Washington accuse Moscou de préparer une opération «prétexte» pour envahir l'Ukraine

«La Russie jette les bases pour avoir la possibilité de créer de toutes pièces un prétexte pour une invasion», a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki. (Photo, AFP)
«La Russie jette les bases pour avoir la possibilité de créer de toutes pièces un prétexte pour une invasion», a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 15 janvier 2022

Washington accuse Moscou de préparer une opération «prétexte» pour envahir l'Ukraine

  • Les Etats-Unis ont décidé de monter d'un cran dans leurs accusations contre le Kremlin
  • Le Kremlin a qualifié de «gratuites» ces affirmations, estimant qu'elles n'étaient «étayées par aucune preuve»

KIEV : Les Etats-Unis ont accusé vendredi la Russie d'avoir dépêché en Ukraine des agents chargés de mener des opérations de "sabotage" afin de créer un "prétexte" pour une invasion, renforçant encore les tensions au moment où Kiev attribuait à Moscou une cyberattaque contre ses ministères.

"La Russie jette les bases pour avoir la possibilité de créer de toutes pièces un prétexte pour une invasion", a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki, détaillant les renseignements dont dit disposer Washington.

"L'armée russe prévoit de commencer ces activités plusieurs semaines avant une invasion militaire, qui pourrait commencer entre mi-janvier et mi-février", a-t-elle mis en garde.

Selon les éléments invoqués par les Américains, Moscou "a déjà prépositionné un groupe d'agents", "entraînés à la guérilla urbaine et à l'utilisation d'explosifs", pour mener dans l'est de l'Ukraine des "actes de sabotage" contre les séparatistes prorusses "sous fausse bannière", c'est-à-dire en se faisant passer pour des Ukrainiens.

"Nous avons vu cette stratégie à l'oeuvre en 2014", lorsque la Russie a annexé la Crimée ukrainienne, "ils préparent cette stratégie à nouveau", avait prévenu dès jeudi le conseiller du président Joe Biden pour la sécurité nationale, Jake Sullivan.

Affirmations «gratuites»

Le Kremlin a qualifié de "gratuites" ces affirmations, estimant qu'elles n'étaient "étayées par aucune preuve".

Les Etats-Unis ont néanmoins décidé de monter d'un cran dans leurs accusations contre le Kremlin après qu'une série de rencontres de haut niveau entre Occidentaux et Russes cette semaine n'ont pas permis d'éloigner le risque d'un nouveau conflit en Ukraine.

Les Américains et les Européens affirment depuis des semaines que Moscou a déployé près de 100 000 soldats à la frontière ukrainienne en vue d'une potentielle invasion, et menacent de sanctions sans précédent s'ils passent à l'offensive. La Russie nie une telle intention et assure vouloir se défendre contre la posture jugée menaçante de l'Otan à ses portes.

Ses demandes de garanties quant à la fin de l'élargissement de l'Alliance atlantique en Europe de l'Est, et notamment à l'Ukraine, ont toutefois été balayées par les Occidentaux.

Alors que la diplomatie semble dans l'impasse, en l'attente d'une réponse formelle des deux camps rivaux sur la suite à donner à leur dialogue, Kiev a affirmé vendredi qu'une cyberattaque "massive" avait visé plusieurs de ses ministères.

Le ministère ukrainien des Affaires étrangères a rapidement fait état d'"indices préliminaires" impliquant "des groupes de pirates informatiques associés aux services secrets russes".

Européens et Américains ont condamné le sabotage.

L'Otan a notamment annoncé la signature "dans les prochains jours" d'un accord avec l'Ukraine pour renforcer leur coopération dans ce domaine. Il "prévoit notamment l'accès de l'Ukraine à la plateforme de partage d'informations sur les logiciels malveillants de l'Otan", a précisé dans un communiqué Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l'Alliance.

Message menaçant

Un message menaçant – en ukrainien, russe et polonais – avait été diffusé sur la page d'accueil de la diplomatie ukrainienne par les auteurs de l'attaque.

"Ukrainiens, prenez peur et préparez-vous au pire. Toutes vos données personnelles ont été téléchargées sur le Web", pouvait-on lire.

Les autorités ont cependant démenti tout vol de données. Plus largement, l'Ukraine a assuré n'avoir pas constaté de dommages importants. Washington a aussi évoqué un impact "limité", sans se prononcer dans l'immédiat sur les auteurs du piratage.

Un sabotage informatique visant les infrastructures stratégiques ukrainiennes afin de désorganiser les autorités est l'un des scénarios évoqués comme pouvant être le signe avant-coureur d'une offensive militaire classique de la part de Moscou.

L'Ukraine a plusieurs fois été la cible de cyberattaques attribuées ces dernières années à la Russie, notamment en 2017 contre plusieurs infrastructures critiques et en 2015 contre son réseau d'électricité.

Pour tenter de désamorcer la crise explosive avec la Russie, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a proposé une rencontre à trois, éventuellement virtuelle, avec ses homologues américain Joe Biden et russe Vladimir Poutine pour faire baisser les tensions, a déclaré vendredi un de ses proches conseillers, Andrii Iermak.

Mais les Russes avaient dit, après les pourparlers de cette semaine avec les Américains et l'Otan, ne pas voir l'intérêt de reprendre ces discussions à court terme.

Dans ce contexte, le ministère russe de la Défense a diffusé vendredi des images de manoeuvres militaires avec 2 500 soldats et une centaine de chars, se déroulant à une cinquantaine de kilomètres de la frontière ukrainienne.


Djokovic quitte l'Australie après sa défaite judiciaire

Cette capture d'écran prise de l'AFPTV montre le Serbe Novak Djokovic (3e L) se préparant à quitter l'aéroport de Melbourne à Melbourne le 16 janvier 2022, après avoir perdu une bataille juridique sensationnelle sur son statut de vaccination contre le coronavirus.(AFP)
Cette capture d'écran prise de l'AFPTV montre le Serbe Novak Djokovic (3e L) se préparant à quitter l'aéroport de Melbourne à Melbourne le 16 janvier 2022, après avoir perdu une bataille juridique sensationnelle sur son statut de vaccination contre le coronavirus.(AFP)
Short Url
  • Escorté dans les couloirs de l'aéroport de Melbourne par la police fédérale australienne, Djokovic a pris place dans un avion à destination de Dubaï
  • Trois juges de la Cour fédérale d'Australie ont scellé dimanche le sort de "Djoko", en rejetant son recours contre l'annulation de son visa et son expulsion du pays

MELBOURNE : Venu à Melbourne pour marquer encore plus l'histoire du tennis, Novak Djokovic a dû quitter l'Australie dimanche sans avoir disputé un seul match et après avoir perdu une bataille judiciaire qui pourrait écorner durablement son image.

Escorté dans les couloirs de l'aéroport de Melbourne par la police fédérale australienne, Djokovic a pris place dans un avion à destination de Dubaï, a constaté une journaliste de l'AFP à bord de ce vol.

Le N.1 mondial et ses entraîneurs ont quitté Melbourne à 22h51 (12h51 françaises, 11h51 GMT) et devraient arriver à Dubai lundi vers 05h00 locales, sans que l'on sache quelle sera sa destination finale.

Ce départ sans gloire, alors qu'il aspirait à un dixième titre à l'Open d'Australie et à un 21e titre en Grand Chelem, synonyme de record, est l'épilogue d'un feuilleton de onze jours mêlant politique et diplomatie sur fond d'opposition à la vaccination anti-Covid. 

Trois juges de la Cour fédérale d'Australie ont scellé dimanche le sort de "Djoko", en rejetant son recours contre l'annulation de son visa et son expulsion du pays.

"La Cour ordonne que le recours soit rejeté aux frais du demandeur", a simplement déclaré le président de la Cour James Allsop.

"Je suis extrêmement déçu", a réagi Djokovic dans un communiqué.

"Je vais maintenant prendre du temps pour me reposer et récupérer", a souligné le joueur, dont la carrière, au moins en Australie, pourrait pâtir lourdement de ce revers, puisqu'une annulation de visa est assortie d'une interdiction de trois ans de territoire australien.

Devant la Cour, ses avocats ont qualifié le placement en rétention de leur client et son expulsion d'"illogiques", "irrationnelles" et "déraisonnables". Sans convaincre les trois juges de la Cour fédérale qui ont rejeté le recours à l'unanimité.

 « Sentiment anti-vaccination »

Dans ses conclusions déposées samedi devant cette même Cour, le ministre de l'Immigration Alex Hawke avait soutenu que la présence en Australie de Djokovic, qui n'a jamais fait mystère de son opposition à la vaccination anticovid, était "susceptible de représenter un risque sanitaire".

Selon lui, elle encourageait "le sentiment anti-vaccination" et pouvait dissuader les Australiens de se faire injecter leur dose de rappel, alors que le variant Omicron se répand à grande vitesse dans le pays.

Novak Djokovic avait été bloqué à son arrivée en Australie le 5 janvier et placé en rétention administrative. 

Le joueur, qui a contracté le Covid-19 en décembre, espérait bénéficier d'une exemption pour entrer dans le pays sans être vacciné, mais les autorités n'avaient pas accepté cette explication.

Le gouvernement australien avait subi un humiliant revers le 10 janvier quand un juge avait bloqué l'expulsion de Djokovic, rétabli son visa et ordonné sa libération immédiate du centre de rétention au confort sommaire où il avait placé.

Mais le ministre de l'Immigration avait contre-attaqué vendredi et annulé son visa pour la deuxième fois en vertu de ses pouvoirs discrétionnaires, invoquant "des raisons sanitaires et d'ordre public".

« Grands sacrifices »

Le gouvernement australien s'est félicité dimanche de sa victoire judiciaire, en pleine campagne électorale dans un pays dont les habitants ont enduré pendant près de deux ans des restrictions anti-Covid parmi les plus strictes au monde.

"La politique ferme de protection des frontières de l'Australie nous a maintenus en sécurité pendant la pandémie", a affirmé le ministre de l'Immigration, Alex Hawke, dans un communiqué.

"Les Australiens ont fait de grands sacrifices pour en arriver là et le gouvernement Morrison est fermement décidé à protéger cette position" a-t-il ajouté. 

En Serbie, où Djokovic est considéré comme un héros national, la décision australienne a soulevé l'indignation.

"Ils se sont humiliés eux-mêmes, Djokovic peut revenir dans son pays la tête haute et regarder tout le monde droit dans les yeux", s'est emporté le président Aleksandar Vucic à propos des dirigeants australiens.

« Décision scandaleuse »

"Malgré cette décision scandaleuse, nous estimons que Novak est sorti à nouveau vainqueur", a renchéri le comité olympique serbe.

Pour l'ATP, qui gère le circuit professionnel masculin, la décision de la justice australienne "met un terme à une série d'événements profondément regrettables".

Elle a aussi rappelé que Djokovic était "l'un des plus grands champions de notre sport et son absence à l'Open d'Australie est une perte pour le tennis".

Parmi les joueurs, Vasek Pospisil, un proche de "Djoko", l'a défendu en rappelant que "Novak ne serait jamais allé en Australie s'il n'avait pas reçu du gouvernement une exemption pour entrer dans ce pays".

"Je n'aime pas qu'il se retrouve dans cette situation et je n'aime pas le fait qu'il a été placé en détention", a regretté de son côté Andy Murray, tandis que Miomir Kecmanovic, le joueur serbe que devait affronter lundi Djokovic, espère "venger le meilleur représentant (de la Serbie) qui a été empêché d'être ici".

Le fiasco australien de Djokovic fait au moins un heureux, l'Italien Salvatore Caruso (150e mondial) qui, profitant de son statut de "lucky loser" (éliminé en qualifications mais repêché grâce à ce forfait), va le remplacer dans le tableau de l'Open d'Australie et jouera lundi dans la soirée à sa place.

"C'est une situation un peu particulière d'être en ce moment le +lucky loser+ le plus célèbre de l'histoire", a-t-il constaté. 

 


Birmanie: des centaines de moines fuient les combats entre armée et factions rebelles

Des nonnes allument des bâtons d'encens à la pagode Shwedagon lors du festival Thadingyut, qui se tient le jour de la pleine lune du mois lunaire birman de Thadingyut, à Yangon, le 20 octobre 2021.(AFP)
Des nonnes allument des bâtons d'encens à la pagode Shwedagon lors du festival Thadingyut, qui se tient le jour de la pleine lune du mois lunaire birman de Thadingyut, à Yangon, le 20 octobre 2021.(AFP)
Short Url
  • Les Nations unies estiment que la moitié de la population de Loikaw a été contrainte de partir et que près de 90.000 personnes de l'État de Kayah ont fui
  • A Loikaw, dans l'Etat de Kayah, une trentaine de monastères ont été abandonnés, leurs occupants quittant la ville à bord de dizaines de camions

RANGOUN : Des centaines de moines ont fui leur monastère dans l'est de la Birmanie pour échapper à d'intenses combats entre l'armée et des groupes rebelles anti-junte, ont rapporté dimanche des témoins à l'AFP. 

A Loikaw, dans l'Etat de Kayah, une trentaine de monastères ont été abandonnés, leurs occupants quittant la ville à bord de dizaines de camions, d'après l'un de ces témoins sous couvert d'anonymat. 

Non loin de là, de nombreux moines ont aussi fui l'agglomération de Demoso, a-t-il ajouté.

Ces deux villes, situées à 200 kilomètres à l'est de la capitale Naypyidaw, sont depuis plusieurs jours le théâtre de violents combats entre rebelles et forces armées. Ces dernières ont lancé des frappes aériennes et procédé à des tirs d'artillerie.

Les Nations unies estiment que la moitié de la population de Loikaw a été contrainte de partir et que près de 90.000 personnes de l'État de Kayah ont fui. Des médias locaux chiffrent, eux, à plus de 170.000 le nombre de déplacés. 

« Désertée »

A Loikaw, des combattants rebelles ont investi des églises et des maisons abandonnées. Ils ont aussi forcé les portes d'une prison pour tenter d'inciter les détenus à les rejoindre, a indiqué un membre de la police locale. "La ville est désertée. La situation est très compliquée".

"Il a été difficile de prendre la décision de partir, mais nous devions le faire. Il était impossible de rester", a raconté un moine qui a rejoint une communauté isolée de l'État Shan (est).

Une quinzaine de prêtres ont aussi pris la fuite.

La Birmanie a sombré dans le chaos depuis le coup d'Etat militaire du 1er février 2021 qui a renversé Aung San Suu Kyi et mis fin à une décennie de transition démocratique.

Des factions ethniques rebelles secondées par des milices citoyennes ont pris les armes contre la junte et les combats se sont intensifiés dans l'est du pays depuis la fin de la mousson et l’arrivée de la saison sèche.

La veille de Noël, dans l'État de Kayah, au moins 35 personnes ont été tuées, leurs corps brûlés, un massacre imputé aux militaires.

Le rapporteur spécial des Nations unies sur la Birmanie, Tom Andrews, a exhorté le chef de la junte, Min Aung Hlaing, à "mettre fin aux attaques aériennes et terrestres" lancées contre Loikaw et à "laisser passer l'aide humanitaire". 

Depuis le coup d’État, la communauté internationale n’a pas beaucoup de marge de manœuvre pour tenter de résoudre la crise. La junte fait la sourde oreille aux appels de l'ONU et de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Asean). 

Et, alors que la situation sanitaire et humanitaire est critique, les militaires bloquent l’acheminement de l’aide et des fournitures médicales dans les régions où la résistance est forte, selon l'ONG Human Rights Watch.

Plus de 1.400 civils ont été tuées par les forces de sécurité depuis le putsch et plus de 11.000 ont été arrêtés, d'après une ONG locale.

Aung San Suu Kyi, déjà condamnée à six ans de prison, risque des décennies de détention au terme de son procès. Âgée de 76 ans, elle est tenue au secret par les généraux depuis près d'un an.


L'OMS va continuer à demander l'accès de l'aide au Tigré malgré la plainte éthiopienne

Les personnes qui ont fui la guerre de May Tsemre, Addi Arkay et Zarima se rassemblent dans un camp de déplacés internes (IDP) construit temporairement pour recevoir leurs premiers sacs de blé du Programme alimentaire mondial (PAM) à Debark, à 90 kilomètres de la ville de Gondar, Éthiopie, le 15 septembre 2021. (AFP)
Les personnes qui ont fui la guerre de May Tsemre, Addi Arkay et Zarima se rassemblent dans un camp de déplacés internes (IDP) construit temporairement pour recevoir leurs premiers sacs de blé du Programme alimentaire mondial (PAM) à Debark, à 90 kilomètres de la ville de Gondar, Éthiopie, le 15 septembre 2021. (AFP)
Short Url
  • L’Éthiopie a demandé jeudi  l'ouverture d'une enquête pour « forfaiture »à l'encontre du directeur général de l'OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, pour ses commentaires sur la situation humanitaire au Tigré, dont il est lui-même originaire
  • Le gouvernement éthiopien accuse le Dr Tedros de soutenir le Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF), parti qui a dirigé l'Ethiopie durant près de 30 ans, jusqu'à l'arrivée au pouvoir de l'actuel Premier ministre Abiy Ahmed

GENÈVE : L'Organisation mondiale de la santé (OMS) reste décidée à réclamer l'accès de l'aide humanitaire au Tigré, région du nord de l'Ethiopie en guerre depuis plus d'un an, en dépit de la plainte déposée par l'Ethiopie contre son patron.

Le gouvernement éthiopien a demandé jeudi  l'ouverture d'une enquête pour "forfaiture" à l'encontre du directeur général de l'OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, pour ses commentaires sur la situation humanitaire au Tigré, dont il est lui-même originaire. 

L'OMS a affirmé dimanche être "au courant que le ministre éthiopien des Affaires étrangères avait envoyé une note verbale".

Mais, l'OMS "va continuer à demander au gouvernement éthiopien d'autoriser l'accès de l'aide humanitaire aux sept millions de personnes qui vivent au Tigré, en Ethiopie, et subissent de fait un blocus, depuis plus d'un an, selon l'ONU", a insisté l'organisation.

Le gouvernement a estimé jeudi dans un communiqué que des déclaration du Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus menaçaient l'intégrité de l'OMS, en appelant à l'ouverture d'une enquête contre lui pour "forfaiture et violation de sa responsabilité professionnelle et légale". 

"Nulle part ailleurs dans le monde nous assistons à un enfer comme au Tigré", avait affirmé plus tôt dans la journée le directeur général de l'OMS.

Il est "épouvantable et inimaginable à notre époque, au 21e siècle, qu'un gouvernement refuse à son propre peuple, depuis plus d'un an, l'accès à la nourriture, aux médicaments et à tout ce qu'il faut pour survivre", avait-il ajouté en appelant à une résolution "politique et pacifique" du conflit.

Le Dr Tedros "s'est immiscé dans les affaires intérieures de l'Ethiopie, y compris dans les relations de l'Ethiopie avec l'Etat d'Erythrée", a dénoncé le ministère éthiopien des Affaires étrangères, citant un courrier envoyé à l'OMS.

Le gouvernement éthiopien accuse le Dr Tedros de soutenir le Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF), parti qui a dirigé l'Ethiopie durant près de 30 ans, jusqu'à l'arrivée au pouvoir de l'actuel Premier ministre Abiy Ahmed.

La mission de l'Ethiopie aux Nations unies a également protesté contre les propos tenus par le chef de l'OMS et l'a appelé à "se récuser de tout sujet concernant l'Ethiopie".

La crise au Tigré fait l'objet d'un traitement similaire à celui de toutes les crises humanitaires où l'OMS est amenée à intervenir, a rappelé dimanche l'organisation, en précisant ne pas avoir pu y apporter de matériel médical depuis le 15 juillet 2021.

Abiy Ahmed, a envoyé en novembre 2020 l'armée fédérale au Tigré pour en destituer les autorités régionales, issues du TPLF, qui contestaient son autorité et qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires.

Le conflit a fait plusieurs milliers de morts, plus de deux millions de déplacés et plongé des centaines de milliers d'Ethiopiens dans des conditions proches de la famine, selon l'ONU.