Mali: le ton monte entre Paris et Bamako, le Danemark rapatrie ses soldats

Des soldats français montent à bord d'un C-130 après la cérémonie de passation de la base militaire de Barkhane à l'armée malienne à Tombouctou, le 14 décembre 2021. (Photo, AFP)
Des soldats français montent à bord d'un C-130 après la cérémonie de passation de la base militaire de Barkhane à l'armée malienne à Tombouctou, le 14 décembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 28 janvier 2022

Mali: le ton monte entre Paris et Bamako, le Danemark rapatrie ses soldats

  • Le Danemark a annoncé jeudi le rapatriement de sa centaine de soldats déployés au Mali comme l'exigeait la junte malienne
  • L'armée danoise a jugé, dans un communiqué, qu'il faudrait «plusieurs semaines» pour ramener hommes et matériel

COPENHAGUE : Dénonçant "un jeu politique sale" de Bamako, le Danemark a annoncé jeudi le rapatriement de sa centaine de soldats déployés au Mali comme l'exigeait la junte malienne, un nouveau coup dur pour la force européenne antijihadiste commandée par la France.

"Les généraux au pouvoir (...) ont réaffirmé que le Danemark n'était pas le bienvenu au Mali. Nous ne l'acceptons pas et pour cette raison, nous avons décidé de rapatrier nos soldats", a déclaré le ministre des Affaires étrangères Jeppe Kofod après une réunion au Parlement à Copenhague.

"Nous sommes là à l'invitation du Mali. Les généraux putschistes - dans un jeu politique sale - ont retiré cette invitation (...) parce qu'ils ne veulent pas d'un plan rapide de retour à la démocratie", s'est-il insurgé.

«  On ne peut pas rester comme cela  » au Mali, affirme Le Drian

jean-yves le drian
Les forces françaises et européennes ne peuvent "pas rester comme cela" au Mali, a affirmé Jean-Yves Le Drian. (AFP). 

 

Les forces françaises et européennes ne peuvent "pas rester comme cela" au Mali et sont en train d'examiner comment "adapter leur dispositif" de lutte antijihadiste dans la région, a averti vendredi le ministre français des Affaires étrangères.

"On ne peut pas rester comme cela (..) Nous avons engagé des discussions et avec nos partenaires africains et avec nos partenaires européeens pour savoir comment on peut adapter notre dispositif en fonction de la nouvelle situation" au Mali, a déclaré Jean-Yves Le Drian sur la radio RTL.

Jeudi après-midi, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian avait par ailleurs apporté son soutien aux proposde son homologue nigérien Hassoumi Massoudou. "Cette junte est illégitime et prend des mesures irresponsables (...). Elle porte l'entière responsabilité du retrait des forces danoises et s'isole davantage encore de ses partenaires internationaux", a-t-il déclaré aux côtés de son homologue nigérien à Paris.

Le chef de la diplomatie française a par ailleurs annoncé "des discussions avec l'ensemble de nos partenaires" pour "tirer les conséquences de cette double rupture marquée par la junte, à la fois politique et militaire".

Les pays contributeurs comptent échanger vendredi en visioconférence pour statuer sur l'avenir de Takuba, groupement de forces spéciales européennes créé en 2020 à l'initiative de la France, en vue de partager le fardeau au Sahel, et que le Danemark avait rejoint.

A la surprise générale, la junte au pouvoir au Mali depuis le coup d'Etat de 2020 avait demandé dès lundi au Danemark de retirer ses troupes, arrivées la semaine précédente, au motif que leur déploiement était "intervenu sans son consentement".

Copenhague avait rétorqué avoir répondu à une "invitation claire" du Mali. Mais le gouvernement malien de transition avait réitéré "avec insistance" sa demande dans la nuit de mercredi à jeudi. "Nous ne pouvons pas rester alors que le gouvernement du Mali ne veut pas de nous", a justifié la ministre de la Défense, Trine Bramsen, avant d'ajouter: "Nous ne voulons pas non plus être la risée de tous".

L'armée danoise a jugé, dans un communiqué, qu'il faudrait "plusieurs semaines" pour ramener hommes et matériel.

La junte demande des excuses

Ce nouveau revers pour la force européenne antijihadiste, qui avait demandé mercredi à la junte de "respecter les bases solides de la coopération diplomatique et opérationnelle", intervient en pleine dégradation des relations entre la France, à la tête de la coalition, et le Mali.

La crise s'est accélérée depuis que les militaires arrivés au pouvoir à la faveur d'un putsch en août 2020 sont revenus sur leur engagement initial d'organiser en février 2022 des élections qui auraient ramené les civils à la tête du pays. La communauté internationale s'inquiète aussi de la présence sur le sol malien de paramilitaires du sulfureux groupe de mercenaires russes Wagner.

Mardi, la ministre française des Armées Florence Parly a accusé la junte de multiplier "les provocations". Un haut responsable de celle-ci lui a en retour donné le "conseil" de se taire, en évoquant, grinçant au possible, une "phrase d'Alfred de Vigny sur la grandeur du silence".

L'arrivée des soldats danois, prévue depuis le printemps 2021, avait été annoncée le 18 janvier. Aguerrie par sa participation à la plupart des interventions militaires occidentales depuis 20 ans (Afghanistan, Irak, Libye...), l'armée danoise avait déjà envoyé ces dernières années des renforts au Mali, pour certains au sein de la Minusma - force de l'ONU - et pour d'autres au sein de la force française Barkhane, dont des hélicoptères.

Les officiers danois de la mission onusienne ne sont pas concernés par la décision de jeudi.

Mercredi, la junte a estimé être en droit de recevoir "des excuses des autorités danoises" tout en évoquant la "très bonne réputation" du Danemark au Mali, en raison de son action en faveur du développement. "Nous les invitons à faire attention à certains partenaires qui ont du mal malheureusement à se départir des réflexes coloniaux", était-il écrit.

A Paris, le chef de la diplomatie nigérienne a pour sa part salué la "convergence totale de points de vue" entre Paris et Niamey. "Nous sommes déterminés à continuer cette lutte dans un cadre clair, dans des rapports civilisés avec des partenaires étatiques, pour combattre le terrorisme et vaincre le terrorisme", a déclaré Hassoumi Massoudou.


En Espagne, la sécheresse ravive les tensions sur la gestion de l'eau

Pour les experts, c'est l'usage des ressources qui pose problème, dans un pays où il n'est pas rare de voir des pelouses arrosées en pleine journée en période de canicule. (AFP).
Pour les experts, c'est l'usage des ressources qui pose problème, dans un pays où il n'est pas rare de voir des pelouses arrosées en pleine journée en période de canicule. (AFP).
Short Url
  • Comme la France et l'Italie, la péninsule ibérique a connu ces derniers mois des vagues de chaleur extrême, au sortir d'un hiver inhabituellement sec
  • En Espagne, le manque d'eau n'est pourtant pas une nouveauté. Le pays s'est même érigé en modèle d'adaptation face aux pluies irrégulières

MADRID: Le manque de pluie va-t-il finir en guerre de l'eau? Confrontée à une sécheresse historique, l'Espagne s'interroge sur l'avenir de ses ressources hydriques, consacrées en grande partie à l'irrigation des terres agricoles, alors que 75% du pays est menacé de désertification.

Face au manque de précipitations, "nous devons être extrêmement prudents et responsables au lieu de fermer les yeux", a prévenu récemment la ministre espagnole de la Transition écologique, Teresa Ribera, disant anticiper des "épisodes de tension maximale".

Comme la France et l'Italie, la péninsule ibérique a connu ces derniers mois des vagues de chaleur extrême, au sortir d'un hiver inhabituellement sec. Les réserves d'eau espagnoles sont ainsi tombées début août à 40,4% de leur capacité, soit 20 points de moins que la moyenne des dix dernières années à cette époque.

Cette situation a poussé les autorités à prendre des mesures d'urgence pour limiter la consommation d'eau, notamment en Catalogne et en Andalousie (sud), où le niveau des réservoirs ne dépasse pas 25% (au lieu de 56,5%) dans le bassin du Guadalquivir, qui irrigue l'ensemble de la région.

"La situation est dramatique", tant pour "les eaux de surface" que pour "les nappes phréatiques", constate Rosario Jiménez, professeure d'hydrologie à l'université de Jaén (Andalousie). Une situation d'autant plus inquiétante qu'elle s'inscrit dans une tendance de fond que Rosario Jiménez attribue au réchauffement climatique.

« Surexploitation » de l'eau 

En Espagne, le manque d'eau n'est pourtant pas une nouveauté. Le pays s'est même érigé en modèle d'adaptation face aux pluies irrégulières, grâce à ses transferts d'eau entre bassins hydrologiques et à ses nombreux réservoirs, construits pour sécuriser l'approvisionnement des villes et des parcelles agricoles.

Au cours du 20e siècle, 1.200 grands barrages ont ainsi été aménagés dans le pays, un record européen rapporté au nombre d'habitants. Cela "a permis à l'Espagne de passer en termes de terres irriguées de 900.000 à 3.400.000 hectares", se félicite sur son site internet le ministère de la Transition écologique, qui estime que "le système de gestion de l'eau en Espagne est un exemple de succès".

Mais pour nombre d'experts, ce système montre aujourd'hui ses limites. Ces barrages ont "eu leur utilité", mais ont aussi "favorisé la surexploitation" de l'eau et sa baisse de qualité, en entravant le cours naturel des rivières et leur régénération, dénonce Julio Barea, responsable de campagne pour Greenpeace Espagne.

Pour le Conseil scientifique du bassin Rhône-Méditerranée, organisme français regroupant des spécialistes d'hydrologie, "le modèle espagnol" ne tient "que dans la mesure où les ressources en eau sont suffisamment disponibles" pour permettre "le remplissage des retenues" d'eau.

Or, "il semble que ces limites physiques soient proches", estime-t-il dans un rapport. Et d'ajouter que "les évolutions climatiques déjà à l'oeuvre, et qui vont perdurer dans les décennies à venir, vont accentuer le risque de défaillances, dont la gravité pourra aussi tenir aux faibles possibilités d'adaptation" du modèle actuel.

« Fuite en avant »

Pour les experts, c'est l'usage des ressources qui pose problème, dans un pays où il n'est pas rare de voir des pelouses arrosées en pleine journée en période de canicule, comme c'est le cas à Madrid. "La consommation n'a pas cessé d'augmenter alors que l'eau dont nous disposons est de plus en plus rare. C'est une aberration", s'agace Julio Barea.

En cause: l'essor du tourisme, avec la construction d'infrastructures gourmandes en eau (golfs, piscines...), mais aussi l'agriculture intensive, qui absorbe plus de 80% des ressources hydriques, pour des plantations parfois complètement inadaptées au climat sec, comme les fraises ou les avocats, destinés au marché européen.

"Le recours à l'irrigation en Espagne est irrationnel. Nous ne pouvons pas être le potager de l'Europe" alors qu'"il y a des cas de pénurie d'eau pour les habitants", dénonce Julia Martínez, directrice technique de la Fondation "Nueva cultura por el Agua", groupe d'experts qui milite pour une meilleure gestion de l'eau.

Disant vouloir prendre le problème du manque d'eau à bras-le-corps, le gouvernement a adopté mi-juillet un plan stratégique censé "adapter le système de gestion existant aux impacts du réchauffement climatique", avec des mesures promouvant le "recyclage" et un usage "efficient et rationnel" des ressources.

Mais pour les spécialistes, les avancées restent timides, alors que nombre de régions continuent de parier sur une hausse des terres irriguées. "Il faut des mesures plus drastiques", passant notamment par "une restructuration du système agricole" espagnol, tranche Julio Barea.

Un avis partagé par Julia Martínez, qui rappelle que "l'Espagne est le pays d'Europe exerçant le plus de pression sur ses ressources hydriques". "Il y a des décisions que personne ne veut prendre, mais on ne peut pas continuer cette fuite en avant", avertit-elle.


L'Ukraine frappe de nouveau un pont stratégique à Kherson

Les autorités d'occupation prévoient un référendum d'annexion de Kherson et de la région voisine de Zaporijjia. (AFP).
Les autorités d'occupation prévoient un référendum d'annexion de Kherson et de la région voisine de Zaporijjia. (AFP).
Short Url
  • Ces frappes ont été confirmées par la porte-parole du commandement sud des forces armées ukrainiennes, Natalia Goumeniouk
  • Kherson, capitale de la région éponyme, est située à quelques kilomètres à peine du front où les forces ukrainiennes annoncent depuis plusieurs semaines une contre-offensive

KIEV: Les forces ukrainiennes ont de nouveau frappé dans la nuit de dimanche à lundi un important pont de Kherson, ville du sud du pays occupée par les troupes russes, ont annoncé les autorités de Kiev.

"Quelle nuit pour les occupants dans la région de Kherson. Des frappes dans la zone du pont Antonovski", a affirmé sur Facebook un député régional, Serguiï Khlan.

Ces frappes ont été confirmées par la porte-parole du commandement sud des forces armées ukrainiennes, Natalia Goumeniouk.

"La conduite de tir que nous avons mise au point depuis plusieurs jours a des résultats. Les impacts sont considérables aussi bien pour le pont Antonovski que Kakhovski", un autre pont, a-t-elle déclaré à la télévision ukrainienne.

Le pont Antonovski, en banlieue de Kherson, est stratégique et vital pour le ravitaillement car il est le seul reliant la ville à la rive sud du Dniepr et au reste de la région de Kherson.

Il avait déjà été visé et partiellement détruit le 27 juillet, forçant l'armée russe à repenser ses chaînes logistiques. Des pontons mobiles auraient notamment été installés.

Kherson, capitale de la région éponyme, est située à quelques kilomètres à peine du front où les forces ukrainiennes annoncent depuis plusieurs semaines une contre-offensive afin de reconquérir ces territoires perdus dans les tous premiers jours de l'offensive russe contre l'Ukraine.

Essentielle pour l'agriculture ukrainienne, la région est aussi stratégique car limitrophe de la péninsule de Crimée, annexée par Moscou en 2014. En l'occupant, la Russie a pu constituer un pont terrestre pour relier la Crimée au territoire russe et aux autres régions ukrainiennes qu'elle occupe.

Les autorités d'occupation prévoient d'ailleurs un référendum d'annexion de Kherson et de la région voisine de Zaporijjia.


Tchad: la junte signe un accord avec des rebelles pour un dialogue national

Sur cette photo d'archive prise le 23 avril 2021, Mahamat Idriss Deby (au centre) est assis à la tribune d'honneur lors des funérailles nationales de son père, le président tchadien Idriss Deby à N'Djamena. Le chef de la junte au pouvoir au Tchad s'est envolé le 5 août 2022 pour le Qatar pour sceller un éventuel accord de paix avec les rebelles, une étape clé dans les plans de restauration d'un régime civil. (AFP).
Sur cette photo d'archive prise le 23 avril 2021, Mahamat Idriss Deby (au centre) est assis à la tribune d'honneur lors des funérailles nationales de son père, le président tchadien Idriss Deby à N'Djamena. Le chef de la junte au pouvoir au Tchad s'est envolé le 5 août 2022 pour le Qatar pour sceller un éventuel accord de paix avec les rebelles, une étape clé dans les plans de restauration d'un régime civil. (AFP).
Short Url
  • L'arrangement, censé ouvrir la voie au retour à un pouvoir civil, a été qualifié de "moment clé pour le peuple tchadien"
  • Depuis cinq mois, différents acteurs tchadiens négocient sous l'égide du Qatar pour mettre fin à des décennies de troubles et d'instabilité

DOHA: Le chef de la junte au Tchad, Mahamat Idriss Déby Itno, a signé lundi au Qatar un accord avec une quarantaine de groupes rebelles destiné à lancer un dialogue national le 20 août à N'Djamena, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Mais le Front pour l'alternance et la concorde au Tchad (FACT), l'un des principaux groupes rebelles, n'a pas signé l'accord, malgré les espoirs des médiateurs à Doha qui ont cherché à le convaincre jusqu'à la dernière minute.

L'arrangement, censé ouvrir la voie au retour à un pouvoir civil, a été qualifié de "moment clé pour le peuple tchadien" par le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, qui s'est exprimé dans une vidéo diffusée lors de la cérémonie officielle à Doha.

Le chef de l'ONU a néanmoins insisté sur la nécessité d'un dialogue "inclusif" pour que celui-ci puisse réussir.

Le ministre des Affaires étrangères du Qatar, Mohammed ben Abderrahmane al-Thani, a déclaré que l'accord vise à instaurer "une paix qui remplacera les troubles et les conflits que le pays a connus depuis de trop longues années".

Quelque 42 des 47 groupes représentés à Doha ont apposé leur signature lundi, aux côtés du pouvoir.

Depuis cinq mois, différents acteurs tchadiens négocient sous l'égide de l'émirat du Golfe pour mettre fin à des décennies de troubles et d'instabilité dans ce pays de 16 millions d'habitants qui a connu plusieurs coups d'Etat.

Au lendemain de la mort du président Idriss Déby Itno, tué au front contre des rebelles en avril 2021, son fils, le jeune général Mahamat Idriss Déby Itno, avait été proclamé président à la tête d'un Conseil militaire de transition de 15 généraux.

Il avait aussitôt promis des élections libres et démocratiques dans un délai de 18 mois, après un "dialogue national inclusif" avec l'opposition politique et les innombrables mouvements rebelles.