Omicron sape la reprise du trafic aérien européen

L'émergence du variant Omicron de Covid-19 a sapé une tendance à la reprise graduelle du transport aérien européen. (Photo, AFP)
L'émergence du variant Omicron de Covid-19 a sapé une tendance à la reprise graduelle du transport aérien européen. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 13 janvier 2022

Omicron sape la reprise du trafic aérien européen

L'émergence du variant Omicron de Covid-19 a sapé une tendance à la reprise graduelle du transport aérien européen. (Photo, AFP)
  • Quelque 514 millions de passagers ont voyagé par les airs en Europe en 2021, soit un peu moins d'un quart du trafic mondial
  • Pour 2022, l'OACI voit le trafic en Europe évoluer dans une fourchette de 822 à 946 millions de passagers, soit de 68,6% à 73,2% du niveau de 2019

PARIS: L'émergence du variant Omicron de Covid-19 a sapé une tendance à la reprise graduelle du transport aérien européen, selon des données publiées jeudi par Eurocontrol.  

La zone couverte par l'organisme de surveillance du trafic aérien du Vieux Continent a vu évoluer en 2021 56% du nombre de vols de 2019, un chiffre cachant une amélioration constante pendant la deuxième partie de l'année.  

Ainsi, en juin 2021, le trafic atteignait 50% de celui du même mois deux ans plus tôt, avant la crise; cette proportion est montée à 71% en août, à la faveur des déplacements touristiques estivaux, puis à 77% en novembre et 78% en décembre.  

Mais « lors des 12 premiers jours de 2022, le trafic se situait à 75% du niveau de 2019 », a remarqué Eurocontrol dans une présentation sur son site internet, observant « de fortes réductions de vols avec le déferlement de la vague Omicron, ce qui sape la reprise attendue ».  

Pour la seule journée de mercredi, le trafic surveillé par Eurocontrol est même retombé à 63% du même jour de 2019, avec 16 281 mouvements d'appareils.  

Ces bilans ne donnent pas d'indications sur la fréquentation en nombre de passagers, qui dépend du taux de remplissage des appareils.  

Il faut également relativiser l'impact de la pandémie puisque les premiers mois de l'année représentent traditionnellement une période creuse pour le transport aérien européen.  

Quelque 514 millions de passagers ont voyagé par les airs en Europe en 2021, soit un peu moins d'un quart du trafic mondial, selon des chiffres préliminaires publiés mercredi par l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), une agence de l'ONU.  

Cela représente une chute de 55,7% par rapport au 1,16 milliard de 2019. L'Europe se comporte donc moins bien que la moyenne mondiale (-49% sur deux ans), même si son bilan 2021 est meilleur que celui de 2020 (-66,8% vis-à-vis de 2019).  

Pour 2022, l'OACI voit le trafic en Europe évoluer dans une fourchette de 822 à 946 millions de passagers, soit de 68,6% à 73,2% du niveau de 2019.   

Mercredi, le directeur général de l'Association du transport aérien international (Iata), porte-voix des compagnies aériennes, avait constaté que les réservations avaient « brutalement chuté » fin 2021 et début 2022 à la suite des restrictions de mouvement imposées pour tenter de juguler le variant Omicron, et déploré que les États aient ainsi « surréagi ». 


Les voitures à plus de 200 000 euros n'ont pas connu la crise en 2021

De nouvelles voitures se tiennent sur une chaîne de montage de l'entreprise principale du constructeur automobile allemand BMW à Munich, dans le sud de l'Allemagne, le 22 octobre 2021. (Photo, AFP)
De nouvelles voitures se tiennent sur une chaîne de montage de l'entreprise principale du constructeur automobile allemand BMW à Munich, dans le sud de l'Allemagne, le 22 octobre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • Au sommet d'un marché automobile paralysé par la crise sanitaire, les voitures de luxe brillent
  • Du côté de l'hyper-luxe, Bugatti s'est félicitée du «meilleur exercice jamais réalisé dans l'histoire de l'entreprise»

PARIS : Au sommet d'un marché automobile paralysé par la crise sanitaire, les voitures de luxe brillent: Rolls-Royce, Bentley ou encore Bugatti ont connu une année 2021 record, avec en tête des ventes les SUV, ces véhicules surélevés qui ressemblent à un tout-terrain mais aux prestations proches d'une berline.

Rolls (groupe BMW) a amélioré son record historique de 2019 en vendant 5 586 voitures. Les clients fortunés se sont rués sur le nouveau coupé "Ghost" et sur le SUV Cullinan, vendus à partir 300 000 euros (en France).

Bentley et Lamborghini (groupe Volkswagen) ont également présenté leurs records de vente cette semaine avec respectivement 14 659 et 8 405 voitures écoulées dans le monde, notamment grâce à leurs SUV Bentayga et Urus, vendus autour de 200 000 euros.

Du côté de l'hyper-luxe, Bugatti s'est félicitée du "meilleur exercice jamais réalisé dans l'histoire de l'entreprise", avec 150 voitures commandées, pour un ticket d'entrée autour de trois millions d'euros.

"C'est partout pareil: après les crises, les riches sont plus riches et les pauvres sont plus pauvres", philosophe Adolfo De Stefani Cosentino, le président de la Fédération italienne des concessionnaires (Federauto). "Le luxe et le premium ont bien mieux résisté que les segments généralistes".

"Il y a beaucoup d'argent prêt à être dépensé", avait déclaré le patron de Rolls-Royce, Torsten Muller-Otvos, dans un entretien à l'AFP en mai 2021. "J'ai été impressionné par le nombre de clients qui nous ont confié qu'avec le Covid, ils avaient compris qu'ils pouvaient mourir demain et que c'est maintenant qu'il faut profiter de la vie".

«Nouveau souffle et vrai défi»

En parallèle de la crise sanitaire, l'industrie automobile mondiale est frappée par une pénurie de composants, notamment de puces électroniques, qui empêchent de produire des véhicules alors que les carnets de commandes sont pleins. La crise a empêché la production de 9,5 à 11 millions de véhicules au niveau mondial en 2021, selon le cabinet PwC.

Du côté du premium, BMW a enregistré une année record avec 2,2 millions de voitures vendues, notamment en Chine et aux Etats-Unis. Son frère ennemi Mercedes-Benz a, lui, vu ses ventes mondiales chuter de 5% à cause de la pénurie de puces, mais les ventes de sa division sportive AMG et sa marque de luxe Maybach ont explosé.

"Seuls les véhicules les plus demandés sont produits", souligne José Baghdad, associé et responsable du secteur automobile chez PwC France et Maghreb. "Les constructeurs premium sont aussi prêts à acheter les composants un peu plus cher".

Et les plaisirs du luxe ne se vivent pas que sur quatre roues: les motos italiennes Ducati (à partir de 15 000 euros pour les plus sportives) ont aussi amélioré leur record de ventes en 2021, avec près de 60 000 exemplaires écoulés à travers le monde.

"Il y a un facteur macroéconomique: une partie de la population s’est bien enrichie ces dernières années et a la capacité de s’acheter des véhicules de luxe et de très grand luxe", souligne l'analyste. Sur le micro-marché de l'ultra-luxe, "ces voitures ont aussi montré ces dernières années qu’elles ne perdaient pas de valeur et même qu’elles en gagnaient".

Les SUV profitent d'un effet de mode mondial mais ce sont aussi les véhicules les plus accessibles de ces marques. Ferrari, qui doit publier ses résultats début février, doit aussi présenter cette année son premier SUV, le "Purosangue".

Autre marqueur de l'automobile des années 2020, l'électrification finit aussi par toucher le luxe, comme "un nouveau souffle mais un vrai défi", souligne M. Baghdad chez PwC. "Un des intérêts de ces marques était la motorisation, avec une puissance et une sonorité particulières. En passant à l’électrique, il sera plus difficile de les distinguer".

Chez Porsche (qui a aussi enregistré une année record en dépassant les 300 000 véhicules vendus, notamment en Chine et en Amérique), la légendaire sportive 911 a été dépassée par la berline électrique Taycan, qui a vu ses ventes doubler en un an.


Pub : Une plainte américaine accuse les patrons de Google et Meta d'avoir passé un accord anticoncurrentiel

Cette photo prise le 28 octobre 2021 montre le logo META sur un écran d'ordinateur portable à Moscou alors que le chef de Facebook, Mark Zuckerberg, a annoncé que le nom de la société mère allait être changé en "Meta".(AFP)
Cette photo prise le 28 octobre 2021 montre le logo META sur un écran d'ordinateur portable à Moscou alors que le chef de Facebook, Mark Zuckerberg, a annoncé que le nom de la société mère allait être changé en "Meta".(AFP)
Short Url
  • Une coalition d'États emmenés par le Texas a déposé vendredi dans un tribunal de New York une nouvelle version du texte de poursuites initialement lancées contre Google en décembre 2020
  • Les documents juridiques révélés vendredi font clairement référence aux patrons de Google, Sundar Pichai et Philipp Schindler, ainsi qu'à Sheryl Sandberg pour Facebook

SAN FRANCISCO:  Les dirigeants les plus hauts-placés de Google et de Meta (maison-mère de Facebook) étaient directement impliqués dans un accord illégal passé en 2018 pour asseoir leur domination du marché de la publicité en ligne, d'après des accusations d'États américains.

Une coalition d'États emmenés par le Texas a déposé vendredi dans un tribunal de New York une nouvelle version du texte de poursuites initialement lancées contre Google en décembre 2020.

Selon leurs accusations, le géant de la recherche en ligne a cherché à évincer toute concurrence en manipulant les ventes aux enchères publicitaires - le système ultra perfectionné qui détermine quelles publicités s'affichent sur les pages web en fonction du profil anonymisé de l'internaute.

Les documents juridiques révélés vendredi font clairement référence aux patrons de Google, Sundar Pichai et Philipp Schindler, ainsi qu'à Sheryl Sandberg pour Facebook, même si son nom est barré d'un épais trait noir.

"Ces négociations ont débouché en septembre 2018 sur un accord entre Google et Facebook signé par Philipp Schindler, vice-président et directeur des ventes et opérations de la branche publicité de Google, et Madame (nom barré, ndlr), directrice des opérations et membre du conseil d'administration de Facebook, qui avait elle-même un temps dirigé la publicité chez Google", détaillent les procureurs des États.

"Le directeur général de Google, Sundar Pichai, a aussi personnellement approuvé les termes de l'accord", ajoutent-ils. 

La plainte cite un mail adressé par Sheryl Sandberg à Mark Zuckerberg, où elle décrit le projet comme "stratégiquement très important".

Selon le parquet, Google craignait qu'un système alternatif d'attribution des espaces publicitaires ne soit adopté trop largement, permettant aux éditeurs de sites de contourner ses commissions. Le groupe californien aurait alors convaincu son voisin de faire alliance.

"L'accord non-exclusif passé avec Google et les accords similaires que nous avons avec d'autres plateformes d'enchères ont aidé à renforcer la concurrence pour les placements publicitaires", a réagi un porte-parole de Meta.

"Ces relations professionnelles permettent à Meta de proposer plus de valeur aux annonceurs tout en compensant les éditeurs de façon équitable: tout le monde y gagne", a-t-il continué.

Google a de son côté dénoncé une plainte "truffée d'inexactitudes et sans fondement juridique". "La publicité en ligne est un secteur extrêmement concurrentiel, ce qui a permis de réduire les frais publicitaires et donné davantage de choix aux éditeurs et annonceurs. Nous continuerons de nous défendre fermement contre ces allégations infondées devant les tribunaux", a indiqué une porte-parole samedi à l'AFP.

Sur le rôle joué par Sundar Pichai, elle a précisé que "chaque année des centaines d'accords qui ne nécessitent pas l'approbation du PDG" sont signés. "Ce n'était pas différent dans ce cas-là. Et contrairement aux affirmations du procureur général, cet accord n'a jamais été un secret (...)".

Les deux colosses de la tech, comme Apple et Amazon, sont accusés d'abus de position dominante par un nombre croissant d'autorités aux États-Unis.

Google détient 28,6% du marché publicitaire numérique mondial en 2021, selon le cabinet eMarketer, juste devant son voisin Facebook et ses 23,7% de parts du gâteau.


Les pillages de wagons de marchandises explosent à Los Angeles

Un train transportant un conteneur d'expédition FedEx MultiModal traverse une section de la voie ferrée de l'Union Pacific jonchée de milliers de boîtes ouvertes et de colis volés dans des conteneurs d'expédition de fret, ciblés par des voleurs alors que les trains s'arrêtent au centre-ville de Los Angeles, en Californie, le 14 janvier 2022. (Photo, AFP)
Un train transportant un conteneur d'expédition FedEx MultiModal traverse une section de la voie ferrée de l'Union Pacific jonchée de milliers de boîtes ouvertes et de colis volés dans des conteneurs d'expédition de fret, ciblés par des voleurs alors que les trains s'arrêtent au centre-ville de Los Angeles, en Californie, le 14 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Des dizaines de wagons de marchandises sont fracturés chaque jour à Los Angeles par des voleurs qui profitent de leur arrêt pour piller les colis qu'ils transportent
  • Les voleurs profitent que les longs convois ferroviaires soient immobilisés sur les voies pour grimper sur les conteneurs de marchandises, dont ils font facilement sauter les verrous à l'aide de pinces

LOS ANGELES : Des dizaines de wagons de marchandises sont fracturés chaque jour à Los Angeles par des voleurs qui profitent de leur arrêt pour piller les colis qu'ils transportent, laissant sur les rails des milliers de cartons éventrés et de produits achetés sur internet qui n'arriveront jamais à destination.

Selon les étiquettes trouvées vendredi par une équipe de l'AFP sur une voie proche du centre-ville, facilement accessible depuis les rues voisines, la plupart des grandes sociétés américaines de vente à distance et de messageries (Amazon, Target, UPS, Fedex, etc.) étaient concernées par ces vols qui ont explosé depuis quelques mois.

Les voleurs profitent que les longs convois ferroviaires soient immobilisés sur les voies pour grimper sur les conteneurs de marchandises, dont ils font facilement sauter les verrous à l'aide de pinces. Ils n'ont alors plus qu'à se servir en colis, abandonnant derrière eux de nombreux produits difficiles à revendre ou trop bon marché, comme des tests pour le Covid, des meubles ou des médicaments.

Depuis décembre 2020, l'opérateur ferroviaire Union Pacific (UP) a enregistré une augmentation de 160% des vols dans le comté de Los Angeles. "Rien qu'en octobre 2021, l'augmentation atteint 356% par rapport à octobre 2020", souligne l'opérateur dans une lettre aux autorités locales transmise à l'AFP.

Cette explosion des pillages s'accompagne d'une recrudescence des "agressions et vols à mains armés visant des employés d'Union Pacific", ajoute cette lettre.

Le phénomène s'est encore emballé avec le pic d'activité lié aux courses de Noël. Selon les chiffres communiqués par UP, plus de 90 conteneurs ont été vandalisés en moyenne chaque jour dans le comté de Los Angeles au dernier trimestre 2021.

Pour endiguer le phénomène, Union Pacific dit avoir renforcé les mesures de surveillance (drones, systèmes de détection, etc) et recruté davantage de policiers pour protéger ses voies et ses convois.

Avec la police de la ville de Los Angeles et du comté, plus d'une centaine de personnes ont été arrêtées au cours des trois derniers mois de 2021 pour avoir "vandalisé" les trains d'Union Pacific.

"Les criminels sont appréhendés et arrêtés mais les accusations sont réduites à de simples infractions ou délits mineurs, et l'individu se retrouve dans les rues moins de 24 heures après avoir payé une amende symbolique", a déclaré à l'AFP une porte-parole du transporteur ferroviaire.

"En réalité, les criminels se vantent auprès de nos policiers qu'ils ne subissent pas de conséquence", déplore-t-elle.

Union Pacific a écrit fin décembre au procureur du comté de Los Angeles pour l'alerter sur la situation et lui demander de revenir sur la politique de clémence qu'il a instaurée fin 2020 pour ce type de délits.

L'opérateur chiffre à environ cinq millions de dollars le coût de ces dégradations sur l'année 2021 "et ce montant ne prend pas en compte les pertes de nos clients touchés (par ces vols, ndlr)" ni l'impact sur les activités d'Union Pacific et de l'ensemble de la chaîne logistique du comté de Los Angeles.