A Poissy, le sport sur le temps de travail pour le bien-être des agents

L'activité physique a un bénéfice reconnu sur la prévention des maladies chroniques (diabète, maladies cardio-vasculaires...) et des pathologies liées au travail, de la lombalgie au burn-out. (AFP).
L'activité physique a un bénéfice reconnu sur la prévention des maladies chroniques (diabète, maladies cardio-vasculaires...) et des pathologies liées au travail, de la lombalgie au burn-out. (AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 27 mai 2022

A Poissy, le sport sur le temps de travail pour le bien-être des agents

  • Depuis 2017, la mairie de Poissy (Yvelines) propose à ses agents de pratiquer une fois par semaine de l'activité physique sur leur temps de travail
  • Dans des recommandations publiées en mars, l'Académie nationale de médecine juge "important de prendre en considération le niveau d'activité physique et de sédentarité au travail comme déterminants de la santé"

PARIS: Depuis 2017, la mairie de Poissy (Yvelines) propose à ses agents de pratiquer une fois par semaine de l'activité physique sur leur temps de travail. Ce programme "Poissy Bien-être" a permis de "réduire l'absentéisme et de renforcer la convivialité", selon Boris Gros, directeur du service jeunesse et sports.

Q Pourquoi avez-vous proposé de l'activité physique à vos agents ?

R Fin 2016, nous étions à la fin d'un cycle de réorganisation interne difficile avec des diminutions d'effectifs dues à la baisse des dotations de l'Etat. Il y avait un sujet récurrent et important d’absentéisme de courte durée. Le maire (ndlr, l'ancien journaliste sportif Karl Olive) était convaincu que le sport pouvait être un levier important pour améliorer le bien-être des agents.

L'enjeu, c'était d'être sur le temps de travail.

Une fois par semaine, les agents disposent de deux heures (temps de trajet inclus, soit une heure réelle de sport) pour des activités douces et non traumatisantes: natation, aquagym, aqua-jogging, marche, marche nordique, gymnastique d'entretien... Pour éviter le risque d'accidents de travail, on ne pouvait pas proposer du foot ou du self-defense. Ces activités ont lieu dans nos équipements et sont encadrées par nos éducateurs sportifs, eux aussi sur leur temps de travail.

L'agent s'engage sur un cycle de 10 semaines qui se conclut par la venue d'un spécialiste santé, nutrition, sommeil...

Q Les agents ont-ils adhéré ?

R On s'était organisé pour accueillir 200 agents par trimestre. Environ 70% de nos effectifs (850 agents) participent à ce programme "Poissy Bien être".

On a eu des gens complètement novices qui se sont mis au sport, des aquaphobes qui ont appris à nager, des non sportifs qui étaient un peu en surpoids... Des agents, notamment des femmes, n'avaient pas forcément le temps de faire du sport hors travail.

Cela a été aussi très bénéfique en terme de cohésion sociale et de connaissance des collègues: des agents de catégorie A, B et C font des activités ensemble, un directeur de service peut aller marcher avec un jardinier. La communication au travail est plus fluide quand on marche une heure ensemble en forêt que lorsqu'on échange des mails.

 

L'activité physique au travail, un bienfait encore trop peu pratiqué

Trop peu d'entreprises et d'administrations proposent à leurs employés de faire du sport, dont les bienfaits sur la santé physique et mentale sont pourtant d'autant plus évidents avec le développement du télétravail, selon deux rapports récemment publiés.

Dans des recommandations publiées en mars, l'Académie nationale de médecine juge "important de prendre en considération le niveau d'activité physique et de sédentarité au travail comme déterminants de la santé".

"L'ère numérique a majoré le temps de travail en position assise, avec des conséquences médicales de première importance. Pour certaines catégories, les conditions de travail pendant la pandémie, avec la promotion du télétravail, ont considérablement majoré l'inactivité et les temps de sédentarité", souligne le professeur Xavier Bigard, coordonnateur du rapport.

L'activité physique a un bénéfice reconnu sur la prévention des maladies chroniques (diabète, maladies cardio-vasculaires...) et des pathologies liées au travail, de la lombalgie au burn-out.

Marche nordique, renforcement musculaire, badminton ou yoga à l'heure du déjeuner... "le lieu de travail peut constituer un endroit privilégié" pour l'activité physique de salariés qui n'en ont pas forcément la possibilité en dehors, selon M. Bigard.

Mais, selon un récent rapport des députées sortantes Aude Amadou (LREM) et Maud Petit (MoDem), seule une entreprise sur cinq (18%) propose une activité physique à ses collaborateurs. Et, au sein des administrations centrales, la pratique sportive reste "périphérique".

Ce n'est assurément pas le cas à Décathlon. "A chaque réunion d'équipe une fois par mois, il y a une séquence de sport proposée de 2 à 3 heures, encadrée, chacun à son niveau", témoigne, encore surpris, un salarié récemment embauché comme informaticien et qui a ainsi fait du hockey sur gazon ou du badminton.

"J'ai deux heures de pause déjeuner pour faire du sport", ajoute-t-il, et "mes collègues ressemblent davantage à un athlète qu'au cliché de l'informaticien un peu bedonnant".

Si l'activité physique est répandue dans les grandes entreprises, elle l'est peu dans les TPE (moins de dix salariés) qui constituent 96% du tissu économique français.

Nombreux freins

Les freins sont nombreux: côté employeurs, difficultés d'accès aux équipements sportifs, manque de moyens financiers, d'accompagnement humain, crainte de voir leur responsabilité engagée en cas d'accident.... mais aussi manque de temps et de motivation des salariés pour qui le sport relève du loisir et de la sphère privée.

"Jusqu'ici, ce sont en premier lieu les sportifs, habitués à pratiquer un sport, qui profitent de l'offre proposée par leur entreprise", constatent les deux députées.

Pour attirer les publics les plus éloignés du sport, elles suggèrent de parler d'activité physique et sportive (APS) afin d'évoquer "la santé et le bien-être sans nécessairement rappeler la dimension de compétition et de performance" du sport.

La pratique d'une APS en milieu professionnel est aussi bénéfique pour les employeurs et les dépenses publiques, détaille le rapport, faisant référence à une étude de 2015 réalisée notamment par le Medef.

Selon celle-ci, lorsque le salarié pratique une APS régulièrement, l'absentéisme (qui coûte chaque année 60 milliards d'euros et correspond à 17,2 jours d'absence par salarié) serait réduit de 5,6% et les dépenses de santé de plus de 300 euros par an. Et la productivité ferait un bond de 6 à 9%.

Le gouvernement a pris plusieurs mesures récemment, mais elles restent peu connues selon les députées. Depuis 2021, les activités sportives, si elles sont proposées par l'employeur à l'ensemble des salariés, ne sont ainsi plus considérées comme des avantages en nature et sont exonérées de cotisations sociales jusqu'à 170 euros par an.

Les députées préconisent aussi de sensibiliser les services de santé au travail, d'instaurer un crédit d'impôt pour l'adaptation des locaux à la pratique de l'APS, de créer un ticket-sport pour les salariés d'entreprises de moins de 250 salariés, etc ...

L'Académie de médecine suggère de son côté "que des recommandations d'activité soient régulièrement transmises aux personnels en télétravail" et que les pouvoirs publics "incitent au développement d'aménagements utiles à la réduction de la sédentarité dans les espaces de travail (escaliers, accès aux bâtiments, etc.).

Q Et votre objectif de réduction d'absentéisme ?

R Dès la première année, cela nous a permis d'économiser 750 jours d'absentéisme, soit l'équivalent de trois postes. Cela représente 100.000 euros sur une dépense d'1,5 million d'euros. 40% de ces économies ont été réinvesties dans l'amélioration des postes de travail (fauteuils, repose pied, écrans plus grands...)

Nous accueillons aussi maintenant les agents du centre hospitalier. Cela a aussi permis à nos éducateurs sportifs d'évoluer en compétences pour qu'ils puissent dispenser des cours de tir à l'arc par exemple. On a inspiré d'autres collectivités locales en France mais aussi en Belgique.


Les agriculteurs reprennent leurs actions en attendant Attal et Macron

 Une photo montre une moissonneuse-batteuse lors du 57e Salon international de l'agriculture au parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris, le 22 février 2020. (AFP).
Une photo montre une moissonneuse-batteuse lors du 57e Salon international de l'agriculture au parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris, le 22 février 2020. (AFP).
Short Url
  • Gabriel Attal entend inscrire "l'objectif de souveraineté" alimentaire, et exposer "le suivi et l'exécution" des mesures gouvernementales présentées le 1er février
  • "Le temps de la décision politique" est venu, a averti mardi soir le président de la FNSEA, Arnaud Rousseau, qui a vu Emmanuel Macron et Gabriel Attal mardi. "Les attentes sont très fortes", selon le syndicat majoritaire

PARIS: Après plus d'un mois d'explosion de colère, Gabriel Attal va tenter mercredi matin de répondre à l'impatience des paysans français, qui ont repris leurs actions avant la visite samedi du président Emmanuel Macron d'un Salon de l'agriculture sous haute tension.

Le Premier ministre tiendra à 09H00 une conférence de presse pour détailler les "principales orientations" d'un nouveau projet de loi agricole, dans lequel il entend inscrire "l'objectif de souveraineté" alimentaire, et exposer "le suivi et l'exécution" des mesures gouvernementales présentées le 1er février.

Il reviendra aussi sur les négociations commerciales entre producteurs, distributeurs et industriels, et sur le respect des lois Egalim, censées garantir une rémunération décente aux agriculteurs, qui ont fait l'objet d'un comité de suivi mardi autour de quatre ministres.

Comme un rappel du début du mouvement, quelque 70 km de l'autoroute A62 sont fermés à la circulation entre Agen et Montauban en raison d'un blocage d'agriculteurs. Et des actions coup de poing s'en prennent régulièrement aux supermarchés ou, comme mardi soir près de Vesoul, contre le géant mondial du lait Lactalis, dont un camion citerne de 20.000 litres a été bloqué par des agriculteurs qui voulaient en redistribuer le lait, pour se plaindre des prix selon eux trop bas versés aux éleveurs.

"Le temps de la décision politique" est venu, a averti mardi soir le président de la FNSEA, Arnaud Rousseau, qui a vu Emmanuel Macron et Gabriel Attal mardi. "Les attentes sont très fortes", selon le syndicat majoritaire.

Mais pour le chef du gouvernement, il s'agira surtout d'un "point d'étape" pour établir le "bilan" des 63 chantiers lancés, précise-t-on à Matignon. "On n'aura jamais de satisfecit des agriculteurs de toutes façons", soupire une source ministérielle.

Avec les Jeunes agriculteurs (JA), la FNSEA n'a pas relâché la pression sur l'exécutif depuis qu'elle a appelé à lever les blocages après la troisième salve d'annonces, qui vont du versement d'aides d'urgence à des décrets de simplification en passant par une "pause" sur le plan de réduction des pesticides Ecophyto, qui a consterné les associations et élus écologistes.


L'assurance chômage dans le vert en 2024 mais risque d'être ponctionnée davantage

Pour financer France Travail et France Compétences, la loi de financement de la Sécurité sociale adoptée en décembre prévoit une moindre compensation par l'Etat d'exonérations de cotisations à l'assurance chômage (Photo, AFP).
Pour financer France Travail et France Compétences, la loi de financement de la Sécurité sociale adoptée en décembre prévoit une moindre compensation par l'Etat d'exonérations de cotisations à l'assurance chômage (Photo, AFP).
Short Url
  • La perte financière induite par cette mesure budgétaire sera de 2,6 milliards d'euros en 2024, 3,35 milliards en 2025 et 4,1 milliards en 2026
  • Durant la pandémie, l'assurance chômage avait vu sa dette exploser, à 63,6 milliards d'euros en 2021

PARIS: Les prévisions financières de l'assurance chômage restent dans le vert pour 2024 mais l'excédent est révisé à la baisse en raison de prélèvements de l'État. Et l'Unedic redoute d'être encore davantage mise à contribution pour financer France Travail.

Son excédent, encore prévu à 5 milliards d'euros en septembre dernier, ne serait finalement que de 1,1 milliard d'euros en 2024, avant de repartir à la hausse en 2025 (3 milliards), 2026 (5,3 milliards) et 2027 (11,2 milliards), d'après ces prévisions qui tablent sur un redémarrage de la croissance et des créations d'emploi à compter de l'an prochain.

Pour financer France Travail (qui a remplacé Pôle emploi au 1er janvier) et France Compétences (formation professionnelle), la loi de financement de la Sécurité sociale adoptée en décembre prévoit une moindre compensation par l'Etat d'exonérations de cotisations à l'assurance chômage. Les recettes avaient ainsi déjà été réduites de 2 milliards d'euros en 2023.

La perte financière induite par cette mesure budgétaire sera de 2,6 milliards d'euros en 2024, 3,35 milliards en 2025 et 4,1 milliards en 2026: soit 12,05 milliards sur quatre ans, rappelle l'Unédic, qui souligne que cela "freine nettement le désendettement de l'assurance chômage".

En conséquence, "la dette serait de 38,6 milliards d'euros fin 2027" alors qu'"elle aurait été de 25,5 milliards sans ces prélèvements", précise l'organisme.

"On a pris un sacré coup sur la tête. Mais l'Unédic, même en ayant recours à l'emprunt, conserve sa capacité à assurer sa solvabilité", a assuré lors d'une conférence de presse le représentant du Medef, Jean-Eudes Tesson, qui a pris fin janvier la présidence de l'Unédic pour deux ans.

Il a jugé que la situation restait satisfaisante "si on compare aux années antérieures Covid et pré-Covid".

Durant la pandémie, l'assurance chômage avait vu sa dette exploser, à 63,6 milliards d'euros en 2021, avec notamment la prise en charge de mesures d'urgence comme le chômage partiel (pour 18,4 milliards).

Financer France Travail 

Aujourd'hui, l'Unédic dégage un excédent lié à l'embellie du marché du travail et aux réformes du système d'indemnisation introduites en 2021 et 2023, qui ont réduit ses dépenses de 23,2 milliards d'euros. Autre réduction: 1,9 milliard d'euros liés aux abandons de poste, qui n'ouvrent plus de droit à indemnisation.

L'assurance chômage anticipe aussi de nouvelles économies lorsque le raccourcissement de la durée d'indemnisation des demandeurs d'emploi atteindra son plein effet à partir de 2025.

"Sans les ponctions (de l'Etat), on n'aurait pas dû emprunter", a déploré la vice-présidente de l'Unédic, Patricia Ferrand (CFDT).

Et avec les intérêts de la dette, le coût du ralentissement du désendettement d'ici à 2027 s'élèvera au total à près d'un milliard d'euros, a ajouté le directeur général de l'Unédic Christophe Valentie.

De plus, le gouvernement vient d'annoncer des mesures d'économie supplémentaires pour dix milliards d'euros dès cette année. Selon Jean-Eudes Tesson, "on peut donc s'attendre" à ce que Bercy impose un relèvement du taux des recettes (11% actuellement) que l'Unédic doit consacrer au financement de France Travail --cette année, ces 11% vont représenter près de 5 milliards d'euros.

Le taux de 11% "relève de la convention d'assurance chômage" et ne pourrait être dépassé qu'avec l'accord des partenaires sociaux, ou si le gouvernement reprend la main sur le système paritaire, a relevé pour sa part Patricia Ferrand.

Les prévisions financières de l'Unédic, fondées sur un consensus d'économistes, tablent sur une croissance du PIB de 0,7% en 2024 et de 1,3% de 2025 à 2027.

Si la croissance atteint cette année 1% comme projeté par le gouvernement, les comptes de l'organisme s'en trouveraient sensiblement améliorés.

Et "à partir de 2025, la montée en charge des réformes et surtout une conjoncture devenue plus favorable feraient reculer le nombre de chômeurs indemnisés à 2,4 millions en 2027", contre quelque 2,6 millions fin 2023, anticipe l'Unédic.


La France demande une «enquête indépendante» sur la mort de Navalny

Des participants tiennent des bougies lors d'un rassemblement en hommage à Alexei Navalny, suite à l'annonce de la mort du critique du Kremlin dans une prison de l'Arctique, sur la place du Trocadéro à Paris, le 17 février 2024 (Photo, AFP).
Des participants tiennent des bougies lors d'un rassemblement en hommage à Alexei Navalny, suite à l'annonce de la mort du critique du Kremlin dans une prison de l'Arctique, sur la place du Trocadéro à Paris, le 17 février 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • L'opposant et adversaire numéro un du président Vladimir Poutine est mort vendredi à 47 ans dans une prison de l'Arctique, où il purgeait une peine de 19 ans depuis son retour en Russie début 2021, suscitant une émotion internationale
  • L'ambassadeur de Russie en France a été convoqué lundi par le Quai d'Orsay, a rappelé le porte-parole adjoint

PARIS: La France demande "une enquête indépendante et approfondie" sur la mort en détention de l'opposant russe Alexeï Navalny, dont elle tient les autorités russes pour "pleinement responsables", selon un communiqué de son ministère des Affaires étrangères publié mardi.

"La France tient les autorités russes pour pleinement responsables de la mort d'Alexeï Navalny, dont les conditions de détention s'étaient fortement dégradées depuis son transfert en colonie pénitentiaire", et "demande à ce qu'une enquête indépendante et approfondie soit conduite" sur son décès, écrit le porte-parole adjoint du ministère.

L'opposant et adversaire numéro un du président Vladimir Poutine est mort vendredi à 47 ans dans une prison de l'Arctique, où il purgeait une peine de 19 ans depuis son retour en Russie début 2021, suscitant une émotion internationale.

L'ambassadeur de Russie en France a été convoqué lundi par le Quai d'Orsay, a rappelé le porte-parole adjoint.

La France "appelle à la libération immédiate et inconditionnelle de tous les prisonniers politiques en Russie et exprime en particulier sa vive préoccupation sur l'état de santé critique de l’opposant Vladimir Kara-Mourza", condamné l'an dernier à 25 ans de prison, a-t-il ajouté.

L'opposant a failli mourir après avoir été empoisonné à deux reprises, en 2015 et 2017, des tentatives d'assassinat qu'il attribue au pouvoir russe. Ses soutiens s'inquiètent de son état de santé.