En Côte d'Ivoire, des téléphones usagés finissent en œuvres d'art

Mounou Désiré Koffi, (à droite), artiste ivoirien écologiste et engagé, donne une seconde vie à de vieux téléphones portables mis au rebut en les recyclant en œuvres d'art colorées. (Sia Kambou/AFP)
Mounou Désiré Koffi, (à droite), artiste ivoirien écologiste et engagé, donne une seconde vie à de vieux téléphones portables mis au rebut en les recyclant en œuvres d'art colorées. (Sia Kambou/AFP)
Short Url
Publié le Samedi 14 mai 2022

En Côte d'Ivoire, des téléphones usagés finissent en œuvres d'art

  • Sorti major des Beaux-Arts d'Abidjan, Désiré Mounou Koffi commence par sillonner les rues, les caniveaux, les décharges pour récupérer des claviers et écrans de vieux téléphones portables
  • Il revendique d'essayer «de résoudre un problème», dans un pays où le tri sélectif est quasi inexistant et où les déchets se retrouvent dans les rues

BINGERVILLE, Côte d'Ivoire : Artiste «écolo et engagé», l'Ivoirien Désiré Mounou Koffi donne une seconde vie à de vieux téléphones portables au rebut en les recyclant dans des peintures colorées. Son but? Sensibiliser à la lutte contre la pollution dans ses oeuvres qu'il expose à Abidjan jusqu'en juillet.

«J'ai choisi le recyclage car je ne voulais pas limiter mon travail uniquement à la peinture. Je voulais apporter quelque chose de nouveau», explique t-il dans son atelier de Bingerville, près de la capitale économique ivoirienne.

A 28 ans, il se définit comme un «jeune artiste contemporain» et revendique sa volonté de se «démarquer des autres».

«Depuis enfant je suis passionné par le dessin. C'est moi que la maîtresse envoyait au tableau faire les dessins d'illustration des leçons», se souvient-il.

Et quand il annonce à ses parents agriculteurs d'un village du sud-ouest ivoirien qu'il veut faire une école d'arts: «ils ne savaient pas ce que c'était», explique t-il. «Mon professeur d'arts plastiques est venu leur expliquer et leur demander de me laisser faire». 

Sorti major des Beaux-Arts d'Abidjan, il commence par sillonner les rues, les caniveaux, les décharges pour récupérer des claviers et écrans de vieux téléphones portables.

«Maintenant j'ai toute une équipe qui est payée en fonction de la quantité qu'elle ramène. Je leur ai dit +ne jetez plus, apportez les éléments et on peut travailler», raconte t-il.

- «Sensibiliser» -

Dans son atelier, on lui dépose de grands sacs remplis de composants de téléphones récupérés. 

Désiré Mounou Koffi fouille dans le tas de claviers et d'écrans pour choisir les éléments à partir desquels il dessinera des silhouettes humaines colorées dans des décors urbains, des toiles «pop» dont certaines se vendent 1.500 euros.

Il revendique d'essayer «de résoudre un problème», dans un pays où le tri sélectif est quasi inexistant et où les déchets se retrouvent dans les rues.

«La plupart de mes toiles parlent du quotidien de l'homme dans la société. Or, je pense que le téléphone est l'outil le plus proche de nous, actuellement. Dans nos téléphones, il y a presque tout», explique t-il.

«On retrouve de tout dans nos poubelles... j'essaie d'amener les gens à une prise de conscience. C'est une manière très terre à terre de sensibiliser», poursuit celui qui a déjà exposé au Maroc, en Belgique et en France.

Soucieux de coller à l'actualité, ses toiles peuvent aborder les enfant soldats, la pollution, les embouteillages ou les inondations.

L'une de ses dernières séries «La vie d'ici», raconte ainsi le quotidien des habitants d'Abidjan.

Après une première exposition en Côte d'Ivoire, dans la ville côtiere de Bassam, il est exposé jusqu'en juillet à la Fondation Donwahi à Abidjan.

Il est attendu dans l'exposition «Africa! La Renaissance en marche!», dans le cadre du «off» de la Biennale de Dakar, du 19 au 29 mai.


Avatars et paillettes: les fans conquis par le spectacle d'ABBA à Londres

 Dans l'une des retrouvailles les plus attendues de l'histoire de la musique, les légendes de la pop suédoise ABBA reviennent sur scène le 27 mai 2022 à Londres - sous la forme d'avatars ressemblant à leurs homologues de 1979. (AFP).
Dans l'une des retrouvailles les plus attendues de l'histoire de la musique, les légendes de la pop suédoise ABBA reviennent sur scène le 27 mai 2022 à Londres - sous la forme d'avatars ressemblant à leurs homologues de 1979. (AFP).
Short Url
  • Le concert se déroule dans un théâtre de 3 000 places spécialement conçu à cet effet et met en scène quatre «ABBAtars», diffusés en hologramme
  • «Nous avons fait tout le chemin depuis l'Amérique et ça valait le coup», a déclaré de son côté Caleb Graham, 33 ans, originaire de Floride, lui et son compagnon portant des T-shirts ABBA noirs assortis

LONDRES : Vêtus de culottes en satin, de paillettes et de bottes compensées, les fans d'ABBA ont afflué dans une salle de concert de l'est de Londres vendredi pour la soirée d'ouverture d'"ABBA Voyage", le spectacle avatar numérique du supergroupe suédois. 

Beaucoup avaient traversé l'océan et acheté des billets pour plusieurs soirées. "Je suis fan depuis 1975", a déclaré Roxanne Dixon, en tunique de satin blanc bordée d'or, boucles d'oreilles "A" et "B" scintillantes, et bottes dorées. "Je suis venue d'Australie juste pour ça". 

"Nous avons fait tout le chemin depuis l'Amérique et ça valait le coup", a déclaré de son côté Caleb Graham, 33 ans, originaire de Floride, lui et son compagnon portant des T-shirts ABBA noirs assortis. 

Le concert se déroule dans un théâtre de 3 000 places spécialement conçu à cet effet et met en scène quatre "ABBAtars", diffusés en hologramme, qui interprètent les tubes des années 1970 et 1980 mais aussi des chansons sorties l'année dernière, lorsque les septuagénaires se sont réunis pour enregistrer un nouvel album, "Voyage". 

Si ce sont bien les voix actuelles d'Anni-Frid, Björn, Benny, et Agnetha (acronyme "ABBA") que l'on entend, leurs avatars numériques représentent les membres du groupe avec leurs visages de 1979.

«Bande-son de votre vie»

Dans l'"ABBA Arena", le public est hétéroclite, constitué d'enfants comme de personnes assez âgées pour avoir connu le groupe au sommet de sa gloire. 

"Je trouve incroyable qu'ABBA attire des gens de tous les horizons, de tous les âges", s'est réjoui Jordan Charlesworth, 27 ans, employé d'une agence de santé publique en combinaison à paillettes. 

"C'est presque la bande-son de votre vie, n'est-ce pas, quand vous atteignez 56 ans", s'est enthousiasmée Sarah Armstrong, vêtue d'un pantalon turquoise tourbillonnant, qui a assisté au concert avec sa sœur et sa fille.

L'ambitieux spectacle, prévu sept jours sur sept jusqu'à début octobre, est un projet extrêmement coûteux, le Times rapportant que ABBA doit récupérer 140 millions de livres sterling (165 millions d'euros) pour couvrir les frais. 

Bjorn Ulvaeus, 77 ans, membre du groupe, a déclaré à l'AFP avant la première : "Je sais que c'est l'un des projets les plus audacieux que quelqu'un ait jamais entrepris dans l'industrie musicale".

Les spectateurs assistent à un spectacle d'une heure et demie, avec une douzaine de musiciens sur scène qui accompagnent les avatars. 

Les hologrammes sont le fruit d'un projet de plusieurs années, conçu en partenariat avec une société d'effets spéciaux fondée par le créateur de "Star Wars", George Lucas. Les mouvements des septuagénaires ont été captés en studio pour les reproduire sur scène. 

Après d'autres expériences mitigées de spectacles "ressuscitant" des artistes décédés, boudés pour leur manque de réalisme et leur caractère effrayant, ce nouveau spectacle a ravi les critiques.  

Cette fois, il n'y avait "rien de macabre", a écrit The Times. Le Guardian a déclaré que les effets numériques étaient un "triomphe" et que "l'effet est véritablement époustouflant". 

Et les fans ont dit qu'ils avaient l'impression d'avoir assisté à un spectacle en direct. "C'était incroyable, tellement immersif, j'avais vraiment l'impression d'être là", a déclaré Dawn Waugh, 63 ans, qui y assistait avec sa fille de 26 ans. 

"C'était un merveilleux sentiment de remonter dans le temps", a déclaré un autre fan, Stan Papoulias, 56 ans, originaire de Grèce. "Je suis un fan d'ABBA depuis 45 ans et je n'ai jamais pensé que je les verrais en chair et en os - ou quelque chose comme ça". 


Qui aura la Palme ? Le Festival de Cannes rend son verdict samedi

Marine Vacth, Nicolas Bedos, l'acteur français Pierre Niney et l'acteur français François Cluzet arrivent pour la projection du film "Mascarade" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, en mai 27 décembre 2022 (Photo, AFP).
Marine Vacth, Nicolas Bedos, l'acteur français Pierre Niney et l'acteur français François Cluzet arrivent pour la projection du film "Mascarade" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, en mai 27 décembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Après avoir visionné les 21 films en compétition, le jury se retire dans le plus grand secret, coupé des bruissements de la Croisette
  • Les jeux restent ouverts pour succéder à Julia Ducournau, la trentenaire qui avait secoué la Croisette

CANNES: Après la claque de "Titane", les jeux sont ouverts pour la Palme d'Or décernée samedi soir à Cannes, entre un jeune réalisateur qui interroge la masculinité ("Close"), un thriller qui confirme la vague sud-coréenne ou le film des frères Dardenne qui pourraient obtenir un triplé historique. 

Après avoir visionné les 21 films en compétition, le jury se retire dans le plus grand secret, coupé des bruissements de la Croisette, pour délibérer.

Le verdict est attendu pour 20H30 (18H30 GMT) lors d'une cérémonie retransmise sur France 2 et la chaîne en ligne Brut. Le président du jury, le Français Vincent Lindon, tâchera de ne pas se prendre les pieds dans le tapis comme son prédécesseur Spike Lee qui, en 2021, révélait par mégarde la Palme d'or dès le début de la cérémonie.

A ses côtés, pour dessiner le palmarès de cette 75e édition, figurent notamment l'actrice et réalisatrice Rebecca Hall ("Vicky Cristina Barcelona"), la révélation de "Millenium" Noomi Rapace, les réalisateurs Asghar Farhadi (Grand prix 2021 avec "Un héros"), Ladj Ly ("Les misérables", prix du jury 2019) et Joachim Trier ("Julie en 12 chapitres").

Les jeux restent ouverts pour succéder à Julia Ducournau, la trentenaire qui avait secoué la Croisette et dépoussiéré la compétition l'an dernier avec "Titane".

Les chances de voir une troisième réalisatrice couronnée dans l'histoire du Festival semblent minces: l'Américaine Kelly Reichardt n'a pas transporté son public avec "Showing Up", pas plus que la Française Claire Denis ("Stars at Noon"). Et la marche semble un peu haute pour les jeunes talents Charlotte Vandermeersch et Léonor Serraille.

Un couronnement de Lukas Dhont, Belge de 31 ans à la carrière météorique, enverrait un signal supplémentaire de rajeunissement pour la 75e édition du plus important festival de cinéma, qui souhaite ne pas perdre le lien avec les nouveaux publics.

Son film "Close", déchirant, l'a emporté à l'applaudimètre en projection officielle (12 minutes de vivats). Il dresse le portrait d'un garçon meurtri par une amitié perdue, abordant avec délicatesse la question de la masculinité et du poids des normes. Et révèle un talent, le jeune Eden Dambrine, 15 ans.

Faire rêver

Mais il n'est pas seul sur les rangs: le jury pourrait suivre la majorité des critiques internationaux interrogés par le magazine Screen, et distinguer Park Chan-wook, qui rapporterait ainsi une deuxième Palme d'or à la Corée du Sud, trois ans après "Parasite" de Bong Joon-ho.

"Decision to Leave", son thriller sur un inspecteur qui tombe amoureux d'une suspecte, qui rappelle "Basic Instinct", sexe et pic à glace en moins, pourrait séduire par la virtuosité de sa réalisation.

Sont également cités les frères Dardenne pour "Tori et Lokita", qui pourraient leur valoir une troisième Palme d'or, fait inédit dans l'histoire de Cannes.

Autres favoris: l'Américain James Gray, très autobiographique dans "Armageddon Time" ou bien "La Femme de Tchaïkovski" du Russe Kirill Serebrennikov, sur l'épouse du compositeur, longtemps restée dans l'ombre et avec laquelle il a convolé pour cacher son homosexualité.

Le couronnement de cet artiste russe, en rupture avec le régime, serait un évènement en soi en pleine guerre en Ukraine, au terme d'un Festival qui a mis un point d'honneur à offrir une large place à ce pays: dès la cérémonie d'ouverture, le président Zelensky a convoqué, en direct de Kiev, l'esprit de Chaplin et promis la défaite de Poutine.

Les surprises sont toujours possibles, voire incontournables, au terme d'un festival qui espère aider les cinémas à attirer à nouveau les foules en salles, comme avant le Covid.

Pour faire rêver le public, la 75e édition du Festival a dégainé cette année, hors compétition, la méga-star Tom Cruise, venue présenter le nouveau "Top Gun", ou encore la nouvelle coqueluche d'Hollywood, Austin Butler, dans le rôle d'Elvis pour le biopic-évènement du "King".


Suspension temporaire des corridas à Mexico, débat relancé

Le Torero Fermin Espinoza du Mexique se délecte des applaudissements des fans à la fin des corridas de la journée (corridas) à Caliente Plaza de Toros le 8 juillet 2018 à Tijuana, au Mexique (Photo, AFP).
Le Torero Fermin Espinoza du Mexique se délecte des applaudissements des fans à la fin des corridas de la journée (corridas) à Caliente Plaza de Toros le 8 juillet 2018 à Tijuana, au Mexique (Photo, AFP).
Short Url
  • Plusieurs associations ont lancé ces dernières années des actions légales pour l'interdiction de la tauromachie
  • Les corridas sont permises au Portugal, en Espagne et en France

MEXICO: Les corridas dans les arènes de Mexico, les plus grandes au monde, ont été suspendues quelques jours, une décision de justice sans précédent et très symbolique qui relance le débat sur l'interdiction définitive de la tauromachie au Mexique.

Un juge fédéral doit prendre une décision sur le fond dans les prochains jours après s'être prononcé vendredi sur la plainte de l'association Justicia Justa contre les spectacles taurins. 

Il doit écouter entre-temps les arguments des partisans et des adversaires de cette tradition arrivée au Mexique avec la colonisation espagnole il y a 500 ans.

Aucun spectacle n'est prévu avant le 2 juillet dans les araines de Mexico, d'une capacité de 50.000 personnes.

Ce jour-là est prévu la première "Pamplonada", un lâcher de taureaux sur le modèle de la San Fermin à Pampelune (nord de l'Espagne) qui aura lieu à la même époque.

Plusieurs associations ont lancé ces dernières années des actions légales pour l'interdiction de la tauromachie.

Les partisans de la prohibition estiment que la loi traite les taureaux comme des "choses" et qu'elle ignore la souffrance animale.

Les défenseurs de la tradition mettent son poids économique de la tauromachie (343 millions de chiffres d'affaires, 80.000 emplois directs, selon des données officielles de 2018).

Cinq des 32 Etats fédérés du Mexique ont déjà interdit les spectacles taurins. En décembre le Parlement de la ville de Mexico s'est prononcé en commission pour l'interdiction mais aucun vote n'a encore eu lieu en plénière.

Le débat existe ailleurs en Amérique latine. Il est interdit de tuer le taureau à Bogota et Quito. Le Venezuela a annulé certaines corridas. Au Pérou la justice s'est prononcée contre l'interdiction.

Les corridas sont permises au Portugal, en Espagne et en France, où le débat existe. "75% des Français sont pour l'interdiction de la corrida", d'après l'exposé des motifs d'une proposition de loi pour l'interdiction en date de septembre 2021 sur le site du Sénat français.