Nouveau tir d'un missile balistique nord-coréen, dénoncé par Séoul, Tokyo et l'ONU

La Corée du Nord a lancé mercredi ce qui a été présenté par Séoul comme un missile balistique (Photo, AFP).
La Corée du Nord a lancé mercredi ce qui a été présenté par Séoul comme un missile balistique (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 05 mai 2022

Nouveau tir d'un missile balistique nord-coréen, dénoncé par Séoul, Tokyo et l'ONU

  • Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a exhorté mercredi «la Corée du Nord à s'en tenir complètement à ses obligations internationales»
  • Le porte-parole du Pentagone a affirmé mercredi être «très inquiet de ces tests et de la nature provocatrice de leur programme de missiles balistiques»

SÉOUL : La Corée du Nord a lancé mercredi ce qui a été présenté par Séoul comme un missile balistique, une semaine après la promesse faite par son dirigeant Kim Jong Un d'accélérer le développement de l'arsenal nucléaire du pays.

Ce nouveau test d'armement intervient alors que la Corée du Sud et les Etats-Unis s'attendent à une reprise par Pyongyang de ses essais nucléaires, interrompus en 2017.

Le régime nord-coréen avait déjà, en mars, rompu un moratoire de cinq ans sur ses essais de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) en lançant un puissant projectile, capable d'atteindre les Etats-Unis.

L'état-major intérarmées de la Corée du Sud a fait état mercredi dans un communiqué d'un "lancement de missile balistique par la Corée du Nord à 12h03" (03H03 GMT), a priori depuis l'aéroport de Sunan, au nord de Pyongyang.

Le projectile a parcouru 470 km et atteint une altitude de 780 km avant de tomber en mer du Japon, a ajouté l'état-major, qualifiant ce tir de "violation flagrante des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU".

14 tirs depuis janvier

Le ministre japonais de la Défense, Makoto Oniki, a confirmé cette trajectoire et précisé que le missile avait terminé sa course "hors de la zone économique exclusive du Japon".

"Le lancement répété de missiles balistiques menace la paix et la sécurité de notre nation, de la région et de la communauté internationale", a-t-il déploré.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a exhorté mercredi "la Corée du Nord à s'en tenir complètement à ses obligations internationales". "Ce tir (...), faisant appel à de la technologie de missile balistique, ne fait qu'accroître les tensions régionales et internationales", a ajouté son porte-parole, Stéphane Dujarric. 

En dépit de sévères sanctions internationales, la Corée du Nord redouble d'efforts ces derniers mois pour moderniser son armée, et a procédé à 14 tirs d'essai depuis janvier.

Lors d'un grand défilé militaire le 25 avril, le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a promis de "renforcer et développer les capacités nucléaires de notre nation à un rythme accéléré".

"Les armes nucléaires, symbole de notre force nationale et au centre de notre puissance militaire, doivent être renforcées en terme de qualité et de portée", a-t-il affirmé.

«Bouée de sauvetage»

Quelques jours plus tard, il a qualifié l'arme nucléaire de "bouée de sauvetage garantissant la sécurité de notre pays", et a menacé de l'utiliser "à titre préventif".

Les nombreux pourparlers diplomatiques visant à convaincre Pyongyang de renoncer à la bombe atomique sont au point mort depuis l'échec, en 2019, d'une rencontre entre Kim Jong Un et le président américain de l'époque Donald Trump.

"Il y a de fortes chances pour qu'ils aient testé (mercredi) un missile pouvant être équipé d'une ogive nucléaire", a déclaré Ahn Chan-il, un chercheur spécialisé dans les affaires nord-coréennes.

Le nouveau lancement intervient par ailleurs à moins d'une semaine de la prise de fonctions du nouveau président sud-coréen Yoon Suk-yeol, un conservateur qui a promis de se montrer plus ferme à l'égard de son voisin du nord.

Pendant sa campagne électorale, M. Yoon a plaidé pour que les Etats-Unis renforcent les défenses antimissiles en Corée du Sud, voire y déploient des armes nucléaires tactiques.

Le président américain Joe Biden doit se rendre en Corée du Sud fin mai. 

Washington «très inquiet»

Le porte-parole du Pentagone a affirmé mercredi être "très inquiet de ces tests et de la nature provocatrice de leur programme de missiles balistiques". John Kirby a indiqué que les Etats-Unis avaient invité Pyongyang à revenir à la table des discussions "sans condition préalable" tout en travaillant "au fait d'être prêt pour notre alliance" avec Séoul et Tokyo.

Interrogée mardi sur une mise au vote en mai d'un projet de résolution américain alourdissant les sanctions internationales contre Pyongyang, l'ambassadrice américaine à l'ONU, Linda Thomas-Greenfield, a répondu que les Etats-Unis prévoyaient "d'aller de l'avant" ce mois-ci à ce sujet.

Mis en avril sur la table du Conseil de sécurité, le texte, obtenu par l'AFP, prévoit de réduire de quatre millions à deux millions de barils la quantité de pétrole brut que la Corée du Nord serait autorisée à importer chaque année à des fins civiles, et imposerait des restrictions sur de nouvelles exportations nord-coréennes, notamment de combustibles minéraux et d'horloges.

Selon des diplomates, la Chine et la Russie, détentrices d'un droit de veto au Conseil, ont refusé jusqu'à présent de discuter du contenu du projet. Aucune date pour un vote n'a été avancée, a précisé l'un de ces diplomates. 

Le nouveau test de missile "pourrait être un avertissement" pour M. Yoon, a estimé Hong Min, de l'Institut coréen pour l'unification nationale, selon qui Pyongyang n'acceptera jamais la principale condition posée par le nouveau dirigeant sud-coréen pour reprendre les pourparlers de paix, à savoir le renoncement à l'arme nucléaire.

"Cela pourrait aussi être un signal par Pyongyang qu'il n'a d'autre choix que celui de renforcer son arsenal si Séoul et Washington décident de déployer des armements stratégiques au Sud", a ajouté cet expert.

Selon Cheong Seong-chang, spécialiste de la Corée du Nord à l'Institut Sejong, la Corée du Nord "va essayer de tester le plus de missiles possible" afin "d'améliorer les capacités de son arsenal à un rythme rapide".


Alpinisme en Equateur : Trois morts, douze blessés dans une chute

Vue du volcan Carihuairazo, dans les Andes centrales de l'Équateur, le 18 février 2019. (AFP)
Vue du volcan Carihuairazo, dans les Andes centrales de l'Équateur, le 18 février 2019. (AFP)
Short Url
  • «Une femme de 47 ans et deux hommes de 45 et 50 ans sont décédés dans cette urgence», selon le communiqué
  • Les douze blessés, âgés de 39 à 58 ans, ont été transférés dans des hôpitaux des villes de Riobamba et Ambato

QUITO: Trois alpinistes sont morts et douze ont été blessés après avoir fait une chute lors de l'ascension du volcan Carihuairazo en Équateur, ont indiqué samedi les services de secours.

"Une femme de 47 ans et deux hommes de 45 et 50 ans sont décédés dans cette urgence", ont indiqué les services de secours ECU911 dans un communiqué.

"En raison des conditions météorologiques et de la tombée de la nuit, il n'a pas été possible d'évacuer les corps".

Les douze blessés, âgés de 39 à 58 ans, ont été transférés dans des hôpitaux des villes de Riobamba et Ambato.

Les alpinistes tentaient d'atteindre le sommet du volcan des Andes centrales lorsqu'ils ont fait une chute de 60 mètres.

Le Carihuairazo, un sommet de 5.018 mètres situé dans la province de Tungurahua, est voisin du volcan Chimborazo, le plus haut sommet du pays, qui culmine à plus de 6 200 mètres.

La récupération des corps des personnes décédées, toutes équatoriennes, se poursuivra dimanche.


Australie: un homme arrêté après des coups de feu à l'aéroport de Canberra

Des policiers montent la garde à l'entrée d'un terminal après qu'un homme armé a ouvert le feu à l'aéroport de Canberra, le 14 août 2022. (Photo de l'AFP)
Des policiers montent la garde à l'entrée d'un terminal après qu'un homme armé a ouvert le feu à l'aéroport de Canberra, le 14 août 2022. (Photo de l'AFP)
Short Url
  • La police a évacué et fermé le principal aéroport de la capitale australienne, menant à la suspension de nombreux vols
  • De l'extérieur, plusieurs impacts de balle étaient visibles sur la façade vitrée de l'aéroport, selon des images diffusées par la chaîne publique australienne ABC

CANBERRA :Un homme a tiré cinq coups de feu à l'aéroport de Canberra dimanche, provoquant la panique des passagers mais ne faisant pas de victime, selon la police australienne qui l'a arrêté.

La police a évacué et fermé le principal aéroport de la capitale australienne, menant à la suspension de nombreux vols.

«Un homme est entré dans l'aéroport de Canberra dans la zone des départs. Il s'est assis dans l'une des zones adjacentes aux fenêtres en verre», a déclaré le commissaire Dave Craft aux journalistes à l'extérieur du bâtiment de l'aéroport.

«Après environ cinq minutes, cet homme a pris une arme à feu en sa possession et a tiré environ cinq fois», a-t-il détaillé.

Le Premier ministre Anthony Albanese a été mis au courant de l'incident:

«On m'informe qu'un homme a été arrêté et qu'il n'y a aucune menace en cours», a-t-il exprimé dans un communiqué.

De l'extérieur, plusieurs impacts de balle étaient visibles sur la façade vitrée de l'aéroport, selon des images diffusées par la chaîne publique australienne ABC.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent un policier immobilisant un homme au sol à l'intérieur du terminal tandis que les alarmes retentissaient dans le principal aéroport de la capitale.

«La police a été avertie (...) à la suite d'informations faisant état de coups de feu dans le terminal principal», a indiqué la police de la capitale australienne.

«Peu de temps après, une personne a été placée en garde à vue et une arme à feu a été confisquée», a-t-elle ajouté, soulignant que l'homme semblait avoir agi seul.

Le motif de l'assaillant présumé n'est pour l'heure pas claire.

La situation est maintenant sous contrôle, selon la police.

La journaliste d'ABC Lily Thomson, sur place, a dit avoir entendu des coups de feu avant que les gens ne commencent à crier.

Elle a vu une femme effrayée qui s'occupait d'un bébé. «Nous avons tous couru et je suis restée avec cette grand-mère et son bébé et (nous nous sommes) cachés derrière le bureau d'information», a-t-elle relaté sur ABC.

«Nous sommes restés là pendant quelques minutes jusqu'à ce que la sécurité nous dise d'évacuer vers le parking».

«Tout le monde se cachait derrière des chaises et les gens couraient», a-t-elle ajouté.

L'aéroport de Canberra a déclaré qu'il travaillait avec les compagnies aériennes pour relancer les vols d'ici dimanche après-midi. Certains vols ont été annulés.


Feux de forêt: un été record de surfaces brûlées en Europe

Un pompier tactique français allume un feu contrôlé pour ralentir la progression d'un feu de forêt près de Belin-Beliet, dans le sud-ouest de la France, le 13 août 2022. (Photo de Thibaud MORITZ / AFP)
Un pompier tactique français allume un feu contrôlé pour ralentir la progression d'un feu de forêt près de Belin-Beliet, dans le sud-ouest de la France, le 13 août 2022. (Photo de Thibaud MORITZ / AFP)
Short Url
  • La France a connu des années pires dans les années 1970, avant les données standardisées européennes
  • Mais l'année 2022 est la plus grave en 16 ans selon ces chiffres, en grande partie à cause de deux grands brasiers successifs en Gironde

PARIS: Alors que la haute saison des feux n'est pas encore terminée, le bilan provisoire des incendies s'alourdit dans l'Union européenne avec déjà plus de de 660 000 hectares brûlés depuis janvier, établissant un record à ce stade de l'année depuis le début des données satellitaires en 2006.

Depuis le 1er janvier, les incendies ont ravagé 662 776 hectares de forêts dans l'Union européenne selon les données actualisées dimanche du système européen d'information sur les feux de forêts (EFFIS), qui tient des statistiques comparables depuis 2006 grâce aux images de satellites du programme européen Copernicus.

La France a connu des années pires dans les années 1970, avant les données standardisées européennes. Mais l'année 2022 est la plus grave en 16 ans selon ces chiffres, en grande partie à cause de deux grands brasiers successifs en Gironde, dans le sud-ouest du pays, où des pompiers allemands, polonais ou encore autrichiens sont arrivés cette semaine en renfort.

La situation est également exceptionnelle en Europe centrale: les pompiers ont ainsi mis plus de dix jours en juillet pour maîtriser le plus grand incendie de l'histoire récente de la Slovénie, aidés par une population si mobilisée que le gouvernement a dû demander aux habitants d'arrêter de faire des dons aux pompiers.

Mais ne disposant pas d'avions spécialisés pour combattre les feux, la Slovénie a dû appeler à l'aide la Croatie, qui a envoyé un avion... avant de le rappeler pour éteindre ses propres incendies. Le gouvernement slovène envisage désormais l'acquisition de ses premiers avions bombardiers d'eau.

Très spectaculaire aussi, à Berlin, en Allemagne, un vaste incendie s'est déclaré la semaine dernière à partir d'un dépôt de munitions de la police, dans une forêt en pleine sécheresse, un feu rapidement maîtrisé. Jusqu'ici épargnée par de tels incendies, la capitale allemande est de nos jours de plus en plus menacée en raison de l'importance de ses zones boisées.

Mais la zone la plus frappée par les incendies est la péninsule ibérique. L'Espagne, asséchée comme la France par plusieurs canicules cet été, a vu 246 278 hectares ravagés par les incendies, principalement en Galice dans le nord-ouest. La situation s'est toutefois améliorée avec la baisse des températures.

Le Portugal lutte aussi depuis plus d'une semaine contre un feu dans le géo-parc mondial reconnu par l'Unesco dans la région de la montagne de la Serra da Estrela, qui culmine à environ 2.000 mètres.