La visite du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane au Koweït consacre une amitié historique

L'émir du Koweït, Cheikh Nawaf Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah, accueille le prince héritier Mohammed ben Salmane lors de sa tournée dans le CCG. (Photo, Fournie)
L'émir du Koweït, Cheikh Nawaf Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah, accueille le prince héritier Mohammed ben Salmane lors de sa tournée dans le CCG. (Photo, Fournie)
Short Url
Publié le Samedi 11 décembre 2021

La visite du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane au Koweït consacre une amitié historique

  • L'Arabie saoudite et le Koweït entretiennent des relations étroites et cordiales depuis des décennies, s'entraidant en temps de crise
  • La visite du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane au Koweït confirme « des relations profondes, solides et historiques », selon l'ambassadeur

RIYAD (Reuters) – La visite du prince héritier d'Arabie saoudite au Koweït vendredi a marqué la dernière étape de sa tournée dans les pays du Conseil de coopération du Golfe en vue du sommet annuel du CCG, qui se tiendra à Riyad le 14 décembre.

Il s'était déjà rendu au Koweït en sa qualité officielle de prince héritier adjoint en mai 2015, puis de nouveau en septembre 2018 après être devenu prince héritier en juin 2017.

La visite intervient six mois après une rencontre avec le prince héritier du Koweït, Cheikh Mishal Al-Jaber Al-Sabah, qui s'est rendu à Riyad pour des entretiens.

Le prince héritier Mohammed ben Salmane reçu par son homologue koweïtien Cheikh Mishal Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah. (Photo, Fournie)
Le prince héritier Mohammed ben Salmane reçu par son homologue koweïtien Cheikh Mishal Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah. (Photo, Fournie)

À son arrivée à Koweït, vendredi, le prince héritier Mohammed a été reçu par le cheikh Mishal. Il a ensuite été reçu par l'émir du Koweït Cheikh Nawaf Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah.

L'émir a décerné l'Ordre de Wisam Moubarak Al-Kabir au prince héritier Mohammed ben Salmane pour ses efforts « en vue de renforcer les liens de fraternité et de compréhension entre les pays du Conseil de coopération du Golfe », rapporte SPA.

L'Arabie saoudite et le Koweït entretiennent des relations étroites et cordiales depuis des décennies, s'entraident en temps de crise, échangent en matière de commerce et tourisme et collaborent sur les questions de défense et diplomatiques.

Ils coordonnent régulièrement leurs actions sous l'égide du CCG conformément aux visions communes et aux objectifs stratégiques du bloc, en vue de réaliser l'intégration entre les États membres dans différents domaines.

L'émir du Koweït Nawaf Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah remet au prince héritier Mohammed ben Salmane l'Ordre de Wisam Moubarak Al-Kabir pour ses efforts en vue du renforcement des liens entre les pays du CCG. (Photo, Fournie)
L'émir du Koweït Nawaf Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah remet au prince héritier Mohammed ben Salmane l'Ordre de Wisam Moubarak Al-Kabir pour ses efforts en vue du renforcement des liens entre les pays du CCG. (Photo, Fournie)

Un esprit de coopération similaire façonne leurs rôles au sein de la Ligue arabe, de l'Organisation de la coopération islamique, de l'ONU et de divers organismes internationaux.

« Aujourd'hui, Son Altesse Royale le prince héritier Mohammed ben Salmane ben Abdelaziz Al-Saud, vice-Premier ministre et ministre de la Défense - que Dieu le protège - arrive dans sa deuxième patrie, l'État frère du Koweït", a déclaré le prince Sultan ben Saad ben Khalid Al Saud, l'ambassadeur saoudien au Koweït, dans un communiqué avant l'arrivée du prince Mohammed.

« Il s'agit de la deuxième visite officielle de Son Altesse Royale depuis qu'il occupe le poste de prince héritier. C’est la suite logique des visites successives des dirigeants de l'Arabie saoudite à leurs frères les dirigeants de l'État du Koweït, ce qui confirme des relations fortes et particulières entre les deux pays, relations qui datent de l'ère du fondateur, le roi Abdulaziz ben Abdul Rahman Al-Saud, que son âme repose en paix. »

« L'importance de cette visite s'inscrit dans le prolongement de la tournée actuelle de Son Altesse dans les États du CCG avant le 42e sommet du Golfe qui se tiendra à Riyad le 14 décembre. Cela confirme l’intérêt que Son Altesse - que Dieu le protège – accorde à l'unité de la cohésion du Golfe, l'unification des positions vis-à-vis des questions régionales, arabes et internationales, et l'élévation du niveau de coopération conjointe entre les États du CCG dans divers domaines.

Le prince héritier Mohammed ben Salmane reçu par l'émir du Koweït Cheikh Nawaf Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah. (Photo, Fournie)
Le prince héritier Mohammed ben Salmane reçu par l'émir du Koweït Cheikh Nawaf Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah. (Photo, Fournie)

« On s'attend à ce que de nombreux problèmes et développements régionaux et internationaux qui sont dans l'intérêt de la région et de ses peuples soient discutés. »

La famille royale saoudienne a une affection pour le Koweït qui peut être attribuée à un acte de générosité remontant à plus d'un siècle.

En 1891, lorsque Riyad a été saisie par le rival du roi Abdulaziz ben Abdel Rahman Al-Saud, Ibn Rasheed, la famille et leurs partisans ont trouvé refuge au Koweït.

En 1902, lorsque le roi Abdulaziz a repris Riyad, la famille régnante Al-Saud est retournée au Najd du Koweït et a réinstallé l'État saoudien, pour plus tard unifier le pays.

Le protocole d'Uqair de décembre 1922 délimitait des zones neutres entre l'Irak mandataire, le cheikh du Koweït et le sultanat de Najd, le royaume naissant qui deviendrait plus tard l'Arabie saoudite.

Le prince héritier Mohammed ben Salmane reçu par son homologue koweïtien Cheikh Mishal Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah. (Photo, Fournie)
Le prince héritier Mohammed ben Salmane reçu par son homologue koweïtien Cheikh Mishal Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah. (Photo, Fournie)

C'est la découverte de pétrole en 1938 dans le champ de Burgan, juste au nord de la zone neutre à la frontière saoudo-koweïtienne, qui va changer à jamais les relations entre les deux royaumes, quand leurs dirigeants acceptent tous deux de partager la manne. En 1965, la zone neutre entre les deux États est à nouveau renégociée, tandis que la frontière maritime est redéfinie en 2000.

Ces intérêts communs ont fait de l'Arabie saoudite et du Koweït des partenaires naturels et ont contribué à la création du CCG à six membres en 1981, transformant ainsi une amitié historique en une institution capable de promouvoir la coopération économique et sécuritaire.

 

Cette solidarité s'est avérée essentielle le 2 août 1990, lorsque le dictateur irakien Saddam Hussein a envoyé ses forces armées envahir le Koweït. C'était maintenant au tour de l'Arabie saoudite d'offrir un sanctuaire à la famille royale du Koweït et à ses officiels en fuite, alors que les troupes irakiennes annexaient le pays, prenant le contrôle de quelque 20 % des réserves mondiales de pétrole.

Le président américain George H. W. Bush a condamné l'invasion irakienne et a commencé à réunir une coalition de 35 pays, dont l'Arabie saoudite, pour aider à libérer le Koweït. Bientôt, les forces américaines établissent des bases dans le Golfe en prévision de la contre-attaque prévue. En janvier 1991, la coalition lance l'opération Tempête du désert.

Les avions et les forces terrestres saoudiens participent à plusieurs batailles pour repousser les incursions transfrontalières irakiennes et les attaques de missiles Scud. Fin février, le Koweït est libéré.

Depuis lors, la défense et la sécurité communes sont une priorité parmi les membres du CCG. Pas plus tard qu'en 2017, le Koweït a organisé des exercices militaires impliquant des forces armées américaines, saoudiennes et d'autres forces armées du Golfe.

En décembre 2020, un mois avant que le différend du Golfe ne soit officiellement résolu avec l'aide de la médiation koweïtienne et la signature de la déclaration d'AlUla, l'émir koweïtien Cheikh Nawaf Al-Ahmad Al-Sabah a remercié le roi saoudien Salmane pour le rôle du Royaume dans la promotion de la sécurité et stabilité dans la région.

Cependant, la relation saoudo-koweïtienne va bien au-delà du pétrole, de la sécurité et de la diplomatie. Les deux pays partagent bon nombre des mêmes valeurs fondamentales, de la même culture et mêmes liens familiaux. Ces similitudes leur ont permis de croiser leurs programmes de développement.

Le Koweït est très connu pour son secteur dynamique de vente au détail, ce qui en fait une destination de choix pour tout, de la mode aux super bolides. Le plus grand centre commercial du Koweït, The Avenues, prévoit de s’implanter en Arabie saoudite au cours des quatre prochaines années avec deux nouveaux points de vente à Riyad et à Alkhobar.

Cette décision reflète la vision commune des deux pays de diversifier leurs économies pour éviter de dépendre des prix fluctuants et des jours comptés du pétrole et de se tourner vers les industries innovantes et de haute technologie, le tourisme de luxe, les petits entrepreneurs et la transition énergétique verte.

Beaucoup de choses ont changé dans les deux pays au cours du siècle dernier, les sociétés nomades se sont transformées en des paysages urbains d'acier et de verre. Mais tout au long de cette métamorphose - et à travers vents et marées - ils sont restés de bons voisins et de solides alliés.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Hamdan ben Mohammed nommé vice-Premier ministre lors d'un remaniement ministériel

Le prince héritier de Dubaï, Sheikh Hamdan bin Mohammed bin Rashed, assiste à la séance d'ouverture du Sommet mondial des gouvernements à Dubaï, le 28 mars 2022. (AFP)
Le prince héritier de Dubaï, Sheikh Hamdan bin Mohammed bin Rashed, assiste à la séance d'ouverture du Sommet mondial des gouvernements à Dubaï, le 28 mars 2022. (AFP)
Short Url
  • Les Émirats arabes unis ont annoncé un remaniement ministériel qui comprend la nomination du cheikh Hamdan ben Mohammed ben Rachid Al-Maktoum au poste de ministre de la Défense et de vice-Premier ministre
  • Le cheikh Abdullah ben Zayed Al-Nahyan a également été nommé vice-Premier ministre, tout en conservant son rôle de ministre des Affaires étrangères

DUBAÏ : Les Émirats arabes unis ont annoncé un remaniement ministériel qui comprend la nomination du cheikh Hamdan ben Mohammed ben Rachid Al-Maktoum au poste de ministre de la Défense et de vice-Premier ministre, a déclaré dimanche sur X le dirigeant de Dubaï, le cheikh Mohammed ben Rachid Al-Maktoum.

« Le cheikh Hamdan est un dirigeant qui aime son peuple et son peuple l'aime. Nous sommes persuadés qu'il sera un atout majeur pour le gouvernement des Émirats arabes unis et qu'il contribuera grandement à façonner l'avenir du pays », a déclaré le cheikh Mohammed sur X.

Le cheikh Abdullah ben Zayed Al-Nahyan a également été nommé vice-Premier ministre, tout en conservant son rôle de ministre des Affaires étrangères.

D'autres nominations majeures incluent la désignation de Sarah Al-Amiri comme ministre de l'Éducation ; Ahmed Belhoul comme ministre des Sports ; Abdul Rahman Al-Awar comme ministre par intérim de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ; et Alia Al-Mazroui comme ministre d'État de l'Entrepreneuriat.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les dirigeants saoudiens félicitent le président français à l’occasion du 14 juillet

Short Url

RIYAD: Le roi saoudien Salmane et le prince héritier Mohammed ben Salmane ont félicité le Président de la République française Emmanuel Macron à l'occasion de la fête nationale du 14 juillet, selon l'agence de presse saoudienne (SPA).

#خادم_الحرمين_الشريفين وسمو #ولي_العهد يهنئان رئيس الجمهورية الفرنسية بذكرى اليوم الوطني لبلاده.#واس pic.twitter.com/uWOlfsM8EI

— واس الأخبار الملكية (@spagov) July 14, 2024

 


Le ministère saoudien des Affaires étrangères condamne la poursuite du génocide contre le peuple palestinien

Le ministère des Affaires étrangères d'Arabie saoudite a exprimé samedi la condamnation et la dénonciation dans les termes les plus forts de la "poursuite des massacres génocidaires contre le peuple palestinien". (AFP/File Photo)
Le ministère des Affaires étrangères d'Arabie saoudite a exprimé samedi la condamnation et la dénonciation dans les termes les plus forts de la "poursuite des massacres génocidaires contre le peuple palestinien". (AFP/File Photo)
Short Url
  • L'Arabie saoudite a renouvelé son appel pour un cessez-le-feu immédiat et permanent ainsi que la protection des civils non armés.

RIYAD : Le ministère saoudien des Affaires étrangères a exprimé samedi la condamnation et la dénonciation du Royaume dans les termes les plus forts de la « poursuite des massacres génocidaires contre le peuple palestinien aux mains de la machine de guerre israélienne. »

Le ministère a attiré une attention particulière sur le dernier ciblage des Palestiniens déplacés dans les camps de Khan Younis dans le sud de la bande de Gaza, qui a coûté la vie à 100 personnes.

L'Arabie saoudite a renouvelé son appel pour un cessez-le-feu immédiat et permanent ainsi que la protection des civils non armés dans tous les territoires palestiniens occupés.

Le ministère a également souligné la nécessité d'activer les mécanismes internationaux de responsabilisation concernant les violations persistantes par Israël du droit humanitaire international et des résolutions internationales.

Les Émirats arabes unis et Bahreïn ont condamné et dénoncé dimanche les violations israéliennes continues dans la bande de Gaza, ainsi que le ciblage le plus récent des camps pour personnes déplacées à Khan Younis, dans le sud de Gaza, qui a entraîné de nombreux décès et blessures de dizaines de civils innocents.

Dans des déclarations émises par les deux ministères des Affaires étrangères, ils ont appelé au respect du droit international et du droit humanitaire international concernant la protection des civils et des biens de caractère civil, à un cessez-le-feu immédiat et complet dans la bande de Gaza, et à permettre la livraison sans entrave d'une aide humanitaire à grande échelle directement aux civils palestiniens.

Samedi également, la Ligue islamique mondiale a condamné le massacre de Khan Younis.

Le Secrétaire général de la Ligue, Muhammad bin Abdul Karim Al-Issa, a dénoncé dans un communiqué ce « crime odieux » et les « violations flagrantes et continues de toutes les lois et normes internationales et humanitaires » commises par l'occupation israélienne.

Al-Issa a souligné la nécessité urgente pour la communauté internationale d'intervenir pour mettre fin à la violence qui fait rage à Gaza.


Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com