Centrafrique: trois Casques bleus blessés dans l'explosion d'une mine

Défilé des forces armées centrafricaines pour célébrer le 61e anniversaire de l'indépendance au Camp Kasaï à Bangui, le 13 août 2021. (AFP)
Défilé des forces armées centrafricaines pour célébrer le 61e anniversaire de l'indépendance au Camp Kasaï à Bangui, le 13 août 2021. (AFP)
Short Url
Publié le Samedi 01 janvier 2022

Centrafrique: trois Casques bleus blessés dans l'explosion d'une mine

  • Depuis plusieurs mois, les groupes armés qui sévissent en Centrafrique, repoussés des grandes agglomérations, ont recours à des techniques de guérilla et posent des engins explosifs le long des axes routiers
  • La Minusca rappelle que les attaques contre les Casques bleus peuvent constituer des crimes de guerre et sont passibles de poursuite par les juridictions nationale et internationale

BANGUI, Centrafrique : Trois Casques bleus bangladais ont été blessés vendredi, dont deux grièvement, par l'explosion d'une mine au passage de leur véhicule dans le nord-ouest de la Centrafrique, en proie à des combats entre des rebelles et l'armée, a indiqué samedi un communiqué de la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca).

Depuis plusieurs mois, les groupes armés qui sévissent en Centrafrique, repoussés des grandes agglomérations, ont recours à des techniques de guérilla et posent des engins explosifs le long des axes routiers pour retarder l'avancée des forces progouvernementales.

"Les trois Casques bleus faisaient partie d’un convoi du contingent bangladais qui effectuait une patrouille de protection des populations, sur l’axe Bouar-Bocaranga", à plus de 500 km de Bangui, "quand l’explosion est survenue", explique le communiqué.

"Les deux blessés graves ont été transportés par hélicoptère à Bouar pour y être soignés à l’hôpital de la Minusca", poursuit-il.

La veille, trois soldats de la paix tanzaniens ont été blessés, dont un grièvement, dans l'explosion d'un autre engin explosif dans l'ouest du pays.

Les mines sont principalement disséminées dans le nord-ouest du pays par les rebelles du groupe 3R (Retour, Réclamation, Réhabilitation) - un des plus puissants groupes armés - qui en a posé sur de nombreux axes stratégiques.

Depuis août, huit personnes, dont deux femmes et un enfant de cinq ans, ont été tuées à cause des mines dans cette région, selon la Minusca.

La Minusca rappelle que les attaques contre les Casques bleus peuvent constituer des crimes de guerre et sont passibles de poursuite par les juridictions nationale et internationale.

En décembre 2020, une partie des groupes armés qui occupaient alors plus des deux tiers du pays avaient lancé une offensive pour empêcher la réélection du président Faustin Archange Touadéra. Grâce essentiellement au soutien de paramilitaires russes et de soldats rwandais, le gouvernement a, depuis, reconquis toutes les grandes villes et repoussé les rebelles dans les forêts.


Australie: un homme arrêté après des coups de feu à l'aéroport de Canberra

Des policiers montent la garde à l'entrée d'un terminal après qu'un homme armé a ouvert le feu à l'aéroport de Canberra, le 14 août 2022. (Photo de l'AFP)
Des policiers montent la garde à l'entrée d'un terminal après qu'un homme armé a ouvert le feu à l'aéroport de Canberra, le 14 août 2022. (Photo de l'AFP)
Short Url
  • La police a évacué et fermé le principal aéroport de la capitale australienne, menant à la suspension de nombreux vols
  • De l'extérieur, plusieurs impacts de balle étaient visibles sur la façade vitrée de l'aéroport, selon des images diffusées par la chaîne publique australienne ABC

CANBERRA :Un homme a tiré cinq coups de feu à l'aéroport de Canberra dimanche, provoquant la panique des passagers mais ne faisant pas de victime, selon la police australienne qui l'a arrêté.

La police a évacué et fermé le principal aéroport de la capitale australienne, menant à la suspension de nombreux vols.

«Un homme est entré dans l'aéroport de Canberra dans la zone des départs. Il s'est assis dans l'une des zones adjacentes aux fenêtres en verre», a déclaré le commissaire Dave Craft aux journalistes à l'extérieur du bâtiment de l'aéroport.

«Après environ cinq minutes, cet homme a pris une arme à feu en sa possession et a tiré environ cinq fois», a-t-il détaillé.

Le Premier ministre Anthony Albanese a été mis au courant de l'incident:

«On m'informe qu'un homme a été arrêté et qu'il n'y a aucune menace en cours», a-t-il exprimé dans un communiqué.

De l'extérieur, plusieurs impacts de balle étaient visibles sur la façade vitrée de l'aéroport, selon des images diffusées par la chaîne publique australienne ABC.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent un policier immobilisant un homme au sol à l'intérieur du terminal tandis que les alarmes retentissaient dans le principal aéroport de la capitale.

«La police a été avertie (...) à la suite d'informations faisant état de coups de feu dans le terminal principal», a indiqué la police de la capitale australienne.

«Peu de temps après, une personne a été placée en garde à vue et une arme à feu a été confisquée», a-t-elle ajouté, soulignant que l'homme semblait avoir agi seul.

Le motif de l'assaillant présumé n'est pour l'heure pas claire.

La situation est maintenant sous contrôle, selon la police.

La journaliste d'ABC Lily Thomson, sur place, a dit avoir entendu des coups de feu avant que les gens ne commencent à crier.

Elle a vu une femme effrayée qui s'occupait d'un bébé. «Nous avons tous couru et je suis restée avec cette grand-mère et son bébé et (nous nous sommes) cachés derrière le bureau d'information», a-t-elle relaté sur ABC.

«Nous sommes restés là pendant quelques minutes jusqu'à ce que la sécurité nous dise d'évacuer vers le parking».

«Tout le monde se cachait derrière des chaises et les gens couraient», a-t-elle ajouté.

L'aéroport de Canberra a déclaré qu'il travaillait avec les compagnies aériennes pour relancer les vols d'ici dimanche après-midi. Certains vols ont été annulés.


Feux de forêt: un été record de surfaces brûlées en Europe

Un pompier tactique français allume un feu contrôlé pour ralentir la progression d'un feu de forêt près de Belin-Beliet, dans le sud-ouest de la France, le 13 août 2022. (Photo de Thibaud MORITZ / AFP)
Un pompier tactique français allume un feu contrôlé pour ralentir la progression d'un feu de forêt près de Belin-Beliet, dans le sud-ouest de la France, le 13 août 2022. (Photo de Thibaud MORITZ / AFP)
Short Url
  • La France a connu des années pires dans les années 1970, avant les données standardisées européennes
  • Mais l'année 2022 est la plus grave en 16 ans selon ces chiffres, en grande partie à cause de deux grands brasiers successifs en Gironde

PARIS: Alors que la haute saison des feux n'est pas encore terminée, le bilan provisoire des incendies s'alourdit dans l'Union européenne avec déjà plus de de 660 000 hectares brûlés depuis janvier, établissant un record à ce stade de l'année depuis le début des données satellitaires en 2006.

Depuis le 1er janvier, les incendies ont ravagé 662 776 hectares de forêts dans l'Union européenne selon les données actualisées dimanche du système européen d'information sur les feux de forêts (EFFIS), qui tient des statistiques comparables depuis 2006 grâce aux images de satellites du programme européen Copernicus.

La France a connu des années pires dans les années 1970, avant les données standardisées européennes. Mais l'année 2022 est la plus grave en 16 ans selon ces chiffres, en grande partie à cause de deux grands brasiers successifs en Gironde, dans le sud-ouest du pays, où des pompiers allemands, polonais ou encore autrichiens sont arrivés cette semaine en renfort.

La situation est également exceptionnelle en Europe centrale: les pompiers ont ainsi mis plus de dix jours en juillet pour maîtriser le plus grand incendie de l'histoire récente de la Slovénie, aidés par une population si mobilisée que le gouvernement a dû demander aux habitants d'arrêter de faire des dons aux pompiers.

Mais ne disposant pas d'avions spécialisés pour combattre les feux, la Slovénie a dû appeler à l'aide la Croatie, qui a envoyé un avion... avant de le rappeler pour éteindre ses propres incendies. Le gouvernement slovène envisage désormais l'acquisition de ses premiers avions bombardiers d'eau.

Très spectaculaire aussi, à Berlin, en Allemagne, un vaste incendie s'est déclaré la semaine dernière à partir d'un dépôt de munitions de la police, dans une forêt en pleine sécheresse, un feu rapidement maîtrisé. Jusqu'ici épargnée par de tels incendies, la capitale allemande est de nos jours de plus en plus menacée en raison de l'importance de ses zones boisées.

Mais la zone la plus frappée par les incendies est la péninsule ibérique. L'Espagne, asséchée comme la France par plusieurs canicules cet été, a vu 246 278 hectares ravagés par les incendies, principalement en Galice dans le nord-ouest. La situation s'est toutefois améliorée avec la baisse des températures.

Le Portugal lutte aussi depuis plus d'une semaine contre un feu dans le géo-parc mondial reconnu par l'Unesco dans la région de la montagne de la Serra da Estrela, qui culmine à environ 2.000 mètres.


Iran: procès de Mostafa Tajzadeh, une figure du mouvement réformateur

Mostafa Tajzadeh du comité de direction de la participation réformiste Iran islamique. (Reuters)
Mostafa Tajzadeh du comité de direction de la participation réformiste Iran islamique. (Reuters)
Short Url
  • M. Tajzadeh a été inculpé de «trois chefs d'accusation dont celui de complot contre la sécurité nationale»
  • Ancien vice-ministre de l’Intérieur sous la présidence du réformateur Mohammad Khatami (1997-2005), Tajzadeh avait été arrêté en 2009

TÉHÉRAN : Le procès de Mostafa Tajzadeh, un célèbre militant réformateur, détenu depuis juillet pour atteinte à la sécurité d'Etat, s'est ouvert samedi devant un tribunal révolutionnaire à Téhéran, selon Mizan Online, l'agence de l'Autorité judiciaire.

Arrêté le 8 juillet à son domicile, M. Tajzadeh, 65 ans, est une figure du mouvement réformateur. Il s'était présenté à la présidentielle 2021 mais sa candidature avait été refusée.

Selon Mizan, M. Tajzadeh a été inculpé de «trois chefs d'accusation dont celui de complot contre la sécurité nationale».

«Tajzadeh a refusé de répondre aux questions du président du tribunal» et ce dernier a annoncé qu'il allait prononcer ultérieurement le jugement, a déclaré Mizan.

«Il y a trois jours, je suis allé à la prison d'Evin pour rencontrer mon client avec l'autorisation du tribunal», a indiqué l'avocat de M. Tajzadeh, Houshang Pourbabaï, cité dimanche par le journal réformateur Etemad.

«Mon client a refusé de me rencontrer car il ne pouvait pas me parler face à face» a-t-il déclaré, ajoutant que M. Tajzadeh avait annoncé qu'il «ne comparaîtrait pas devant le tribunal».

Citée par Etemad, l'épouse de M. Tajzadeh a indiqué dimanche que le militant réformateur avait été «contraint de se présenter devant le tribunal».

Ancien vice-ministre de l’Intérieur sous la présidence du réformateur Mohammad Khatami (1997-2005), Tajzadeh avait été arrêté en 2009 après l'annonce officielle de la réélection à la présidence de Mahmoud Ahmadinejad, contestée par une opposition rassemblée autour des candidats réformateurs malheureux Mehdi Karoubi et Mir Hossein Moussavi.

La coalition réformatrice a déclaré vouloir faire part au chef du pouvoir judiciaire de «ses inquiétudes» au sujet de M. Tajzadeh, selon le journal Etemad.

Depuis sa libération en 2016, il appelle régulièrement les autorités à libérer les deux dirigeants de cette contestation assignés à résidence depuis près de douze ans.

Ces derniers temps, les autorités iraniennes ont mené de nombreuses arrestations dont le cinéaste et opposant Jafar Panahi, l'un des cinéastes iraniens les plus primés.