Les membres du Fatah indignés après la défaite du mouvement aux élections de l’université de Beir Zeit

Des Palestiniens participent à un rassemblement pour célébrer la victoire du Hamas aux élections du conseil des étudiants de l’université de Beir Zeit, près de Ramallah, en Cisjordanie occupée par Israël, le 19 mai 2022. (Reuters)
Des Palestiniens participent à un rassemblement pour célébrer la victoire du Hamas aux élections du conseil des étudiants de l’université de Beir Zeit, près de Ramallah, en Cisjordanie occupée par Israël, le 19 mai 2022. (Reuters)
Short Url
Publié le Vendredi 20 mai 2022

Les membres du Fatah indignés après la défaite du mouvement aux élections de l’université de Beir Zeit

  • Au lendemain de la défaite – l’une des plus cuisantes du parti –, le Fatah a déclaré qu’il formerait un comité pour en déterminer les raisons et en tirer des leçons
  • Le Fatah a mené la lutte palestinienne depuis son lancement, en 1965, et il représente le parti au pouvoir depuis la création de l’Autorité palestinienne, en 1994

RAMALLAH: Les membres et les partisans du mouvement Fatah, affilié au président palestinien, Mahmoud Abbas, ont été à la fois bouleversés et indignés par la défaite écrasante du bloc soutenu par le mouvement lors des élections du conseil étudiant de l’université de Beir Zeit qui se sont tenues cette semaine.
Au lendemain de la défaite – l’une des plus cuisantes du parti –, le Fatah a déclaré qu’il formerait un comité pour en déterminer les raisons et en tirer des leçons.
Les rivaux du bloc Fatah, un groupe militant lié au Hamas, ont remporté mercredi une victoire écrasante lors des élections étudiantes de cette université phare de Cisjordanie. Selon certains observateurs, ce résultat pourrait marquer un changement au niveau de l’opinion publique palestinienne.
Il s’agirait de l’un des revers les plus importants essuyés par le Fatah depuis sa défaite face au Hamas lors des élections législatives de 2005.
Le Fatah a mené la lutte palestinienne depuis son lancement, en 1965, et il représente le parti au pouvoir depuis la création de l’Autorité palestinienne, en 1994.
Cependant, le bloc Fatah a obtenu le plus faible nombre de voix et de sièges depuis le début des élections universitaires, en 1996, poussant le chef du mouvement Fatah à Ramallah et à Al-Beireh, Muwafaq Suhwail, à présenter sa démission.
D’autres membres de la direction du Fatah à Ramallah devraient démissionner dans les prochains jours, alors qu’une enquête sur la défaite a été ordonnée.
M. Suhwail a en effet appelé à ce que le résultat des élections soit analysé. Il a affirmé que le mouvement regorgeait de «mercenaires» et d’«intrus».
Le Hamas, quant à lui, rapporte que sa victoire envoie «un message à l’Autorité palestinienne» selon lequel «la coordination en matière de sécurité ne permettra pas au peuple palestinien de recouvrer ses droits».
Le groupe indique que «le large soutien dont il bénéficie confirme qu’il est devenu le leader du projet national et que la résistance est désormais le choix du peuple palestinien».
La défaite du Fatah découragera l’Autorité palestinienne d’organiser des élections législatives ou présidentielles sous quelque forme que ce soit. Les dernières élections législatives avaient été programmées au début de l’année 2005.
Le bloc islamique du Hamas, Al-Wafaa, a remporté haut la main les élections de l’université de Beir Zeit, soit vingt-huit sièges au conseil étudiant. C’est la première fois que ses candidats prennent le contrôle de l’établissement. Le mouvement Fatah n’a, lui, remporté que dix-huit sièges.
Le Fatah essaierait de prendre ses distances vis-à-vis de l’Autorité palestinienne.
Cependant, les partisans du mouvement attribuent la perte des élections aux erreurs de l’Autorité palestinienne ainsi qu’à ses politiques relatives à Israël et aux citoyens palestiniens.
Dans une publication en ligne, l’ancien ministre du Hamas Mohammed al-Barghouti écrit: «Il n’est plus du tout pertinent d’essayer de convaincre les gens, en particulier les étudiants à l’université, que l’Autorité palestinienne et le mouvement Fatah sont deux entités distinctes, notamment depuis que le chef du mouvement Fatah – le président de l’Autorité palestinienne – et le chef de l’Organisation de libération de la Palestine sont une seule et même personne.»
M. Al-Barghouti affirme: «C’est le mouvement Fatah qui paie le prix de tous les aspects négatifs et des infortunes de l’Autorité palestinienne.»
En revanche, il soutient que «tous les privilèges et les avantages de l’Autorité palestinienne vont à quelques bénéficiaires; la plupart d’entre eux ne sont pas issus du mouvement Fatah et n’ont jamais fait partie de ses cadres».
Le Fatah doit prendre des décisions audacieuses et développer une structure bien élaborée s’il veut restaurer son image et renforcer la confiance, poursuit-il.
L’un des dirigeants du mouvement Fatah en Cisjordanie, Walid Assaf, ancien chef de la Commission de la résistance contre le mur et la colonisation, écrit quant à lui: «Si l’on tient ceux qui réussissent pour responsables et que l’on récompense les échecs, le Fatah et le projet national paieront un lourd tribut.»
Ahmed Ghuneim, un dirigeant éminent du Fatah à Jérusalem-Est, déclare à Arab News: «Le Fatah ne peut continuer ainsi. Il est temps de prendre une décision déterminante et courageuse pour arrêter cet effondrement. Le comité central doit absolument porter la responsabilité de la faiblesse du Fatah.»
Il ajoute: «Nous, au Fatah, payons le prix des décisions ratées au niveau de la performance politique, gouvernementale, organisationnelle et économique de l’Autorité palestinienne et de ses dirigeants. Ces dirigeants savent pertinemment que c’est un problème, mais ils veulent à tout prix rester au pouvoir et nous mènent ainsi de défaite en défaite.»
Cependant, le lieutenant-général Jibril Rajoub, secrétaire général du comité central du Fatah, explique à Arab News que le comité se réunira samedi pour déterminer les causes de la défaite et prendre les décisions nécessaires.
«Notre expérience avec ces dirigeants prouve qu’ils n’évaluent aucune perte. Si jamais cela se produit, ils ne prennent pas les mesures adéquates, mais préfèrent rejeter la faute sur les personnes qui occupent des postes inférieurs au sein du mouvement.»
Nasser al-Qidwa est un ancien ministre palestinien des Affaires étrangères renvoyé du Fatah par Mahmoud Abbas après avoir critiqué la politique du chef de l’Autorité palestinienne. De son domicile, situé en France, il confie à Arab News: «Voter pour le Hamas ne signifie pas nécessairement soutenir sa politique, mais plutôt punir le Fatah, qui le mérite, parce qu’il a commis suffisamment d’erreurs pour retourner l’opinion publique palestinienne contre lui.»
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Égypte et Oman conviennent de créer un fonds d’investissement commun

Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, et le sultan d’Oman, Haitham ben Tariq (Photo, Présidence égyptienne).
Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, et le sultan d’Oman, Haitham ben Tariq (Photo, Présidence égyptienne).
Short Url
  • Les deux pays ont signé des accords dans plusieurs secteurs, notamment l’environnement et l’éducation
  • Les accords ont été conclus lors de la visite officielle du président égyptien, El-Sissi, à Oman

LE CAIRE: Le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, et le sultan d’Oman, Haitham ben Tariq, se sont mis d’accord sur une étude visant à créer un fonds d’investissement commun entre leurs deux pays, axé sur les projets réalisables dans différents secteur vitaux.

Dans une déclaration commune publiée mardi, les deux dirigeants ont confirmé, lors de la visite officielle du président égyptien à Oman, que toutes les autorités compétentes discuteraient des possibilités d’investissement dans des domaines comprenant l’énergie et les énergies renouvelables, l’industrie, les soins de santé et les produits pharmaceutiques.

Au cours de la visite d’El-Sissi, l’Égypte et Oman ont signé deux accords, six protocoles d’accord, trois programmes exécutifs et des lettres de coopération en matière de promotion de la concurrence, de lutte contre les monopoles, de promotion des investissements, de développement des exportations, d’établissement et de gestion des zones industrielles et de protection de l’environnement, en plus de la reconnaissance mutuelle des certificats de qualification maritime pour les navigateurs.

Les gouvernements des deux pays ont également signé un accord de coopération dans le domaine du transport maritime et des ports, ainsi qu’un accord de coopération entre l’université Sultan Qaboos et l’Institut national égyptien de recherche astronomique et géophysique.

El-Sissi a affirmé «la volonté de l’Égypte, au cours de la période à venir, de développer des relations de coopération économique et commerciale avec la communauté d’affaires et les entreprises omanaises, et de développer des investissements conjoints, afin de contribuer à soutenir le développement économique pour maximiser les intérêts mutuels et l’utilisation optimale des opportunités disponibles».

Lors de sa rencontre avec les représentants de la communauté des affaires et des chefs de grandes entreprises à Oman, avec la participation de plusieurs hauts responsables et représentants omanais, il a souligné que «le bond qualitatif que l’Égypte a connu récemment dans les divers secteurs de développement reflète la forte volonté de l’État, avec ses composantes gouvernementales et populaires, de réaliser un développement durable, ce qui aura des répercussions positives sur le renforcement des relations bilatérales entre l’Égypte et le Sultanat d’Oman en ouvrant des portes pour maximiser les investissements omanais existants dans divers secteurs».

«Les relations fraternelles distinguées entre les deux pays frères sont le véritable parapluie pour soutenir les efforts visant à développer la coopération conjointe dans divers domaines économiques grâce à la disponibilité de la volonté politique nécessaire», a déclaré El-Sissi.

Le dirigeant égyptien a également discuté des différentes opportunités en Égypte, au premier rang desquelles l’axe de développement de la zone du canal de Suez, qui comprend un certain nombre de zones industrielles et logistiques majeures, et qui offre des possibilités prometteuses pour les entreprises omanaises souhaitant bénéficier de l’emplacement stratégique de l’Égypte.

El-Sissi est arrivé à Oman lundi et une cérémonie de réception officielle a été organisée en son honneur.

Les discussions entre les deux dirigeants ont été tenues au palais Al-Alam dans la capitale omanaise, Mascate, et ont réuni des délégations des deux pays.

El-Sissi a affirmé la «fierté de l’Égypte pour la profondeur et la force des relations stratégiques avec le Sultanat d’Oman», et son désir de «renforcer et de diversifier les cadres de la coopération bilatérale conjointe, et d’explorer les mécanismes pour les pousser vers des horizons plus larges dans plusieurs domaines politiques, sécuritaires, économiques et commerciaux».

Il a de même salué «le niveau existant de coordination et d’unité des vues entre les deux pays frères sur les questions d’intérêt commun», ainsi que le «consensus omano-égyptien sur toutes les questions régionales et internationales».

L’ambassadeur Bassam Radi, porte-parole officiel de la présidence de la République, a déclaré qu’El-Sissi et le sultan Haitham ont eu une session élargie d’entretiens, au cours de laquelle le sultan a salué les «liens fraternels étroits et historiques qui unissent les deux pays».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Cinq morts dans une explosion à Aden ciblant un responsable de la sécurité

L’explosion de mercredi à Aden, ci-dessus, est la dernière d’une série d’attaques meurtrières qui ont secoué la ville au cours des deux dernières années (Photo, Reuters).
L’explosion de mercredi à Aden, ci-dessus, est la dernière d’une série d’attaques meurtrières qui ont secoué la ville au cours des deux dernières années (Photo, Reuters).
Short Url
  • Un bombe artisanale placée dans une voiture a explosé au passage d’un véhicule transportant le chef de la sécurité de la province de Lahj, Saleh al-Sayed, dans le quartier de Khormaksar à Aden
  • Al-Sayed, qui est loyal au Conseil de transition du Sud, pro-indépendance, a échappé de peu à la mort, l’explosion ayant brûlé sa voiture et de nombreux autres véhicules

AL-MUKALLA: Au moins cinq personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées mercredi quand une explosion a ciblé un responsable de la sécurité dans la ville d’Aden, dans le sud du Yémen, capitale provisoire du pays et siège de son gouvernement, selon une source de sécurité locale et des habitants.

Une bombe artisanale placée dans une voiture a explosé lorsque le véhicule transportant le chef de la sécurité de la province de Lahj, Saleh al-Sayed, a traversé le quartier de Khormaksar, tuant cinq personnes – quatre civils et un garde du corps – et en blessant sept autres, a déclaré une source de sécurité par téléphone à Arab News.

Al-Sayed, qui est loyal au Conseil de transition du Sud, pro-indépendance, a échappé de peu à la mort, l’explosion ayant brûlé sa voiture et de nombreux autres véhicules qui passaient dans la rue.

Al-Sayed est connu pour avoir dirigé les troupes qui ont purgé la province de Lahj d’Al-Qaïda, de Daech et d’autres groupes armés en 2016 et a également commandé les troupes qui ont combattu les Houthis à Aden en 2015.

Personne n’a revendiqué la responsabilité de l’attaque, mais les responsables locaux accusent les groupes terroristes d’être à l’origine de telles attaques.

L’explosion de mercredi à Aden est la dernière d’une série d’attaques meurtrières qui ont secoué la ville au cours des deux dernières années.

Ce mois-ci, un journaliste yéménite a été brûlé vif à Aden lorsqu’une bombe artisanale a explosé dans son véhicule.

En mai, le commandant des opérations conjointes de la 4e région militaire basée à Aden a échappé à la mort après qu’une explosion a touché son 4x4 armé dans le quartier de Mualla à Aden.

En novembre, une journaliste enceinte a été tuée lorsqu’une explosion a soufflé son véhicule à Aden.

Le dernier attentat dans la ville est survenu un jour après que le gouverneur d’Aden, Ahmad Hamed Lamlis, a déclaré à un groupe de responsable des Nations unies basés au Yémen que la ville était «sûre» pour accueillir leurs bureaux.

Lors d’une réunion avec Diego Zorella, coordinateur résident adjoint des Nations unies pour les Affaires humanitaires au Yémen, Lamlis s’est engagé à protéger les délégations de l’ONU qui se rendent ou s’installent à Aden, les incitant à intensifier leurs opérations humanitaires dans la ville.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le roi de Bahreïn et le président égyptien inaugurent officiellement le nouveau terminal passagers de l’aéroport international de Bahreïn

Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Short Url
  • Le terminal passagers est considéré comme le plus grand projet d’infrastructure dans le secteur de l’aviation civile à Bahreïn
  • La construction du terminal a débuté en avril 2016 et s’est achevée en 2020

DUBAÏ: Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, ont inauguré le nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi.

En présence du prince Salmane ben Hamad al-Khalifa, le prince héritier et Premier ministre, le roi Hamad et Al-Sissi ont été accueillis par le président du Conseil d’administration de l’aéroport, Kamal ben Ahmad ben Mohammed, le ministre des Transports et des Télécommunications, Mohammed ben Thamer al-Kaabi, et de hauts responsables.

Le nouveau terminal passagers est considéré comme le plus grand projet d’infrastructure dans le secteur de l’aviation civile dans le royaume et représente un saut qualitatif dans le domaine des services et des installations aéroportuaires, a révélé Mohammed.

Il a ajouté que le projet a été mis en œuvre dans une période record qui est considérée comme la plus rapide dans la construction d’aéroports dans le monde.

La construction a débuté en avril 2016 et s’est achevée en 2020.

«Nous avons investi dans les compétences et les cadres nationaux pendant la période de mise en œuvre, et nous sommes fiers aujourd’hui que ce soient eux qui exploitent et entretiennent l’aéroport», a-t-il indiqué.

Mohammed s’est engagé à ne ménager aucun effort pour continuer à améliorer le statut du royaume au niveau régional et international.

Le roi et Al-Sissi ont dévoilé une plaque commémorative, inaugurant ainsi officiellement le nouveau terminal passagers de l’aéroport international de Bahreïn.

Le roi Hamad, Al-Sissi et le prince Salmane ont visité le bâtiment du hall des départs et ont été informés de ses diverses installations.

Le roi s’est réjoui de la participation d’Al-Sissi à l’inauguration du nouvel aéroport international de Bahreïn, qui confirme la profondeur des solides relations entre le Bahreïn et l’Égypte.

Il a affirmé que le nouvel aéroport international de Bahreïn consolidera le statut du royaume en tant que centre pionnier du secteur de l’aviation régionale et internationale, tout en soutenant l’économie nationale.

En outre, le roi a félicité le président et les membres du Conseil d’administration de la Bahrain Airport Company parce que l’aéroport international de Bahreïn a été nommé «Meilleur nouvel aéroport du monde» lors de la cérémonie des Skytrax 2022 World Airport Awards qui s’est tenue au Passenger Terminal EXPO en France.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com