Festival des musiques sacrées du monde: Fès renoue avec la joie

Le coup d’envoi de la 26e édition a été donné jeudi, avec pour thème «L’architecture et le sacré» dans un lieu historique prestigieux du nom de «Bab al-Makina». (Photo fournie)
Le coup d’envoi de la 26e édition a été donné jeudi, avec pour thème «L’architecture et le sacré» dans un lieu historique prestigieux du nom de «Bab al-Makina». (Photo fournie)
Short Url
Publié le Vendredi 10 juin 2022

Festival des musiques sacrées du monde: Fès renoue avec la joie

  • Après deux ans d’interruption en raison de la pandémie, le Festival des musiques sacrées du monde est de retour, avec pour thème «L’architecture et le sacré»
  • «Il est enfin possible de reprendre notre contribution au dialogue des cultures et des religions», se félicite Abderrafie Zouitene, le directeur de la fondation Esprit de Fès qui organise le festival

FÈS: Des lumières féeriques, des flots de musique, des hommes apprêtés, des sourires sur tous les visages… La ville de Fès, située au nord-ouest du Maroc, a enfin renoué avec la joie.

Après deux ans d’interruption en raison de la pandémie de Covid-19, l’illustre Festival des musiques sacrées du monde est de retour. Le coup d’envoi de la 26e édition a été donné jeudi, avec pour thème «L’architecture et le sacré» dans un lieu historique prestigieux du nom de «Bab al-Makina», une bâtisse adossée au palais de l’ancien sultan marocain.

Des habitants de la ville, de tout âge, simples citoyens ou notables, touristes, mélomanes, sont venus partager ce moment de grâce et de rencontres improbables dans un monde miné par les conflits, surtout communautaires.

 

 

Côté scène, des artistes venus du monde entier et réunis autour des religions et des architectures sacrées, ont chanté et dansé selon leurs propres traditions, offrant au spectateur un voyage en musique et en images.

Voyage qui a commencé au Maroc et a conduit le spectateur à Notre-Dame de Paris, à Jérusalem, au Taj Mahal… pour revenir au Maroc à travers des sonorités d’une beauté vibrante, le tout placé sous la direction artistique d’Alain Weber.

Abderrafie Zouitene, le directeur de la fondation Esprit de Fès qui organise le festival, ne cache pas sa joie face à ce qu’il appelle des «retrouvailles», rendues possibles grâce à la réussite de la campagne de vaccination et la mobilisation de tous. «Il est enfin possible de reprendre notre contribution au dialogue des cultures et des religions et de mettre en valeur tout ce qui touche à l’esprit de tolérance», explique-t-il à Arab News en français

Le choix de la thématique de cette année s’inscrit dans le prolongement de celles des éditions précédentes, toutes singulières: Les femmes fondatrices, Fès et l’Afrique, ou encore L’eau et le sacré. Expliquant le lien entre l’architecture et le sacré, Zouitene souligne que «les magnifiques monuments bâtis à travers les siècles, comme les cathédrales, les mosquées et d’autres édifices cultuels à travers le monde, illustrent l’étroite relation entre le sacré et la musique, entre l’homme et le divin».
 

La fondation Esprit de Fès a été lancée sous l’impulsion de feu le roi du Maroc, Hassan II, et poursuit son œuvre en essayant de perpétuer le dialogue de culture et l’esprit de tolérance qu’il avait initié, avec le soutien constant du roi Mohammed VI, représenté à l’inauguration du festival par sa sœur la princesse Hasnaa. Le festival consiste par ailleurs à faire parler de la richesse matérielle et immatérielle du patrimoine marocain et vise à promouvoir l’art de vivre «à la marocaine», tout en faisant émerger de nouveaux talents artistiques.

Dans cet esprit, la fondation tisse des partenariats multiples et collabore constamment avec des festivals européens et d’autres instances culturelles et artistiques, avec pour but constant de faire plonger Fès, pendant les quatre jours du festival, dans une sorte d’enchantement. Le festival, pour reprendre les mots de Zouitene, «appartient d’abord et surtout à la ville de Fès et à ses habitants».
 


Le rappeur américain A$AP Rocky, inculpé pour une fusillade, plaide non coupable

Le rappeur A$AP Rocky dans une salle d'audience de Los Angeles (Photo, AFP).
Le rappeur A$AP Rocky dans une salle d'audience de Los Angeles (Photo, AFP).
Short Url
  • Le musicien, inculpé pour deux chefs d'accusation pour agression avec une arme semi-automatique, a été laissé libre
  • A$AP Rocky avait été condamné en août 2019 à une peine de prison avec sursis pour violences après une rixe à Stockholm

LOS ANGELES: Le rappeur américain A$AP Rocky, inculpé pour son rôle dans une fusillade en novembre dernier, a plaidé non coupable mercredi devant un tribunal de Los Angeles, en Californie.

Le musicien de 33 ans, inculpé pour deux chefs d'accusation pour agression avec une arme semi-automatique, a été laissé libre moyennant une caution de 550.000 dollars et doit comparaître à nouveau devant un tribunal le 2 novembre.

Rakim Mayers, de son vrai nom, est soupçonné d'avoir pointé son arme vers un ancien ami lors d'une dispute en novembre dernier, puis, plus tard, d'avoir tiré sur lui à deux reprises, lui infligeant une "blessure légère" selon la police.

Le rappeur réfute ces accusations.

L'artiste avait été arrêté en avril à l'aéroport de Los Angeles, à sa descente d'un jet privé en provenance de la Barbade, d'où est originaire sa compagne Rihanna et avec qui il a eu un enfant en mai.

Rihanna, immense star à l'origine des tubes "Diamonds" et "Umbrella", est "l'amour de ma vie" et "l'unique", avait confié le chanteur au magazine GQ en mai 2021.

A$AP Rocky avait été condamné en août 2019 à une peine de prison avec sursis pour violences après une rixe à Stockholm.


L’académie Aysh vise à combler le manque de compétences des amateurs de cuisine

La Commission des arts culinaires d’Arabie saoudite a été fondée en février 2020 afin de renforcer le secteur culinaire. (Photo fournie)
La Commission des arts culinaires d’Arabie saoudite a été fondée en février 2020 afin de renforcer le secteur culinaire. (Photo fournie)
Summaiya Suhail, fondatrice et directrice générale de l’académie Aysh, un établissement spécialisé dans la boulangerie et la pâtisserie, raconte qu’à ses débuts, il n’existait que très peu d’établissements proposant une formation culinaire. (Photo fournie)
Summaiya Suhail, fondatrice et directrice générale de l’académie Aysh, un établissement spécialisé dans la boulangerie et la pâtisserie, raconte qu’à ses débuts, il n’existait que très peu d’établissements proposant une formation culinaire. (Photo fournie)
Short Url
  • La Commission des arts culinaires d’Arabie saoudite a été fondée en 2020 et les étudiants de la première promotion de l’académie culinaire saoudienne ont obtenu leurs diplômes cette année
  • Aysh était l’une des premières académies de ce genre à ouvrir ses portes en Arabie saoudite, introduisant la boulangerie dans la vie de tous les jours

DJEDDAH: La nourriture est un élément important de toute culture, et l’Arabie saoudite cherche à créer un système d’éducation qui permettra d’acquérir les connaissances nécessaires pour exceller dans l’art culinaire.

Cette année, la première cérémonie de remise des diplômes aux étudiants de l’Académie culinaire saoudienne a eu lieu.

La Commission des arts culinaires d’Arabie saoudite a été fondée en février 2020 afin de renforcer le secteur culinaire, créant ainsi une source de revenus pour de nombreuses personnes. 

Summaiya Suhail, fondatrice et directrice générale de l’académie Aysh, un établissement spécialisé dans la boulangerie et la pâtisserie, raconte à Arab News qu’à ses débuts, il n’existait que très peu d’établissements proposant une formation culinaire.

Elle a suivi des ateliers et des cours de boulangerie et de pâtisserie dans le monde entier. Après avoir accumulé suffisamment de connaissances, elle a décidé de les diffuser à Djeddah.

«Mon rêve (…) était  de rendre cette voie facile pour les gens de ma communauté et pour moi, ainsi que de les autonomiser en leur fournissant un ensemble de compétences et de connaissances», indique Mme Suhail.

L’académie a pour objectifs principaux de devenir une plaque tournante pour toutes les personnes intéressées par cet aspect de la cuisine en Arabie saoudite, de créer des recettes qui serviront de référence en boulangerie et en pâtisserie, et de définir un cadre pour les futures entreprises.

L’académie propose des cours de boulangerie et de pâtisserie et des masterclasses plus courtes, axées sur différents domaines et techniques.

Les cours s’adressent aux personnes de différents niveaux et leur apprennent à cuisiner à partir de rien. Ils portent sur les pâtisseries sucrées et salées, le pain, les gâteaux, les viennoiseries, les croissants, et bien plus encore.

L'académie propose également des cours relatifs à la création d'entreprises alimentaires, à la photographie culinaire, à la présentation des plats et au marketing.

«Le nom de l’académie est inspiré du mot aysh, qui signifie pain en arabe. Aysh a également une autre signification en arabe: la vie», explique Mme Suhail.

Devenir l’une des premières académies de boulangerie et de pâtisserie certifiées du Royaume n’a pas été facile. «J’avais l’impression que nous devions marcher et ouvrir la voie à tous ceux qui étaient derrière nous. Ce n’était pas facile, mais je ne peux pas dire que ce n’était pas agréable non plus», confie Mme Suhail. «L’académie Aysh a vraiment été créée par les gens d’ici.»

«Quand une personne vient nous voir et nous avoue qu’elle est très heureuse que nous existions, elle nous dit aussi qu’elle cherchait quelque chose de ce genre depuis très longtemps.»

La fondatrice se réjouit par ailleurs de voir les étudiants recevoir leur diplôme, car le bonheur se lit sur leur visage.

«Parfois, certains étudiants pleurent et une fois la cérémonie terminée, ils vont se faire des câlins. Ce sont ces choses-là qui me donnent envie de continuer sur cette voie.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Ronaldo rappelé à l'ordre par la police après avoir tapé de la main le téléphone d'un fan

Le quintuple Ballon d'or (37 ans), qui a encore un an de contrat à ManU, avait séché la reprise des entraînements des Red Devils en juillet, puis la tournée en Asie et Australie. (AFP)
Le quintuple Ballon d'or (37 ans), qui a encore un an de contrat à ManU, avait séché la reprise des entraînements des Red Devils en juillet, puis la tournée en Asie et Australie. (AFP)
Short Url
  • Accusé d'agression et de «dommages criminels», le Portugais de 37 ans a été entendu par des officiers de police
  • Une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux avait permis d'identifier Ronaldo, qui a été «rappelé à l'ordre» mercredi par la police du comté de Merseyside

LONDRES: Cristiano Ronaldo, dont l'avenir à Manchester United fait l'objet d'intenses débats, a promis mercredi sur Instagram de bientôt dire sa "vérité", tout en s'en prenant aux "médias qui ne racontent que des mensonges".

Dans une réponse à la publication d'un fan, le Portugais a écrit dans sa langue natale que les supporteurs connaîtront "la vérité quand je donnerai une interview dans quelques semaines".

Sans fournir de précisions, "CR7" indique que "les médias ne racontent que des mensonges". J’ai un cahier et sur 100 actualités à mon sujet (ces derniers mois), seules cinq étaient vraies. Imaginez comment c'est. Gardez ce conseil".

Le quintuple Ballon d'or (37 ans), qui a encore un an de contrat à ManU, avait séché la reprise des entraînements des Red Devils en juillet, puis la tournée en Asie et Australie.

"Il a eu des problèmes familiaux", avait alors indiqué Bruno Fernandes, son coéquipier portugais.

Cette absence avaient été vue par de nombreux médias britanniques comme une expression de la volonté de la star de quitter Manchester, sixième de Premier League et non qualifié pour la prestigieuse Ligue des champions.

Le week-end dernier, l'ancien attaquant du Real Madrid a joué les 90 minutes de la déroute 4-0 de ManU à Brentford. Après deux journées, le club mancunien entraîné par Erik ten Hag occupe la dernière place du championnat d'Angleterre avant de recevoir Liverpool lundi prochain.

Le groupe de supporters "The 1958" a annoncé à cette occasion une marche de protestation devant Old Trafford contre la famille Glazer, propriétaire du club qui, selon un communiqué de ces fans, "affame et tue par cupidité la plus grande institution du football mondial. Montrons à la famille Glazer que cette fois, ça ne passera pas".

L'actuelle stratégie de recrutement de ManU qualifiée d'"horreur" par l'ancien joueur Gary Neville est pointée du doigt par les supporteurs.