26 disparus après le naufrage d'un ferry en Indonésie

Vingt-six personnes étaient portées disparues samedi après le naufrage d'un ferry indonésien dans le détroit de Makassar, qui sépare les îles de Sulawesi et Borneo, ont annoncé les autorités samedi. (AFP)
Vingt-six personnes étaient portées disparues samedi après le naufrage d'un ferry indonésien dans le détroit de Makassar, qui sépare les îles de Sulawesi et Borneo, ont annoncé les autorités samedi. (AFP)
Short Url
Publié le Samedi 28 mai 2022

26 disparus après le naufrage d'un ferry en Indonésie

  • Le naufrage a eu lieu jeudi par mauvais temps mais la nouvelle n'a été connue des autorités que samedi
  • Le ferry transportait 43 personnes, et est tombé en panne de carburant. Malmené par le mauvais temps, il a fini par couler

JAKARTA: Vingt-six personnes étaient portées disparues samedi après le naufrage d'un ferry indonésien dans le détroit de Makassar, qui sépare les îles de Sulawesi et Borneo, ont annoncé les autorités samedi.


Le naufrage a eu lieu jeudi par mauvais temps mais la nouvelle n'a été connue des autorités que samedi, a expliqué à l'AFP le chef des services de secours, Djuanidi (qui comme beaucoup d'Indonésiens, ne porte qu'un seul nom).


Le ferry transportait 43 personnes, et est tombé en panne de carburant. Malmené par le mauvais temps, il a fini par couler. Dix-sept personnes ont été secourues, et les recherches continuaient samedi pour les disparus, a-t-il précisé.


Les accidents en mer sont nombreux en Indonésie, un archipel composé de 17.000 îles, et où les consignes de sécurité ne sont pas toujours respectées.


La semaine dernière, un ferry transportant plus de 800 personnes s'est échoué dans la province de East Nusa Tenggara et est resté bloqué pendant deux jours. Personne n'a été blessé.


En 2018, plus de 150 personnes s'étaient noyées lors du naufrage d'un ferry à Sumatra, sur l'un des lacs les plus profonds du monde.


Norvège: le morse Freya, vedette du fjord d'Oslo, a été euthanasié

Les morses vivent généralement sous les latitudes encore plus septentrionales de l'Arctique, mais Freya, dont le nom renvoie à une déesse associée à l'amour et à la beauté dans la mythologie nordique, baignait dans les eaux de la capitale norvégienne. (AFP).
Les morses vivent généralement sous les latitudes encore plus septentrionales de l'Arctique, mais Freya, dont le nom renvoie à une déesse associée à l'amour et à la beauté dans la mythologie nordique, baignait dans les eaux de la capitale norvégienne. (AFP).
Short Url
  • «La décision d'euthanasier le morse a été prise sur la base d'une évaluation globale de la menace persistante pour la sécurité humaine», a déclaré le responsable de la Direction norvégienne de la pêche
  • Les morses vivent généralement sous les latitudes encore plus septentrionales de l'Arctique, mais Freya, dont le nom renvoie à une déesse associée à l'amour et à la beauté dans la mythologie nordique, baignait dans les eaux de la capitale norvégienne

OSLO : Sensation de l'été dans le fjord d'Oslo au point de mettre les vies du public et la sienne en danger, le morse Freya a été euthanasié dimanche, une décision défendue par les autorités comme la seule "viable" mais considérée comme précipitée par des experts.

"La décision d'euthanasier le morse a été prise sur la base d'une évaluation globale de la menace persistante pour la sécurité humaine", a déclaré le responsable de la Direction norvégienne de la pêche, Frank Bakke-Jensen, dans un communiqué.

Les morses vivent généralement sous les latitudes encore plus septentrionales de l'Arctique, mais Freya, dont le nom renvoie à une déesse associée à l'amour et à la beauté dans la mythologie nordique, baignait dans les eaux de la capitale norvégienne depuis le 17 juillet.

La jeune femelle de quelque 600 kilos avait été filmée chassant des oiseaux ou se hissant sur des embarcations chaloupant sous son poids pour y somnoler (un morse peut dormir jusqu'à 20 heures par jour), y faisant au passage des dégâts significatifs.

"Nous avons examiné attentivement toutes les solutions possibles. Nous avons conclu que nous ne pouvions garantir le bien-être de l'animal par aucun des moyens disponibles", a dit M. Bakke-Jensen.

Les autorités avaient prévenu jeudi que Freya pourrait être euthanasiée si le public ne restait pas à distance du mammifère.

"Laissez vivre Freya", avait alors lancé le parti écologiste Les Verts.

"Les experts ont précédemment préconisé, entre autres, de lui donner des sédatifs, puis de la déplacer hors des zones peuplées ou de la ramener à Svalbard", recommandait-il sur Instagram, conseillant de "l'admirer de loin, et de la laisser tranquille".

Une décision 'triste'

Pour des experts, la décision de l'euthanasier ne tient pas compte du bien-être animal.

"C'est très choquant. On est dans une situation qui offre l'occasion de montrer de la considération pour les animaux sauvages et de montrer aux gens comment montrer de la considération pour les animaux sauvages", a estimé auprès de la télévision TV2 une porte-parole de l'association de protection des animaux NOAH, Siri Martinsen.

C'est également une mesure hâtive.

"On aurait dû essayer des amendes. On aurait alors probablement vu ces masses de gens disparaitre rapidement", a-t-elle jugé.

Malgré les consignes, des curieux se baignaient à proximité de l'animal ou s'en approchaient excessivement, parfois avec des enfants, pour le photographier.

"C'est infiniment triste qu'ils aient choisi d'euthanasier un si bel animal simplement parce que nous ne nous sommes pas bien comportés avec lui", a pour sa part dit le biologiste Rune Aae, interrogé par l'agence locale NTB.

La direction de la pêche avait fait valoir que le bien-être de Freya, qui était âgée d'environ cinq ans, avait fortement diminué, les experts la considérant désormais stressée.

Espèce protégée, le morse se nourrit essentiellement d'invertébrés tels que les mollusques, les crevettes, les crabes et les petits poissons.

S'il ne s'en prend normalement pas aux êtres humains, il peut, selon les autorités, se sentir menacé par des importuns et les attaquer.

Envisagé, le déplacement de Freya, "n'était pas une option viable" du fait de sa complexité, a expliqué le directeur des pêches.

En France, une opération de sauvetage avait été mise en place cette semaine pour transporter un béluga hors de la Seine, où il s'était égaré, mais le cétacé ne l'avait pas supportée et avait dû être euthanasié.


Plus de 20 000 traversées illégales de la Manche vers l'Angleterre cette année

Sur l'ensemble de 2021, 28 500 personnes sont ainsi arrivées au Royaume-Uni, marquant un nouveau record depuis l'envolée de ces traversées en 2018 (Photo, AFP).
Sur l'ensemble de 2021, 28 500 personnes sont ainsi arrivées au Royaume-Uni, marquant un nouveau record depuis l'envolée de ces traversées en 2018 (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon le ministère de la Défense, 607 personnes ont effectué samedi sur de petites embarcations la dangereuse traversée de ce passage au trafic maritime très élevé, l'un des chiffres les plus élevés cette année
  • Selon le décompte de l'agence PA,  le total depuis le début de l'année est désormais de 20 017 contre seulement contre 11 300 à la même date l'an dernier

LONDRES: Le nombre de migrants traversant illégalement la Manche vers l'Angleterre depuis le début de l'année a dépassé 20 000, s'orientant vers un nouveau record malgré les plans successifs du gouvernement britannique pour tenter d'y mettre fin, selon des chiffres publiés dimanche.

Selon le ministère de la Défense, 607 personnes ont effectué samedi sur de petites embarcations la dangereuse traversée de ce passage au trafic maritime très élevé, l'un des chiffres les plus élevés cette année.

Selon le décompte de l'agence PA,  le total depuis le début de l'année est désormais de 20 017 contre seulement contre 11 300 à la même date l'an dernier.

Sur l'ensemble de 2021, 28 500 personnes sont ainsi arrivées au Royaume-Uni, marquant un nouveau record depuis l'envolée de ces traversées en 2018 face au verrouillage croissant du port français de Calais et du tunnel sous la Manche.

Un récent rapport parlementaire britannique estimait que le total pourrait atteindre cette année 60 000 malgré les promesses répétées du gouvernement conservateur britannique, qui a fait du sujet une priorité depuis le Brexit, verse des millions à la France puis l'aider à renforcer la surveillance des côtes et multiplie les mesures pour durcir l'accueil des migrants.

Londres a conclu un accord très controversé avec le Rwanda pour envoyer dans ce pays d'Afrique de l'Est les demandeurs d'asile arrivés illégalement sur le sol britannique.

Bien qu'aucune de ces expulsions n'ait encore eu lieu - un premier vol prévu en juin a été annulé après une décision de la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) -, les candidats à la succession de Boris Johnson, Rishi Sunak et Liz Truss, ont tous deux promis de poursuivre cette politique.

Autre revers dans la politique migratoire britannique, le gouvernement vient de renoncer à son projet de convertir une ancienne base de l'armée de l'air du nord de l'Angleterre en centre pour demandeurs d'asile, comme cela se fait en Grèce.


Kenya: duel serré pour la présidence, les appels à l'unité se multiplient

Des piétons marchent dans une rue à côté d'un panneau d'affichage du vice-président du Kenya, William Ruto, candidat à la présidence de l'Alliance démocratique unie (UDA) et de la coalition politique Kenya Kwanza, à Eldoret, le 13 août 2022. (AFP).
Des piétons marchent dans une rue à côté d'un panneau d'affichage du vice-président du Kenya, William Ruto, candidat à la présidence de l'Alliance démocratique unie (UDA) et de la coalition politique Kenya Kwanza, à Eldoret, le 13 août 2022. (AFP).
Short Url
  • Le vice-président sortant William Ruto comptabilisait dimanche 51,25% des voix, contre 48,09% pour Raila Odinga, figure historique de l'opposition aujourd'hui soutenu par le président sortant
  • Devant ce duel présidentiel qui pourrait être le plus serré de l'histoire du Kenya, la population retient son souffle

NAIROBI : Les deux favoris de la présidentielle du 9 août au Kenya se tiennent dans un mouchoir de poche, selon des résultats officiels partiels diffusés dimanche dans ce pays plongé dans l'expectative, où les appels au calme et à l'unité se multiplient.

Selon le décompte officiel de la commission électorale (IEBC) portant sur près de la moitié des bureaux de vote, le vice-président sortant William Ruto comptabilisait dimanche 51,25% des voix, contre 48,09% pour Raila Odinga, figure historique de l'opposition aujourd'hui soutenu par le président sortant.

Devant ce duel présidentiel qui pourrait être le plus serré de l'histoire du Kenya, la population retient son souffle.

Des appels ont été lancés au maintien du calme ayant prévalu durant le scrutin et l'ambiance à travers le pays restait apaisée, loin des tensions et violences post-électorales passées, parfois sanglantes.

Dimanche, les deux principaux candidats ont affiché une image de sérénité. En chemise blanche et veste légère, William Ruto est apparu décontracté, chantant main dans la poche lors d'une messe à Nairobi.

Raila Odinga, en tunique bleue, sa couleur de campagne, a prié dans une autre église de la capitale.

Vraiment impressionnés

Ailleurs dans le pays, les offices dominicaux, très fréquentés dans ce pays religieux, ont été l'occasion d'appels à la responsabilité.

L'évêque Washington Ogonyo Ngede, ami de longue date de la famille Odinga, a exhorté de Kisumu - fief d'Odinga situé dans l'ouest du pays - à dépasser les clivages.

À l'annonce des résultats, "ne créez pas de problèmes ou de chaos, mais priez pour le nouveau président que Dieu nous a donné (...). Les dirigeants vont et viennent mais le Kenya vit pour toujours", a-t-il lancé, acclamé par les quelque 300 fidèles présents.

Dans le diocèse d'Eldoret, bastion de Ruto dans la vallée du Rift, l'évêque Dominic Kimengich a également indiqué prier pour la paix. "Les gens ont exprimé leur préférence. Les hommes politiques doivent accepter la volonté du peuple", a-t-il estimé avant une messe dans la paroisse de Yamumbi.

En écho au secrétaire d'État américain Antony Blinken samedi sur Twitter, une quinzaine d'ONG et de syndicats, dont Amnesty Inernational, ont appelé dimanche "à la patience".

"Nous applaudissons les Kényans pour leur conduite pacifique pendant les élections et appelons au calme pendant que les résultats sont vérifiés", ont-ils déclaré dans un communiqué, se disant "vraiment impressionnés par les nombreux candidats qui ont gracieusement concédé leur défaite et plaidé pour travailler avec les vainqueurs".

Record de femmes élues

Quelque 22,1 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes mardi pour désigner le successeur du président Uhuru Kenyatta, ainsi que leurs gouverneurs, parlementaires et élus locaux.

Les résultats des scrutins locaux tombent également au compte-gouttes. Ils ne laissent pas présager quel camp ravira la majorité parlementaire, mais ils dessinent d'ores et déjà une percée historique des femmes.

Pour la présidentielle, le suspense est maximal. Si aucun de ces deux candidats ne recueille plus de 50% des voix, ainsi que 25% des voix dans la moitié des 47 comtés, le Kenya connaîtra pour la première fois un second tour.

L'IEBC est donc sous pression. Non seulement parce que la locomotive économique de l'Afrique de l'Est tourne au ralenti dans l'attente des résultats, mais aussi parce que cette commission a été vivement critiquée il y a cinq ans après une présidentielle invalidée par la Cour suprême, puis reprogrammée.

Vendredi, l'IEBC a reconnu que les opérations de collecte, comptage et vérification des résultats étaient plus longues que prévu, ralenties, selon elle, par l'interférence de partisans des partis politiques.

Quelques heurts ont opposé dans la nuit de samedi à dimanche des militants dans la salle où l'IEBC mène la vérification des résultats.

Cette élection est scrutée de près par la communauté internationale.

Le Kenya est en effet un point d'ancrage démocratique dans la région et les résultats de toutes les présidentielles y ont été contestés depuis 2002.

Le scrutin de mardi dernier a été marqué par un taux de participation d'environ 65% (contre 78% en août 2017), sur fond d'une inflation galopante et de frustration à l'égard de l'élite politique.