Karim Amellal: «La Méditerranée, c’est le lieu de tous les possibles»

Né à Paris, Karim Amellal grandit entre Alger et Paris, où il poursuit ses études secondaires et universitaires (Sciences Po), avant de se lancer dans l’enseignement. (Photo fournie).
Né à Paris, Karim Amellal grandit entre Alger et Paris, où il poursuit ses études secondaires et universitaires (Sciences Po), avant de se lancer dans l’enseignement. (Photo fournie).
Short Url
Publié le Lundi 07 février 2022

Karim Amellal: «La Méditerranée, c’est le lieu de tous les possibles»

  • Le Forum des mondes méditerranéens mobilise des acteurs de toute la Méditerranée, qu’ils viennent de la rive nord, de la rive sud ou de la rive orientale»
  • «La Méditerranée apparaît comme le laboratoire du monde et l’endroit où s’inventent les solutions de demain»

PARIS: Écrivain, entrepreneur, membre de la commission sur le travail de la mémoire entre la France et l’Algérie et sur les mémoires franco-algériennes, cheville ouvrière du Sommet des deux rives, qui s’est tenu en 2019 à Marseille, auteur de plusieurs essais, dont Discriminez-moi! Enquête sur nos inégalités, publié chez Flammarion, Karim Amellal est ambassadeur et délégué interministériel pour la Méditerranée depuis juillet 2020.

Né à Paris, il grandit entre Alger et la capitale française, où il poursuit ses études secondaires et universitaires (Sciences Po), avant de se lancer dans l’enseignement. Au mois de juillet 2020, Emmanuel Macron lui confie la mission de «fédérer autour de Mare Nostrum [mots latins qui désignent la Méditerranée, NDLR]». Une mission que cet ancien enseignant de Science Po Paris, «enfant des deux rives», tel qu’il se définit lui-même, dit prendre très à cœur. C’est là, nous confie-t-il, une «lourde responsabilité, vécue à la fois comme un investissement et un aboutissement, et non comme un accomplissement».

À quelques heures du lancement du Forum des mondes méditerranéens, à Marseille, cet ambassadeur aux multiples facettes partage avec Arab News en français sa vision de cet espace si important pour les deux rives de la Méditerranée. En particulier, il revient sur les objectifs d’un événement qui a notamment pour but de «faire rayonner l’identité méditerranéenne, identité collective, inclusive, et, concrètement, [de] donner une suite au Sommet des deux rives, qui a eu lieu en 2019 à Marseille».

Quel est l’objectif de ce forum?

C’est le suivant: après deux ans de pandémie, parvenir à organiser, évidemment dans des circonstances difficiles, un moment de rassemblement de la société civile de tous ceux qui, à côté des États, font, fabriquent et inventent la Méditerranée d’aujourd’hui et celle de demain. Le but est de mobiliser tous ces acteurs autour de cette question: quelles solutions pouvons-nous imaginer pour répondre aux défis communs qui sont les nôtres en Méditerranée? Certains sont très clairs, tels que l’environnement, le changement, les enjeux de formation, d’éducation, de solidarité, ou encore l’économie, l’emploi, l’entrepreneuriat… L’idée est de mobiliser des acteurs engagés dans ces thématiques qui nous rassemblent autour de solutions, d’initiatives, de projets qui ont pour vocation de construire la Méditerranée de demain.

Pourquoi avez-vous choisi Marseille?

Le président Macron dit toujours que Marseille est la «capitale méditerranéenne de la France». Nous avions déjà organisé le Sommet des deux rives, en 2019. C’est une ville représentative de la Méditerranée. Certes, elle rencontre des difficultés, mais elle possède un immense potentiel, une formidable capacité de rayonnement. À Marseille, les acteurs de la société civile, les entreprises, les acteurs des territoires, les universitaires, la jeunesse, les ONG fabriquent un avenir commun. La Méditerranée, c’est le lieu de tous les possibles, et Marseille est un peu à cette image: c’est cela aussi que nous souhaitons valoriser. Cet événement sera méditerranéen, bien sûr, mais aussi européen, parce qu’il s’inscrit dans le contexte de la présidence française de l’Union européenne; il sera également marseillais.

La coopération entre les pays des deux rives de la Méditerranée tend à se limiter aux seules questions sécuritaire et migratoire. Partagez-vous ce constat?

Je pense que la migration, l’émigration et surtout les questions de mobilité représentent des enjeux considérables en Méditerranée. Elles font partie des préoccupations premières des Méditerranéens, en particulier des jeunes, et c’est un sujet qui est considéré, au Nord comme au Sud, comme très important. Il faut donc l’aborder. Mais nous ne pouvons réduire la coopération en Méditerranée à ce seul sujet, ce serait une erreur.

Cela ne veut pas dire que nous ne devons pas l’aborder et qu’il ne faut pas tenter de trouver des solutions. Nous disposons de nombreuses solutions en matière de mobilité, notamment au sujet des jeunes. Cela veut dire aussi qu’on ne peut pas ne parler que de cela. C’est ce que nous souhaitons faire à Marseille, où nous allons évoquer des thématiques positives, qui rassemblent. Il faut identifier les sujets importants, communs, au sujet desquels il se passe des choses et pour lesquels nous pouvons développer des solutions ensemble.

Il y a par exemple l’environnement, la biodiversité, la formation, l’éducation et, à l’intérieur, il y a les enjeux de mobilité évidemment, notamment en ce qui concerne les jeunes. Le thème économique est également important et la question de la création d’emplois se pose: comment crée-t-on des opportunités? Là encore, il existe un enjeu de mobilité, car les opportunités se trouvent au Nord, mais également au Sud. Il y a aujourd’hui de nombreux sujets tels que l’économie bleue ou la transition énergétique, entre autres. Ce sont ces sujets fédérateurs sur lesquels nous avons voulu nous concentrer; la mobilité est un sujet transversal qui sera abordé dans le cadre de ces thématiques.

Le Sommet des deux rives, organisé en 2019 à Marseille, voulait donner corps aux liens multidimensionnels entre les sociétés des deux rives, créer une dynamique «positive» dans l’espace méditerranéen. À quelques heures du Forum des mondes méditerranéens, où en est-on?

Le Forum des mondes méditerranéens s’inscrit dans le prolongement du Sommet des deux rives de 2019. Ce dernier s’était tenu dans un format plus restreint, puisque c’était 5+5 (les cinq pays de la rive nord et les cinq pays de la rive sud). Le Forum des mondes méditerranéens mobilise des acteurs de toute la Méditerranée, qu’ils viennent de la rive nord, de la rive sud ou de la rive orientale: le périmètre est beaucoup plus large. Le Sommet des deux rives constituait une première pierre; c’était un point de départ extrêmement important parce qu’il a permis de lancer une dynamique.

Aujourd’hui, le Forum des mondes méditerranéens vient poursuivre cette dynamique et il suscite en particulier la mobilisation des acteurs de la société civile. Cet événement sera totalement centré sur la société civile; à Marseille, nous n’inviterons pas des États ou des représentants d’États, mais nous inviterons des personnalités, des acteurs engagés de la société civile de toute la Méditerranée. Il s’agit donc d’un véritable prolongement. Nous continuons aujourd’hui le travail entamé à Marseille en 2019 malgré les difficultés liées au contexte sanitaire.

Selon vous, l’espace méditerranéen peut-il avoir son mot à dire dans la gouvernance mondiale?

La Méditerranée, c’est un miroir du monde, et tous les problèmes y sont concentrés: le changement climatique, les nationalismes, les rivalités entre puissances, la question des libertés, les phénomènes religieux – et en particulier l’extrémisme, malheureusement. Mais la Méditerranée apparaît aussi comme le laboratoire du monde et l’endroit où s’inventent les solutions de demain, précisément grâce aux sociétés civiles, parce que la Méditerranée est un lieu – il n’est certes pas le seul – où la créativité, la vitalité de la jeunesse et des sociétés civiles sont extrêmement importantes.

C’est pour cette raison que nous tenons à organiser ce forum. Après deux ans de pandémie, de «congélation des esprits», en Méditerranée comme ailleurs, il est apparu au président de la république tout à fait essentiel, en dépit des difficultés. En effet, il est très difficile d’organiser un forum de la Méditerranée en ce moment compte tenu du contexte sanitaire, des contraintes de déplacement… Pourtant, il nous paraît essentiel de le mettre en place à ce moment-là, car la Méditerranée a son mot à dire, elle a voix au chapitre, et c’est important que nous entendions cette voix.


Médias: Laurence Bloch à la tête des antennes et de la stratégie de Radio France en septembre

Laurence Bloch a effectué l'ensemble de sa carrière au sein de la radio publique française, soit 42 ans. (Photo, AFP)
Laurence Bloch a effectué l'ensemble de sa carrière au sein de la radio publique française, soit 42 ans. (Photo, AFP)
Short Url
  • Elle remplacera Dana Hastier, directrice des antennes et de la stratégie éditoriale de Radio France depuis juillet 2019
  • Selon Le Figaro, cette dernière, ancienne directrice de France 3, «devrait rejoindre le secteur de la production audiovisuelle»

PARIS : La directrice sortante de France Inter, Laurence Bloch, remplacée fin août par Adèle Van Reeth, prendra la tête des antennes et de la stratégie de Radio France à la rentrée, a appris mercredi l'AFP auprès du groupe, confirmant une information de Télérama.

Elle remplacera Dana Hastier, directrice des antennes et de la stratégie éditoriale de Radio France depuis juillet 2019. Selon Le Figaro, cette dernière, ancienne directrice de France 3, "devrait rejoindre le secteur de la production audiovisuelle".

Laurence Bloch a effectué l'ensemble de sa carrière au sein de la radio publique française, soit 42 ans.

Sous sa houlette, France Inter, dont elle a pris les rênes en mai 2014, est devenue la radio la plus écoutée de France, détrônant sa grande rivale RTL.

Ces annonces s'inscrivent dans un mouvement plus large de changements au sein du groupe radiophonique public. En janvier, Ruddy Aboab et Mathieu Marmouget avaient été nommés respectivement à la tête de FIP et du Mouv'.


Glasgow va restituer des objets d'art à l'Inde, une première pour le Royaume-Uni

Les visiteurs regardent les expositions de la Kelvingrove Art Gallery and Museum, à Glasgow le 26 avril 2021. (Photo, AFP)
Les visiteurs regardent les expositions de la Kelvingrove Art Gallery and Museum, à Glasgow le 26 avril 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • Ces sept antiquités ont été pillées dans des lieux sacrés tels que des temples et offerts aux collections des musées de la ville écossaise
  • Au total, Glasgow est sur le point de restituer, aux descendants de leurs propriétaires, 51 objets d'Inde, du Nigeria et des tribus sioux Cheyenne River et Oglala dans l'État américain du Dakota du Sud

GLASGOW: La ville de Glasgow, en Ecosse, a annoncé mercredi qu'elle restituerait sept objets d'art indiens pillés pendant la période coloniale, soulignant qu'il s'agit d'une première pour un musée britannique. 

Six des objets ont été volés dans le nord de l'Inde dans les années 1800, et un septième a été acheté illégalement après avoir été volé à ses propriétaires d'origine. 

Ces sept antiquités ont été pillées dans des lieux sacrés tels que des temples et offerts aux collections des musées de la ville écossaise. 

Les promesses de restitution de Glasgow s'inscrivent dans une démarche d'évaluation de la provenance des objets conservés dans les musées occidentaux, dans le sillage des mouvements contre le racisme. 

Des discussions sont en cours avec des diplomates indiens et, la semaine dernière, une délégation nigériane a été reçue pour évoquer le rapatriement de 19 bronzes du Bénin. 

Il y a quelques mois, deux universités britanniques ont restitué au Nigeria deux bronzes du Bénin, des sculptures pillées au XIXe siècle par des colons britanniques. 

Au total, Glasgow est sur le point de restituer, aux descendants de leurs propriétaires, 51 objets d'Inde, du Nigeria et des tribus sioux Cheyenne River et Oglala dans l'État américain du Dakota du Sud. 

Parmi les 25 objets culturels à restituer à la tribu des Lakotas, certains sont sacrés. D'autres ont été prélevés sur le site du massacre de Wounded Knee où, en décembre 1890, au moins 150 Amérindiens sur le point de rendre leurs armes ont été tués par l'armée américaine. 

« En réparant les erreurs du passé, nous pensons que ces restitutions aideront à renforcer les relations existantes avec ces communautés de descendants », a déclaré Duncan Dornan, responsable des musées et des collections de Glasgow Life. 


Au Danemark, un nouveau musée pour raconter les destins des réfugiés

Le nouveau musée a été conçu par l’architecte danois de renommée mondiale Bjarke Ingels, qui a récemment signé le nouveau siège de Google dans la Silicon Valley. (AFP).
Le nouveau musée a été conçu par l’architecte danois de renommée mondiale Bjarke Ingels, qui a récemment signé le nouveau siège de Google dans la Silicon Valley. (AFP).
Short Url
  • Baptisé "Flugt" - la fuite, en danois -, il vient d'être inauguré à Oksbøl
  • Le musée est construit sur le site d'un ancien camp de réfugiés allemands de la Seconde Guerre mondiale

OKSBOL: Construit sur le site d'un ancien camp de réfugiés allemands de la Seconde Guerre mondiale, un nouveau musée consacré aux exilés ouvre ses portes mercredi au Danemark pour mieux raconter les histoires personnelles derrière la migration forcée.

Baptisé "Flugt" - la fuite, en danois -, il vient d'être inauguré à Oksbøl, une petite ville sur la côte ouest du pays scandinave, un des Etats d'Europe à la ligne la plus dure en matière d'immigration.

Dans ce qui fut jadis l'hôpital du camp auquel a été ajoutée une aile moderne, au milieu d'effets personnels - d'une tente à un ours en peluche -, l'exposition retrace les parcours individuels des exilés.

L'histoire, à l'origine du lieu, des réfugiés allemands à la chute du nazisme, mais aussi de ceux ayant trouvé refuge au Danemark pour fuir la guerre et l'oppression.

"Nous voulons raconter l'histoire, derrière les chiffres, des vrais gens", explique à l'AFP le directeur du musée Claus Kjeld Jensen.

Ici, au crépuscule de la guerre de 1939-1945, des dizaines de milliers d'Allemands fuyant la progression de l'Armée rouge ont trouvé refuge sur ces terrains militaires de landes et de plages au bord de la mer du Nord.

Oksbøl était alors devenue en quelques semaines la cinquième ville du Danemark en termes de population.

Dans le camp, opérationnel de 1945 à 1949, il y avait derrière des barbelés des écoles, un théâtre et un atelier.

En dehors des deux bâtiments de l'hôpital et d'un cimetière caché par une forêt touffue, il restait peu de traces de ce passé que le musée vient ressusciter.

"Il y a cette période de l'histoire du monde qui s'est déroulée ici même, où nous sommes. Mais il y a aussi la situation d'aujourd'hui", souligne Kjeld Jensen.

"Nous avons beaucoup plus de réfugiés dans le monde que nous n'en avions à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Donc je suppose que la question est plus pertinente que jamais", dit le conservateur.

« Sanctuaire »

Inauguré samedi par la reine du Danemark Margrethe II et le vice-chancelier allemand Robert Habeck, le musée a coûté au total 16 millions d'euros, dont 1,5 apportés par Berlin.

"Personne n'aurait pu penser qu'il serait si tristement actuel de parler de réfugiés et d'exil", a souligné la monarque de 82 ans.

Fin 2021, le monde comptait près de 90 millions de personnes déracinées -réfugiés et déplacés internes-,  selon le HCR, l’agence des Nations unies pour les réfugiés.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a déclenché un nouveau mouvement sur le continent, avec au moins 12 millions de personnes ayant quitté leurs foyers, selon l’ONU.

Le nouveau musée a été conçu par l’architecte danois de renommée mondiale Bjarke Ingels, qui a récemment signé le nouveau siège de Google dans la Silicon Valley.

"Lorsque nous avons commencé ce projet, nous pensions que cela faisait partie du passé pour l’Europe occidentale", a-t-il dit lors de l’inauguration.

A l’intérieur de son oeuvre, d’imposantes charpentes en bois s’étirent vers le ciel, créant un grand foyer ouvert à partir duquel les visiteurs explorent les expositions.

Un lieu conçu comme "une oasis ou un sanctuaire qui s’ouvre vers la forêt", selon son concepteur. "C'est d’une certaine manière ce que les réfugiés ont, je l’espère, trouvé ici – un sanctuaire et l’aperçu d’un avenir meilleur".

Pour certains, la politique actuelle du Danemark vis-à-vis des réfugiés colle mal avec la philosophie du musée.

Ces dernières années, les gouvernements de droite comme de gauche ont mené l’une des politiques migratoires les plus strictes d’Europe.

Le Danemark est ainsi devenu le premier pays de l’Union européenne à réexaminer les cas de plusieurs centaines de Syriens de Damas ayant obtenu l'asile, jugeant que la situation leur permettait de rentrer chez eux.

Les politiques migratoires danoises "sont très orientées politiquement et nous espérons, bien sûr, qu’il y aura un moyen de changer cela", a déclaré le représentant du HCR, Henrik Nordentoft.