Un modérateur de contenu porte plainte contre Meta au Kenya

Un ancien modérateur de contenus pour Facebook au Kenya a porté plainte mardi contre Meta, la maison mère du réseau social (Photo, AFP).
Un ancien modérateur de contenus pour Facebook au Kenya a porté plainte mardi contre Meta, la maison mère du réseau social (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 11 mai 2022

Un modérateur de contenu porte plainte contre Meta au Kenya

  • La plainte assure que Sama choisit les candidats en fonction de leurs origines modestes au prétexte de les sortir de la pauvreté
  • La plainte détaille aussi des mauvaises conditions de travail, non adaptées à la difficulté et à la pénibilité des tâches, et le non-respect des droits des employés, comme celui de se syndiquer

SAN FRANCISCO: Un ancien modérateur de contenus pour Facebook au Kenya a porté plainte mardi contre Meta, la maison mère du réseau social, qu'il accuse d'exploitation, un nouveau contentieux pour la plateforme mondiale critiquée par de nombreuses ONG.

La plainte décrit des conditions de travail "indignes", des méthodes d'embauches trompeuses aux rémunérations irrégulières et insuffisantes, en passant par le manque de soutien psychologique, la pression du rendement et des atteintes à la vie privée et à la dignité, en violation de la constitution kényane.

Elle a été déposée par Daniel Motaung, un Sud-Africain qui a travaillé pour Sama, un sous-traitant de Meta chargé de la modération des contenus sur Facebook pour des pays d'Afrique de l'Est et du Sud, une activité essentielle pour retirer de la plateforme les contenus problématiques (violence, harcèlement, désinformation...).

"La première vidéo que j'ai vue, c'était une décapitation en direct", a raconté M. Motaung mardi lors d'une conférence de presse organisée par le "Real Facebook oversight board", une association anti-Facebook.

"Imaginez ce que ça peut faire à une personne normale, si ensuite vous regardez d'autres vidéos et images et contenus similaires, tous les jours", a continué le jeune homme, qui dit souffrir d'un syndrome post-traumatique.

"Nous prenons au sérieux notre responsabilité envers les personnes qui examinent les contenus pour Meta et exigeons de nos partenaires qu'ils fournissent des salaires, des avantages sociaux et un soutien parmi les meilleurs de l'industrie", a réagi un porte-parole de Meta, contacté par l'AFP.

"Nous encourageons les modérateurs à parler des problèmes quand ils surviennent et nous menons régulièrement des audits indépendants pour nous nous assurer que nos partenaires respectent des standards élevés, conformes à nos attentes", a-t-il ajouté.

«Esclavage moderne»

Selon Daniel Motaung et ses avocats, qui disent représenter 240 modérateurs de contenu de Sama au bureau de Nairobi, le sous-traitant recrute des employés sans leur dire précisément quel sera leur travail, évoquant des "tâches administratives".

La plainte assure que Sama choisit les candidats en fonction de leurs origines modestes au prétexte de les sortir de la pauvreté, et venus de différents pays, pour qu'ils comprennent les différentes langues parlées sur le continent et donc sur Facebook.

Meta et Sama "recrutent les modérateurs via des méthodes frauduleuses et trompeuses, relevant de l'abus de pouvoir, exploitant la vulnérabilité des candidats jeunes, pauvres et désespérés", affirment les avocats dans le document judiciaire.

"Beaucoup ont été embauchés et amenés au Kenya avant d'avoir compris la nature de leur travail. (...) Ils ont donc été victimes de trafics d'êtres humains selon une forme moderne d'esclavage interdite par l'article 30 de la Constitution", continuent-ils.

"Ils nous disaient qu'ils pouvaient facilement nous remplacer. Ils nous disaient, on vous rend un service. (...) Prenez ce qu'on vous donne et fermez-la", a relaté Daniel Motaung.

La plainte détaille aussi des mauvaises conditions de travail, non adaptées à la difficulté et à la pénibilité des tâches, et le non-respect des droits des employés, comme celui de se syndiquer.

Les avocats y précisent que Sama embauche des "coachs bien-être", dont la formation n'est pas suffisante pour les besoins des modérateurs en matière de santé mentale, et qui n'offrent pas une "relation confidentielle" aux salariés.

Il y a deux ans, Facebook a été condamné à payer 52 millions de dollars à des milliers de modérateurs de contenu aux Etats-Unis, en guise de compensation pour les traumatismes liés à leur travail.


Pas de récession en Suisse cette année, selon l'économiste en chef du gouvernement

Un homme passe devant le siège de l'Organisation mondiale du commerce à Genève (Photo, AFP).
Un homme passe devant le siège de l'Organisation mondiale du commerce à Genève (Photo, AFP).
Short Url
  • Il appartient aux entreprises d'anticiper de possibles pénuries d'électricité durant l'hiver
  • Côté inflation, la Suisse est une «île de bonheur»

GENÈVE: La Suisse ne va pas connaître de récession cette année malgré d'éventuels problèmes d'approvisionnement en énergie, a estimé dimanche l'économiste en chef du gouvernement qui prévoit, en cas de scénario défavorable, une croissance zéro l'an prochain.

"Pour le moment, l'économie suisse continue d'aller bien" malgré l'impact de la guerre en Ukraine sur les prix de l'énergie, a souligné Eric Scheidegger au quotidien SonntagsZeitung, excluant des mesures de soutien comme des avantages ou des allègements fiscaux, "ni nécessaires ni utiles" selon lui.

Il appartient aux entreprises d'anticiper de possibles pénuries d'électricité durant l'hiver, évoquées depuis le printemps, a-t-il dit également : "Elles ont le temps de se préparer" et "c'est à elles de prendre ce risque en compte".

"Nous pourrions avoir à réviser à la baisse notre prévision pour l'an prochain. Le chiffre sera publié le 20 septembre. Nous ne tablons pas cependant sur une récession cette année", a-t-il dit.

"S'il y a des interruptions persistantes de la production dans l'Union européenne et que nous-même manquons de gaz, ce sera problématique", a-t-il admis.

"Dans notre scénario négatif, nous attendons une croissance zéro en 2023, au lieu d'une croissance de près de 2%", a-t-il précisé.

Selon M. Scheidegger, l'économie suisse est moins sensible aux variations du prix de l'énergie que d'autres pays européens, car le gaz compte seulement pour 5% de sa consommation.

Il a indiqué que le gouvernement allait débattre de possibles mesures pour atténuer la facture énergétique dans les prochaines semaines, comme par exemple une réduction des primes d'assurance maladie pour les ménages modestes.

Côté inflation, la Suisse est une "île de bonheur" et la hausse des prix devrait refluer d'ici à la fin de l'année, a-t-il dit : "Avec 3,4%, l'inflation est bien plus faible que dans d'autres pays. Hors produits frais alimentaires, énergie et essence, l'inflation est à 2%".


Le secteur minier saoudien en croissance constante ; 466 licences délivrées au premier semestre

Avec un total de 466 permis d'exploitation minière délivrés au cours des six premiers mois, le mois de février a connu le nombre le plus élevé avec 100 permis, contre 67 le mois précédent.
Avec un total de 466 permis d'exploitation minière délivrés au cours des six premiers mois, le mois de février a connu le nombre le plus élevé avec 100 permis, contre 67 le mois précédent.
Short Url
  • Conformément à Saudi Vision 2030 et au programme national de développement industriel et de logistique, le ministère cherche à protéger le secteur minier et à capitaliser sur sa valeur
  • Il vise à transformer le secteur minier en troisième pilier de l'industrie nationale

RIYAD : Les permis d'exploitation minière délivrés par le ministère saoudien de l'Industrie et des Ressources minérales ont montré une croissance stable au cours du premier semestre 2022, selon les données compilées par Arab News. 

Avec un total de 466 licences minières délivrées au cours des six premiers mois, le mois de février a connu le nombre le plus élevé avec 100 licences, contre 67 le mois précédent. 

En mars, 49 permis d'exploitation minière ont été délivrés. En juin, le ministère a délivré 84 nouvelles licences minières, soit 51 licences d'exploration, 26 carrières de matériaux de construction, trois minerais excédentaires, deux licences d'exploitation et deux licences de reconnaissance.

Conformément à Saudi Vision 2030 et au programme national de développement industriel et de logistique, le ministère cherche à protéger le secteur minier et à capitaliser sur sa valeur, a rapporté l'agence de presse saoudienne. 

Il vise à transformer le secteur minier en troisième pilier de l'industrie nationale et exploiter les richesses minérales du Royaume qui valent environ 5 000 milliards de SAR (1 300 milliards de dollars).

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Les entreprises saoudiennes exportent au CCG leur expertise en chaîne d’approvisionnement

Les entreprises du Royaume sont désormais prêtes à exporter leurs capacités de chaîne d’approvisionnement (fournie)
Les entreprises du Royaume sont désormais prêtes à exporter leurs capacités de chaîne d’approvisionnement (fournie)
Short Url
  • SMSCMC gère la chaîne d’approvisionnement et la logistique de certaines des plates-formes de défense de BAE Systems dans le Royaume, notamment les avions Typhoon, Hawk et Tornado
  • L’entreprise a réussi à présenter à temps tous ses indicateurs-clés de performance et à respecter ses accords contractuels sans aucun problème de 2020 jusqu’à cette année

RIYAD: Cinq ans après que l’Arabie saoudite a fait part de son objectif de localiser 50% de ses industries militaires d’ici à 2030, les entreprises du Royaume sont désormais prêtes à exporter leurs capacités de chaîne d’approvisionnement.

Saudi Maintenance and Supply Chain Management Co., une entreprise basée à Riyad, œuvre à élargir son réseau avec des entreprises du monde entier.

Elle est actuellement en pourparlers avec les pays du Golfe pour discuter de «la portée du travail qu’ils peuvent fournir et signer des accords», déclare Ali Alshehri, responsable des relations publiques et de la communication chez SMSCMC, à Arab News.

Ali Alshehri (fournie)
Ali Alshehri (fournie)

«Nous avons fait de bons progrès avec certains des pays du Conseil de coopération du Golfe. Nous ne pouvons rien divulguer pour le moment, mais nous avons déjà établi des contacts et des relations. Espérons qu’à l'avenir, nous pourrons annoncer quelque chose de spécifique», dit-il à la lumière de la sensibilité des pourparlers et des restrictions gouvernementales.

Cette décision intervient après que l’entreprise publique Saudi Arabian Military Industries a révélé à Arab News qu’elle envisageait des possibilités avec des pays alliés pour exporter des capacités saoudiennes en dehors du Royaume.

SMSCMC gère la chaîne d’approvisionnement et la logistique de certaines des plates-formes de défense de BAE Systems dans le Royaume, notamment les avions Typhoon, Hawk et Tornado.

Outre la capitale, SMSCMC opère à Dhahran, Taïf et Tabuk avec les mêmes services aériens.

«Nous aimerions élargir nos activités pour prendre en charge toute technologie ou service terrestre avec de grandes entreprises en Arabie saoudite, au Royaume-Uni et en Europe en général», déclare M. Alshehri.

«Nous sommes actuellement en très bonne position pour soutenir l’initiative Vision 2030. SMSCMC a connu une croissance rapide et la saoudisation de notre personnel est maintenant de 72% qui travaillent dans la chaîne d’approvisionnement, secteur très critique mais relativement nouveau en Arabie saoudite», ajoute-t-il.

Partenariats stratégiques

M. Alshehri affirme avoir également travaillé en étroite collaboration avec des partenaires et des organismes nationaux spécialisés dans la mise en place de l’initiative Vision 2030 du Royaume pour augmenter les achats locaux, notamment l’Autorité générale des industries militaires – le régulateur de la défense du Royaume – et l’entreprise Sami.

M. Alshehri ajoute que SMSCMS, qui compte plus de 300 employés et traite plus de 12 000 demandes de chaîne d’approvisionnement par an, a acquis plusieurs normes de gouvernance élevées, notamment des licences de l’Organisation internationale de normalisation et de la Réglementation sur le trafic d’armes au niveau international.