Une centaine de pays à la recherche d'un accord mondial sur le plastique

Des ouvrier lavent des tongs usagées et usées à l'atelier Ocean Sole Africa, à Nairobi, le 9 février 2022. (Photo, AFP)
Des ouvrier lavent des tongs usagées et usées à l'atelier Ocean Sole Africa, à Nairobi, le 9 février 2022. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 26 février 2022

Une centaine de pays à la recherche d'un accord mondial sur le plastique

  • Des emballages aux vêtements, au matériel de construction en passant par le médical, le plastique est partout et sa production a atteint 460 millions de tonnes en 2019
  • L'assemblée des Nations unies pour l'environnement, qui se tient pendant trois jours dans la capitale kényane, devrait donc lancer des pourparlers formels sur un traité visant à réglementer le secteur

NAIROBI, Kenya : Plus d'une centaine de pays se retrouvent à partir de lundi à Nairobi pour ouvrir la voie à un traité international "historique" sur le plastique, dont des centaines de millions de tonnes finissent chaque année en déchets.

Des emballages aux vêtements, au matériel de construction en passant par le médical, le plastique est partout et sa production a atteint 460 millions de tonnes en 2019. Mais moins de 10% sont recyclés et les déchets de toutes tailles ont été retrouvés au fond des océans, dans la banquise, l'estomac des oiseaux et même dans l'air ambiant au sommet de montagnes. Sans parler des décharges sauvages.

L'assemblée des Nations unies pour l'environnement, qui se tient pendant trois jours dans la capitale kényane, devrait donc lancer des pourparlers formels sur un traité visant à réglementer le secteur, en créant un Comité intergouvernemental de négociation. Le processus pour aboutir à un texte devrait prendre au moins deux ans.

"C'est un moment pour les livres d'Histoire", s'enthousiasme Inger Andersen, directrice exécutive de l'Unep, l'agence spécialisée de l'ONU pour l'environnement. Un tel traité représenterait selon elle "la plus grande avancée multilatérale en matière d'environnement depuis l'accord de Paris" sur la lutte contre le changement climatique en 2015.

Reste à définir exactement les contours d'une future négociation et les thèmes à aborder.

Le recyclage uniquement, ou l'entièreté du "cycle du vie" du plastique? Limitation de certains produits, à l'image des pays de plus en plus nombreux à interdire les plastiques à usage unique? Voire limitations de production?

Plusieurs textes ont été déposés, parfois restreints à la pollution plastique marine dont les diplomates ont tenté en amont de la conférence de tirer une synthèse. Celle-ci sera discutée pendant l'assemblée, dans l'espoir d'arriver à une feuille de route commune pour les négociations, dont le lancement devra être décidé par consensus.

«Sans fin»

Pour Mme Andersen en tout cas, il ne fait pas de doute qu'il faut en partie "fermer le robinet" du plastique et "qu'on "ne pourra pas se sortir de cette situation juste par le recyclage". "Si on continue à polluer ici et nettoyer là, c'est sans fin".

Et très coûteux, ajoutent de nombreuses ONG environnementales, qui estiment par exemple qu'une bonne vingtaine de tonnes de plastiques se retrouvent chaque année dans les eaux de la planète, dont une bonne partie finissent ensuite dans les océans.

De nombreux pays se sont prononcés en faveur d'un cadre international, dont certain très gros utilisateurs ou producteurs, comme la Chine ou les Etats-Unis. Mais souvent sans s'engager sur des mesures précises. L'OCDE a appelé à une réponse "mondiale et coordonnée" face au problème, alors que la production de plastique pourrait encore doubler d'ici 2040 selon les estimations.

De grosses multinationales très consommatrices d'emballages se sont également prononcées pour l'élaboration d'un cadre international, Coca-Cola ou Unilever par exemple.

Plastique: Cinq choses à savoir sur le recyclage

Moins de 10% des déchets plastiques sur la planète sont recyclés, selon l'OCDE. Voici cinq choses à savoir sur les techniques de recyclage et leurs évolutions.

Recyclage mécanique

- Trier, broyer, chauffer, sont les trois étapes du recyclage mécanique, la technique utilisée dans 99% des cas dans le monde, selon l'institut de recherche IFP Energies nouvelles.

Après avoir été collectés et triés par famille de polymères avec des trieurs optiques ou des systèmes de flottaison, les plastiques sont lavés et broyés en granulés. Et ensuite fondus et réutilisés.

Cette technique ne débarrasse pas le plastique de ses additifs (couleurs..) Le plastique d'emballage alimentaire ne peut ainsi pas revenir à une qualité lui permettant un contact alimentaire. Les utilisateurs sont conduits à faire des produits de moindre qualité, comme des sacs poubelles. La boucle du recyclage n'est pas bouclée.

Du coup, les fabricants préfèrent utiliser du plastique neuf, bon marché plutôt que du recyclé. Et une grande partie des déchets des pays développés est expédiée à l'étranger, dénoncent les ONG.

Sous la pression sociétale, les procédés s'améliorent, notamment pour le PET: grâce à la poly-condensation, les molécules dégradées sont rétablies, et les impuretées évacuées, par chauffage et sous pression. On trouve depuis quelques mois en Europe des bouteilles d'eau en plastique recyclé.

Un plastique, une usine

Chaque molécule nécessite pratiquement un type d'usine et des équipements adaptés.

Or, il existe des dizaines de types de polymères: le plus répandu, le polyethylène (PE) sert pour les flacons de shampoing et les films plastique entourant un pack de bouteilles d'eau, qui, elles, sont en polyethylene terephtalate (PET), indique à l'AFP Marc Madec, expert en développement durable pour l'association des plasturgistes français Polyvia. Quant à leurs bouchons, ils sont en polypropylène (PP)!

Le polychlorure de vinyle (PVC) sert dans la construction pour des revêtements de sol ou des fenêtres.

Le polystyrène (PS) produit des pots de yaourt et, dans sa forme expansée, des barquettes, alors que le polyamide (PA) se réserve pour le textile et l'automobile. Le polyuréthane (PU ou PUR) vise mousses et isolants.

D'où l'intérêt d'investir en amont dans des équipements de tri de qualité pour séparer correctement les plastiques, comme le fait le Japon. Cela permet de limiter les pertes dans la nature, salue le WWF en déplorant toutefois que ce pays fasse plus d'incinération que de recyclage.

Depuis que la Chine a fermé ses portes aux déchets occidentaux fin 2018, quelques 70 gros "plastiqueurs" (Dow, Exxon, Henkel, TotalEnergies, Mitsui Chemicals..), réunis dans le collectif "Endplasticwaste", soutiennent des projets de collecte et de tri en Inde et en Thaïlande notamment, et de recyclage.

L'Europe, meilleure élève, mais peut mieux faire

Face à un taux de recyclage mondial de 9% des déchets plastiques, souvent par manque d'infrastructure de collecte et de tri, "un peu plus d'un tiers (34,6%)" des plastiques collectés en Europe ont été envoyés au recyclage en 2020, selon l'OCDE.

Les pays du nord -Allemagne, Suède, Norvège- sont en avance, autour de 40%. La France est à 24%, indique l'OCDE. L'annuaire spécialisé ENF recense 161 usines en Allemagne, 173 en Pologne, 132 en Italie, 89 en Espagne, et seulement 46 en France.

Mais selon l'Office européen des brevets (OEB), l'Europe et les Etats-Unis concentrent à eux deux 60% des brevets mondiaux sur le recyclage du plastique ou les bioplastiques. "Même en Europe, il y a encore une énorme marche à monter, il faudrait au moins arriver à 50-60%", estime M. Madec.

Le recyclage chimique, désirable ou pire ?

Le recyclage chimique permet de "dépolymériser" le plastique, en revenant aux molécules de base (monomères), voire de remonter plus loin en refabriquant du "naphta", composé huileux dérivé du pétrole et précurseur du plastique.

"C'est comme si en ajoutant un solvant à un gâteau, on revenait aux oeufs, farine, et beurre" explique M. Madec. "Avec les éléments de base, on refabrique du plastique de même qualité que le plastique vierge issu du pétrole".

Son avantage est de boucler la boucle du recyclage pour toutes les molécules, PET, PE, PS, PP etc..

Ses inconvénients sont d'énormes coûts d'investissement, notamment pour la collecte et le tri séparé de pièces fragiles comme les pots de yaourt. Or, le recyclage ne se fait que s'il est rentable.

Par ailleurs, il nécessite énormément d'énergie, et de nombreuses incertitudes demeurent sur ses émissions de gaz à effet de serre et de sous-produits toxiques, souligne la Fondation Heinrich Böll et d'autres experts.

Beaucoup s'inquiètent déjà d'un résultat possiblement édulcoré, à l'image de l'Ong WWF, qui réclame d'ouvrir la voie à un texte "contraignant, ambitieux (qui) oblige les États à respecter une norme d'action commune" et impose des limites de production et d'usage.

"Je pense que le monde est prêt à un changement dans notre rapport au plastique," souligne Marco Lambertini, directeur général de l'ONG internationale, qui a d'ailleurs publié juste avant la conférence les résultats d'une enquête menée dans 28 pays sur tous les continents, montrant que près de neuf personnes sur dix jugent importante la conclusion d'un tel traité.

"Il ne faut pas juste un traité que les gens puissent signer (...), mais qui n'ait pas de dents", abonde Erastus Ooko de Greenpeace Afrique.

L'assemblée, annulée l'an dernier à cause de la pandémie, se déroulera en présentiel et pour partie en format virtuel. Les délégués se pencheront aussi notamment sur les "actions pour la nature" destinées à protéger la biodiversité et à lutter contre le changement climatique.

Crise du plastique: où en est la production sur la planète ?

Toujours plus de plastique: La production mondiale ne semble pas prête de ralentir et la pollution ne cesse de croître sur la planète, même si des solutions émergent pour tenter de contenir son empreinte sur l'environnement.

Combien produit-on du plastique dans le monde ?

La production mondiale de plastique a doublé entre 2000 et 2019, à 460 millions de tonnes contre 234, selon l'Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE).

Dans le même temps, la production de déchets plastiques a, elle, plus que doublé, à 353 Mt en 2019.

Sur la seule année 2019, 22 millions de tonnes de plastique ont été rejetées dans l'environnement, dont 6 Mt dans les cours d'eau, lacs et océans, selon l'OCDE. Les plastiques représentent "au moins 85% du total des déchets marins", indique l'Assemblée des Nations unies pour l'environnement.

Pour l'OCDE, c'est comme si le monde produisait chaque année en poids de plastique l'équivalent de 45 500 tours Eiffel, et 35 000 tours Eiffel en déchets de plastique.

En 2020, avec la pandémie, la production mondiale a légèrement fléchi (-0,5%), pour la troisième fois seulement de l'histoire industrielle moderne selon Plastics Europ, qui regroupe les principaux industriels en Europe.

Cela n'était arrivé qu'à deux occasions: en 1973 avec le premier choc pétrolier et lors de la crise financière de 2008.

Où le plastique est-il produit ?

En 2020, plus de la moitié des matières plastiques venaient d'Asie.

La production de la Chine représente à elle seule près du tiers du bilan mondial (32%). Sur la décennie 2010-2020, elle a fait un bond de 82%, de 64 Mt à 117 Mt, alors que la croissance mondiale était de l'ordre de 30%, indique un rapport de Plastics Europe.

L'Europe, elle, a produit 55 Mt de plastique en 2020, en baisse de 5% par rapport à 2019.

La croissance s'est faite essentiellement aux Etats-Unis, au Moyen-Orient, "parce que les matières premières y sont beaucoup moins chères, ou en Chine, parce que la croissance de la demande est beaucoup plus forte", souligne Jean-Yves Daclin, directeur général pour la France de Plastics Europe.

Comment va évoluer la production ?

Selon des estimations citées en septembre 2021 dans un rapport du WWF, la production de plastique dans le monde devrait doubler d'ici 2040 et "accélérer la crise climatique". L'Institut de recherches IFP Energies Nouvelles (IFPEN) évoque pour sa part des "prévisions inquiétantes", d'un milliard de tonnes par an aux alentours de 2050.

Des chiffres auxquels ne souscrivent pas les industriels.

"Compte tenu des politiques décidées partout dans le monde pour limiter l'utilisation des emballages en plastique à usage unique, il est probable que cette croissance diminue et que la production de plastiques ne double pas à nouveau d'ici 2040", souligne M. Daclin.

Principale voie envisagée pour contenir la progression: le recyclage.

Mais si l'Europe se distingue en recyclant plus du tiers de ses déchets plastiques (34,6%), au niveau mondial, seulement 33 millions de tonnes, soit 9% des déchets plastiques, ont été recyclés en 2019, selon l'OCDE.

Plus que le recyclage, qui n'est pas la panacée, les ONG comme Zero Waste plaident pour une réduction des usages pour baisser la production mondiale. Dans cette optique, elles souhaitent un développement du vrac, de la consigne, et de l'éco-conception "pour une plus grande durée de vie des produits", explique Juliette Franquet, une responsable de l'ONG.

En concevant dès le départ des produits pour la réutilisation et le recyclage, en éliminant les additifs dangereux, on pourrait réduire "de plus de 80% d'ici 2040" le volume de plastiques qui pénètrent dans les océans, et "de 55%" la production de plastique vierge, estimait la directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) Inger Andersen dans une tribune du Times le 9 février.

Des plastiques sans pétrole ?

La production de plastiques biosourcés, vantée par certains pour diminuer l'utilisation de pétrole, ne représente qu'une part infime de l'industrie. Produits à partir de sucre, amidon, maïs ou blé, ils pèsent moins de 1% de la production mondiale.

Parmi les principales limites à leur développement, l'utilisation de terres agricoles et de ressources en eau. La fondation Heinrich Böll estime par ailleurs dans son "Atlas du plastique" qu'ils ne sont pour la plupart ni complétement biodégradables ni compostables, et ne "font en réalité que contourner le problème".

D'où le développement de plastiques biosourcés de deuxième et troisième générations, à partir de déchets végétaux ou d'algues.

En France, la start-up Eranova a inauguré le 18 février un démonstrateur à côté de Marseille pour transformer des algues d'échouage de l'étang de Berre, en granulés bioplastiques.

Autre technique prometteuse, fabriquer du plastique à partir du CO2 rejeté par l'industrie dans l'atmosphère. Des usines commencent à pousser, comme en Autriche, où le groupe Covestro fabrique du polyuréthane.


Alpinisme en Equateur : Trois morts, douze blessés dans une chute

Vue du volcan Carihuairazo, dans les Andes centrales de l'Équateur, le 18 février 2019. (AFP)
Vue du volcan Carihuairazo, dans les Andes centrales de l'Équateur, le 18 février 2019. (AFP)
Short Url
  • «Une femme de 47 ans et deux hommes de 45 et 50 ans sont décédés dans cette urgence», selon le communiqué
  • Les douze blessés, âgés de 39 à 58 ans, ont été transférés dans des hôpitaux des villes de Riobamba et Ambato

QUITO: Trois alpinistes sont morts et douze ont été blessés après avoir fait une chute lors de l'ascension du volcan Carihuairazo en Équateur, ont indiqué samedi les services de secours.

"Une femme de 47 ans et deux hommes de 45 et 50 ans sont décédés dans cette urgence", ont indiqué les services de secours ECU911 dans un communiqué.

"En raison des conditions météorologiques et de la tombée de la nuit, il n'a pas été possible d'évacuer les corps".

Les douze blessés, âgés de 39 à 58 ans, ont été transférés dans des hôpitaux des villes de Riobamba et Ambato.

Les alpinistes tentaient d'atteindre le sommet du volcan des Andes centrales lorsqu'ils ont fait une chute de 60 mètres.

Le Carihuairazo, un sommet de 5.018 mètres situé dans la province de Tungurahua, est voisin du volcan Chimborazo, le plus haut sommet du pays, qui culmine à plus de 6 200 mètres.

La récupération des corps des personnes décédées, toutes équatoriennes, se poursuivra dimanche.


Australie: un homme arrêté après des coups de feu à l'aéroport de Canberra

Des policiers montent la garde à l'entrée d'un terminal après qu'un homme armé a ouvert le feu à l'aéroport de Canberra, le 14 août 2022. (Photo de l'AFP)
Des policiers montent la garde à l'entrée d'un terminal après qu'un homme armé a ouvert le feu à l'aéroport de Canberra, le 14 août 2022. (Photo de l'AFP)
Short Url
  • La police a évacué et fermé le principal aéroport de la capitale australienne, menant à la suspension de nombreux vols
  • De l'extérieur, plusieurs impacts de balle étaient visibles sur la façade vitrée de l'aéroport, selon des images diffusées par la chaîne publique australienne ABC

CANBERRA :Un homme a tiré cinq coups de feu à l'aéroport de Canberra dimanche, provoquant la panique des passagers mais ne faisant pas de victime, selon la police australienne qui l'a arrêté.

La police a évacué et fermé le principal aéroport de la capitale australienne, menant à la suspension de nombreux vols.

«Un homme est entré dans l'aéroport de Canberra dans la zone des départs. Il s'est assis dans l'une des zones adjacentes aux fenêtres en verre», a déclaré le commissaire Dave Craft aux journalistes à l'extérieur du bâtiment de l'aéroport.

«Après environ cinq minutes, cet homme a pris une arme à feu en sa possession et a tiré environ cinq fois», a-t-il détaillé.

Le Premier ministre Anthony Albanese a été mis au courant de l'incident:

«On m'informe qu'un homme a été arrêté et qu'il n'y a aucune menace en cours», a-t-il exprimé dans un communiqué.

De l'extérieur, plusieurs impacts de balle étaient visibles sur la façade vitrée de l'aéroport, selon des images diffusées par la chaîne publique australienne ABC.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent un policier immobilisant un homme au sol à l'intérieur du terminal tandis que les alarmes retentissaient dans le principal aéroport de la capitale.

«La police a été avertie (...) à la suite d'informations faisant état de coups de feu dans le terminal principal», a indiqué la police de la capitale australienne.

«Peu de temps après, une personne a été placée en garde à vue et une arme à feu a été confisquée», a-t-elle ajouté, soulignant que l'homme semblait avoir agi seul.

Le motif de l'assaillant présumé n'est pour l'heure pas claire.

La situation est maintenant sous contrôle, selon la police.

La journaliste d'ABC Lily Thomson, sur place, a dit avoir entendu des coups de feu avant que les gens ne commencent à crier.

Elle a vu une femme effrayée qui s'occupait d'un bébé. «Nous avons tous couru et je suis restée avec cette grand-mère et son bébé et (nous nous sommes) cachés derrière le bureau d'information», a-t-elle relaté sur ABC.

«Nous sommes restés là pendant quelques minutes jusqu'à ce que la sécurité nous dise d'évacuer vers le parking».

«Tout le monde se cachait derrière des chaises et les gens couraient», a-t-elle ajouté.

L'aéroport de Canberra a déclaré qu'il travaillait avec les compagnies aériennes pour relancer les vols d'ici dimanche après-midi. Certains vols ont été annulés.


Feux de forêt: un été record de surfaces brûlées en Europe

Un pompier tactique français allume un feu contrôlé pour ralentir la progression d'un feu de forêt près de Belin-Beliet, dans le sud-ouest de la France, le 13 août 2022. (Photo de Thibaud MORITZ / AFP)
Un pompier tactique français allume un feu contrôlé pour ralentir la progression d'un feu de forêt près de Belin-Beliet, dans le sud-ouest de la France, le 13 août 2022. (Photo de Thibaud MORITZ / AFP)
Short Url
  • La France a connu des années pires dans les années 1970, avant les données standardisées européennes
  • Mais l'année 2022 est la plus grave en 16 ans selon ces chiffres, en grande partie à cause de deux grands brasiers successifs en Gironde

PARIS: Alors que la haute saison des feux n'est pas encore terminée, le bilan provisoire des incendies s'alourdit dans l'Union européenne avec déjà plus de de 660 000 hectares brûlés depuis janvier, établissant un record à ce stade de l'année depuis le début des données satellitaires en 2006.

Depuis le 1er janvier, les incendies ont ravagé 662 776 hectares de forêts dans l'Union européenne selon les données actualisées dimanche du système européen d'information sur les feux de forêts (EFFIS), qui tient des statistiques comparables depuis 2006 grâce aux images de satellites du programme européen Copernicus.

La France a connu des années pires dans les années 1970, avant les données standardisées européennes. Mais l'année 2022 est la plus grave en 16 ans selon ces chiffres, en grande partie à cause de deux grands brasiers successifs en Gironde, dans le sud-ouest du pays, où des pompiers allemands, polonais ou encore autrichiens sont arrivés cette semaine en renfort.

La situation est également exceptionnelle en Europe centrale: les pompiers ont ainsi mis plus de dix jours en juillet pour maîtriser le plus grand incendie de l'histoire récente de la Slovénie, aidés par une population si mobilisée que le gouvernement a dû demander aux habitants d'arrêter de faire des dons aux pompiers.

Mais ne disposant pas d'avions spécialisés pour combattre les feux, la Slovénie a dû appeler à l'aide la Croatie, qui a envoyé un avion... avant de le rappeler pour éteindre ses propres incendies. Le gouvernement slovène envisage désormais l'acquisition de ses premiers avions bombardiers d'eau.

Très spectaculaire aussi, à Berlin, en Allemagne, un vaste incendie s'est déclaré la semaine dernière à partir d'un dépôt de munitions de la police, dans une forêt en pleine sécheresse, un feu rapidement maîtrisé. Jusqu'ici épargnée par de tels incendies, la capitale allemande est de nos jours de plus en plus menacée en raison de l'importance de ses zones boisées.

Mais la zone la plus frappée par les incendies est la péninsule ibérique. L'Espagne, asséchée comme la France par plusieurs canicules cet été, a vu 246 278 hectares ravagés par les incendies, principalement en Galice dans le nord-ouest. La situation s'est toutefois améliorée avec la baisse des températures.

Le Portugal lutte aussi depuis plus d'une semaine contre un feu dans le géo-parc mondial reconnu par l'Unesco dans la région de la montagne de la Serra da Estrela, qui culmine à environ 2.000 mètres.