Aides renforcées pour les entreprises et le secteur du tourisme

Le ministre français de l'Économie, Bruno Lemaire (AFP)
Le ministre français de l'Économie, Bruno Lemaire (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 03 janvier 2022

Aides renforcées pour les entreprises et le secteur du tourisme

  • Deux dispositifs existants voient leurs conditions d'accès élargies, et deux sont à l'étude
  • Le ministre a par ailleurs promis d'accélérer les procédures de remboursement pour les sommes inférieures à 50 000 euros

PARIS : Les aides pour les entreprises affectées par les restrictions sanitaires vont être renforcées et élargies, particulièrement pour le secteur du tourisme, a annoncé lundi le gouvernement, au moment où le variant Omicron déferle et menace l'économie française.

Deux dispositifs existants voient leurs conditions d'accès élargies, et deux sont à l'étude. Des dispositions pour lesquelles "il n'y a pas de difficultés budgétaires", a assuré le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire, à l'issue d'une réunion à Bercy réunissant les organisations patronales, et plusieurs représentants du tourisme, de l'hôtellerie et de la restauration.

Toutes les entreprises faisant l'objet de mesures de restrictions sanitaires bénéficieront de l'activité partielle sans reste à charge, a indiqué M. Le Maire.

Les bases du déclenchement de ce dispositif sont élargies et "toutes les entreprises qui auront perdu 65% de leur chiffre d'affaires", contre 80% jusqu'à présent, seront éligibles au remboursement de l'activité partielle à 100% sans reste à charge.

Le dispositif de prise en charge des coûts fixes, réservé jusqu'à présent à un nombre limité d'entreprises (événementiel, loisirs indoor, traiteurs...), sera quant à lui élargi à l'ensemble des entreprises du tourisme: "le fameux secteur S1 et S1 bis, il y a les hôtels, les bars, les restaurants, les agences de voyages, toutes les activités qui sont dans le domaine du tourisme", a souligné M. Le Maire.

Le seuil d'accès au dispositif de prise en charge de l'intégralité des coûts fixes est lui aussi abaissé, à 50% de perte de chiffre d'affaires, contre 65% auparavant.

Le ministre a par ailleurs promis d'accélérer les procédures de remboursement pour les sommes inférieures à 50.000 euros, "en quelques jours".

« Une très bonne chose » 

Interrogé sur le coût pour l'Etat de ces aides renforcées, il a avancé un ordre de grandeur de "la centaine de millions d'euros", "très loin" des milliards du régime du "quoiqu'il-en-coûte".

"Nous avons très précisément 1,8 milliard d'euros qui n'ont pas été dépensés dans le fonds d'urgence de réponse à la crise économique", a rappelé M. Le Maire, "donc nous avons une marge de manoeuvre d'1,8 milliard d'euros".

Le ministre a également indiqué que deux demandes des secteurs concernés allaient être examinées: l'exonération de charges pour les entreprises qui auraient perdu 65% de leur chiffre d'affaires ou qui seraient l'objet de mesures de restrictions sanitaires, ainsi que les modalités de remboursement des prêts garantis par l'Etat déjà accordés.

Le président des Entreprises du Voyage Jean-Pierre Mas, tient à cette exonération de charges: "nous avons beaucoup de personnel qui travaille pour peu de productivité: il faut réorganiser les voyages, rembourser, modifier, informer..." Par ailleurs les aides annoncées "sont prévues pour décembre, janvier et février si nécessaire: c'est positif", note-t-il.

"Beaucoup d'entreprises, notamment les plus petites d'entre elles, les TPE, des artisans, des commerçants, redoutent de ne pas arriver à faire face à l'échéance du printemps prochain, en termes de délais de remboursement et en termes d'échéancier de remboursement. Je vais donc regarder dans les heures qui viennent la réponse que nous pouvons apporter sur cette question", a affirmé le ministre.

"Le gouvernement a bien pris en compte la situation du secteur. Il y a encore des améliorations à apporter, c'est tout l'objet des discussions que nous engageons dès maintenant parce qu'il faut faire vite, concernant notamment l'éligibilité au chômage partiel", a réagi auprès de l'AFP Didier Chenet, président du GNI, le syndicat des indépendants de l’hôtellerie-restauration.

Quant à l'indemnisation accélérée des entreprises jusqu'à 50.000 euros, "c'est une très bonne chose", estime-t-il. 

De son côté Roland Héguy, président de l'Umih, principal syndicat de l'hôtellerie-restauration, salue "une vraie volonté de ne laisser aucune entreprise sur le tapis et redonner confiance aux TPE". 

Il souhaite, comme ses homologues du GNI et des Entreprises du voyage, que les entreprises qui pâtissent de restrictions d'activité bénéficient de l'activité partielle prise en charge à 100%, même si leur perte de chiffre d'affaires est inférieure à 65%.


Macron «prépare la France» de Mélenchon, selon Zemmour

Eric Zemmour s'adresse à la presse après une réunion pour annoncer sa candidature aux élections législatives, à Cogolin, dans le sud-est de la France, le 12 mai 2022 (Photo, AFP).
Eric Zemmour s'adresse à la presse après une réunion pour annoncer sa candidature aux élections législatives, à Cogolin, dans le sud-est de la France, le 12 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Eric Zemmour, qui a réuni 7,07% des voix à la présidentielle, estime qu'Emmanuel Macron «prépare la France» de l'insoumis Jean-Luc Mélenchon
  • Pour lui, l'autre candidate d'extrême droite Marine Le Pen «a échoué à faire l'alliance de la droite patriote et de la gauche patriote»

PARIS: Eric Zemmour, qui a réuni 7,07% des voix à la présidentielle, estime qu'Emmanuel Macron "prépare la France" de l'insoumis Jean-Luc Mélenchon et critique à nouveau sa rivale Marine Le Pen qui incarne à ses yeux "le socialisme".

"Emmanuel Macron prépare la France de Jean-Luc Mélenchon. Ils sont tous les deux pour l'avènement de ce +nouveau peuple+ créolisé", affirme dans une interview au Figaro l'ancien prétendant d'extrême droite à l'Elysée, qui fut éditorialiste dans ce journal.

"Seulement, Jean-Luc Mélenchon veut en accoucher par la révolution. Quand Emmanuel Macron veut l'engendrer par attentisme et fatalisme démographique. Il y a une différence de chronologie, mais pas d'idéologie", estime M. Zemmour.

Pour lui, l'autre candidate d'extrême droite Marine Le Pen, qui a réuni au second tour 41,45% des voix derrière Emmanuel Macron (58,55%), "a échoué à faire l'alliance de la droite patriote et de la gauche patriote. Sinon elle aurait gagné".

La députée du Pas-de-Calais "s'aveugle en pensant qu'elle va pouvoir lui arracher des électeurs. À moins qu'elle ne renonce elle-même à défendre l'identité de la France" car "en mettant en priorité le social, elle s'inscrit dans une philosophie politique qui s'appelle le socialisme", selon Eric Zemmour.

"Qu'est-ce qui tient le haut de la hiérarchie? Pour moi, c'est la France, sa survie et son identité. Pour Marine Le Pen, c'est le socialisme", et son discours est "le même que celui de Jean-Luc Mélenchon" sur la retraite à 60 ans ou le retour de l'impôt sur la fortune, détaille-t-il.

Persuadé que "le clivage droite-gauche existe encore", il plaide pour "un rassemblement de toutes les droites" face à la nouvelle union des gauches (Nupes) de M. Mélenchon, par le biais d'"une alliance avec une partie de la bourgeoisie".

Il admet que la "bataille sera difficile" aux législatives mais que son parti Reconquête!, qui compte selon lui 125.000 adhérents, entre dans la phase "de l'implantation". 

Il dit avoir pâti à la présidentielle de la guerre en Ukraine, qui a favorisé un "vote légitimiste" en faveur de M. Macron, et d'un "vote utile" en faveur de Marine Le Pen.


Législatives: Bompard défend une soignante candidate condamnée pour des «violences»

Manuel Bompard, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon (Photo, AFP).
Manuel Bompard, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon (Photo, AFP).
Short Url
  • Manuel Bompard, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, a défendu vendredi la candidature aux législatives comme suppléante de Farida Chikh, une soignante violemment interpellée lors d'une manifestation en 2020
  • Mme Chikh se présente au scrutin des 12 et 19 juin dans la 10e circonscription du Val-de-Marne en tant que suppléante de la présidente du groupe LFI à l'Assemblée nationale Mathilde Panot

PARIS: Manuel Bompard, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, a défendu vendredi la candidature aux législatives comme suppléante de Farida Chikh, une soignante violemment interpellée lors d'une manifestation en 2020 et condamnée l'année suivante à une amende avec sursis pour des "violences".

Mme Chikh se présente au scrutin des 12 et 19 juin dans la 10e circonscription du Val-de-Marne en tant que suppléante de la présidente du groupe LFI à l'Assemblée nationale Mathilde Panot, sous les couleurs de l'alliance de la gauche (Nupes).

Traînée au sol par les forces de l'ordre lors de son interpellation en juin 2020 dans une manifestation de soignants, Mme Chikh, elle-même soignante, avait été condamnée en septembre 2021 à une amende de 1.000 euros avec sursis pour des "doigts d’honneur" et des "violences n'ayant pas entraîné d’incapacité temporaire de travail" contre des personnes dépositaires de l'autorité publique. Elle devait aussi verser 100 et 200 euros de dommages et intérêts à deux policiers pour le préjudice moral subi, et avait été relaxée des chefs de "résistance violente" et "outrages".

"Elle a été condamnée pour ça, très bien. C'est d'abord une femme, une soignante, une syndicaliste, qui se bat pour les conditions de travail dans le secteur de la santé qui sont encore aujourd'hui extrêmement difficiles", a défendu sur BFMTV et RMC M. Bompard, lui-même candidat Nupes dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône.

Se disant "fier" de ces combats, il a jugé qu'elle est par sa profession "bien placée pour porter ces sujets dans la campagne".

De plus, "si vous voulez que cette colère s'exprime d'une manière canalisée dans des canaux démocratiques, il faut que celles et ceux qui se battent pour leurs conditions de travail se présentent aux élections et qu'on fasse en sorte qu'ils les gagnent", pour "changer les choses" dans le secteur de la santé, a développé Manuel Bompard.

Interrogé sur la manifestation parisienne de juin 2020 lors de laquelle Farida Chikh avait été interpellée, il a fait valoir que c'était "la première de soignants après la première crise du Covid, avec beaucoup de colère, d'émotion", et qu'elle avait été "réprimée de manière extrêmement brutale par les forces de l'ordre".

Farida Chikh "a d'abord jeté les pavés puis a été interpellée", mais "cette manifestation a été réprimée avant qu'il y ait des jets de projectiles et de pavés", a assuré M. Bompard, dénonçant "une situation de gestion du maintien de l'ordre" qui avait "généré une montée des tensions".


Finistère: la famille emportée par une vague pêchait sur la digue

Trois membres d'une même famille, les parents et l'un des enfants qui se promenaient sur une digue jeudi en début de soirée à Plogoff (Finistère), ont été retrouvés morts après avoir été emportés par une vague (Photo, AFP).
Trois membres d'une même famille, les parents et l'un des enfants qui se promenaient sur une digue jeudi en début de soirée à Plogoff (Finistère), ont été retrouvés morts après avoir été emportés par une vague (Photo, AFP).
Short Url
  • Les deux adultes, âgés de 55 ans pour le père et de 33 ans pour la mère, ont été récupérés vers 19H30 en arrêt cardio-respiratoire
  • Le corps sans vie de l'enfant a été repêché peu après 22H00, entraînant la suspension des recherches

BREST: Les trois membres d'une même famille, les parents et l'un des enfants, qui ont péri après avoir été emportés par une vague jeudi sur une digue à Plogoff (Finistère) pratiquaient la pêche, a indiqué vendredi la préfecture maritime de l'Atlantique.

"Le jeudi 19 mai à 18h40, le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de Corsen reçoit une alerte du SAMU 29 lui signalant que trois membres d'une famille pratiquant la pêche ont été emportés par une lame depuis la cale de Pors Loubous à Plogoff", indique dans un communiqué la préfecture maritime.

"Sauf survenue d'éléments nouveaux, ce drame n'aura a priori pas de suites judiciaires, aucune infraction n'étant à ce stade relevée", a précisé à l'AFP la procureure de la République de Quimper Carine Halley.

Les deux adultes, âgés de 55 ans pour le père et de 33 ans pour la mère, ont été récupérés vers 19H30 en arrêt cardio-respiratoire mais les secouristes ne sont pas parvenus à les ranimer.

Le corps sans vie de l'enfant a été repêché peu après 22H00, entraînant la suspension des recherches. 

Trois autres enfants de la famille, âgés de 13 à 15 ans et qui pour leur part n'étaient pas montés sur la digue, sont sains et saufs mais choqués. Ils ont été pris en charge par les services médicaux et psychologiques.

Le drame s'est produit vers 18h40, soit un peu plus d'une heure avant la marée haute, à Pors-Loubous. La mer à cet endroit, situé à quelques kilomètres de la pointe du Raz, était agitée par une forte houle mais la météo n'était pas défavorable, a précisé une porte-parole de la préfecture maritime.

Une lame a soudain emporté les trois personnes sur la digue. "Ils ont été emportés vers le large", a expliqué le directeur de cabinet de la préfecture du Finistère David Fotlz.

Des témoins ont immédiatement prévenu les secours et d'importants moyens ont été déployés, notamment trois hélicoptères, ainsi que des moyens de la SNSM (secours en mer) et des pompiers. 

Des marins-pêcheurs sont également venus prêter main forte, notamment pour rechercher le corps du jeune garçon, a relevé M. Foltz.

Il n'y a "pas d'explication" à un tel drame pour le moment, pas de raison météo majeure, a commenté M. Foltz. 

La famille vivait à Audierne, non loin de là, depuis plusieurs années, a-t-il ajouté.

Dans son communiqué, la préfecture maritime a détaillé les très importants moyens mis en oeuvre pour rechercher les trois personnes: trois hélicoptères (ceux de la Marine nationale, de la Sécurité civile et du Samu), deux vedettes de la SNSM (Société nationale de sauvetage en mer) d'Audierne et de l'île de Sein, une équipe de plongeurs, une équipe de drône et une équipe canine des pompiers également présents en nombre par ailleurs.

Parmi les autres moyens ayant participé aux recherches, on relève un patrouilleur des affaires maritimes, la brigade nautique de la gendarmerie maritime et au moins un bateau de pêche.