètres.

La récupération des corps des personnes décédées, toutes équatoriennes, se poursuivra dimanche.


Australie: un homme arrêté après des coups de feu à l'aéroport de Canberra

Des policiers montent la garde à l'entrée d'un terminal après qu'un homme armé a ouvert le feu à l'aéroport de Canberra, le 14 août 2022. (Photo de l'AFP)
Des policiers montent la garde à l'entrée d'un terminal après qu'un homme armé a ouvert le feu à l'aéroport de Canberra, le 14 août 2022. (Photo de l'AFP)
Short Url
  • La police a évacué et fermé le principal aéroport de la capitale australienne, menant à la suspension de nombreux vols
  • De l'extérieur, plusieurs impacts de balle étaient visibles sur la façade vitrée de l'aéroport, selon des images diffusées par la chaîne publique australienne ABC

CANBERRA :Un homme a tiré cinq coups de feu à l'aéroport de Canberra dimanche, provoquant la panique des passagers mais ne faisant pas de victime, selon la police australienne qui l'a arrêté.

La police a évacué et fermé le principal aéroport de la capitale australienne, menant à la suspension de nombreux vols.

«Un homme est entré dans l'aéroport de Canberra dans la zone des départs. Il s'est assis dans l'une des zones adjacentes aux fenêtres en verre», a déclaré le commissaire Dave Craft aux journalistes à l'extérieur du bâtiment de l'aéroport.

«Après environ cinq minutes, cet homme a pris une arme à feu en sa possession et a tiré environ cinq fois», a-t-il détaillé.

Le Premier ministre Anthony Albanese a été mis au courant de l'incident:

«On m'informe qu'un homme a été arrêté et qu'il n'y a aucune menace en cours», a-t-il exprimé dans un communiqué.

De l'extérieur, plusieurs impacts de balle étaient visibles sur la façade vitrée de l'aéroport, selon des images diffusées par la chaîne publique australienne ABC.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent un policier immobilisant un homme au sol à l'intérieur du terminal tandis que les alarmes retentissaient dans le principal aéroport de la capitale.

«La police a été avertie (...) à la suite d'informations faisant état de coups de feu dans le terminal principal», a indiqué la police de la capitale australienne.

«Peu de temps après, une personne a été placée en garde à vue et une arme à feu a été confisquée», a-t-elle ajouté, soulignant que l'homme semblait avoir agi seul.

Le motif de l'assaillant présumé n'est pour l'heure pas claire.

La situation est maintenant sous contrôle, selon la police.

La journaliste d'ABC Lily Thomson, sur place, a dit avoir entendu des coups de feu avant que les gens ne commencent à crier.

Elle a vu une femme effrayée qui s'occupait d'un bébé. «Nous avons tous couru et je suis restée avec cette grand-mère et son bébé et (nous nous sommes) cachés derrière le bureau d'information», a-t-elle relaté sur ABC.

«Nous sommes restés là pendant quelques minutes jusqu'à ce que la sécurité nous dise d'évacuer vers le parking».

«Tout le monde se cachait derrière des chaises et les gens couraient», a-t-elle ajouté.

L'aéroport de Canberra a déclaré qu'il travaillait avec les compagnies aériennes pour relancer les vols d'ici dimanche après-midi. Certains vols ont été annulés.


Feux de forêt: un été record de surfaces brûlées en Europe

Un pompier tactique français allume un feu contrôlé pour ralentir la progression d'un feu de forêt près de Belin-Beliet, dans le sud-ouest de la France, le 13 août 2022. (Photo de Thibaud MORITZ / AFP)
Un pompier tactique français allume un feu contrôlé pour ralentir la progression d'un feu de forêt près de Belin-Beliet, dans le sud-ouest de la France, le 13 août 2022. (Photo de Thibaud MORITZ / AFP)
Short Url
  • La France a connu des années pires dans les années 1970, avant les données standardisées européennes
  • Mais l'année 2022 est la plus grave en 16 ans selon ces chiffres, en grande partie à cause de deux grands brasiers successifs en Gironde

PARIS: Alors que la haute saison des feux n'est pas encore terminée, le bilan provisoire des incendies s'alourdit dans l'Union européenne avec déjà plus de de 660 000 hectares brûlés depuis janvier, établissant un record à ce stade de l'année depuis le début des données satellitaires en 2006.

Depuis le 1er janvier, les incendies ont ravagé 662 776 hectares de forêts dans l'Union européenne selon les données actualisées dimanche du système européen d'information sur les feux de forêts (EFFIS), qui tient des statistiques comparables depuis 2006 grâce aux images de satellites du programme européen Copernicus.

La France a connu des années pires dans les années 1970, avant les données standardisées européennes. Mais l'année 2022 est la plus grave en 16 ans selon ces chiffres, en grande partie à cause de deux grands brasiers successifs en Gironde, dans le sud-ouest du pays, où des pompiers allemands, polonais ou encore autrichiens sont arrivés cette semaine en renfort.

La situation est également exceptionnelle en Europe centrale: les pompiers ont ainsi mis plus de dix jours en juillet pour maîtriser le plus grand incendie de l'histoire récente de la Slovénie, aidés par une population si mobilisée que le gouvernement a dû demander aux habitants d'arrêter de faire des dons aux pompiers.

Mais ne disposant pas d'avions spécialisés pour combattre les feux, la Slovénie a dû appeler à l'aide la Croatie, qui a envoyé un avion... avant de le rappeler pour éteindre ses propres incendies. Le gouvernement slovène envisage désormais l'acquisition de ses premiers avions bombardiers d'eau.

Très spectaculaire aussi, à Berlin, en Allemagne, un vaste incendie s'est déclaré la semaine dernière à partir d'un dépôt de munitions de la police, dans une forêt en pleine sécheresse, un feu rapidement maîtrisé. Jusqu'ici épargnée par de tels incendies, la capitale allemande est de nos jours de plus en plus menacée en raison de l'importance de ses zones boisées.

Mais la zone la plus frappée par les incendies est la péninsule ibérique. L'Espagne, asséchée comme la France par plusieurs canicules cet été, a vu 246 278 hectares ravagés par les incendies, principalement en Galice dans le nord-ouest. La situation s'est toutefois améliorée avec la baisse des températures.

Le Portugal lutte aussi depuis plus d'une semaine contre un feu dans le géo-parc mondial reconnu par l'Unesco dans la région de la montagne de la Serra da Estrela, qui culmine à environ 2.000 mètres.