Les Etats-Unis interdisent la vente des cigarettes électroniques de Juul Labs

Les produits de cigarette électronique aromatisés à El Segundo, en Californie (Photo, AFP).
Les produits de cigarette électronique aromatisés à El Segundo, en Californie (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 24 juin 2022

Les Etats-Unis interdisent la vente des cigarettes électroniques de Juul Labs

  • La FDA a estimé que la start-up n'avait pas démontré que la commercialisation de ses produits était appropriée pour la protection de la santé publique
  • L'agence avait déjà interdit en 2020 la commercialisation des vapoteuses à recharge

WASHINGTON: L'agence américaine en charge de la santé (FDA) a interdit jeudi la vente aux États-Unis de toutes les cigarettes électroniques de la marque Juul Laabs pour tenter d'enrayer le vapotage chez les jeunes, un coup dur pour la société qui envisage de faire appel.

La FDA a estimé que la start-up, qui a connu un succès phénoménal à la fin des années 2010 avec ses vapoteuses en forme de clés USB et ses recharges de nicotine aux goûts fruités, n'avait pas démontré que la commercialisation de ses produits était "appropriée pour la protection de la santé publique".

Suite à cette décision, "l'entreprise doit arrêter de vendre et de distribuer" les produits pour lesquels elle dispose actuellement d'une autorisation et ceux déjà dans les magasins "doivent être retirés" de la vente.

L'agence avait déjà interdit en 2020 la commercialisation des vapoteuses à recharge, de type Juul, avec des goûts aromatisés, n'autorisant plus que les arômes tabac et menthol.

Elle a aussi été chargée de passer en revue les produits de vapotage afin de s'assurer que le bénéfice tiré par les adultes, notamment pour les aider à arrêter de fumer des cigarettes traditionnelles, était plus important que les risques posés pour les plus jeunes.

Dans le cadre de cette revue, elle a retoqué les vapoteuses de plusieurs entreprises mais a aussi donné son feu vert à certains produits présentés par les sociétés R.J. Reynolds (filiale de British American Tobacco), Logic ou Njoy.

L'interdiction annoncée jeudi démontre l'engagement de la FDA "à s'assurer que toutes les e-cigarettes et autres produits délivrant de la nicotine via un appareil électronique actuellement sur le marché répondent aux normes de santé publique", a commenté le patron de l'agence, Robert Califf, dans le communiqué.

Pour lutter contre les effets du tabagisme, la FDA a aussi annoncé mardi vouloir réduire considérablement le taux de nicotine des cigarettes vendues aux Etats-Unis.

Risques toxicologiques

L'agence n'estime pas que les produits de Juul présentent un "risque immédiat" mais juge que la compagnie n'a pas fourni suffisamment de données pour pouvoir en évaluer "les risques toxicologiques potentiels".

La start-up basée à San Francisco affirme pour sa part avoir "fourni suffisamment d'informations et de données" pour résoudre tous les problèmes soulevés par l'agence.

Elle prévoit de demander la suspension de la décision et d'explorer toutes les options à sa disposition, y compris un appel.

La start-up a été accusée d'avoir largement participé à la montée en flèche du vapotage chez les adolescents avec des publicités et opérations marketing ciblant particulièrement les lycéens.

Face aux pressions des autorités, Juul Labs avait déjà suspendu en 2019 les ventes de recharges aromatisées, prisées des jeunes, et s'était engagé à revoir sa stratégie marketing.

L'entreprise détient actuellement 36% des parts du marché de la cigarette électronique aux Etats-Unis, évalué à environ 5,3 milliards de dollars par an, selon des chiffres du cabinet Nielsen cités dans une note de Goldman Sachs. C'est moins que les 70% de 2019 mais elle reste numéro un.

En plus de demander la suspension de la décision de la FDA ou de déposer un appel, elle pourrait aussi déposer un dossier modifié, avancent les analystes de Goldman Sachs.

Si l'interdiction reste en vigueur, Juul Laabs "a encore une présence prometteuse sur d'autres marchés", en Asie ou en Europe par exemple, ajoutent-ils.

Le cigarettier américain Altria, qui possède 35% des parts de Juul Labs, avait chuté de plus de 9% mercredi après des premières informations de presse sur une décision imminente de la FDA. L'action progressait toutefois d'environ 1% à la mi-séance jeudi.

L'entreprise avait fait un gros pari sur Juul Labs en 2018 en y investissant plus de 12 milliards de dollars dans une opération la valorisant 38 milliards. Elle voulait alors diversifier son fonds de commerce, les ventes de cigarettes classiques baissant depuis longtemps aux États-Unis.

Mais face aux nouvelles restrictions des autorités sanitaires et à de coûteux litiges juridiques, la valeur de Juul Labs a depuis fondu. Altria, qui a déjà enregistré pour plus de 11 milliards de charges sur cet investissement malheureux dans ses comptes, estime que la start-up valait moins de 5 milliards de dollars fin mars.


Vent d'optimisme sur les marchés boursiers

Le logo de l'euro est vu devant la Banque centrale européenne (BCE) à Francfort-sur-le-Main, dans l'ouest de l'Allemagne, sur cette photo d'archives du 7 février 2013. (AFP)
Le logo de l'euro est vu devant la Banque centrale européenne (BCE) à Francfort-sur-le-Main, dans l'ouest de l'Allemagne, sur cette photo d'archives du 7 février 2013. (AFP)
Short Url
  • Les places boursières européennes ont commencé la semaine du bon pied
  • L'euro montait de 0,18% à 1,0571 dollar. Et la livre sterling s'adjugeait 0,25% à 1,2298 dollar

PARIS : Les marchés boursiers bénéficiaient d'un regain d'optimisme des investisseurs lundi, ces derniers espérant voir l'inflation arriver à un pic prochainement et des hausses de taux moindres.

Les places boursières européennes ont commencé la semaine du bon pied. Paris prenait 0,63%, Londres 0,64%, Milan 0,82%, et la Bourse de Francfort, restée en retrait vendredi, rattrapait son retard et gagnait 1,08% vers 07H25 GMT.

En Asie, Hong Kong était en tête avec une hausse de 2,35% dans les derniers échanges, profitant de la bonne performance des valeurs technologiques chinoises grâce à des indications selon lesquelles la répression de la Chine à l'encontre de ce secteur pourrait toucher à sa fin.

"La Banque populaire de Chine a injecté un total de 100 milliards (de yens) dans le système bancaire lundi, la plus importante injection quotidienne depuis le 31 mars", ajoute John Plassard, spécialiste de l'investissement chez Mirabaud.

Shanghai a pris 0,88% et Tokyo 1,43%.

Comme en fin de semaine dernière, "les marchés continuent de penser que le pire est passé pour les marchés obligataires américains et que la fin des hausses de taux de la Réserve fédérale interviendra plus tôt, car l'économie américaine, et ailleurs, ralentira fortement au second semestre 2022", commente Jeffrey Halley, analyste d'Oanda.

Les taux d'intérêt obligataire ont en effet connu une spectaculaire détente après la publication de statistiques économiques de mauvaise facture, les investisseurs tablant à la fois sur une récession prochaine et sur un tour de vis des banques centrales moins sévère qu'attendu.

Un forum organisé par la Banque centrale européenne (BCE) sera suivi par les acteurs des places financières cette semaine.

La présidente de la BCE Christine Lagarde s'y exprimera, tout comme le président de la Réserve fédérale Jerome Powell, le gouverneur de la Banque d'Angleterre Andrew Bailey, le directeur général de la Banque des règlements internationaux Agustín Carstens et des économistes.

Le discours de Mme Lagarde programmé mardi matin sera très scruté par les marchés, alors que la BCE se prépare en juillet, face à l'inflation, à remonter ses taux d'intérêt pour la première fois depuis onze ans.

"Nous pourrions bien obtenir quelques éléments savoureux qui génèreraient de la volatilité à court terme", anticipe Jeffrey Halley.

A l'agenda de la semaine à venir figurent également la publication d'indicateurs d'activités concernant la Chine, les États-Unis et de chiffres de l'inflation en zone euro et aux États-Unis.

L'or en hausse

Le prix d'une once d'or montait de 0,77% à 1 840,80 dollars l'once vers 07H20 GMT après l'annonce par le président américain Joe Biden et le Premier ministre britannique Boris Johnson d'un embargo sur les importations d'or russe.

Cette décision devrait être formalisée par l'ensemble des dirigeants des pays du G7, actuellement réunis pour un sommet en Allemagne.

Les minières se reprennent

Les valeurs du secteur minier avaient été affectées par la chute des prix des métaux industriels la semaine passée. Lundi, elles remontaient la pente tout comme les cours des métaux.

Anglo American prenait 2,56%, Rio Tinto 2,97% et Antofagasta 2,11% à Londres. A Paris ArcelorMittal gagnait 2,49%.

Du côté du pétrole, du bitcoin et des devises

Les prix du pétrole se stabilisaient après de fortes variations la semaine dernière. Le baril de Brent pour livraison en août avançait de 0,50% à 113,68 dollars vers 07H20 GMT et celui de WTI américain à même échéance cédait 0,18% à 107,43 dollars.

Le bitcoin se stabilisait à 21.340 dollars (-0,26%).

L'euro montait de 0,18% à 1,0571 dollar. Et la livre sterling s'adjugeait 0,25% à 1,2298 dollar.


Un forum italo-saoudien explore les possibilités de stimuler le commerce bilatéral

Le ministère saoudien de l'Investissement accueillera lundi une délégation d'affaires italienne de haut niveau dirigée par le ministre italien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Luigi Di Maio.
Le ministère saoudien de l'Investissement accueillera lundi une délégation d'affaires italienne de haut niveau dirigée par le ministre italien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Luigi Di Maio.
Short Url
  • Le forum d'investissement italo-saoudien a pour but d'explorer des opportunités d'investissement mutuellement bénéfiques pour les deux pays
  • Il portera principalement sur la finance, les infrastructures et la mobilité, le tourisme et la culture, ainsi que les énergies renouvelables

RIYAD: Le ministère saoudien de l'Investissement accueillera lundi une délégation d'affaires italienne de haut niveau dirigée par le ministre italien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Luigi Di Maio.

Ayant pour but d'explorer des opportunités d'investissement mutuellement bénéfiques, le forum d'investissement italo-saoudien recevra une série de représentants du secteur privé provenant des deux pays, selon un communiqué.

Il portera principalement sur la finance, les infrastructures et la mobilité, le tourisme et la culture, ainsi que les énergies renouvelables.

Il s'achèvera par des réunions d'affaires bilatérales et servira de plateforme aux investisseurs italiens pour découvrir les services de soutien offerts par Invest Saudi, la plateforme de promotion des investissements du Royaume.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Ryanair minimise l'impact du mouvement de grève des hôtesses et stewards

En Europe, l'aéroport de Charleroi en Belgique a été le plus touché avec 44 vols aller-retour annulés (Photo, AFP).
En Europe, l'aéroport de Charleroi en Belgique a été le plus touché avec 44 vols aller-retour annulés (Photo, AFP).
Short Url
  • Plusieurs syndicats d'hôtesses de l'air et de stewards avaient appelé à cesser le travail à partir de vendredi
  • Une autre grève de trois jours est prévue chez Ryanair en Espagne du 30 juin au 2 juillet prochain

PARIS: A l'issue d'un weekend de grève dans plusieurs pays européens, la compagnie low-cost Ryanair a relevé "des perturbations mineures" sur son programme de vol et rejeté la responsabilité des annulations sur des évènements extérieurs, contredisant la version des syndicats.

"Moins de 2% des 9.000 vols de Ryanair opérant ce weekend (24/25/26 juin) ont été affectés par des grèves mineures et peu soutenues des équipages", a écrit la compagnie dans un communiqué.

Plusieurs syndicats d'hôtesses de l'air et de stewards avaient appelé à cesser le travail à partir de vendredi et pour plusieurs jours, en Espagne, au Portugal et en Belgique. En Italie et en France, la grève a débuté samedi.

La compagnie irlandaise a attribué l'annulation d'un certain nombre vols "en provenance de l’Espagne, de l’Italie, du Royaume-Uni et de la France" à une grève au centre de contrôle aérien (ATC) de Marseille ainsi qu'à des orages dans le sud de l'Europe.

Une affirmation contestée par les syndicats de personnels navigants commerciaux (PNC) comme le SNPNC en France. Samedi, 36 vols sur 80 exploités par Ryanair ont été annulés en raison du mouvement de grève, selon le syndicat.

Dimanche, Damien Mourgues, le délégué syndical du SNPNC, chiffrait le nombre d'annulation à quatre à Bordeaux, onze à Marseille et une à Beauvais.

En Espagne, 75 vols ont été annulés samedi à Madrid, Barcelone, Palma, Ibiza, Santiago et Gerone, selon le syndicat USO (Union Sindical Obrera). Dimanche, 42 vols ont été annulés et une soixantaine ont connu des retards, selon la même source.

En Europe, l'aéroport de Charleroi en Belgique a été le plus touché avec 44 vols aller-retour annulés samedi mais aucun dimanche, selon le site de Ryanair Scorebuddy.

"Tous les passagers dont les vols ont été perturbés par des retards/grèves ATC ou des perturbations météorologiques ont été informés", a indiqué la compagnie sans préciser si elle mettait en place une procédure de remboursement.

Une autre grève de trois jours est prévue chez Ryanair en Espagne du 30 juin au 2 juillet prochain.