5G: la Chine condamne l'exclusion de Huawei et ZTE au Canada

Washington presse ses alliés de renoncer à ZTE et surtout Huawei pour équiper leurs réseaux 5G, arguant que Pékin pourrait utiliser ces firmes pour surveiller les communications et trafics de données d'un pays. (AFP)
Washington presse ses alliés de renoncer à ZTE et surtout Huawei pour équiper leurs réseaux 5G, arguant que Pékin pourrait utiliser ces firmes pour surveiller les communications et trafics de données d'un pays. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 20 mai 2022

5G: la Chine condamne l'exclusion de Huawei et ZTE au Canada

  • La Chine a fustigé vendredi l'exclusion du réseau 5G au Canada de ses géants des télécoms ZTE et Huawei, ce dernier groupe dénonçant une «décision politique»
  • Dans un contexte de rivalité sino-américaine, Washington a de son côté fortement accru ces dernières années la pression à l'encontre des joyaux chinois de la tech

PEKIN: Une décision "sans fondement" prise sous "prétexte" de sécurité nationale: la Chine a fustigé vendredi l'exclusion du réseau 5G au Canada de ses géants des télécoms ZTE et Huawei, ce dernier groupe dénonçant une "décision politique".


Les relations Pékin-Ottawa se sont notoirement dégradées depuis 2018 avec l'arrestation au Canada, à la demande des Etats-Unis, de Meng Wanzhou, la directrice financière de Huawei, depuis retournée en Chine.


Dans un contexte de rivalité sino-américaine, Washington a de son côté fortement accru ces dernières années la pression à l'encontre des joyaux chinois de la tech. 


Huawei est accusé par les Etats-Unis de représenter un danger pour la sécurité nationale en raison de liens potentiels et non prouvés avec les services de renseignement chinois, ce que l'entreprise dément.


Washington presse ses alliés de renoncer à ZTE et surtout Huawei pour équiper leurs réseaux 5G, arguant que Pékin pourrait utiliser ces firmes pour surveiller les communications et trafics de données d'un pays.


Après des années de tergiversation, le Canada a décidé jeudi de bannir formellement les deux groupes de son réseau 5G.


"Nous annonçons notre intention d'interdire les produits et services Huawei et ZTE dans les systèmes de télécommunication du Canada", a déclaré le ministre de l'Industrie François-Philippe Champagne.


"Cela fait suite à un examen complet par nos agences de sécurité et en consultation avec nos alliés les plus proches", a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse.

«Déçu»
Pékin a fait part vendredi de son mécontentement.


"Malgré l'absence de toute preuve concluante, le Canada a exclu ces entreprises chinoises du marché canadien en utilisant comme prétexte de prétendus risques en matière de sécurité, qui sont sans fondement", a déclaré Wang Wenbin, un porte-parole de la diplomatie chinoise.


"La Chine s'oppose fermement" à cette décision, a-t-il ajouté devant la presse, assurant que son pays prendrait "toutes les mesures nécessaires" pour défendre les entreprises chinoises. 


Huawei Canada s'est de son côté dit "déçu" par cette "décision politique regrettable", selon un communiqué transmis à l'AFP.


En 13 années d'activité du groupe dans le pays, l'équipement de l'entreprise a été "étroitement examiné" par les services canadiens et "il n'y a eu aucun incident de sécurité", souligne l'entreprise. 


"Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger les droits et intérêts légitimes de nos clients, de nos partenaires et de nous-mêmes."


Le Canada interdisait déjà à Huawei de participer aux appels d'offres du gouvernement pour des équipements réseaux de base, comme les routeurs.


Les Etats-Unis sont le chef de file de la campagne contre Huawei, avec le spectaculaire bannissement du groupe chinois par le président américain Donald Trump en mai 2019.


Washington, qui n'a plus d'équipementier télécoms d'ampleur dans les réseaux mobiles, encourage depuis ouvertement ses partenaires européens à faire de même.

Diplomatie des otages 
D'autres alliés du Canada ont emboîté le pas aux Etats-Unis, notamment le Royaume-Uni, le Japon, l'Australie et la Suède.


La France a pour sa part choisi de restreindre les autorisations d'exploitation des opérateurs qui utilisent des technologies Huawei.


La technologie 5G, dont le déploiement s'accélère à travers le monde, offre un accès très haut débit à internet et est amenée à jouer un rôle clé pour les objets connectés.


La 5G "représente une opportunité majeure pour la concurrence et la croissance" mais "comporte également des risques", a estimé jeudi le ministre canadien de la Sécurité publique Marco Mendicino.


"Il existe de nombreux acteurs hostiles qui sont prêts à exploiter les vulnérabilités" dans les réseaux de télécommunications, a-t-il déclaré devant la presse.


La relation diplomatique entre la Chine et le Canada s'est envenimée fin 2018 avec l'arrestation, à Vancouver, de Meng Wanzhou, cadre de Huawei et fille du fondateur du groupe télécom chinois.


Cela avait marqué le début d'une crise majeure entre les deux pays appelée "diplomatie des otages", avec la détention en parallèle en Chine de deux Canadiens, l'ancien diplomate Michael Kovrig et l'homme d'affaires Michael Spavor.


Après près de trois ans de procédure, Meng Wanzhou a finalement retrouvé la liberté fin septembre 2021 et regagné la Chine. Les deux Canadiens avaient été libérés dans la foulée.


Retards et annulations : «profondes et sincères excuses» de la patronne d'Air France

La directrice générale d'Air France, Anne Rigail, à bord du premier Airbus A220-300 d'Air France, le 29 septembre 2021. (Photo, AFP)
La directrice générale d'Air France, Anne Rigail, à bord du premier Airbus A220-300 d'Air France, le 29 septembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Le réacheminement à destination de la totalité des bagages retardés prendra jusqu'à plusieurs jours», a souligné Anne Rigail dans un message aux clients
  • Des salariés du gestionnaire des aéroports parisiens, le groupe ADP, dont des pompiers, ont fait grève le week-end dernier pour réclamer une revalorisation des salaires

PARIS: La directrice générale d'Air France a présenté lundi ses « profondes et sincères excuses » après des perturbations de vols ces derniers jours, dues notamment à une grève des salariés de l'aéroport de Roissy où des milliers de bagages sont encore en souffrance. 

« Le réacheminement à destination de la totalité des bagages retardés prendra jusqu'à plusieurs jours », a souligné Anne Rigail dans un message aux clients. 

Quelque 17 000 bagages sont concernés, selon une source aérienne. 

La situation découle des « mouvements sociaux qui ont très fortement perturbé le fonctionnement des trieurs bagages » vendredi à Roissy-Charles-de-Gaulle (CDG), a indiqué la dirigeante. 

Des salariés du gestionnaire des aéroports parisiens, le groupe ADP, dont des pompiers, ont fait grève le week-end dernier pour réclamer une revalorisation des salaires. 

Outre des retards, cela s'est traduit chaque jour par des dizaines d'annulations préventives de vols au départ ou à l'arrivée de CDG pour des raisons de sécurité : des pistes du premier aéroport français ont dû être fermées. 

Un nouveau préavis a été déposé pour le week-end prochain, celui des grands départs en vacances d'été. Des salariés de sous-traitants d'ADP, qui étaient également en grève le week-end dernier, ont de leur côté prévu de se remobiliser à la mi-juillet. 

ADP a reconnu que la grève avait affecté le tri des bagages, mais seulement à hauteur de 15 vols sur 1 300 vendredi, soit 1 500 bagages. Selon un porte-parole, c'est « un souci informatique au niveau des compagnies (qui) a causé le plus gros des dommages ». 

« L'ensemble des équipes Air France travaille sans relâche à votre service pour résoudre les situations les plus complexes, en particulier en matière de réacheminement » des bagages, a promis Mme Rigail. 

La dirigeante a défendu sa compagnie en soulignant qu'elle avait continué à embaucher malgré les incertitudes liées à la crise sanitaire qui a sévèrement affecté le secteur du transport aérien. 

« Nous avons également demandé, dès janvier dernier, à l'ensemble de nos sous-traitants et partenaires de se préparer à une demande forte de voyages, à 90% du niveau de 2019 », a-t-elle plaidé. 

« Malheureusement, nous devons constater que depuis ces deux dernières semaines, nos opérations sont très fortement dégradées par des dysfonctionnements externes, qu'il s'agisse de mouvements sociaux aéroportuaires ou de dysfonctionnements d'infrastructures », a reconnu Mme Rigail. 

Les passagers privés de bagages à l'arrivée et ayant engagé des frais de première nécessité (vêtements, produits d'hygiène) peuvent en demander le remboursement à la compagnie. 

Si le bagage n'a pas été retrouvé sous 21 jours, son propriétaire peut être dédommagé jusqu'à quelque 1 600 euros, justificatifs à l'appui, aux termes de la convention de Montréal régissant certains volets des voyages aériens. 

Eurocontrol, l'organisme de surveillance du trafic aérien du Vieux continent, estime que celui-ci pourrait retrouver en août jusqu'à 95% de son niveau de 2019. 

Pourtant, l'été s'annonce très difficile pour le secteur qui peine à retrouver son efficacité opérationnelle après la pandémie et connaît de nombreux mouvements sociaux, au sein de compagnies comme d'installations aéroportuaires. 

Lundi, ce sont les pilotes de la compagnie scandinave SAS qui se sont mis en grève après l'échec de négociations salariales, ce qui va se traduire par l'annulation d'un vol sur deux. 


Mission du FMI à Tunis pour des négociations sur un prêt

Le sceau du Fonds monétaire international (FMI) à Washington, DC le 10 janvier 2022. (Photo d'illustration, AFP)
Le sceau du Fonds monétaire international (FMI) à Washington, DC le 10 janvier 2022. (Photo d'illustration, AFP)
Short Url
  • Selon des experts, le montant du prêt en question se situe autour de deux milliards d'euros
  • La Tunisie a sollicité ce prêt pour l'aider à faire face à une grave crise financière qui a empiré après le coup de force du président Kais Saied en juillet 2021

TUNIS: Une équipe du Fonds monétaire international (FMI) a entamé lundi une mission en Tunisie pour des négociations sur un programme d'aide au pays en crise, a-ton appris auprès de la Banque centrale tunisienne.

Au cours de cette mission, d'une durée de "deux semaines" selon le service de presse de la Banque centrale, l'équipe du FMI doit notamment discuter avec les autorités tunisiennes du programme de réformes dont l'institution internationale exige la mise en oeuvre pour accorder un nouveau prêt à la Tunisie.

Selon des experts, le montant du prêt en question se situe autour de deux milliards d'euros.

La Tunisie a sollicité ce prêt pour l'aider à faire face à une grave crise financière qui a empiré après le coup de force du président Kais Saied en juillet 2021.

Dans l'espoir de l'obtenir, le gouvernement a soumis au FMI un plan de réformes qui prévoit un gel de la masse salariale de la fonction publique, une réduction de certaines subventions et une restructuration des entreprises publiques.

Mais la puissante centrale syndicale UGTT a rejeté les réformes réclamées par le FMI.

En recevant le 21 juin Jihad Azour, directeur du département Moyen-Orient et Asie centrale au FMI, le président Saied avait reconnu la "nécessité d'introduire des réformes majeures", tout en réclamant que celles-ci "tiennent compte des dimensions sociales".

Une équipe du FMI venue à Tunis en mars avait noté "les défis structurels majeurs" du pays, confronté à "des déséquilibres macroéconomiques profonds, une croissance très faible malgré son fort potentiel, un taux de chômage trop élevé, un investissement trop faible, et des inégalités sociales".

A ces difficultés majeures s'est ajouté l'impact de la guerre en Ukraine qui provoque une flambée des prix agricoles, l'Ukraine et la Russie étant les principaux fournisseurs de blé du Maghreb.


La Bourse de Paris en forme pour commencer la semaine

Guillaume Pepy, ancien PDG de la SNCF, "sera proposé pour assurer la présidence du nouveau conseil d'administration" d'Orpea. Bertrand GUAY / AFP
Guillaume Pepy, ancien PDG de la SNCF, "sera proposé pour assurer la présidence du nouveau conseil d'administration" d'Orpea. Bertrand GUAY / AFP
Short Url
  • La Bourse de Paris progressait de 0,70% dans les premiers échanges lundi
  • Les volumes d'échanges devraient être réduits lors de cette séance, en l'absence des investisseurs américains, au repos pour leur fête nationale

PARIS: La Bourse de Paris progressait de 0,70% dans les premiers échanges lundi, espérant que le ralentissement de l'activité économique puisse adoucir le remède de choc que les banques centrales occidentales veulent administrer à l'économie pour combattre l'inflation.

L'indice vedette CAC 40 prenait 41,36 points, à 5.972,42 points, vers 09H40. La semaine dernière, il avait perdu 2,34% pour terminer à 5.931,06 points.

Les volumes d'échanges devraient être réduits lors de cette séance, en l'absence des investisseurs américains, au repos pour leur fête nationale. Cette baisse des liquidités pourra amplifier artificiellement certains mouvements de marché, à la hausse comme à la baisse.

L'indice parisien a plusieurs fois tenté de rebondir, mais ses dernières tentatives, dont la plus récente dans la deuxième quinzaine de juin, ont toutes fait long feu jusqu'ici, et le CAC 40 a conclu le premier semestre sur une chute de 17%.

"Après l'inflation puis le discours agressif des banques centrales, les craintes du marché sont tournées de plus en plus vers le risque de récession", qui est "important dans les prochains trimestres", explique Xavier Chapard, membre de l'équipe recherche et stratégie de la Banque Postale AM.

A court terme, les faibles perspectives économiques ne sont pas toujours défavorables aux indices. "Le pessimisme accru a stabilisé les actions" en fin de semaine dernière, les investisseurs pariant que le coup de frein sur l'activité pousse les banques centrales à lever le pied à moyen terme sur le durcissement de leur politique monétaire, avancent les analystes de la Deutsche Bank.

Mais les positions des banques centrales restent soumises à de nombreux aléas. Pour M. Chapard, "l'inflation devrait ralentir plus lentement que ne l'anticipent les marchés, ce qui limitera la capacité des banques centrales à soutenir l'économie et les marchés" en 2022.

A la cote, TotalEnergies mène le mouvement du CAC 40 (+3,15% à 51,73 euros), suivi par

Alstom (+2,61% à 22,44 euros) et Air Liquide (+1,24% à 128,52 euros).

Pepy au chevet d'Orpea

Guillaume Pepy, ancien PDG de la SNCF, "sera proposé pour assurer la présidence du nouveau conseil d'administration" d'Orpea, a indiqué dimanche soir le groupe privé de maisons de retraite, dans la tourmente depuis la parution début 2022 du livre enquête "Les Fossoyeurs". Le titre prenait 1,81% à 23,10 euros, mais est toujours en baisse de près de 75% depuis le 1er janvier.

Schneider Electric finalise son départ de Russie

Le géant français des équipements électriques et automatismes industriels Schneider Electric (+0,52% à 111,84 euros) a annoncé lundi avoir signé l'accord-cadre prévoyant la cession de ses activités en Russie à son équipe dirigeante locale, comme annoncé en avril.