Liban: couvre-feu aux non vaccinés pour éviter une nouvelle flambée pendant les vacances

Les services de sécurité libanais imposent un couvre-feu de trois semaines pour les résidents non vaccinés, et des amendes à ceux qui l'enfreignent. (Reuters/photo d'archives)
Les services de sécurité libanais imposent un couvre-feu de trois semaines pour les résidents non vaccinés, et des amendes à ceux qui l'enfreignent. (Reuters/photo d'archives)
Short Url
Publié le Dimanche 19 décembre 2021

Liban: couvre-feu aux non vaccinés pour éviter une nouvelle flambée pendant les vacances

  • Les ambulanciers transportent chaque jour 80 à 100 cas vers les hôpitaux, selon le chef de la Croix-Rouge
  • Le secrétaire général de l'ONU rencontrera le président, le chef du parlement, le Premier ministre et des représentants de la société civile

BEYROUTH : Les services de sécurité libanais ont imposé un couvre-feu de trois semaines pour les résidents non vaccinés, avec des amendes pour ceux qui le violent, à partir de 17 heures jusqu’à 6 heures du matin et ce jusqu'au 9 janvier 2022, alors que le nombre de cas augmente dans le pays.

Le comité qui suit les mesures de prévention du coronavirus déclare qu'il exclura ceux « avec au moins une dose de vaccin ou un test PCR négatif de 48 heures et les enfants de moins de 12 ans ».

Vendredi, le ministère de la Santé publique a signalé 1 912 nouveaux cas de Covid-19, principalement chez des personnes de 30 à 39 ans, dont certaines avaient reçu trois doses de vaccin. De plus, 14 décès ont été enregistrés.

Le ministère a déclaré : « Nous avons eu 22 168 cas actifs ces 14 derniers jours », ajoutant que seulement 34% des personnes avaient reçu deux doses de vaccin, avec le taux de vaccination le plus bas enregistré dans la région de la Bekaa.

Le secrétaire général de la Croix-Rouge libanaise, George Kettaneh, a déclaré que « les équipes d'ambulances transportent chaque jour 80 à 100 cas vers les hôpitaux, tandis que plus de 1 200 bonbonnes d'oxygène ont été distribuées ».

Jusqu'à présent, le Liban a enregistré 60 cas du variant Omicron, mais le ministre libanais de la Santé Firass Abiad souligne qu'il « se propage rapidement... deux fois et demie plus vite que le Delta ».

Ceux qui ont reçu trois doses de vaccin ont une meilleure protection contre l'Omicron, ajoute-t-il.

Le Liban craint une nouvelle épidémie pendant les vacances, d'autant plus que le secteur médical est épuisé en raison des pénuries de personnel, de carburant, d'oxygène, de matériel médical et de médicaments.

Suleiman Haroun, chef du Syndicat des propriétaires d'hôpitaux privés, dit : « Les hôpitaux sont toujours en mesure d'accueillir des patients, mais ils sont bien sûr soumis à une forte pression, d'autant plus que 80 à 90 % des lits Covid-19 sont occupés. »

Haroun ajoute : « Nous craignons que les chiffres n'augmentent. La majorité des cas ne nécessite actuellement pas de soins intensifs, mais certains patients passent jusqu'à trois semaines à l'hôpital. »

Dans le but d'éviter une épidémie pendant les vacances, le comité de suivi des mesures préventives Covid-19 a imposé une jauge de 50 % dans les lieux publics.

De plus, les boîtes de nuit, les restaurants et les hôtels refuseront l'entrée à ceux qui n'ont pas au moins une dose de vaccin Covid-19 ou un test PCR négatif au cours des 48 dernières heures.

Parallèlement, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres arrivera dimanche au Liban pour rencontrer le président Michel Aoun, le président du Parlement Nabih Berri et le Premier ministre Najib Mikati, ainsi que des représentants de la société civile.

Les observateurs politiques écartent la possibilité que cela affecte le travail du Cabinet, paralysé depuis la mi-octobre.

L'ambassade du Canada au Liban exhorte les ressortissants canadiens à « faire preuve d'une grande prudence au Liban en raison d'une situation de sécurité imprévisible et du risque d'attaque terroriste ».

L'ambassade conseille aux gens d'éviter certaines zones, à savoir les banlieues sud de Beyrouth, Tripoli, Baalbek-Hermel, tous les camps palestiniens et les zones au sud du Litani, « en raison de la présence de groupes armés et du risque de crime organisé, d'enlèvements et menace d’attaques terroristes. »

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Des habitants de la ville natale au Liban de l'auteur de l'attentat contre Rushdie condamnent l'attaque

Yaroun se trouve à environ 125 km de Beyrouth. Auparavant, les habitants de la ville étaient réputés pour leur agriculture et leur élevage. (Arab News)
Yaroun se trouve à environ 125 km de Beyrouth. Auparavant, les habitants de la ville étaient réputés pour leur agriculture et leur élevage. (Arab News)
Short Url
  • Le père de Hadi Matar, qui est séparé de sa mère, refuse de recevoir qui que ce soit au lendemain de l'attaque au couteau à New York
  • «Je ne l'ai jamais vu dans cette ville», déclare le maire de la ville de Yaroun, Ali Qassem Tuhfa

BEYROUTH : Le père de Hadi Matar, l'homme qui a poignardé le romancier Salman Rushdie aux États-Unis vendredi, refuse de parler à quiconque. Depuis qu'il a appris le crime de son fils de 24 ans, il n'a reçu aucune visite à son domicile dans la ville de Yaroun, dans le sud du Liban, pas même celle du maire de la ville.

Le maire Ali Qassem Tuhfa a déclaré à Arab News : « Les parents de Matar sont séparés depuis 10 ans. Le père est revenu à Yaroun tandis que sa famille est restée aux États-Unis. Il a relancé l'ancienne activité familiale d'élevage et s'occupe d'un petit troupeau. Il a peu ou pas de vie sociale et ne communique avec personne ».

Yaroun est proche de la ville de Maroun Al-Ras dans la région de Beit Jbeil. (Arab News)
Yaroun est proche de la ville de Maroun Al-Ras dans la région de Beit Jbeil. (Arab News)

Yaroun est proche de la ville de Maroun Al-Ras dans la région de Beit Jbeil. La localité se trouve à environ 125 km de Beyrouth. Auparavant, les habitants de la ville étaient réputés pour leur agriculture et leur élevage.

Yaroun est une ville frontalière qui a été abandonnée par de nombreux habitants pendant l'occupation israélienne du sud du Liban dans les années 1970. Certains ont également émigré avant cette période, ne laissant derrière que 500 résidents à peu près. Ce nombre augmente avec le retour temporaire des expatriés pendant l'été et d'autres vacances, les registres indiquant que 9 000 personnes sont originaires de la ville.

Des chrétiens et des musulmans vivent à Yaroun, a expliqué le maire, tout en notant que la majorité des émigrants sont partis en Australie et en Amérique du Nord et du Sud.

Samer Wehbe, un journaliste de la région, a déclaré : « Lorsque les expatriés sont progressivement rentrés, ils ont construit de belles maisons qui ressemblaient à celles dans lesquelles ils vivaient à l'étranger, donnant à la ville un aspect cossu. La majorité des habitants de la ville n'y vivent pas en permanence, mais seulement lorsqu'ils rentrent au Liban pour des vacances ou des occasions spéciales. Les affiliations politiques restent vagues, bien que la ville soit située dans une zone pro-Hezbollah, puisqu'elle est adjacente à Maroun Al-Ras, où le Hezbollah a remporté d'importantes victoires contre l'occupation israélienne. »

Yaroun se trouve à environ 125 km de Beyrouth. Auparavant, les habitants de la ville étaient réputés pour l'agriculture et l'élevage. (Arab News)
Yaroun se trouve à environ 125 km de Beyrouth. Auparavant, les habitants de la ville étaient réputés pour l'agriculture et l'élevage. (Arab News)

Le maire Tuhfa a déclaré que Matar était né et avait grandi aux États-Unis. « Je suis maire depuis six ans et je ne l'ai jamais vu en ville », a-t-il déclaré.

Tuhfa a expliqué : « La mère de Matar est également originaire de Yaroun, mais elle n'a aucun lien de parenté avec son mari. Elle s'appelle Silvana Firdaus. Matar a une sœur qui vit également avec sa mère aux États-Unis. »

Il a ajouté : « La nouvelle du crime de Matar a soulevé des questions dans la ville, sur ses motivations. » Son acte a même été condamné, en gardant à l'esprit que personne ne le connaît personnellement. »

Les réactions des activistes sur les plateformes de médias sociaux étaient mitigées. L'un d'eux a estimé que Matar n'est « qu'un Américain d'origine libanaise, qui souffre apparemment d'une profonde crise d'identité. »

Hadi Matar, 24 ans, au centre, écoute son avocat de la défense Nathaniel Barone, à gauche, s'adresser au juge lors de sa mise en accusation au palais de justice du comté de Chautauqua à Mayville, NY, samedi 13 août 2022. (AP)
Hadi Matar, 24 ans, au centre, écoute son avocat de la défense Nathaniel Barone, à gauche, s'adresser au juge lors de sa mise en accusation au palais de justice du comté de Chautauqua à Mayville, NY, samedi 13 août 2022. (AP)

Le Hezbollah s'est abstenu de tout commentaire sur l'attaque contre Rushdie. Selon Reuters, un responsable a déclaré que la milice « n'avait aucune information supplémentaire sur l'attaque au couteau contre le romancier Salman Rushdie. » Le responsable a ajouté : « Nous ne savons rien sur ce sujet et nous ne ferons donc aucun commentaire. »

Néanmoins, ces derniers jours, une ancienne vidéo du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, incitant ses partisans à tuer Rushdie a circulé sur les plateformes de médias sociaux.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Afghanistan: l'UE «particulièrement inquiète» pour les femmes

Les talibans avaient tiré en l'air de nombreuses fois, et utilisé notamment les crosses de leur fusil pour frapper des femmes qui manifestaient pour demander «du pain, du travail et la liberté». (AFP).
Les talibans avaient tiré en l'air de nombreuses fois, et utilisé notamment les crosses de leur fusil pour frapper des femmes qui manifestaient pour demander «du pain, du travail et la liberté». (AFP).
Short Url
  • Les talibans avaient tiré en l'air de nombreuses fois, et utilisé notamment les crosses de leur fusil pour frapper des femmes qui manifestaient pour demander «du pain, du travail et la liberté»
  • «L'Union européenne s'inquiète particulièrement du destin des femmes et des filles afghanes, qui se voient privées systématiquement de leurs libertés, leurs droits et leur accès à des services de base comme l'éducation»

BRUXELLES : L'Union européenne s'est déclarée dimanche "particulièrement inquiète" devant la dégradation des conditions de vie des femmes et des filles en Afghanistan, au lendemain de la répression violente d'une manifestation de femmes à Kaboul.

Samedi, les talibans avaient tiré en l'air de nombreuses fois, et utilisé notamment les crosses de leur fusil pour frapper des femmes qui manifestaient pour demander "du pain, du travail et la liberté". Certaines ont été poursuivies jusque dans des magasins où elles s'étaient réfugiées et frappées.

Les talibans ont imposé des restrictions de plus en plus nombreuses vis-à-vis des femmes depuis leur retour au pouvoir il y aura un an lundi, le 15 août 2021.

"L'Union européenne s'inquiète particulièrement du destin des femmes et des filles afghanes, qui se voient privées systématiquement de leurs libertés, leurs droits et leur accès à des services de base comme l'éducation", écrit le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell dans un communiqué.

"L'UE réitère que l'Afghanistan doit adhérer aux traités signés par ce pays, y compris en soutenant et en protégeant les droits économiques, sociaux, culturels, civils et politiques de tous les Afghans, et leur permettre participer pleinement et de façon égale et significative au gouvernement du pays", ajoute-t-il.

Le communiqué rappelle aussi que toute aide humanitaire à l'Afghanistan dépend du respect par les talibans des principes de bases des droits humains, "notamment les droits des femmes et des filles, des enfants, et des minorités".

Il souligne par ailleurs que "l'Afghanistan ne doit pas être une menace pour la sécurité d'un autre pays".

Les talibans ont assuré ne pas être au courant de la présence dans leur pays du chef d'al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, que les Etats-Unis ont annoncé le 2 août avoir tué à Kaboul d'un tir de drone.


Liban: les réfugiés syriens de plus en plus marginalisés

Un homme sort d'une boulangerie avec un sac de pain plat subventionné, tandis que d'autres continuent d'attendre dans une file d'attente, dans la capitale libanaise Beyrouth le 29 juillet 2022, au milieu d'une pénurie de blé. (AFP)
Un homme sort d'une boulangerie avec un sac de pain plat subventionné, tandis que d'autres continuent d'attendre dans une file d'attente, dans la capitale libanaise Beyrouth le 29 juillet 2022, au milieu d'une pénurie de blé. (AFP)
Short Url
  • Cet état de pénurie a provoqué ces dernières semaines de nombreux incidents et bagarres entre Libanais et Syriens, cibles d'accusations de trafic de pain sur le marché noir
  • Le Liban dit accueillir 1,5 million de réfugiés syriens, soit le plus grand nombre de réfugiés par habitant au monde

BEYROUTH : Au Liban frappé depuis 2019 par une crise économique sans précédent, 80% de la population vit désormais sous le seuil de pauvreté défini par l'ONU, alors que les autorités ont levé les subventions sur l'ensemble des produits essentiels, à l'exception du blé destiné à la fabrication du pain local.

Le Liban s'efforce de maintenir le prix du blé, denrée alimentaire de base, alors que la livre libanaise a perdu plus de 90% de sa valeur entraînant une inflation galopante.

La guerre en Ukraine a compliqué la situation, Beyrouth important habituellement 80% de son blé d’Ukraine.

Aussi, l'explosion dévastatrice en août 2020 du port a rendu l'importation et le stockage d'autant plus compliqués.

Cet état de pénurie a provoqué ces dernières semaines de nombreux incidents et bagarres entre Libanais et Syriens, cibles d'accusations de trafic de pain sur le marché noir.

Un certain nombre de municipalités, de gouvernorats et de boulangeries semblent avoir pris officieusement plusieurs décisions discriminatoires envers les réfugiés, qu’il s’agisse de vendre des paquets de pain en priorité aux Libanais avant les Syriens, ou de forcer les Syriens et les non-Libanais à faire la queue pour acheter du pain, les Libanais bénéficiant de voies spéciales ouvertes pour leur donner la priorité.

Ces décisions ont été saluées et soutenues par un certain nombre de citoyens libanais dont la rancœur contre les réfugiés a été exacerbée par la crise et le manque, tandis que de nombreux autres se sont opposés à ces mesures qui menaceraient la sécurité des Syriens et mettraient leur vie en danger, estimant que c’est l'État qui provoque la crise.

Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a condamné, vendredi, "l'augmentation des tensions et des provocations entre les différentes communautés" au Liban, particulièrement contre les réfugiés syriens.

"Le HCR a constaté une augmentation des tensions et des provocations entre les différentes communautés conduisant à des violences localisées dans les rues, y compris contre les réfugiés", indique un communiqué de l'agence.

Lors de la cérémonie de lancement du "Plan de réponse à la crise au Liban 2022-2023", soutenu par les Nations unies, le Premier ministre libanais avait affirmé que son pays, plongé dans une crise économique sans précédent, allait expulser les réfugiés syriens du territoire libanais si la communauté internationale n’aidait pas à leur rapatriement. 

Le Liban dit accueillir 1,5 million de réfugiés syriens, soit le plus grand nombre de réfugiés par habitant au monde.

Les autorités libanaises avaient annoncé, en juillet 2022, vouloir rapatrier 15 000 déplacés syriens par mois.