Ukrainiens en Pologne: entre l'angoisse et la volonté de se battre

Des réfugiés de l'est de l'Ukraine quittent un bus à l'aéroport de Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine, le 13 janvier 2015. (Photo, AFP)
Des réfugiés de l'est de l'Ukraine quittent un bus à l'aéroport de Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine, le 13 janvier 2015. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 29 janvier 2022

Ukrainiens en Pologne: entre l'angoisse et la volonté de se battre

  • La Pologne accueille depuis plusieurs années les Ukrainiens, qui viennent massivement y travailler
  • Plus de 300 000 Ukrainiens bénéficient actuellement d'une carte de séjour en Ukraine, selon les données officielles

VARSOVIE : "C'est pour nous l'angoisse, l'inquiétude et la peur pour nos proches qui sont restés en Ukraine", témoigne Hrystyna Zanyk, établie depuis neuf ans en Pologne voisine.

Les informations qui affluent de son pays sont loin d'être rassurantes: plus de 100 000 militaires russes sont massés à la frontière ukrainienne depuis fin 2021, selon les estimations des Occidentaux, qui craignent une invasion imminente de l'Ukraine.

"Nous, on est en sécurité, loin de tout cela. Mais chacun cherche sa propre réponse à cette situation", explique à l'AFP Mme Zanyk, originaire de Kolomya, dans l'ouest de l'Ukraine, rédactrice en chef de l'hebdomadaire ukrainien en Pologne "Notre voix".

La Pologne accueille depuis plusieurs années les Ukrainiens, qui viennent massivement y travailler.

Plus de 300 000 Ukrainiens bénéficient actuellement d'une carte de séjour en Pologne, selon les données officielles, mais leur nombre réel est estimé à environ 1,5 million, et augmente visiblement depuis 2014, l'année de l'annexion de la Crimée par la Russie.

«Je ne reviens plus»

"Je ne vais pas revenir en Ukraine. C'est invivable", déclare fermement Lessia Savchyn, caissière dans un magasin à Varsovie, originaire d'Ivano-Frankivsk, dans l'ouest de l'Ukraine.

"C'est la misère là-bas. On envoie de l'argent à nos proches pour qu'ils puissent payer leur loyer, l'électricité, les médicaments, se nourrir", dit la jeune femme de 26 ans qui vit en Pologne depuis cinq ans.

Selon elle, nombre d'hommes fuient le pays "pour éviter d'être mobilisés par l'armée". Certains au contraire veulent revenir au pays pour se battre.

Dmytro Dovzhenko, ancien étudiant en marketing et médecine, reste à la tête d'une fondation d'entraide d'anciens combattants ukrainiens établis dans des pays de l'Union européenne. Lui-même vétéran des combats dans l'est de l'Ukraine, de 2014 à 2019, il réside désormais avec sa famille à Wroclaw, dans le sud-ouest de la Pologne.

"Dès qu'on aura besoin de nous, 70% d'entre nous sont prêts à retourner en Ukraine. S'il y a une grande guerre, on rejoindra l'armée", déclare-t-il à l'AFP.

«Huit ans de guerre»

M. Dovzhenko avoue cependant ne ressentir "plus aucune émotion" face aux nouvelles en provenance de la frontière russo-ukrainienne.

"Cette guerre, elle est là depuis huit ans. Rien n'a changé. C'est même un peu mieux en ce moment parce qu'on reçoit de l'aide d'autres pays", explique-t-il en faisant référence à la mobilisation importante à l'Occident en vue de désamorcer la menace à la paix et à la sécurité européennes et mondiales.

L'engagement de l'Occident "est une bonne chose, même s'il arrive un peu tard", souligne Miroslaw Kupicz, responsable de l'Association des Ukrainiens en Pologne.

Confusion

Pourtant "tout le monde n'est pas fait pour se battre, fait remarquer Mme Zanyk, on peut faire d'autres choses, aider financièrement ou, par exemple, diffuser des informations fiables".

Loin de chez eux, les migrants restent souvent à la merci des réseaux sociaux qui foisonnent de fake news ou d'informations de sources incertaines qui sèment la confusion.

Galina, originaire de la région de Ternopil, en Ukraine occidentale, vient en Pologne régulièrement depuis 10 ans pour travailler comme femme de ménage, tout comme sa mère. Angoissée, elle ne veut plus entendre les services d'informations.

Pourtant, les rumeurs courent sans arrêt.

Elle a entendu que toutes les femmes ukrainiennes doivent se faire inscrire sur des listes de personnes mobilisables en cas de nécessité.

"Qu'est-ce qu'on va faire à cette guerre, on y fera de la cuisine pour les soldats? On va troquer nos aspirateurs contre des kalachnikov?", s'exclame-t-elle.


Le Texas exécute son deuxième détenu de 2022

Allan B. Polunsky, où se trouve le couloir de la mort au Texas, à Livingston (Photo, AFP).
Allan B. Polunsky, où se trouve le couloir de la mort au Texas, à Livingston (Photo, AFP).
Short Url
  • Kosoul Chanthakoummane, 41 ans, a été reconnu coupable du meurtre de Sarah Walker, 40 ans, battue et poignardée dans une maison témoin
  • Le Texas, grand Etat du Sud conservateur qui exécute le plus de détenus aux Etats-Unis, a mis à mort trois prisonniers en 2021

WASHINGTON: Un détenu, condamné à la peine capitale pour le meurtre d'une agente immobilière, a été exécuté mercredi au Texas, ont annoncé les autorités, ce qui constitue la deuxième exécution de l'Etat cette année.

Kosoul Chanthakoummane, 41 ans, a été reconnu coupable du meurtre de Sarah Walker, 40 ans, battue et poignardée dans une maison témoin en 2006.

Malgré le fait que son ADN avait été retrouvé sous les ongles de la victime et des témoignages le liant à la scène du crime, M. Chanthakoummane a toujours clamé son innocence.

"A la famille de Mme Walker, j'espère que ma mort vous apportera la paix", a-t-il dit lors de ses dernières paroles, selon les autorités texanes.

Kosoul Chanthakoummane avait tenté plusieurs fois de faire appel de sa condamnation, arguant que les preuves le liant aux crimes n'étaient pas scientifiques, mais une cour d'appel a statué que celles-ci étaient suffisantes pour que l'exécution ait lieu.

Le Texas, grand Etat du Sud conservateur qui exécute le plus de détenus aux Etats-Unis, a mis à mort trois prisonniers en 2021 et trois autres exécutions sont prévues pour 2022, selon le site du ministère de la Justice pénale du Texas.


Le Mali demande une réunion d'urgence du Conseil de sécurité sur les «actes d'agression» français

Le drapeau malien est hissé lors de la cérémonie de passation de la base militaire de Barkhane des Français à l'armée malienne à Tombouctou (Photo, AFP).
Le drapeau malien est hissé lors de la cérémonie de passation de la base militaire de Barkhane des Français à l'armée malienne à Tombouctou (Photo, AFP).
Short Url
  • Le gouvernement dominé par les militaires fait franchir un nouveau degré à l'escalade verbale de ses incriminations contre la France
  • L'armée française, poussée vers la sortie, a quitté successivement et transféré aux autorités maliennes ses différentes bases au Mali

BAMAKO: Le Mali a demandé au Conseil de sécurité de l'ONU une réunion d'urgence pour faire cesser ce qu'il présente comme "les actes d'agression" de la France sous forme de violations de sa souveraineté, de soutien apporté selon lui aux groupes jihadistes et d'espionnage.

Avec ces accusations, le gouvernement dominé par les militaires fait franchir un nouveau degré à l'escalade verbale de ses incriminations contre la France. Le nouveau commandant de la force antijihadiste française au Sahel a jugé le propos "insultant" pour la mémoire des soldats français et maliens et des Casques bleus tués au Mali, pays pris dans la tourmente jihadiste et sécuritaire depuis 2012.

Ces dernières manifestations de la détérioration des relation coïncident strictement avec le départ du dernier soldat français au Mali après neuf ans d'engagement contre les jihadistes. La junte au pouvoir au Mali depuis le putsch d'août 2020 s'est détournée de la France et de ses alliés pour se tourner vers la Russie.

L'armée française, poussée vers la sortie, a quitté successivement et transféré aux autorités maliennes ses différentes bases au Mali, la dernière lundi à Gao. Les Russes semblent n'avoir pas traîné. Le gouvernement allemand a indiqué mercredi disposer d'informations selon lesquelles environ 20 à 30 personnes, probablement des Russes en uniforme, ont été repérées en train de décharger un avion sur l'aéroport de Gao le jour du départ français.

L'aéroport jouxte immédiatement le périmètre qui incluait la base française, et comprend aussi le camp de la mission de l'ONU (Minusma), avec un fort contingent allemand.

Mise en garde

Du même jour date une lettre adressée par le chef de la diplomatie malienne, Abdoulaye Diop, à la présidence en exercice chinoise du Conseil de sécurité de l'ONU. La lettre, transmise mercredi à des journalistes par ses services et abondamment reproduite sur les réseaux sociaux, dénonce les "violations répétitives et fréquentes" de l'espace aérien national par les forces françaises au cours des derniers mois, et les vols d'appareils français se livrant à "des activités considérées comme de l'espionnage" et des tentatives "d'intimidation".

Les autorités maliennes disposent "de plusieurs éléments de preuve que ces violations flagrantes de l'espace aérien malien ont servi à la France pour collecter des renseignements au profit des groupes terroristes opérant dans le Sahel et pour leur larguer des armes et des munitions", ajoute M. Diop. Il laisse entendre que les Français pourraient avoir transporté par hélicoptère deux membres d'un groupe jihadiste début août dans la région de Tombouctou.

Le Mali "invite" le Conseil de sécurité à oeuvrer pour que la France "cesse immédiatement ses actes d'agression" et demande à la présidence chinoise de communiquer ces éléments aux membres du Conseil de sécurité en vue d'une réunion d'urgence, indique M. Diop.

Le Mali "se réserve le droit de faire usage de la légitime défense" si les agissements français persistent, conformémement à la Charte des Nations unies, affirme le ministre.

Le général Bruno Baratz, commandant de la force française Barkhane, a trouvé "étonnant" que les Français soient accusés de soutenir les jihadistes.

Reconnaissance

"C'est un peu insultant pour la mémoire de nos 59 camarades (français) qui sont tombés en se battant pour le Mali, et également pour la mémoire de tous les Maliens qui se sont battus à nos côtés, mais aussi les personnels de la Minusma, des forces africaines de la Minusma qui sont tombés en luttant contre le terrorisme", a-t-il dit à Radio France Internationale au Niger, pays voisin du Mali et allié de la France qui a accepté le maintien d'une base aérienne française à Niamey.

Interrogé sur les accusations portées par le Mali contre la France, le porte-parole adjoint du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a déclaré que les Nations unies étaient "extrêmement  reconnaissantes à la France et aux forces françaises de leur engagement" pour stabiliser le Mali. Farhan Haq a espéré devant la presse sans nommer personne que tout autre pays coopérant avec les autorités maliennes essaierait "pareillement de jouer un rôle stabilisateur".

Quant à une réunion d’urgence du Conseil, il a déclaré que la décision appartenait à ses membres.

Le Mali n’est pas membre du Conseil de sécurité et sa demande doit être relayée par un Etat membre. Un diplomate a jugé sous couvert de l'anonymat à New York "improbable" qu’une telle réunion ait lieu.


Variole du singe: Etudes en cours sur ses mutations génétiques

Un médecin examine un patient souffrant de plaies causées par une infection de variole du singe (Photo, AFP).
Un médecin examine un patient souffrant de plaies causées par une infection de variole du singe (Photo, AFP).
Short Url
  • Plus de 35 000 cas dans 92 pays, et 12 décès, ont été signalés à l'OMS. La quasi-totalité des nouveaux cas sont signalés en Europe
  • L'OMS a déclaré la situation d'urgence de santé publique internationale le 23 juillet

GENEVE: Des études sont en cours pour déterminer si des mutations génétiques du virus de la variole du singe sont à l'origine de la propagation rapide de la maladie, a indiqué mercredi à l'AFP l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les deux clades ou variants distincts du virus étaient appelées clades du Bassin du Congo (Afrique centrale) et de l'Afrique de l'Ouest, du nom des deux régions où elles sont endémiques. Vendredi, l'OMS a rebaptisé ces groupes respectivement Clade I et Clade II, afin d'éviter tout risque de stigmatisation géographique.

Elle a également annoncé que le clade II comportait deux sous-clades, IIa et IIb, les virus de ce dernier étant identifiés comme étant à l'origine de l'épidémie mondiale actuelle.

Mercredi, l'OMS a précisé que les clades IIa et IIb sont apparentés et partagent un ancêtre commun récent - par conséquent, IIb n'est pas une ramification de IIa.

"En examinant le génome, effectivement il y a quelques différences génétiques entre les virus de l'épidémie actuelle et les virus plus anciens du clade IIb", a déclaré l'OMS à l'AFP. "Cependant, on ne sait rien de l'importance de ces changements génétiques, et des recherches sont en cours pour établir les effets (s'il y en a) de ces mutations sur la transmission et la gravité de la maladie".

"Il est encore tôt, tant dans l'épidémie que dans les études en laboratoire, pour dire si l'augmentation des infections pourrait être due aux changements de génome observés dans le virus, ou si elle est due à des facteurs liés à l'hôte (humain)", selon l'OMS.

Une recrudescence des infections par le virus de la variole du singe a été signalée depuis début mai en dehors des pays africains endémiques. L'OMS a déclaré la situation d'urgence de santé publique internationale le 23 juillet.

Plus de 35.000 cas dans 92 pays, et 12 décès, ont été signalés à l'OMS. La quasi-totalité des nouveaux cas sont signalés en Europe et aux Amériques.

L'OMS a prévenu que sa campagne visant à renommer la variole du singe pourrait prendre "plusieurs mois". Depuis des semaines, l'organisation s'inquiète de ce nom, les experts estimant qu'il est trompeur.

La variole du singe a été ainsi baptisée parce que le virus a été identifié à l'origine chez des singes élevés pour la recherche au Danemark en 1958.

Toutefois, la maladie se manifeste le plus souvent chez les rongeurs, et l'épidémie actuelle se propage par contact entre humains.

L'OMS a demandé l'aide du public pour trouver un nouveau nom et a monté un site Web afin de collecter les suggestions.